Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / Coke en stock (CCCLVI) : retour sur une affaire exemplaire…

Coke en stock (CCCLVI) : retour sur une affaire exemplaire…

Des avions qui circulent avec de la coke dedans, ça se produit tous les jours aux USA, principalement sur de petits aéroports, en nombre et insuffisamment surveillés. C’est très facile de duper les services de sécurité, quasi inexistants sur ces petits aérodromes, ce que certains n’ont pas manqué de faire, tel ce trafiquant US en 2017, qui va nous mener lui à tout une organisation restée bien floue, mais que l’on a manifestement cherché à protéger en ne divulguant pas sciemment tous les éléments sur l’affaire. Les américains continuent à avoir des choses à cacher, depuis des décennies maintenant. Et comme ça ne s’arrange pas, d’autres petits malins s’insinuent dans la brèche laissée béante…

L’affaire fort représentatrice de Lexington

Ils ont dissimulé des choses, nos deux escrocs de nos épisodes CCCLII et CCCLIII, mais ce ne sont pas les seuls. Cette façon de dissimuler les choses ou de ne proposer qu’une seule version des faits à la presse est propre au FBI ou à la DEA, c’est bien ça qui ennuie depuis le début dans toutes les histoires de cocaïne aux USA (1) .

C’est pesant, car on ne sait jamais à quel point le FBI par exemple manipule les trafiquants, puisqu’aussi la législation US lui permet de fabriquer des coups montés (ce qui n’est pas le cas en France). Le récit qui va suivre va en démontrer le les ravages.

Le 27 avril 2020, on jugeait ainsi une californienne de 41 ans, Katharine E. Matthews. Après 29 jours de procès et  9 heures de délibéré du jury, elle avait écopé d’un gros lot : de 168 mois de  prison: 14 années ! Elle était accusée d’avoir participé à un réseau s’étendant de Lexington à Louisville, New York, Charlotte, Atlanta, et Miami, fournissant de la drogue venant du Cartel de Sinaloa. Elle avait été arrêtée en octobre 2017,  à bord d’une limousine réceptionnant un avion parti de Van Nuys Airport (en Californie du Sud, et qui s’était posé au Bluegrass Airport de Lexington (ici eh haut à gauche) avec à bord des valises débordant de cocaïne : 80 kilos au total. Sa prochaine destination étant Miami (à gauce son plan de vol). En mai 2018, un deuxième accusé, Isaac Basilio Rosas, 33 ans, de nationalité mexicaine, s’était pris 9 années de prison pour avoir participé lui aussi à cette livraison. Il était associé à Cedric Allen Oronce Fajardo condamné lui à 48 mois de prison. Le pilote, Robert Earl Wallace, de Camel, en Californie,  s’était pris 60 mois (5 années !), Kendra Michelle Caprice Tally, une des passagères avait elle avait  « admis dans son accord de plaidoyer qu’elle savait qu’il y avait des substances contrôlées sur le vol, mais a faussement dit aux agents de la sécurité intérieure qu’elle ne savait pas que l’avion transportait des substances contrôlées. Tally a été condamné à trois ans de probation ». Le responsable, enfin, Robert W. Carlson avait été déjà condamné auparavant et logiquement à la peine la plus lourde de 200 mois de prison (16 années) …

De nombreuses suspicions 

Informé en 2017 de l’événement, j’avais vite laissé tomber : tous les communiqués relatant l’affaire étaient semblables à la virgule près et j’avais la désagréable impression que l’on ne voulait pas tous dire. Notamment le rôle des informateurs, comme d’habitude. Car Carlson avait échappé pendant des années aux radars du FBI, et c’est une indiscrétion qui l’avait fait repéré alors qu’il avait effectué une bonne paire de voyages de la sorte, sélectionnant des petits aéroports ou des moyens changeant régulièrement  d’appareil en les louant à la dernière minute, etc… En somme, le FBI  ou la DEA ne l’avaient aucunement vu venir !!! Le FBO de Lexington était aussi celui de TAC Air, qui alimente les avions en kérosène, et comme l’entreprise est en cheville avec les douanes ou l’armée (avec son « Government Contract Fuel »), on marchait d’emblée sur des œufs.  TacAir proposant un  » Limo Service », et notre trafic ayant été pris dans une limousine, le cas devenait encore plus délicat… »La BMW était un véhicule de courtoisie Tac Air avec le logo Tac Air sur le côté » note un des rapports de police décrivant l’interception.

Entêté, j’étais revenu à la charge le 26 mars 2020 mais en soumettant une proposition d’appareil qui s’avère aujourd’hui ne pas être le bon, le zN877TM (258542). Mais à l’époque j’avais mis au moins la main sur les photos des deux pilotes mexicains arrêtés. « L’arrivée avait été pistée par le « Special Agent » Michael Romagnoli, averti par un second d’Orlando en Floride d’où devait arriver l’avion après une étape à Atlanta : l’appareil avait décollé de Van Nuys, en Californie (sa base de départ en fait). L’agent de Floride avait fait envoyer les photos du chargement de l’avion prises par ses collègues de Van Nuys !!! C’était inratable ! (…) Pour Katharine E. Matthews. elle s’était trahie toute seule : « selon le Lexington Herald Leader, « Les policiers relèveront le fait qu’elle ne connaissait pas le but de l’arrêt à Lexington.  Elle a montré des messages textos de Carlson sur son téléphone indiquant que l’arrêt à Lexington était un arrêt pour une «faire de l’essence » et «des affaires». Selon son témoignage, le texte que Carlson lui avait adressé indiquait qu »elle devait voir comment les affaires fonctionnent » sur place. « Sur la base de sa déclaration, associée à la drogue récupérée  les policiers pensent que les références à » drop « et » business « signifiaient que Carlson, Fajardo et Basilio Rosas avaient l’intention de distribuer une partie de la drogue à des inconnus à Lexington », avait déposé Romagnoli ».  On avait aussi eu le droit à la raison pour laquelle avait été dénoncé au FBI :  « Carlson, lui, était en fait à la tête d’une société appelée Vanguard Phones, Inc. et Cheap Dell Serv, qui semblait avoir escroqué pas mal de gens sur des prestations informatiques fictives…  Il avait été pisté par l’organisme de dénonciation en ligneRipoff Report de sinistre réputation (un vrai racket à la réputation individuelle et banni du web européen !). Les trois partaient donc direct pour la prison ! » J’avais aussi fini par tomber sur une des rares photos de Carlson, celle du jour de son arrestation souriant d’un air moqueur aux policiers.

Ce n’était pas un Hawker 800 !!!

Il n’y a pas que pour l’auteur principal ou le FBO mis en cause que l’on s’est montré fort discret. L’appareil qui a servi au vol douteux  a longtemps été écarté de mes recherches car TOUS les textes relatant l’affaire, ou plutôt le seul texte bien verrouillé recopié partout avec fort peu de variantes, pour moi la preuve d’une forte mainmise du FBI sur tout le dossier, évoquai(en)t un « Hawker 800 » comme appareil ayant contenu les sacs de coke. Des mois après, on révélera un cliché de cet appareil (ci-dessus à droite), en montrant un avion à l’immatriculation complètement masquée… mais au design de décoration reconnaissable entre mille, ce qui n’est pas très malin, ou la preuve qu’au FBI on estime les journalistes complètement stupides. Remarquez, personne n’a remarqué en effet que c’était un Hawker 700, pourtant bien différent, et non le 800 balancé comme fausse piste manifeste : c’était bien le N18CC, l’avion qui avait servi (le NA0222) effectivement un Hawer 700A (c’est le 257030, qui a commencé sa carrière anglais en G-BFSI ou C-GSCL chez Shell Canada a été HB-VLJ (vu ici à Schipol en Hollande en 2010, annoncé comme appartenant à Starlight Aviation Inc. de Round Rock au Texas (un nom introuvable !) depuis 2005 et qui serait passé ensuite chez Juliet Bravo LLC, de Lewes dans le Delaware le 11 juillet 2014… là où il avait donc été loué par notre trafiquant. Le N18CC, datant de 1978, affichant 10 841 heures de vol a été mis en vente par Nebrig, de Denton, au Texas. On notera aussi que les médias avaient aussi participé à la désinformation sans s’en rendre compte il semble: ainsi la chaîne de télévsion WKYT News accourue en fin d’après-midi pour « faire des images » à tout prix avait filmé le premier avion à proximité de TACAir, positionné devant ses caméras (ici à gauche) : or c’était…  un Challlenger 350 !!

De plus en plus tordu

Juliet Bravo LLC ayant été enregistré par Harvard Business Services, Inc, un énième anonymisateur US !!! L’entreprise revendique la création de 200 000 entreprises…. pour une somme dérisoire. Pour entretenir le nom de Starlight Aviation Inc, faux nom manifeste, donc, ça ne coutait donc que 50 dollars par an !!! L’entreprise d’anonymisation via des entreprises bidons a été crée par Richard H. « Rick » Bell (ici à droite) et c’est son fils Michael qui la dirige autourd’hui. 

C’est en fait ‘adresse pour la licence d’aviation de Juliet Bravo LLC nous renseigne bien plus : c’est la même que pour Palpa Alpha LLC, et  la même que pour Papa Kilo LLC,  tous au  nom de Kenneth Haenlein, 66 ans. En somme, chez lui à chaque avion correspond un Trustee en LLC !!!

Fortuné, notre homme s’est offert un superbe PT-17 Stearman rouge et blanc de collection, l‘avion de son enfance selon lui (ici à gauche, c’est le N62201 qu’il a surnommé amicalement ou amoureusement  « Sophie »). Il habite dans une villa cossue de de Southern Pines en Caroline du Nord, une habitation à un demi-million de dollars. C’est aussi le patron de Time Saver Aviation LLC ,installé à Carthage (NC) et sur le Moore County Regional Airport (KSOP) à, Southern Pines qui n’affichait que trois avions à hélice à louer à sa flotte soit le N38PK (un Bonanza en vente ici le « Papa Kilo ») le N264PA (un Beech 100, le « Papa Alpha ») et le N530JB, un Piper Navajo (racheté en 2019 par Anson Wood Products Inc) qui opèrent aussi à Sanford (la société Sanford Aircraft LLC est à son nom aussi, elle opère le Cessna 172 N739FY qui est inscrit en Floride à l’Orlando Christian Flying Club !!).

L’intuition d »un Hawker N18CC appartenant bien à Juliet Bravo LLC, mais comptabilisé nul part se confirme avec un document encore une fois dégoté par notre Falcon archiviste ; le contrat a été signé le 23 octobre 2014, mais il a été signé par… le pilote de l’avion, Robert E. Wallace !!!  C’est encore une fois bien joué, car le nom de Haenlein n’apparaissait donc pas !!

C’est la personnalité concernée qui tique dans cette affaire. Haenlein a été envoyé jadis au Viet-Nam dans une unité de garde-côtes, blessé (au menton) il a reçu une Purple Heart, redevenu garde-côtes civil, il s’est blessé à la rotule,  puis s’est retrouvé pilote d’hélicoptère Bell Ranger pour soins médicaux avant de travailler pour Corporate Airlines à Raleigh-Durham et pour NetJets. Il a ensuite investi dans un atelier de maintenance d’avions au Raleigh Executive Jetport (KTTA). Dans GeneralAviation News, d’où viennent ces précisions, il confirme « soutenir des groupes d’anciens combattants locaux dont les membres comprennent d’anciens pilotes militaires, se portant volontaires pour emmener les anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale dans les airs. » Si on cherche ajourd’hui le FBO d maintenance de Raleigh, on tombe effectivement sur Mag Aerospace (ici entraînant l’armée afghane, dont on vient de voir les résultats !!). Ce n’est pas la première fois que l’on croise ici Mag Aerospace, héla !Sa piste fait 6500  pieds de long (1 900 mètres!) Ici en avril 2021, un lot d’appareils à Raleigh : Hawker 800, Beechcraft Super King Air 350 et Gulfstream G400. A savoir respectivement les N117JT à l’immatriculation fort peu visible ici de Dupage Aviation LLC (NA0465), dans une nouvelle déco pas trop réussie, acheté le 24 aout 2020 à Jon Taffer, le Beechcraft N140WT de 1996 à longs fuseaux moteurs (Raisbeck Wing Lockers) de Plane to Sea LLC (à Raleigh) en vente alors, mis en service par Jem Air, et le Gulfstream N470QS de 2007 de NetJets passé le 9 décembre 2020 chez Clark Estates Inc., société new-yorkaise d’investissements !

Tout aussi intéressant est le document déposé à la FAA indiquant quels sont les membres de Juliet Bravo LLC. Ils sont trois individus : outre Robert E.Wallace, il y a James Irish et Jeff Marconet. Ce dernier est de San José, et c’est aussi le président de Norcal Aviation Services, Inc. et d’Aviation Capital Management, LLC.

Le site de Norkal est complètement vide, on y distingue une allusion à des Yaks 50 d’entraînement qui font une fort étrange impression.  Ici un Yak-50 photographié justement à ReidHillView  en 2009.

L’adresse d’ACM est encore surprenante : c’est celle de l’école d’aviation de Suadron2,  située en bordure de l’aérodrome de Reid Hillview, à l’est de San José. en Californie. Google Maps  en visite au sol y a trouvé le petit N1455X (ici à droite) , un Piper PA-28R-200 Cherokee Arrow, de 1975. L’avion de l’école « Squadron 2 » .. Irish demeure lui un  inconnu. Bref on reste sur notre faim !!! Nul part on ne trouve de lien entre Kenneth Haenlein et le N18CC !!! Est-ce lui que l’on a cherché ainsi à autant protéger ?

Tout aussi intrigant, on découvre que lors de son divorce prononcé en 2012; le même Wallace était très implanté à Lexington et qu’il s’était alors écharpé avec sa femme qui lui réclamait la moitié de leur Beechcraft Debonair (Bonanza, mais aussi la Harley-Davidson de son mari) inscrit au nom de Lex-Air Investisments (LEX étant l’indicatif du Bluegrass Airport de Lexington !), un avion  que Robert avait revendu pour payer ses dettes. Wallace étant à la tête avec elle de Lex–Air Service Jet Shares, LLC et Global Air Charter of Kentucky. des sociétés alors endettées. comme également Bluegrass Gulfstream  Investisments, qui possédait le vieux Grumman G-1159 immatriculé N424GC (ici à gauche), acheté en 2007, et qui avait déjà été mis au rebut dans le Mojave en 2011 comme le montre la photo lisible ici. Global Air Charter (of Kentucky) existe toujours et détient plusieurs Gulfstream, les N516GH, N280PH, N171JCN129NS, et N44CE, plus 2 Nextant  400 et 1 Cessna Mustang N872G.

La société Time Saver Aviation LLC  a été elle rachetée depuis, en 2019, par MAG Aerospace dont j’ai déjà parlé ici (et pas vraiment en bien : c’est aussi la boîte qui était censée forces pilotes afghans sur leurs nouveaux Pilatus PC-12… ici à gauche : depuis la victoire des talibans, on cherche toujours après !!). MAG étant une société liée à l’armée et dont la spécialité est « intelligence, surveillance and reconnaissance services » !!! En 2003 un des « contractants » (des mercenaires) US en Afghanistan, tué par une embuscade de talibans, qui s’appelait William Carlson (quelles coïncidences !) était originaire de Southern Pines. Et il travaillait pour la CIA ! Idem pour James Earle Parker Jr. décédé en octobre 2018, qui travaillait pour le Special Operations Group au Laos et en Thaïlande puis pour l’Army Special Forces et les Navy Seals !! Il avait fait partie de la CIA pendant 34 ans ! Mais tout cela n’est que coïncidences et complotisme facile !!

Beaucoup plus simple que ça !!!

Pour USA Today c’était plus simple que tout ça, pas  besoin en effet de complot de la CIA : « un examen plus approfondi du cas de Carlson – fourni par le biais de transcriptions de tribunaux fédéraux et d’entretiens avec des procureurs et des agents – révèle des failles béantes dans la sécurité dans la majorité des plus de 2 500 aéroports d’aviation générale du pays, où il n’y a pas de points de contrôle de la Transportation Security Administration. » La FAA, encore une fois déficiente !! « La ssistant de l’avocat US Dmitriy Slavin a expliqué les risques au juge de l’Est du Kentucky supervisant l’affaire Carlson. « Personne ne scanne vos bagages », a-t-il déclaré. « Vous montez, vous survolez, vous descendez. Vous déplacez vos droguesà. C’est un énorme problème parce que c’est si facile, et c’est très difficile de s’arrêter, juste à cause de la nature de ces petits aéroports. » . C’est plus simple en effet, en conclusion ; tout le pays est une gigantesque passoire  cocaïne par jets privés !! On s’en doutait remarquez !!!

Aussi simple que l’ascension rapide de notre trafiquant notoire, dont le faste de vie n’avait pourtant alerté personne, poursuit le journal ; « Robert Walter Carlson, Jr., 50 ans, est un exemple extrême de la façon dont un criminel peut facilement trouver et exploiter les faiblesses de la sécurité dans les aéroports secondaires du pays. Il était poussé par la cupidité. Carlson avait un manoir de 8 millions de dollars, (ici à droite) conduisait une Ferrari rouge et socialisait avec la liste « A » d’Hollywood. Il a affirmé s’être une fois lié d’amitié avec son voisin et acteur légendaire Dick Van Dyke.(sa villa ici à gauche) . Mais son travail en tant que spécialiste des réseaux informatiques ne pouvait pas soutenir son style de vie de luxe. Il a donc concocté un stratagème en 2014 pour transporter de la marijuana dans le nord de la Californie dans des avions privés, selon les dossiers fédéraux examinés par The Courier Journal. Il a rencontré un trafiquant de drogue mexicain associé au cartel de Sinaloa, l’un des empires cartels les plus puissants du Mexique. Carlson (ici à gauche) s‘est rendu compte qu’il pouvait gagner plus d’argent et prendre le risque de se faire prendre en déplaçant de la cocaïne au lieu d’une valise pleine d’herbe, qui est encombrante et nauséabonde. Il a donc demandé à l’associé du cartel de se porter garant de lui et de le présenter aux dirigeants du cartel au Mexique.« ... la suite on la connaît !

Le défaut principal: l’absence de contrôle sur les petits aéroports US

L’étude des derniers vols du Hawker emprunté par Carlson est très révélatrice de la faille majeure du réseau d’aérodromes US. Les huit derniers vols (ci-dessous) sont vraiment symptomatiques de la technique employée par Carlson : des vols courts, parfois des sauts de puce comme entre San José et Marina Beach  (c’st à une heure de route en voiture !) et surtout passant par des petits aérodromes, tel Yuba County au sud est de Marysville, ex Alicia Airport, l’ancien aérodrome du Camp Beale de l’Army, ou s’entraînaient les P-39 Airacobras, out les P-40 Warhawks. et sa piste de 1 831 m de long en asphalte (et une deuxième de 1000 m). Le plus bel exemple étant les vols au départ du Marina Municipal Airport, dont la piste 11/29 ne fait que… 1062 x 23 m !! Le Hawker 700A est donné pour une distance de décollage en sécurité de 5 800 pieds : 1700 mètres !!! En somme, Carlson ou plutôt son pilote Wallace a réalisé à plusieurs reprises un vrai exploit !!! Même  si la piste incriminée sur Google Earth atteint… 1300 mètres, plutôt. Et personne surtout pour signaler le manège à la FAA ?

Ci-dessous le vol du mardi 8 décembre 2016 du N18CC  du 8 décembre 2016 , parti de Marina vers Van Nuys; les deux étant en Californie :

`

Autre gag de cette affaire ; le Marina Municipality Airport est aussi celui qui  accueille régulièrement les fans des avions de la seconde guerre mondiale, ceux du « Squadron 101 Condor », avec sesdes Mustangs ou même de faux avions allemands, comme ce fake de Focke -Wulf 190 fabriqué à partir d’un bon vieux T-6 Texan. C’est le,N9525C qui   s’est écrasé le 24 octobre 2019 sur l’autoroute 101, créant la stupeur chez les automobilistes présents. L’avion venait de Van Nuys, on l’avait vu aussi au Santa Paula Airport ou à Van Nuys (sa base). Or c’est lui et un Mustang semble-t-il que l’on découvre avec surprise sur l’aéroport de notre trafiquant au Hawker 700A, encore plus incongru à cet endroit !!!

Autre cas similaire récent en Learjet 

Cette histoire de petits aéroports détournés par des trafiquants est loin d’être terminée. C’est impossible à vérifier cet équipement sur l’ensemble du pays, alors les trafiquants en profitent : il y a trop d’appareils et pas assez de personnel ou de matériel pour la détection. Résultat, le 25 juin dernier (2021) encore, un jet se pose tranquillement au Northshore Regional Airport d’Hammond en Louisiane, ancien terrain militaire reconnaissable à la forme de ses pistes croisées et  fort discret… C’est visiblement un Learjet,  repérable de loin par sa livrée plutôt voyante : c’est le N95JN, un Learjet 35A, le N°35-595 (vu ci-desous à droite à Caracas – Simon Bolivar airport en octobre 2014)….. L’aéroport lousianais dispose de deux pistes,  l’une de 1 982 mètres, l’autre de 1 524, de quoi accueillir ces petits jets.

C’est l’ex Successful Winner Corp. qui l’avait acheté le 18 mai 2018 pour le refiler le 23 aoît suivant à.FL Holding Inc, qui l’a revendu à A&A Florida Services Inc. de Weston, en Floride le 19 avril 2019, le laissant opérer par  Aitheras Aviation Group à partir de la mi-2020. Même scénario qu’à  Lexington, l’engin était rempli de valises toutes pleines de drogues mais c’est cette fois ce n’est que de la marijuana il semble !! Aitheras est au départ une entreprise aérienne d’évacuation médicale qui fait a aussi dans le charter ! Son appareil a été depuis saisi.

Mais encore une fois, l’individu arrêté l’avait été sur dénonciation et ce n’était donc en rien le résultat d’une longue minutieuse enquête du FBI. « mercredi, l’unité a été informée qu’un avion transportant les stupéfiants était en route vers l’aéroport régional de Hammond Northshore depuis la Californie vers Miami, en Floride. (…) La police a surveillé la piste d’atterrissage et s’est déplacée sur le jet privé après qu’il s’est arrêté pour faire le plein. Après avoir obtenu l’autorisation de fouiller l’avion, les agents ont trouvé des sacs polochons et des valises remplis de marijuana présumée, de cartouches de vapotage de marijuana et de cigares de marijuana pré-roulés. Le département a estimé la valeur marchande des médicaments à environ 750 000 $ au total. L’avion, un Learjet 55, a également été saisi par le bureau du procureur de district et est en attente de confiscation. La valeur totale des objets saisis s’élevait à plus de 1,6 million de dollars. Un passager, identifié comme étant Leonard Lopez, 40 ans, de Miami, a été arrêté. Les deux pilotes de l’avion ont été interrogés et libérés. » Lopez sur le net se présentait ainsi  « an accountant with a personal touch ».... qui se présentait de cette manière  « :je suis originaire de Floride du Sud, né à Miami de parents cubains. On m’a appris à toujours travailler dur et à tenir parole. » « Laissez-moi vous aider à prendre les décisions financières pour réduire le fardeau fiscal dans toute la mesure de la loi! Nous voulons que vous sentiez que vos rapports financiers reflètent avec précision votre situation actuelle afin que vous puissiez vous concentrer sur la gestion et la croissance de votre entreprise au lieu d’essayer de rester au top de vos livres. » 

L’appareil avait  carrément traversé les USA d’ouest en sud-est (d’où son manque d’essence, quoique le 35A a une autonomie de 4500 km), il avait fait en effet le trajet depuis Chino (Californie) en trajet de 3h 17mn de vol à 785 km/h. Il était si pressé que ça d’apporter ses cigares ???

 

(1) ici vous constaterez que cela avait aussi commencé, à Santa Elena-Flores, au Guatemala, avec de vieux Beech 18 (C-45) dopés dans leur version « trois points » à roue avant, la version Volpar, comme celui à gauche ici. (remplacés ensuite par des Aero Commander.  Je vous avez déniché le vestige qui en était la preuve. Le trafiquant américain qui ainsi volait au Belize s’appelait Billy William Wayne Mahaffey (alias aka “John Ringo,” “B. W.”).  Un des C-45 s’est planté au Belize en 1972, c’est le N9536Z, ex Fair Lines de Deland, et qui a revolé ensuite en 1997 chez Earl W. Houk. Il faut savoir que Air America, la ligne aérienne de la CIA en Asie du Sud-Est a utilisé pas moins de 38 Beech 18 (C45) sous la houlette de Georges Dole, dont des conversions Volpar, certains remotorisés par des turbines; comme ce N9956Z, un C-45H N° 52-10774 (AF-704) livré en octobre 1965 et retiré du service le 30 septembre 1975.

Le  Beech guatémaltèque l’état d’épave,  je l’ai décrit ainsi : « notre Beech Volpar rouillé, lui, deviendra plus tard le N446DM dont on a appris tardivement (le 7 juin 2013) ; qu’il était rayé officiellement des listes de la FAA. Il lui aura fallu 10 ans pour le reconnaître, dix ans que l’avion ne volait déjà plus ! Mais c’est le nom de son propriétaire afin qui nous a davantage intéressé, lors de cette décision : selon le registre américain, c’était encore en effet Mallard Alma Dale, dont l’adresse était une boîte postale d’Idaho Falls, dans l’Indiana, Voilà qui sonnait étrange, déjà. Et pour cause : le dénommé Dale était tout sauf un inconnu. Le 21 avril 1987, on avait appris en effet que ce pilote, habitant effectivement, l’Idaho venait d’être emprisonné aux Bahamas… il venait d’être arrêté avec deux collègues sur l’aéroport de San Andres pour trafic de drogue (de la marijuana) et condamné lourdement à 15 années de prison. Trois hommes avaient été arrêtés ce jour-là : les deux pilotes, Alma Dale Mallard, 52 ans, et Peter Anthony Anton, 34 ans, et un troisième larron, Fred Jay Blumfield, 51 ans. »`

La CIA a utilisé d’autres appareils, dont certains on a aussi servi à ravitailler en armes les anti-castristes à Cuba même, avant que Fidel ne l’emporte. Parmi ces engins un Mitchell B-25J qui sera retrouvé abandonné au Mexique dans le Campeche (déjà là !) et récupéré par l’armée mexicaine, devenu XB-MOP. C’était le N9495Z de National Metals Inc de Phoenix, paravent de la CIA. L’engin aurait été saboté avant de s’envoler pour Cuba !

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Le centenaire d’Yves Montand l’engagé

« Tout ce qu’on peut dire et tout ce qu’on peut faire, en définitive : ...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *