Accueil / T Y P E S / Articles / Changements Climatiques > Faire simple et clair sur l’un des plus grands enjeux contemporain.

Changements Climatiques > Faire simple et clair sur l’un des plus grands enjeux contemporain.

« Si la multiplication des ?v?nements climatiques extr?mes n’est pas prouv?e, si la mer ne s’?l?vera pas de dizaines de m?tres, le r?chauffement des oc?ans, leur ?l?vation et le d?placement des courants maritimes nous font courir des risques certains. » (S?bastien)
Le climat terrestre ?volue naturellement de fa?on cyclique avec une p?riode dominante d’environ 100 000 ans : ce sont les cycles glaciaires/interglaciaires de Milankovitch. Cette ?volution est due aux variations de 3 param?tres orbitaux : l’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre (qui oscille sur 4 degr?s avec une p?riode de 41 000 ans), la rotation de la Terre sur elle m?me (pr?cession des ?quinoxes, p?riode de 20 000 ans) et la forme de l’orbite terrestre (excentricit?, p?riode de 100 000 ans). C’est la combinaison de ces param?tres qui fait rentrer ou sortir d’une glaciation tous les 100 000 ans. Actuellement nous sommes, depuis 10 000 ans environ dans une p?riode interglaciaire (chaude). Ainsi, normalement, dans 60 000 ans nous devrions nous retrouver dans une p?riode de glaciation comme celle durant laquelle vivait notre anc?tre Cro-magnon il y a 20 000 ans, le dernier maximum glaciaire o? les temp?ratures ?taient inf?rieure de 6 °C en moyenne et le niveau de la mer 120 m plus bas.

Or aujourd’hui, o? l’on est sur un pic « chaud », nous tendons ? accentuer ce r?chauffement de mani?re artificielle -non naturelle- par un accroissement de l’effet de serre ? cause de notre activit? industrielle qui rejette de tonnes de CO2 dans l’atmosph?re. L’augmentation des temp?rature d’ici ? la fin du 21e si?cle pourrait ?tre sup?rieure ? 6 °C, estimation haute du rapport du GIEC 2001.[ndlr > cf. rapport ? venir du GIEC – Groupement Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat regroupement de pr?s d’un millier de climatologues ? la demande de l’ONU depuis 1990 f?d?rant le travail des diff?rents laboratoires de recherches internationaux – lien].

En effet, certains effets non-lin?aires, non pris en compte dans les mod?les climatiques, peuvent amplifier le r?chauffement et engendrer un cercle vicieux redoutable : la fonte du permafrost par exemple commence ? lib?rer et lib?rera d’?normes quantit?s de m?thane, gaz ? effet de serre plus puissant que le CO2, sans parler d’une hypoth?tique lib?ration du gigantesque stock de ce gaz actuellement sous forme d’hydrates de m?thane au fond des oc?ans (ph?nom?ne sans doute responsable il y a 250 millions d’ann?es, ? la fin du Permien, d’une des principales crise de la vie sur Terre qui ? vu s’?teindre 90% des esp?ces marines).

L’enjeu est notamment li? ? l’acc?l?ration de ce modifications. La rapidit? avec laquelle nous avons modifi? l’atmosph?re ces 100 derni?res ann?es est sans pr?c?dent : nous avons rajout? autant de CO2 dans l’atmosph?re pendant cette p?riode que la nature ne le fait en 10 000 ans, lors d’une transition glaciaire/interglaciaire. Nous d?truisons des puits de carbone qui deviennent ou risque de devenir des sources de CO2 (d?forestation, saturation des oc?ans, etc. ). Le r?chauffement climatique, li? au taux croissant de CO2 dans l’atmosph?re n’est pas une hypoth?se. C’est une r?alit? d?montr?e sur laquelle les chercheurs travaillent depuis maintenant une bonne vingtaine d’ann?es [ndlr > dans les ann?es 70 on parlait plut?t d’un refroidissement global – vous verrez plus bas que pour l’Europe c’est ainsi qu’il faudrait l’envisager].

Quels sont ou seront les cons?quences et les dangers ?

Si la multiplication des ?v?nements climatiques extr?mes n’est pas prouv?e (m?me si les soup?ons de causalit? sont chaque jour plus nombreux – cf. r?cents articles dans Nature relatifs ? la derni?re saison cyclonique en Am?rique), si la mer ne s’?l?vera pas de dizaines de m?tres (de 3 ? 6 m?tres d’ici un si?cle selon des ?tudes r?centes, ce qui est d?j? ?norme), le r?chauffement des oc?ans, leur ?l?vation et le d?placement des courants maritimes (un ralentissement du Gulf Stream par exemple qui prot?ge encore l’Europe de l’air polaire glacial, pourrait g?n?rer un refroidissement du climat de l’Atlantique nord, donc de l’Europe) nous font courir des risques certains. La faune et la flore ont d?j? entam? leur « adaptation », m?me si ce terme est galvaud? et s’il eut fallu dire « La flore souffre d?j? du r?chauffement (…) et la faune tente de s’adapter » ; exemple des ch?taigniers dans le sud ouest, des ch?nes de la foret de Vierzon ou la vitesse de migration des insectes vers le nord ; mais pourront-ils survivre ? des modifications aussi rapides du climat ? [ndlr > Hier encore un rapport intergouvernemental d?nombrait esp?ces menac?es et en voie de disparition. Les chiffres sont plus qu’allarmants].

Qu’est-ce qui est ? ce jour incontestable parmi les probables ou tr?s probables cons?quences ?

La temp?rature augmente, le taux de CO2 est plus ?lev? que depuis au minimum 800 000 ans, les rendements agricoles sont impact?s, de nombreuses terres seront tr?s rapidement submerg?es accompagn?s de d?placement de population de grande ampleur, les maladies tropicales se d?placent vers le Nord, la biodiversit? est menac?e, g?n?rant un « effet domino » redoutable et l’impact, ne serait-ce qu’?conomique, est certain : cela n?cessite une remise en cause de nos mod?les, donc une v?ritable volont? politique, industrielle comme individuelle. L’homme, nous, sommes en train, par notre action, de modifier dramatiquement le climat, et cela de mani?re irr?versible. C’est dans l’acc?l?ration in?dite de ces modifications que se joue notre avenir tout autant que notre mode de vie. Au del?, le risque est enfin que cette situation devenant explosive nous conduise tout droit vers de nouvelles guerres…

Graphiques : voir illustrations ici.

NB > Cette synth?se co-?crite est la premi?re qui fait suite au s?minaire Freemen qui a eu lieu les 13 et 14 mai dernier en Dordogne et sera suivit d’un article portant sur l’?conomie, les indicateurs de d?veloppement et la notion de croissance puis d’une lettre ouverte, tous deux en cours de r?daction.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Trump à la Maison Blanche, un tableau… surréaliste

Le déchaînement du harcèlement de Donald Trump à l’encontre d’un lanceur d’alerte ayant constaté qu’il ...

One comment

  1. avatar
    Jean-Philippe Wauthier

    Et avec le Canada qui s’éloigne peu à peu de Kyoto, je ne vois pas d’amélioration possible sur les changements climatiques à court terme.

    Vraiment, les choses ne vont qu’en s’empirant.