Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / Coke en stock (CCII) : la découverte et la chute des fournisseurs d’avions (37)

Coke en stock (CCII) : la découverte et la chute des fournisseurs d’avions (37)

La CPI avait découvert le fief d’un narcotrafiquant à Atibaia, dont le nombre de hangars de l’aérodrome n’avait eu de cesse d’enfler durant toutes les années qui avaient précédé. Des hangars contenant des avion rafistolés et dangereux, certains provenant même d’une remise dans le circuit commercial d’avions saisis, déjà, pour trafic de drogue ! Un autre aéroport avait joué un rôle important dans le trafic: celui de Batatais (et celui de la ville de Campinas, citée comme principale ville du trafic de coke par la CPI).

Tous les moyens étaient bons

Pour s’emparer des avions, le gang de Neto (voir notre épisode précédent) n’hésitait devant aucun moyen.  On l’a vu, la CPI raconte le cas d’un autre  appareil sur lequel il avait jeté son dévolu : « en octobre de 1998, l’homme d’affaires Evaldo Rui Vicentini a transmis au hangar União  l’aéronef de sa propriété immatriculé PT-BRP (c’est le Beech 35-B33 numéro CD-516 ré-enregistré le 12 février 2005). En difficultés financières, l’homme d’affaires avait décidé d’accepter la proposition d’Odarício de l’acheter pour quatre-vingt mille reais. Ayant reçu des chèques et un véhicule volé, l’homme d’affaires a essayé de le récupérer. Un accident avec l’avion à un atterrissage en catastrophe dans une ferme dans la municipalité de Coronel Sapucaia, a forcé son retour  vers le hangar União. Le vrai propriétaire a ensuite été avisé par un tiers que son avion, piloté par Odair da Conceição Correa, servait au crime organisé dans divers états du pays. Dans l’un de ces vols, le pilote Osvaldo Muniz de Oliveira a été embauchés par Odarício pour amener José Ferreira da Silva à Rondonopolis (MT), où il s’était posé dans un coin d’une ferme, et s’était ensuite envolé plus tard vers  Campo Grande (MS), puis encore une fois à Rondonópolis, et Arapongas (PR) avant de retourner à Atibaia. Une bataille pour la récupération de cet avion a commencé, se terminant seulement après l’enquête de police (071/2000 / DENARC, avec le retour de l’avion endommagé en possession d’Evaldo Rui Vicentini).  Rien de politique, donc, dans ce cas.  Mais on retrouvera le même Vicentini (ici au milieu dans la photo de gauche) mais le 3 mars 2013 dans une autre session CPI, qui perdure donc, avec d’autres accusations, toutes aussi graves sinon davantage : « l’agriculteur Vicentini était trésorier du PPS et il accuse le PT d’implication dans le crime organisé. Il affirme avoir reçu des pots de vin comme proposition de l’ancien secrétaire général du PT Sílvio Pereira, pour un montant de 4 millions de rems de sorte pour que le PPS soutienne la campagne de réélection  maire d’alors de São Paulo, Marta Suplicy. Vicentini soutient également que le maire de Santo André (SP), Celso Daniel, a été tué par des membres d’un programme de corruption qui aurait été mis en place par le PT dans les mairies de São Paulo. Selon Vicentini, «l’histoire à Santo André, et dans les préfectures du PT est celle d’une alliance politico-administrative avec le crime organisé». L’autre tiers qui doit déposer, Francisco das Chagas Costa, est le pilote qui a fourni des services à Brasilia à Vladimir Poleto, Ralf Barquete, Rogério Buratti et Roberto Carlos Kurzweil ».

Des avions en mauvais état et dangereux

Tous ces avions triturés, réparés à la va-vite ou… maquillés commencent à inquiéter sérieusement la CPI. « Les 23 et 24 mars 2000, à la demande de CPI, une équipe de la SERAC 4 coordonnée par le capitaine d’aviation  Ângelo Russo Neto a réalisé un sondage  dans les  hangars União e Família Gomes, d’Atibaia. Dans le rapport présenté le 29 mars, l’homme de l’armée de l’air indique que « malgré la suspension des activités déterminée par ce service, par la lettre 019 / 4DT1B / 0769 du 10 mars 2000, nous avons vérifié que des avions suivants étaient en cours de services de maintenance: les avions PT-LHP ( un Cessna P210N – P210-00710 entré dès le 15 mars 1986 dans le pays, c’est l’ex N6084W dont la FAA n’a aucun souvenir, encore une fois) ; le PT-IHU (il sera pris plus tard dans un trafic de drogue à Ulianópolis en 2016 !), PT-ESX (un Embraer EMB-810C aujourd’hui déclaré à José Ferrera De Silva et piloté par Paulo José Tadeu Dos Santos.. qui n’est pas un inconnu car c’est aussi le pilote d’hélicoptère aujourd’hui emprisonné qui a fini par raconter tous ses voyages de transport de coke…!!!) ; et le PT-BVJ (un Beech J50 –  le JH-173, un Beech Model Twin Bonanza, le modèle préféré de Jacques Brel).  Les responsables de la qualité des services, Cesário Vítor Rodrigues Milton – CDAC 447540 et Pedro Dias da Silva – CDAC 638650, n’étaient pas présents dans l’entreprise lors de l’enquête. «Le service fourni sur l’avion immatriculé PT-ESX a ainsi été décrit par l’équipe SERAC 4: « assemblage des ailes et placement des moteurs dans les nacelles respectives pendant la période de suspension. L’avion a subi un incident en février de cette année, dans la ville d’Araguari / MG, qui n’a pas été signalé; comme il est stipulé dans le document IAC 3127-43-0890, il a également été noté que l’aéronef était équipé de réservoirs de carburant d’une capacité supérieure à celle prévue par le constructeur de l’aéronef, sans que l’approbation soit présentée. la suspension du certificat de navigabilité de l’aéronef PT-ESX, en code 6 ( cf : « situation technique irrégulière »), présente une modification non approuvée, et est donc émis une évaluation fiscale pour la poursuite des services de la société União Sistemas, Serviços e Peças Ltda.pendant la période de suspension, ainsi que le suggère la suspension de l’accréditation pour 180 jours de ceux qui sont responsables de la qualité des services de União ».  Le PT-BRP finira par se planter le 14 juillet 2007, six années plus tard, après une panne moteur complète près de l’aérodrome de Joao Monteiro, et après avoir décollé de celui de Vitoria.  Le récit complet de son crash est ici.  Le pilote, en panne à quelques centaines de mètres de la piste, avait sorti le train, réduisant par trop sa vitesse.  Manque de chance pour lui, l’avion était alors entré en collision avec un lampadaire public à environ 110 mètres d’une rivière, puis contre une dalle de maçonnerie, et finalement contre le sol, terminant sa course par un virage à 180 degrés par rapport au sens du vol.  L’examen des vestiges montrera pas mal d’anomalies sur la partie moteur « certaines anomalies dans l’assemblage du moteur, réalisées par la société TBA – Tecnologia Brasileira de Aeronautica S.A (déjà cité ici), ont été identifiées qui pourraient éventuellement entraîner des pannes, car le moteur a accumulé un plus grand nombre d’heures de fonctionnement. Les poussoirs des soupapes d’admission et d’échappement étaient différents de ceux utilisés, du produit d’étanchéité avait été utilisé dans l’assemblage de la pompe à huile, à la base des cylindres et dans les vis de fixation, ce qui n’était pas recommandé par le fabricant, un joint placé de manière inversé dans l’assemblage limitait partiellement le débit d’huile, des boulons et des rondelles non standard avaieont été utilisés dans l’ensemble du filtre à l’huile et dans l’engrenage de distribution de l’arbre à cames »…

Vente, revente … et dix de der

L’un des cas les plus typiques décelé par le CPI, celui d’une remise dans le circuit d’un avion déjà arrêté, est le suivant : « parmi les astuces utilisées par le groupe de transport aérien de la drogue d’Atibaia pour échapper à la justice, nous mettons en évidence ce qui est arrivé à l’avion Bonanza préfixe PT-IGO (à ne pas confondre avec le PP-IGO, un Cessna Centurion ni avec le PR-IGO, un Cessna 150), propriété de José Gomes Filho comme le dit le certificat délivré par le RAB du 8 Janvier 1993-25 novembre 1998. Selon le rapport d’enquête de la police 071/00, « le 22 juin 1998, la police fédérale a arrêté en flagrant délit de trafic de stupéfiants Sandoval Oliveira Bittencourt, Ingrid Maria Villarroel Perez, Rosa Almanza de Villaroel et Marcos Aurélio Nunes Soares. La police de la police fédérale avait au préalable  reçu une information selon lequel il y aurait un avion monomoteur transportant de la cocaïne en provenance de Bolivie, et qu’il atterrirait dans un aéroport sans surveillance, probablement Atibaia. Ils ont ensuite déménagé à l’aéroport, restant là, regardant le mouvement. L’immatriculation PT-IGO est alors apparue, qui venait d’atterrir avec les trois premières personnes mentionnées ci-dessus. Ils sont descendus de l’avion, accueillis par Marcos Aurélio, qui se trouvait près du site d’atterrissage. Les policiers fédéraux ont approché ces personnes, et les femmes se sont identifiées comme étant de nationalité bolivienne. Une recherche a été effectuée dans l’avion, dans lequel ont été trouvés, emballés dans cinq valises, 92 paquets contenant environ 90 kilos de cocaïne. Sandoval, selon le témoignage de la police fédérale Luiz Antonio da Cruz Pineli, Geraldo Barizon Son et Washington da Cunha Menezes leur aurait dit que l’avion appartenait à Ramon Morel, en partance de sa ferme, se déplaçant en Bolivie, en prenant la deux Boliviens avec la drogue et se dirigeant vers Atibaia.  Le « PT-IGO a ensuite été saisi, et il a été déposé le 29 juin 1998 chez Dirsenei Teixeira Rosa, président de l’aéroclub de Campinas. Ce dernier, le 24 juillet 1998, demande le déliement de l’engagement d’un fidèle dépositaire. L’agent fédéral Manoel Divino de Moraes, chargé de localiser une autre personne qui remplissait les conditions et acceptait l’accusation, a trouvé Luiz Henrique Malavasi, qui a accepté le dépôt … « Pendant ce temps, Gomes est venu le 31 Juin 1998, avec une action de résiliation du contrat, combinée à une ordonnance de protection « Recherche et Saisie » dudit aéronef.  Selon l’instrument privé du contrat d’achat et d’achat d’aéronefs avec réserve de domaine, document annexé à l’action résolutoire, Gomes aurait revendu le PT-IGO à Gonçalves à la date du 2 mai 1998, ayant comme témoins Odarício et Aristides Marques da Rosa, employé du hangar de la famille Gomes.  Le contrat dont la photocopie est trouvée dans cette enquête de police, cependant, n’a pas de signature lisible.  En vertu de l’accord, 5 000 reals sont payés légalement et le reste est comme suit: 45 000 le 20 mai 1998 et deux versements de 50 000 le 13 juin et 13 juillet 1998. Cet achat totalise la valeur de 150 000 reals.  Les paiements des versements auraient été assurés au moyen de billets à ordre, dont les photocopies sont jointes à l’action.  Dans la suite, il est indiqué que le commanditaire a cessé de payer les acomptes du 13 juin et du 13 juin 1998.  Le 5 août 1998, la région d’Atibaia a émis une injonction civile pour rechercher et saisir l’appareil PT-IGO ».  Les avocats de Gomes ont demandé une lettre préemptive et ont été servis par Romeu Estevão Ramos, au tribunal.  Le PT-IGO a fini par être retrouvé par cette lettre civile itinérante, même si il avait déjà été appréhendé par la police fédérale. « L’un des accusés du trafic refera parler de lui le 6 juin 2002, mais à l’intérieur du pénitencier d’État Antonio de Souza Neto à Sorocaba.  Emprisonné avec Nilson César de Oliveira, 21 ans, condamné à plus de 100 ans pour les vols de banque, et Genésio Silva Naissance, condamné pour agression, Marcos Aurélio Nunes Soares, 37 ans, celui qui avait été arrêté par la police fédérale avec 100 kilos de cocaïne à Corumbá (MT) effectuait en réalité une distribution régulière de coke, apportée par tout un gang de jeunes délinquants de moins de 20 ans.  La drogue était apportée par leurs petites amies, dissimulée comme on peut l’imaginer pour échapper aux fouilles… Pour se venger de ne pas en avoir eu, d’autres prisonniers avaient étranglé le membre du PCC, Paulo Ferreira da Silva, qui se trouvait alors dans une cellule disciplinaire… Ramon Morel  sera assassin en 2001 à Capitan Bado.  Le roi des narcos,  Beira Mar, après s’être échappé d’une prison de Rio de Janeiro, avait trouvé refuge à Capitan Bado, dans le bastion de la famille Morel, qui pendant quatre générations avait dominé le trafic de marijuana, de cocaïne, d’armes et de munitions dans le pays.  C’est bien Beira Mar qui l’avait assassiné pourtant, à la suite de « divergences » :  le 13 janvier 2001, quatre hommes armés, sur l’ordre de Beira Mar, avaient en effet assassiné les frères Mauro et Ramón Morel, dans un bureau que les victimes avaient à environ 3 km du centre de Bado.  Parmi les tueurs  figuraient deux des hommes les plus fidèles de Beira Mar, connus sous le nom de « Chapolin » et de « Chiquinho » Meleca. Nous reviendrons un peu plus loin sur le cas de la famille paraguayenne Morel, précurseur à sa façon du trafic de marijuana et de cocaïne.

Le crack de Batatais
Quant à savoir quand  le trafic avait commencé… difficile de fixer une date.  Le Cessna Cessna 210 immatriculé ZP-TYB de Morel, au Paraguay a fait figure de pionnier de la méthode, il semble bien. Mais on trouve aussi le mercredi 15 juillet 1998 le compte-rendu de l’arrivée d’un Cessna à Batatais (à 355 km au nord de Sao Paulo, chargé de 213 kg de crack.  « La drogue était cachée dans le compartiment à bagages du Cessna-210, immatriculé PT-KQM, qui a atterri dans le club aérien de la ville pour se ravitailler. « Nous avons perçu une route de circulation dans cette région », a déclaré le délégué Carlos Cavallini, 35 ans, chef du Service de renseignements et d’informations techniques du Département d’enquêtes sur les stupéfiants de São Paulo. La drogue trouvée était prête à être consommée. La charge a été évaluée  532 mille reals. Deux hommes occupant l’avion ont fui lorsque la police a encerclé  l’hôtel où ils se trouvaient. L’avion a atterri avant-hier, mais la police n’est entrée dans le Cessna qu’hier. « Nous avons passé la nuit à attendre le retour des trafiquants », a déclaré le délégué du Batatais, Sebastião Oswaldo Mazzaron Filho. Le député a déclaré avoir identifié le propriétaire de Cessna à partir des informations du DAC (Département de l’aviation civile). Il vient de Ponta Porã (MS), mais son nom n’a pas été révélé. Dise suspecte que la drogue est venue de Santa Cruz de la Sierra (Bolivie), en raison des marques trouvées sur les sacs de sucre qui ont caché la drogue dans l’avion. « Nous n’avons pas de marché pour ce montant au Batatais, ce qui nous porte à croire que la drogue était destinée à Ribeirão Preto, à Franca et même au sud du Minas Gerais », a déclaré le délégué.  Les noms des pilotes alors cités étant Antonio Andrade Neto et son propre fils Donizete da Silva Andrade, la police recherchant alors Gilmar Félix de Freitas comme chef de gang.  « Nous avons certainement découvert une branche locale du trafic international. »  On notera que l’aérodrome de Batatais avait tout pour plaire avec sa piste de terre et deux seuls petits hangars (visibles ci-dessus).  L’avion saisi, le PT-KQM (21060918)semble bien retourné dans le circuit normal de l’aviation civile, mais en ayant été repeint une première fois avant 2006 (avion du dessus), puis une deuxième en 2008 (avion en dessous).  Pour finir par atterrir sur le ventre en août 2014 à São José do Rio Preto Airport, à Sao Paulo même (ici à droite), dans un crash sans blessé dû à… (Alzheimer?) :  « Selon le Daesp (State Air Department de São Paulo), l’avion accidenté venait de quitté l’atelier de maintenance pour un vol d’essai lorsqu’il est tombé sur le ventre sur la piste ». Le pilote et propriétaire, un homme d’affaires araraquara âgé de 63 ans, a déclaré: « J’étais seul et j’ai oublié d’abaisser le train d’atterrissage et l’avion est tombé sur la piste. »  On notera que ce 210 était muni d’un pod radar sur l’aile droite.  Un bidule qui était apparu en 1979, ajoutant 9095 dollars au prix de l’appareil.

Bilan final de la CPI 

« Après un an et quatre mois d’enquêtes, le CPI de l’Assemblée législative a approuvé hier le rapport final qui souligne Atibaia (à 57 km de Campinas) comme l’une des principales branches du trafic de drogue et l’altération de Etat. En outre, l’aéroport d’Amarais (ici à gauche) à Campinas, est cité deux fois dans le rapport comme un éventuel entrepôt pour les avions utilisés par les trafiquants».  Et c’est vrai que cet aéroport de Campinas (Longitude: -47,108° Latitude: -22,859°) est le grand oublié depuis toujours.  Car il a beaucoup grandi depuis… A le voir de satellite :

« Avec 220 pages et 95 volumes d’annexes pour les enquêtes criminelles, le rapport indiquait l’existence de 390 pistes clandestines clandestines (???) dans l’État utilisées pour les atterrissages de petits avions, dont 28 dans la région de Campinas. Ces indices peuvent être utilisés pour le trafic de drogue, selon le document. L’enquête a été menée par la police civile de São Paulo, qui a survolé et suivi plusieurs zones. Selon l’enquête, la région de Piracicaba  (ici à droite) concentre le plus grand nombre de voies soupçonnées de servir le trafic de drogue. 14 sites ont été identifiés – la moitié de la région entière. Des pistes illégales ont également été localisées à Mogi Guaçu, à Jundiaí, à Americana, à Porto Feliz, à Itu, à Mogi Mirim et à Sorocaba. Le rapport demande que les propriétaires de tous les indices clandestins soient avertis par la police de régulariser ou de détruire les sites. En plus d’enquêter sur le trafic aérien, le CPI a enquêté sur le crime organisé dans le port de Santos, le plan d’évasion dans les prisons et les routes terrestres pour la distribution de drogues. Les documents seront transmis au Bureau du Procureur d’Etat et au Gouverneur d’Etat, Geraldo Alckmin (PSDB). En tout, il y a eu 30 séances, 98 témoignages, 27 enquêtes de police qui ont abouti à l’arrestation de 22 personnes, dont sept du groupe Atibaia, en plus d’identifier quatre autres qui sont des fugitifs. Les députés suggèrent également que l’aéroport international de Viracopos (ici à gauche) augmente l’inspection du fret. » A gauche, un Cessna abandonné dans un recoin de l’aéroport dAmarais… un vestige des années terribles ???

Le cas d’Atibaia

Selon le rapport final, « le groupe d’Atibaia était lié à au moins six autres États, dont Rio de Janeiro, où des trafiquants de drogue présumés de la région sont impliqués dans le gang Fernandinho Beira-Mar. Les députés ont également trouvé des liens avec le gang de la famille Morel au Paraguay. Le rapport final cite comme les grands noms de la traite et les entrepreneurs des falsifications d’avions à Atibaia comme José Gomes Filho, Odarício Quirino Ribeiro Neto, Wilson Boy et Odair da Conceição, tout arrêtés. Dans leurs déclarations au CPI, tous ont nié les allégations formulées par la commission. Ribeiro Neto et Gomes ont des hangars à l’aéroport de la ville et plusieurs avions à leurs noms, avait pourtant indiqué la police. Ont également été mis en accusation l’agriculteur José Ferreira da Silva, les pilotes José Ricardo Nogueira Braga, Ademir de Luca (Tutu), Joseph Salomon, l’homme d’affaires Vito Santo Lesting, Abraham Jacob et Carlos Parreira, respectivement père et frère de Odarício. Tout le monde a nié les allégations. L’utilisation de l’aéroport d’Atibaia dans le trafic avait déjà été citée dans le CPI du Narcotráfico de la Chambre fédérale. « Les résultats ont été positifs, mais les enquêtes ont rencontré des difficultés pour obtenir des informations des agences fédérales, qui contribuent peu, principalement, aux violations de secret qui ont été demandées », a déclaré le rapporteur, Renato Simões (PT).  Selon le président du CPI, Dimas Ramalho (PPS), l’une des principales conclusions était qu ‘il n’existe pas de politique articulée et cohérente pour lutter contre le trafic de drogue dans l’Etat ».  Résultat vingt ans après… à votre avis ?

Les cinq premiers revendus

Cinq avions du groupe se retrouvent vendus aux enchères rapidement à Sao Paulo même dès le 17 juin 2000, explique ici Politica.  Le premier est le PT-EXD  un Piper Seneca II, qui appartenait à José Aparecido Vilela, lié au groupe d’Atibaia. « Il transportait de la cocaïne entre les États de Rondônia et de São Paulo et avait été saisi par la police fédérale avec 16 kilos de cocaïne à bord ».  Le PT-OCF (ex ZP-TSC), « appartenait lui au trafiquant international Arnulfo Argentale Ariste, un membre d’un gang qui produisait de  la cocaïne au Pérou,  et la stockait ensuite au Brésil ».  L’avion avait été localisé et saisi sur une piste clandestine à Taguaritinga (SP). « Le Bonanza A-36, immatriculé PT-LJG appartenant à Edmund dos Santos Rocha, avait été saisi en 1998 lors d’un atterrissage à Marília (SP) avec à bord 28,76 kg de cocaïne ». C’est le Beech A36 E-1408 ré-enregistré le 11 juin 2002 pour devenir le PR-AAJ« Le Cessna 210, immatriculé PT-KCT appartenait à Mark Wilson Paes, dont le groupe a été découvert lors des enquêtes engagées à Ribeirão Preto (SP). L’avion transportait 184 paquets de cocaïne pressée lors de la saisie. Dans la même région de Ribeirão Preto, où l’année dernière a été démantelé l’une des grandes connexions du trafic qui s’effectuait à l’intérieur, avec une saisie de 29 kilos de cocaïne, à bord du le cinquième avion qui sera vendu aux enchères cette semaine. Le Piper, immatriculé PT-LGK appartenant au trafiquant Maiolino Vieira Marques arrêté depuis 1993. Le voilier Alfredo di Gianvincenzo a également été saisi en 1993, à Ceara, avec une charge de 218 kg de cocaïne, il devrait se rendre dans les ports du sud de l’Italie. »  

Qu’en faire de tous ces avions ?

Ces avions une fois saisis deviennent en fait encombrants, note le site spécialisé Pilote Policial le 13 décembre 2014: « sur les 12 avions remis par la justice fédérale et la justice de l’État de São Paulo à l’État du Mato Grosso do Sul, dix ne peuvent plus voler. Parmi les avions qui périssaient dans le hangar du Secrétaire d’Etat de la Justice et de la Sécurité publique (Sejusp) un aéronef dont le certificat de navigabilité s’arrête en avril 2009 et a depuis n’a pas été rénové non plus, parce que l’administration de l’état actuel n’était pas intéressée pour le faire. Dans la plupart des cas, les avions sont affectés au gouvernement de l’État, qui a le statut de gardien fidèle. Le juge fédéral, Odilon de Oliveira, met en garde contre la responsabilité de l’administration de l’Etat dans ces cas. « Tout gardien fidèle a l’obligation de veiller sur le bien qui est en sa possession », explique-t-il. La plupart des avions cédés au gouvernement de Mato Grosso do Sul appartiennent à des trafiquants de drogue. Ils sont arrivés dans l’Etat par des conventions, qui, une fois lancées, ont été largement annoncées (on notera le PT-KPG dans la liste). On s’attendait à ce qu’ils soient utilisés dans la lutte contre le crime, dans la recherche et le sauvetage, ainsi que dans le transport des autorités. Seulement deux d’entre eux sont utilisés… Selon le conseiller en communication du gouvernement du Mato Grosso do Sul, seuls quatre avions sont actuellement opérationnels. Parmi ces quatre, deux sont cédés par Justice, le Beech Baron, préfixe PR-FPG, et le Seneca, préfixe PT-EIIJ. Presque tous les dix avions qui  tournent à l’état de  ferraille dans, le hangar du gouvernement de l’État, ont été abandonnés, suite à des  incident nécessitant des pièces d’échange et les réparations jugées « coûteuses » par l’administration. Ainsi pour le Beech Baron PT- WFO, qui a été ramené sans train d’atterrissage après  l’accident du 22 Novembre 2012. Depuis, rien n’a été fait pour réparer le problème, et l’avion est devenu une partie du cimetière des avions du gouvernement »... Les revendre aux enchères  ?  C’est la bonne possibilité en effet.  Mais pour l’un d’entre eux, ça a mal tourné .  Le PT-WDI cité ici parmi les 12 aura du mal à revoler en effet… il venait juste d’être racheté aux enchères par Paulo Mota Flores quand il s’est écrasé le 9 mai 2013… ». « Selon le délégué à l’enquête, Devair Aparecido, du 4ème DP, l’avion s’est écrasé hier après avoir été acquis aux enchères par Paulo Mota Flores, 63 ans »…  Il est aujourd’hui définitivement détruit, à moins d’un miracle.  Comme savent le faire les mécanos des trafiquants… lorsqu’ils sont employés par l’Etat, ce n’est guère mieux:  le 2 octobre 2014. le bimoteur du département des incendies du Mato Grosso do Sul (au milieu du chapitre à gauche), qui s’apprêtait à transporter le gouverneur de l’état, André Puccinelli (PMDB) et sa délégation, le jeudi 25, en visite officielle à la municipalité de Paraíso das Águas (MS), n’avait pas réussi à mettre ces moteurs en marche, et le député avait dû faire le trajet en voiture…

Les liens politiques actuels : rien ne semble avoir changé, hélas !

Est-ce que cela continué, ces liens entre politiques et milieux interlopes de l’aviation ? A l’évidence, oui.  On découvre bientôt ceci en effet : « J & F, société holding pour les affaires Joesley et Wesley Batista et contrôle JBS, a acheté en 2012 pour 700 000 reals l’avion de l’ancien ministre Geddel Vieira Lima (PMDB). L’accord a été fait dans la période occupée par Geddel; le vice-président d’entreprise de la Caisse d’épargne fédérale et responsable de la libération des prêts aux entreprises, y compris les sociétés de J & F. D’après les enquêtes menées par la police fédérale (1) et le ministère public fédéral, Geddel a servi à libérer des prêts en échange de pots de vin entre 2011 et 2013 et aurait bénéficié des sociétés J & F, comme de JBS.  L’ancien secrétaire du gouvernement (celui de Temer forc à démissionner en novembre 2016) est placé en détention provisoire depuis le 8 Septembre, trois jours après que la police fédérale ait trouvé 51 millions de reals dans un appartement à Salvador qui aurait été prêté au PMDB (ici à droite la photo sidérante de la découverte : des monceaux de billets dans des valises !!).  L’avion vendu par Geddel à J & F et le un Piper Seneca qui a pour immatriculatio, PT-WNP (ici à gauche), et a été déclaré parmi les actifs des élections politiques en 2006 et 2010. C’est un modèle avec deux moteurs, d’aviation d’affaires. Les documents auxquels Folha avaient accès montrent que l’avion a été acheté par Geddel Vieira Lima en 2003 pour 210 000 reals et revendu à J & F en 2012 pour  700 000… Les documents montrent également que, après avoir été acheté par J & F, l’avion a changé de mains trois fois sur une période d’un peu plus de trois ans. Tout d’abord, il a été adopté en janvier 2013 par la société Rodopa Food for 651 000 reals, prix inférieur au 700 000  versée à Geddel. L’opération a été conclue quatre mois après l’achat de Rodopa Alimentos par Sérgio Longo, ancien directeur de JBS (…)  En septembre 2014, l’avion a été racheté par J & F via JBS.  Finalement, en mars 2016, JBS a largué l’avion et l’a vendu à Vegas Constutora, basée à São Paulo’.  Je reviendrai bien sûr ici-même sur le cas de Geddel, lors de l’étude des liens entre politiques et trafiquants, au Brésil.

(1) Selon l’Express, « sa position était devenue intenable après les accusations de trafic d’influence portées contre lui la semaine dernière par le ministre de la Culture, Marcelo Calero, qui a quitté le gouvernement pour marquer sa désapprobation. Ce dernier accusait son collègue d’avoir exercé sur lui des pressions pour qu’il demande à l’Institut du patrimoine historique (Iphan), dépendant de son ministère, d’approuver un projet immobilier à Salvador de Bahia.  Geddel Vieira Lima y a acheté sur plans un luxueux appartement dans une future tour de 31 étages avec vue imprenable sur la baie.  Mais l’Iphan a partiellement paralysé ce projet en n’autorisant que la construction d’une tour d’habitations de 13 étages pour protéger des bâtiments voisins classés au patrimoine historique ». 

 

Le journal citoyen est une tribune. Les opinions qu’on y retrouve sont propres à leurs auteurs.

Article précédent:

 

Coke en stock (CCI) : la découverte et la chute des fournisseurs d’avions (36)

Commentaires

commentaires

A propos de ghostofmomo

avatar

Check Also

Inondations dans l’Aude

Inondations dans l’Aude : les vrais responsables du drame…   Les fortes pluies qui se ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.