Accueil / A C T U A L I T É / Charte des valeurs qu?b?coises – La?cit?: quatre mises au point essentielles

Charte des valeurs qu?b?coises – La?cit?: quatre mises au point essentielles

Yolande Geadah – Auteure d?Accommodements raisonnables

Le symbole religieux introduit une barri?re symbolique et une in?galit? de fait entre les personnes qui le portent et les autres

 

CPYolande-Geadah

Depuis l?annonce officielle de la Charte des valeurs qu?b?coises par le ministre Bernard Drainville, et m?me avant, des voix se sont ?lev?es de toute part pour condamner l?interdiction de signes religieux dans le secteur public. Il est urgent de recentrer ce d?bat sur les v?ritables enjeux sociaux en cause pour ?viter les d?rapages.

 

1. Le marquage du territoire.?Tout d?abord, il est faux de croire que la restriction de signes religieux porterait gravement atteinte ? la libert? religieuse. Ce serait r?duire la croyance religieuse ? un simple symbole, quel que soit le sens qui s?y rattache. Ce serait aussi faire le jeu du fanatisme religieux de toutes all?geances, qui a tendance ? jeter l?anath?me sur les fid?les refusant ces symboles. Il est difficile d?ignorer le fait que certains mouvements sociaux instrumentalisent la religion ? des fins politiques, et visent ? marquer leur territoire par la propagation de symboles religieux.

 

D?o? l?importance du principe de neutralit? de l??tat, seul garant de la libert? de conscience pour tous. Je suis d?accord avec le ministre quand il affirme que ce principe doit ?tre personnifi? concr?tement par les fonctionnaires de l??tat et par les prestataires de services publics, notamment les enseignants, ? travers le renoncement d?afficher leurs croyances religieuses tout comme leurs all?geances politiques dans le cadre de leurs fonctions, ainsi que le prescrit d?j? la loi. Cette exigence me para?t tout ? fait raisonnable et on fait de la surench?re en soutenant que cela porterait atteinte aux libert?s fondamentales. L?obligation d?accommodement religieux doit ?tre consid?r?e dor?navant comme un chemin ? deux voies. Il incombe aux individus et non seulement aux institutions, comme cela a ?t? interpr?t? par les tribunaux jusqu?ici, de faire des accommodements pour se soumettre aux r?gles communes et la?ques.

 

Il est dommage que la proposition du ministre n?inclue pas la m?me exigence de la part des ?lus et des municipalit?s, ainsi que le retrait de la croix de l?Assembl?e nationale o? ce symbole n?a pas sa place.

 

2. L?argument du pros?lytisme ou celui de la comp?tence et de la non-discrimination.?Certains objectent au port de symboles religieux l?argument du pros?lytisme ou de la capacit? des personnes ? remplir leurs fonctions avec comp?tence et sans discrimination ? l??gard des b?n?ficiaires des services offerts. Je crois qu?il s?agit d?un faux d?bat. S?il est vrai que certaines personnes font du pros?lytisme, surtout aupr?s de leurs coreligionnaires, pour les inciter ? adopter le port du symbole religieux et leur vision sociale, on ne peut pr?sumer que ce serait le cas de toutes. Tout comme on ne peut pr?sumer qu?une personne portant un symbole religieux ne pourrait pas s?acquitter de ses fonctions avec comp?tence et de fa?on ?quitable. L? n?est pas la question principale. Ce type d?argument m?ne ? l?impasse. […]

 

3. Le sens des symboles religieux n?est pas anodin.?Le malaise suscit? par certains signes religieux controvers?s est r?el et contribue ? cr?er des tensions sociales peu favorables au vivre ensemble. On pense bien s?r au hidjab, mais ?galement au kirpan sikh et ? la kippa juive. Il est difficile de nier que le hidjab est le centre d?attention et des critiques de la part des personnes qui d?fendent les principes de la?cit? et de l??galit? des sexes. Les accusations d?islamophobie et de racisme qui fusent ? l?endroit de tous ceux et celles qui critiquent ce symbole visent ? ?touffer le d?bat et ? d?tourner l?attention des enjeux sociaux sous-jacents.

 

L?importance des symboles religieux aux yeux des personnes qui les portent ne fait aucun doute. Il est difficile de croire que le sens de ces symboles serait anodin et laiss? au choix de chacun. G?n?ralement, un symbole religieux est ancr? dans l?histoire et dans un contexte ?volutif. Le sens qu?on lui accorde peut varier d?un contexte ? l?autre et d?une ?poque ? l?autre. C?est ainsi, par exemple, que bon nombre de religieux et de religieuses catholiques ont renonc? volontairement ? leur costume religieux (soutane et voile), ? partir des ann?es 1960, pour se rapprocher des communaut?s qu?ils et elles desservent.

 

Bien que l?adage populaire affirme que ? l?habit ne fait pas le moine ! ?, il le fait en partie, car il impose le respect et conf?re ? la personne qui le porte une certaine ascendance morale sur d?autres. Le symbole religieux introduit donc une barri?re symbolique et une in?galit? de fait entre les personnes qui le portent et les autres. Dans le cas du hidjab, par exemple, l?histoire nous montre que si plusieurs femmes l?adoptent volontairement, par pi?t? ou pour des raisons identitaires, celles qui refusent de le porter sont souvent d?nigr?es et accus?es d??tre impudiques, harcel?es et soumises ? des pressions morales pour les pousser ? s?y soumettre. Il ne faut donc pas se surprendre si ce symbole suscite autant d??motion et de controverses dans tous les milieux, y compris au sein des soci?t?s musulmanes.

 

De plus, les symboles religieux refl?tent g?n?ralement une vision de l?ordre social et des rapports sociaux entre les genres et entre les groupes communautaires. Or ces symboles tout comme les religions qui les portent sont ancr?s dans des valeurs et des traditions patriarcales. Il est ind?niable que l?insistance sur le port de symboles religieux, tout comme le refus de la mixit? dans l?espace public, dont le hidjab n?est qu?un symbole, ainsi que l?insistance sur la puret?, la virginit? et la chastet? des femmes, qui est commune aux trois grandes religions (juive, chr?tienne et musulmane), contribuent ? renforcer le contr?le social des femmes, au nom de valeurs culturelles ou religieuses.

 

4. ?viter le double pi?ge du racisme et du relativisme culturel.?Compte tenu de cette r?alit?, il est erron? d?affirmer qu?on doit d?fendre ? tout prix les symboles religieux ou que les accommodements religieux qui confortent des pratiques fond?es sur des valeurs patriarcales sont n?cessaires pour faire preuve d?ouverture et de tol?rance, tandis que leur remise en question serait un signe de racisme et de x?nophobie. Cette affirmation erron?e ignore la mont?e des int?grismes religieux qui menacent toutes les libert?s. Elle fait fi ?galement des luttes sociales men?es par tous ceux et celles qui s?opposent au fanatisme religieux, souvent au prix de leur s?curit? et de leur vie. S?il faut ?viter le pi?ge du racisme li? aux amalgames abusifs, il faut ?galement ?viter l?aveuglement du relativisme culturel, qui brouille les cartes et nous emp?che de d?passer la d?fense d?int?r?ts particuliers ? court terme, pour assurer le respect des droits et des libert?s de tous les citoyens et citoyennes ? plus long terme.

 

Il faut esp?rer que cette Charte, qu?il aurait ?t? pr?f?rable de nommer Charte de la la?cit?, sera adopt?e dans les meilleurs d?lais. Il faut esp?rer aussi que le gouvernement adoptera des mesures concr?tes et efficaces visant ? favoriser l?acc?s ? l?emploi des minorit?s, pour qu?on cesse d?interpr?ter la Charte comme une mesure d?exclusion.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

L’autre conséquence majeure du coronavirus !

Le Covid-19 a précipité une ruée vers le cash, à tout le moins dès que ...