Accueil / T Y P E S / Articles / Clerg? et pensionnats autochtones

Clerg? et pensionnats autochtones

RAYMOND VIGER:

Juin, le mois des autochtones? Je me souviens!

Depuis le d?but de la colonisation, l??ducation des enfants autochtones a ?t? assur?e par le clerg?, par les missionnaires qui souhaitaient les convertir au christianisme.

Normand Charest?Dossier?Autochtone

pensionnat autochtone indien am?rindien r?sidenceMais la conversion signifiait changer leur mani?re de penser et d?agir, car en faire de ?bons chr?tiens? impliquait de les transformer en Blanc, c?est-?-dire de ?tuer l?Indien en eux?, comme on disait souvent ? l??poque, autant aux ?tats-Unis qu?au Canada.

Une petite Sioux am?ricaine nomm?e Zitlaka-?a est devenue Gertrude Simmons Bonnin pour les missionnaires. On a coup? court ses longs cheveux et on a remplac? ses mocassins par des souliers ? semelle rigide, dont les talons r?sonnaient sur les planchers de bois.

pensionnat_indien_autochtonebibliothe_que_et_archives_canadaAu Canada, les ?coles r?sidentielles ou pensionnats ?indiens? ont ?t? fond?s par le minist?re des Affaires indiennes et administr?es par les ?glises chr?tiennes, catholique et anglicane. De telles ?coles existant depuis la mise en vigueur de la Loi sur les Indiens en 1867 sont devenues obligatoires pour les enfants am?rindiens, m?tis et inuits en 1920. La plupart des pensionnats ont ferm? leurs portes durant les ann?es 1970, le dernier en 1996.

On reconna?t d?sormais que ces institutions ont nui aux enfants autochtones:

  • en les s?parant de leur famille et de leur communaut?;
  • en leur interdisant de parler leur langue maternelle et de pratiquer leur culture propre;
  • en les exposant fr?quemment ? des s?vices physiques et sexuels commis par le personnel des ?tablissements.

pensionnat autochtone indiens am?rindien r?sidenceLe 11 juin 2008, le gouvernement f?d?ral, ainsi que tous les chefs de parti, ont pr?sent? officiellement des excuses au nom du peuple canadien aux Autochtones dans l?enceinte de la Chambre des communes. Quelques jours plus t?t a ?t? form?e la Commission de v?rit? et r?conciliation du Canada, dont les travaux se poursuivent dans tout le pays depuis.

Dans un article publi? sur le site de Radio-Canada le 29 avril 2009 intitul?

?Le pape exprime des regrets?, on peut lire: ?? Rome, le pape Beno?t XVI a exprim? ses regrets ? mais pas ses excuses ? pour les s?vices subis par des milliers d?enfants autochtones dans les pensionnats dirig?s par des pr?tres catholiques lors d?une audience priv?e accord?e ? une d?l?gation de l?Assembl?e des Premi?res Nations et de la Conf?rence des ?v?ques catholiques du?Canada.?

Les parents des peuples nomades, notamment les Innus, auxquels on avait enlev? de force leurs enfants, ?taient d?sempar?s. Ils se sont s?dentaris?s pour se rapprocher des ?coles. C??tait la fin de leur vie traditionnelle et de leur autonomie. La fin de la fiert? et du bonheur, remplac?s par la douleur et l?absurdit? qui men?rent bien souvent ? la fuite dans l?alcool.

Les enfants sortis des ?coles ne savaient plus parler leur langue maternelle. Ils ?taient d?s?uvr?s. Les g?n?rations ne se comprenaient plus entre elles. Alcool, drogues, violence, abus et incarc?rations en ont r?sult?, sans compter le haut taux de suicide chez les Autochtones.

Cependant, aussi ?tonnant que cela puisse para?tre, les Autochtones sont encore soumis ? la Loi sur les Indiens, qui fait d?eux d??ternels mineurs sous la tutelle du gouvernement canadien.

Au Qu?bec, il y a eu des pensionnats ? Amos, Fort-George, Rivi?re-George (Kangiqsualujjuaq), Poste-de-la-Baleine (Kuujjuarapik, Whapmagoostui), Payne-Bay (Kangirsuk), Port Harrison (Inukjuak), La Tuque, Pointe-Bleue et Sept-?les (Maliotenam).

Commission de v?rit? et r?conciliation du Canada:http://www.trc.ca/websites/trcinstitution

Autres textes sur?Autochtone

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Disparition d’Emiliano Sala : un rapport nébuleux, mais des découvertes explosives (5)

Nous avons abordé dans l’épisode précédent le problème des gestions offshore d’entreprises ou de clubs ...

4 Commentaire

  1. avatar

    Il faut être d’une bassesse et d’une hypocrisie incommensurable pour ne présenter que des excuses sans faire en sorte d’aider à rétablir leur situation comme elle l’était.

    C’est une tache indélébile des gouvernements responsables de cette situation. D’autant plus que l’opinion publique générale au sujet des Amérindiens est révoltante.

    André Lefebvre

    • avatar

      Commentaire de l’auteur Normand Charest:

      Je crois que l’opinion publique s’améliore à ce propos, du moins en partie. Nous y travaillons en tout cas.

      Pour ce qui est des gouvernements, nous sommes là pour les influencer, puisque leur rôle est de représenter – idéalement – les citoyens dont nous faisons partie.
      De plus, ce que beaucoup d’Amérindiens n’aiment pas dans notre société, nous ne l’aimons pas non plus. La société des « non autochtones » n’est pas un tout uniforme ; aucune société ne l’est. C’est ainsi qu’on ne peut pas élever de murs infranchissables entre les Premières Nations et les autres citoyens ; au contraire, il nous faut aller les uns vers les autres.

    • avatar

      Ouais!.

      L’idéal est d’aller, avec eux, à la pêche et à la chasse.

      C’est la meilleure occasion de régler tous les problèmes facilement, parce qu’on y apprend à se connaître.

      André Lefebvre

    • avatar

      Et l’auteur de nous répondre:

      Bonne idée…

      Normand Charest