Accueil / T Y P E S / Articles / CHAVEZ LE PREMIER N? D?UNE ?RE NOUVELLE

CHAVEZ LE PREMIER N? D?UNE ?RE NOUVELLE

OSCAR FORTIN

Les Mayas nous avaient annonc?, pour d?cembre dernier, la fin du calendrier marquant l??re de l?individualisme, de la cupidit?, de l?ambition, de la domination, de la manipulation du mensonge. Une ?re caract?ris?e par la discrimination, le racisme, les luttes religieuses, les id?ologies aux int?r?ts et aux horizons confus.

Aujourd?hui, le peuple v?n?zu?lien, l?Am?rique latine et le monde ont rendu hommage ? Hugo Chavez, cet homme qui a marqu? le d?but de ce XXIe si?cle. Il fallait voir ces 55 repr?sentants de gouvernements venus des quatre coins de la plan?te, ces millions de personnes gonflant les rues de Caracas, passant des jours et des nuits pour aller dire un dernier adieu ? celui qui leur avait donn? un toit, un m?decin, une ?cole, une fiert? et une nouvelle solidarit?. Ces manifestations grandioses d?affection et de respect t?moignent d?un Chavez qui a su comprendre et incarner les grandes aspirations des hommes, des femmes, des enfants et des peuples de notre temps.

C?est en entendant ces cris, ??nous sommes Chavez, Chavez vit en nous, le peuple est Chavez, je suis Chavez??, que j?ai compris que l?esprit et le c?ur de Chavez venaient de naitre de nouveau, cette fois, dans le c?ur et l?esprit de son peuple et dans celui de millions de personnes ? travers le monde.

Qu?a-t-il donc ?t? et fait pour atteindre si profond?ment ces personnes et ces peuples?

Sans ?tre exclusif, je dirais qu?il a fait ?clater certains grands mythes ou bulles qui retiennent toujours la marche des peuples et de l?humanit? vers un monde plus juste, plus vrai, plus solidaire, plus compatissant, plus humain. Parmi ceux-ci, je me permets d?en relever cinq, m?apparaissant plus d?terminant que d?autres.

  1. Il a bris? le mythe des puissants et des empires qui se donnent tous les droits comme s?ils ?taient marqu?s d?un sceau sp?cial venant directement des dieux. Il a d?nonc? leur cupidit? et leur hypocrisie. Il s?en est pris ? leur suffisance, comme s?ils ?taient les seuls ? pouvoir diriger le monde. Il leur a rappel? que l?heure ?tait arriv?e pour descendre de leur pi?destal et de reconna?tre que chaque personne, chaque peuple ont les m?mes droits qu?eux. Il s?est battu pour qu?un changement complet d?attitudes de la part de ces puissants accompagne ce nouveau paradigme des relations entre personnes et nations du monde. Le monde unipolaire est une aberration face ? la fresque multicolore de l?humanit?. L?avenir doit se construire sur les bases d?un monde multipolaire et s?il y a gouvernance mondiale, elle devra ?tre immanquablement multipolaire.
  2. ?Il a bris? le mythe du capitalisme et du n?olib?ralisme qui se pr?sente comme la voie ? suivre pour assurer la libert?, la justice, la v?rit?, la d?mocratie, la solidarit? entre tous les humains de la terre. Il a fait comprendre, par des gestes et des exemples, que ces deux faces d?une m?me m?daille id?ologique portaient dans son essence m?me le principe de la division, de la confrontation, de la corruption, du m?pris et de la haine. Il suffit de regarder le portrait de l?humanit?, assujettie ? ce mythe, pour r?aliser que c?est un grand fiasco humanitaire. En effet, alors que les deux tiers des humains vivent dans la pauvret?, les 2?% des plus riches contr?lent les 80?% des richesses de la terre. ? cela s?ajoute ce qui se passe en Gr?ce, en Espagne, en Italie et bient?t en France et aux ?tats-Unis o?, pour sauver les banques, on sacrifie les humains. C?est l? un syst?me qui ouvre toutes grandes les portes de la bergerie ? des loups dont l?app?tit ne se tarira jamais. De quoi r?jouir les industries militaires pour qui, les guerres sont leur gagne-pain. Chavez a dit non ? cette voie.
  3. En tant que chr?tien, il a bris? le mythe d?une ?glise institutionnelle toute puissante et autoritaire, s?interposant entre le Christ et les personnes de bonne foi. Chavez, profond?ment croyant et fortement inspir? par la th?ologie de lib?ration, a dit non ? cette puissance interm?diaire et a rappel? que le Christ ?tait toujours la T?te de son ?glise et que son Esprit pouvait communiquer avec qui il voulait, sans demander la permission au Vatican.?Il a d?nonc? le pharisa?sme de ces hi?rarchies, leurs alliances avec les forces des empires et des oligarchies. Il les a invit?es ? retrouver la voie des ?vangiles et la compagnie des humbles et des laiss?s pour compte de nos soci?t?s. Il aura ?t? plus pr?s d?un J?sus qui chasse les vendeurs du temple et qui invective ces pharisiens et docteurs de la loi qui mettent sur les ?paules des autres des fardeaux qu?ils ne peuvent eux-m?mes porter, qu?un pratiquant, docile aux directives de ces autorit?s institutionnelles. Il faut dire que les hi?rarchies catholiques, en Am?rique latine et au Venezuela en particulier, s?identifient davantage avec les oligarchies qu?avec les pauvres. Lors du coup d??tat militaire de 2002, au Venezuela, le cardinal ?tait partie prenante des putschistes, c?l?brant avec ces derniers le renversement du gouvernement Chavez. Un plaisir, toutefois, qui n?aura dur? que peu de temps.
  4. Il a ?galement bris? le mythe qui veut que les peuples ne puissent, par eux-m?mes, assumer leur propre destin. Un mythe qui s?pare ceux qui sont destin?s ? gouverner et ceux qui sont destin?s ? travailler dans les divers secteurs de la soci?t?. Par hasard, les premiers appartiennent aux classes favoris?es et ont un droit absolu aux ?tudes sup?rieures, alors que les autres, les moins favoris?s, doivent ?tre orient?s dans les formations techniques et de service. ? ce sujet, Chavez a d?nonc? cette vision des choses ainsi que l?hypocrisie des d?fenseurs des d?mocraties repr?sentatives qui font figurer le peuple uniquement pour voter, mais une fois au pouvoir, ces gouvernements repr?sentatifs se tournent de bord pour servir les int?r?ts des oligarchies au service desquelles ils mettent les pouvoirs et les richesses de l??tat.
  5. Un autre grand mythe qu?il fit ?clater est celui de la d?sinformation pr?sent?e comme pure v?rit? par les m?dias au service d?int?r?ts priv?s. Il a d?nonc? les exc?s d?une presse priv?e dominante qui ne se g?ne pas pour dire n?importe quoi, pour mentir sans g?ne et souvent pour inciter ? la violence. ??Sur 111 cha?nes de t?l?vision, 61 sont priv?es, 37 communautaires et 13 publiques. Avec cette particularit? que la part d?audience des cha?nes publiques n?est que de 5,4?%, celle des priv?es d?passant les 61?% [3] … M?me chose pour la radio. Et 80?% de la presse ?crite sont contr?l?s par l?opposition?; les deux quotidiens les plus influents – El Universal, El Nacional – ?tant hostiles au gouvernement.?? (1)

? ces mythes d?nonc?s et combattus, Chavez apporte des alternatives, ouvrant ainsi la voie ? un autre monde. Un monde o? peuvent coexister le respect, la dignit?, la solidarit?, la participation responsable, la libert?, la justice, la v?rit? et l?amour. Un monde qui se construit sur la dignit? des plus d?sh?rit?s et le respect de leurs droits les plus fondamentaux.

  1. Son premier geste comme pr?sident ?lu du Venezuela, en 1999, fut de mettre sur pied une constituante pour que les V?n?zu?liens aient une constitution qui soit ? leur image. Une constitution qui encadre les droits et les devoirs de tous et de toutes. Cette derni?re fut vot?e et approuv?e par r?f?rendum en d?cembre 1999. Dans cette constitution, le peuple a de v?ritables pouvoirs sur ses gouvernants? et ses droits y sont clairement inscrits.
  2. Puis, il a r?orient? l?usage de la principale richesse du pays (PDSVA) pour la mettre au service de l?ensemble des V?n?zu?liens. Une richesse ?norme que se partageaient les multinationales qui en assuraient la distribution et les oligarchies locales qui profitaient de cette manne. Elles seront dor?navant utilis?es ? 43?% au d?veloppement du secteur social. Ce sera les grandes missions de lutte contre la pauvret? et l?analphab?tisme, la mise en place de centres m?dicaux dans tous les coins du pays de mani?re qu?aucun V?n?zu?lien n?en soit priv?. Des politiques ont ?t? d?velopp?es pour assurer une distribution ?quitable d?une saine alimentation. Les centres d?linquants qui retenaient ind?ment ces aliments dans des entrep?ts pour d?stabiliser le pays ont vite ?t? ramen?s ? l?ordre. Que dire de cette grande mission d?un logement pour chaque famille? Ce sont des centaines de milliers de logements qui ont ?t? construits, apportant dignit? et respect ? des millions de personnes. Pour une fois, les classes les plus pauvres ont pu toucher leur part des revenus de leurs richesses p?troli?res.
  3. Pour contrer la d?sinformation, Chavez s?est donn? des outils pour communiquer r?guli?rement avec son peuple?: toutes les semaines, il avait son ?mission, ??Allo pr?sident??, lui permettant un v?ritable dialogue avec son peuple. Ces ?missions duraient des heures. Elles ?taient l? pour assurer ce lien fondamental du chef e l??tat avec le peuple. Un moment privil?gi? pour parler ?galement de la r?volution bolivarienne, du socialisme du XXIe s. , des d?fis ? relever et des espoirs pour le pr?sent et l?avenir. Il leur parlait de solidarit?, de justice, de participation, d??ducation, de soins de sant?, mais aussi des probl?mes rencontr?s dans cette marche vers une soci?t? plus juste et plus solidaire. Un moment fort de prise de conscience collective.
  4. ? cette premi?re initiative, s?est ?galement ajout?e t?l?surtv, r?seau public de t?l?vision, mis en place pour contrer le monopole des principales t?l?visions priv?es du pays. Il a ainsi donn? la parole au peuple et ? ses principaux repr?sentants, contrant ainsi la d?sinformation nationale et internationale. Un outil indispensable dans ce long processus de lib?ration.
  5. Chavez a toujours voulu r?soudre les conflits et les diverses emb?ches mises sur sa route par des voies pacifiques et d?mocratiques. Il est le pr?sident de l?Am?rique latine qui a connu le plus grand nombre de consultations populaires durant ses 14 ans de r?gne. ? l?exception d?une seule, il les a toutes gagn?es. Celle qu?il a perdue, ce fut par moins de 200 000 voix et en bon d?mocrate, il en a accept? les r?sultats.
  6. La Fondation Carter a reconnu que le Venezuela avait le meilleur syst?me ?lectoral au monde et que sa d?mocratie ?tait bien vivante. Ceux qui consid?rent Chavez comme un dictateur sont loin de sa moyenne au b?ton en ce qui a trait ? la d?mocratie. ? titre d?exemple, ici au Canada, nous avons un premier ministre qui dirige le pays en chef absolu avec moins de 25?% de l??lectorat canadien. C?est le m?me qui a souhait? qu?avec la mort de Chavez vienne un gouvernement plus d?mocratique. Une v?ritable honte.
  7. Finalement, Chavez a ouvert le Venezuela ? l?ensemble de l?Am?rique latine et du monde. Il a regroup? les pays de l?Am?rique latine sous divers chapeau?: ALBA, UNASUR, MERCOSUR, CELAC. Il s?est fait leader de l?int?gration de la grande Am?rique latine souhait?e par Bolivar et Marti. La pr?sence, ? ces derniers adieux, de tous ces pr?sidents et repr?sentants de gouvernements en t?moigne.
  8. Chavez a ?galement pris le b?ton du p?lerin, le conduisant aux quatre coins du monde. Il a tiss? des liens humains de fraternit? avec de nombreux chefs d??tat, mais toujours dans le respect mutuel et dans un esprit de coop?ration selon les int?r?ts de chacun. D?ailleurs, leur pr?sence massive ? ce dernier adieu en dit long sur l?estime et le respect qu?il a suscit? dans toutes ces r?gions du monde.

Chavez a mis en terre humaine une semence qui ne pourra que croitre dans le c?ur et l?esprit de ces centaines de millions de personnes.

Si le Christ a ?t? pour Chavez le premier-n? d?une humanit? nouvelle, Chavez est sans nul doute le premier-n? d?une ?re nouvelle nous conduisant tous et toutes vers cette humanit? nouvelle, nourrit de paix, de justice, de libert?, de solidarit?, d?amour, de compassion, de responsabilit?.

Le socialisme du XXIe s. dont il s?est fait un grand promoteur n?a rien de la rigidit? id?ologique contrairement ? ce qu?en disent ses d?tracteurs. Il s?inspire tout autant de sa vision ?vang?lique d?un monde solidaire, communautaire, port? par la justice, la v?rit? et l?amour, que d?une vision humaniste d?un monde en qu?te de respect, de dignit?, de libert?, de justice, de participation ? son propre destin. Entre la vision de Jean XXIII, exprim?e dans son encyclique PACEM IN TERRIS (PAIX SUR TERRE) et le SOCIALISME DU XXIe s., il y une grande concordance. Je vous invite ? lire cet article en r?f?rence ici.

Que les d?tracteurs de Chavez se le tiennent pour dit?: Chavez est devenu un peuple, une patrie, une humanit? en mouvement. Une pr?sence contagieuse qui se fera toujours plus sentir.
%

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Alain Peyrefitte, De Gaulle et les communistes

« Le Général et Georges Pompidou m’ont inculqué la religion du secret, comme ils l’ont inculquée ...