Accueil / T H E M E S / CULTURE / Littérature / anecdotique / Chine – L’enfant unique et la poupée intelligente

Chine – L’enfant unique et la poupée intelligente

 

 

Wuy Xingliang le directeur d’Exdoll. est un entrepreneur chinois qui possède un sens des affaires assez sensuel. Sa grande ambition est d’essayer de rompre la solitude de millions de Chinois qui resteront célibataires à cause de la politique de l’enfant unique. Les « guang gun », les branches mortes, qui ne porteront jamais de fruits » ou  » Sheng Nan, les restes d’homme ». Son objectif est la création d’une poupée « intelligente » qui ne sera pas uniquement destinée au sexe.

Petit retour sur la politique de l’enfant unique

En 1949, la Chine de Mao Zedong avait besoin de main-d’oeuvre pour « augmenter la force de travail » de son pays. Les femmes qui avaient plus de dix enfants étaient surnommées Mamans d’honneur (光荣妈妈) ». La politique d’encouragement à la natalité ayant pour résultat une croissance rapide de la population qui passa de « 550 millions en 1950 à 890 millions en 1973 ».

Pour mettre un frein au baby boom chinois qui devenait une charge trop lourde à supporter, L’Etat décida en 1979 la politique de l’enfant unique (独生子女政策). Des millions de filles furent sacrifiées par avortements sélectifs ou infanticide, ce qui provoqua un déséquilibre entre les sexes. Le 29 octobre 2015, « lors du 5e plénum du comité central du Parti Communiste chinois » il a été décidé que les couples pourront désormais avoir un deuxième enfant. Mais, le mal était fait, en 2020 la Chine devrait compter 30 millions d’hommes en plus que de femmes.

La Chine n’est pas le seul pays touché par cette préférence marquée en faveur des garçons.
« Ces discriminations sont particulièrement marquées dans quatre pays : la Chine, l’Inde, le Pakistan et le Bangladesh ». 

Pourquoi une poupée « intelligente »

Tout dépend de l’usage réservé à l’objet féminin, voire masculin. Si son but n’est que de satisfaire les besoins sexuels, pourquoi investir une somme d’argent considérable pour arriver à ses fins. Car, il faudra quand même débourser 25 000 yuans et donc 3200 € pour tester cette petite merveille qui ne devrait pas tarder à arriver sur le marché. Alors que sur le catalogue vous pouvez trouver chaussure à votre pied pour un prix hard-discount. Maintenant c’est vous qui voyez.

En fait, la poupée intelligente aura d’autres qualités qu’un don pour les galipettes. Elle devrait avoir « un véritable sens de la conversation », savoir jouer de la musique, et pourra même « accomplir certaines tâches ménagères » comme par exemple « mettre en route un lave-vaisselle ».

« Le premier modèle développé s’appelle Xiaodie et il se présente sous la forme d’une poupée réaliste dotée d’une connexion WiFi, une poupée intégrant un assistant virtuel similaire à ce que propose Apple et Amazon avec Siri et Alexa ».

L’acheteur aura également la possibilité de personnaliser sa poupée et choisira lui-même la couleur de ses yeux et cheveux et bien d’autres détails plus intimes.

En conclusion

Pour en revenir à la Chine, car malgré les apparences c’est un sujet sérieux, il est bien certain que l’arrivée de la poupée intelligente ne réglera en aucun cas le grave problème du manque de femmes. La poupée ne pouvant servir que de modeste substitut, à condition d’en avoir les moyens. Les célibataires chinois continueront donc à chercher une vraie femme, et « de désespoir, certains kidnappent des femmes. D’autres partent s’en acheter une à l’étranger. Des Birmanes, des Vietnamiennes, des Indonésiennes « importées » en Chine ».

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

George H. W. Bush: louanges des médias et de l’establishment

Les médias et l’establishment politique louent George H. W. Bush L’ancien président George H. W. ...