Accueil / T Y P E S / Articles / C’est pas moi, je le jure ! de Bruno H?bert.

C’est pas moi, je le jure ! de Bruno H?bert.

C’est pas moi, je le jure !

Entrevue fictive.

- … bien moi, j’?cris. J’?cris parce que… (puis il pense, se gratte la t?te, r?fl?chit, baisse les yeux).

Je suis pendu ? ses l?vres, le temps ne compte plus. J’attends sa r?ponse comme un gar?on attend que son p?re lui mette la main sur la t?te et lui signifie, par ce geste, qu’il a r?ussi. J’attends.

- Je dois avouer qu’?crire n’a pas ?t? un choix, il s’est impos?. J’ai fait tous les m?tiers du monde, en ai vu les moindres recoins et j’ai d?cid? d’?crire avant tout parce que ce qui compte pour moi, c’est de vivre. Vivre de sa plume, c’est presque impossible au Qu?bec, mais j’ai toujours aim? la l?g?ret?.

Je ferme mon calepin.

Assis devant mon ?cran, je pense ? ces mots que m’aurait s?rement dit Bruno H?bert.

Le passage de l’enfance ne se fait pas aussi facilement que l’on pourrait le croire. Pourtant, cet auteur l’a trouv? facile. ? peine ?crivait-il ses premiers mots que six mois plus tard, c’en ?tait fait de ce roman. C’est pas moi, je le jure !, un premier jet autobiographique, pour cet auteur de trente-huit ans, qu’il met ? la face du monde en 1997. Il a pr?f?r? vivre avant de s’immortaliser sur papier, parce que la paresse est son pire ennemi, avoue-t-il. Une vision de l’enfance plus que r?aliste, une mani?re qu’il a de jouer avec les mots parfaitement ma?tris?e et une approche bien ? lui qui en font de lui un homme qui s’est rapidement install? dans le grand monde de la litt?rature qu?b?coise. Et si Bruno H?bert n’en ?tait jamais tout ? fait sorti de ce monde des enfants…

L?on a dix ans. Il nous raconte sa propre histoire. Au d?but banale, comme peut l’?tre l’enfance, mais bient?t elle se transforme en un vrai suspense comico-tragique. Un ?v?nement vient changer le cours de ses jours, vient chambouler son existence. Il assiste, impuissant, au d?part de sa m?re pour la Gr?ce. « Je ne serai pas partie bien longtemps, c’est pour mon travail, mon poussin. Maman ne s’en va pas en Gr?ce, maman s’en va en voyage d’affaires ». Elles dureront finalement tout le r?cit ses affaires. Et L?on, qui a toujours ?t? un malfaiteur, en est boulevers?, bien qu’en apparence rien ne peut l’?branler.

D’abord, il y a le camion du laitier, ensuite la maison des voisins partis en vacances, que L?on prend plaisir ? vandaliser. Il d?couvre, au fond de la garde-robe de la chambre des ma?tres, une porte. Le passage vers le monde adulte ? Des enfants, derri?re, enferm?s par la famille ? Kidnapp?s ? Il s’en assure aussit?t. Pas de chance. Il ressort de cette maison d??u et inassouvi. Il rentre chez lui, ment ? ses parents pour son retard et le lendemain, une rencontre qu’il n’aurait jamais pu imaginer se produit. Alors qu’il fait voler son cerf-volant dans le ciel bleu, une fillette s’approche. C’est Clarence. Il ne l’aime d?j? pas. Il y pr?f?re la solitude et refuse de s’accorder avec qui que ce soit. Il ne veut rien savoir de vivre ? deux. Une histoire de principes.

L’arriv?e de ce personnage, dans l’?criture de Bruno H?bert, marque un changement de ton, de voix. Plus attentif, attendri, voire r?fl?chi, L?on se laisse prendre au jeu de la fillette. ? un point tel qu’elle l’accompagne dans ses aventures. Ils fondent m?me, ensemble, un club. Leur mission est de ramasser des sous, aller de l’autre c?t? de la rivi?re et acheter le plus de bonbons possible. L?on, toutefois, est loin de se douter jusqu’o? Clarence est pr?t ? aller. Avec finesse et humour, on se laisse entra?ner, sans m?me s’en rendre compte, dans les plans machiav?liques des deux enfants. Leur plus grand d?fi est de cambrioler une maison, celle des Dupr?, une riche famille qui habite non loin de l?. S’?tant inspir? du monde des adultes et de ses grands classiques tel Mission Impossible, L?on est maintenant devenu un expert en mati?re d’aventures secr?tes, surtout avec les instruments qu’il s’est fabriqu?. Il voit l? un excellent moyen de montrer ? la belle Clarence son intelligence et sa d?brouillardise malgr? le fait qu’il ne soit qu’un enfant. Peu ? peu, ? contre-courant, il n’aura d’autre choix que d’admettre qu’il est en train de s’?prendre d’elle.

Leur plan ne tourne pas tout ? fait comme ils l’ont souhait?. En fait, ce n’est qu’une fois rendu dans la maison que L?on d?couvre une Clarence en larmes, assise par terre. Elle regarde, impuissante, des poup?es sur le sol et r?alise qu’elle ne sait m?me pas comment on fait pour jouer. Ni enfant, ni adulte, s’annonce alors un vent de renouveau dans la vie de ces deux enfants. La qu?te de l’identit?, la prise de conscience de ce qu’ils sont vraiment. Tandis qu’ils se rendent, les poches pleines d’argent, au d?panneur de l’autre c?t? de la rivi?re, ils font la rencontre d’une troupe de cirque. Est-elle l? par hasard ou a-t-elle ?t? plac?e l? express?ment pour leur faire r?aliser les enjeux de la vie ? La vraie, celle qu’ils apprennent ? d?couvrir au fil des aventures. ? la fois d?rangeants, dr?les, troublants et cocasses, les ?v?nements auxquels prendront part L?on et Clarence ne seront, pour eux, qu’une br?che qui s’ouvre toute grande. Une main qui leur est tendue en provenance du monde des adultes. Une pr?sence dans cette solitude commune. Mais les deux protagonistes refusent cette perche, se contentant de leur monde ? eux. Celui auquel aucun adulte jusque-l? n’a vraiment pris part.

Vers la toute fin de ce r?cit, la narration prend, encore une fois, un autre tournant. Plus sombre, plus myst?rieux. C’est ? la fois avec courage et incompr?hension que L?on nous narre la suite des ?v?nements. Un r?ve ? ?veill? ? Chose certaine, autant le lecteur est dans l’incertitude de cette temp?te de blanc et de lumi?re, autant il constate que les aventures dans lesquelles il vient d’?tre pi?g? s’?claircissent. Paradoxal tout ?a, mais n’est-ce pas l? la force d’un enfant de dix ans ? La force d’?tre ? la fois pleinement conscient et innocent. Satisfait et insatiable. C’est pas moi, je le jure !, un roman qui explore les deux c?t?s d’une m?me m?daille. Les extr?mes du passage de l’enfance, o? l’enfant est roi, vers le monde adulte, o? chacun fait sa propre loi.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les 55 jours du pékin

Ce pékin n’a pas été assiégé par une horde de boxers hurlants mais confiné en ...

35 Commentaire

  1. avatar

    se livre est archi nule il n’est pas presentable en public un vrai déchet pour la société jai eu des vomisssement lisant se livre

  2. avatar
    étudiante en 5eme secondaire

    Ce livre était excellent et je me permet de dire que si le roman avait été aussi mauvais que vous osez le dire, il ne serait pas présenté dans les écoles secondaires comme une oeuvre québécoise respectée. Manquez-vous de culture ou d’ouverture d’esprit ?

  3. avatar

    Au contraire, le livre est excellent, il faut tout simplement possèder une certaine intelligence pour savoir le décortiquer et l’apprécier.
    Bruno Hébert a créé une petite merveille qui nous permet de comprendre de nombreuses facades de l’enfance qui nous étaient jusque-là restées mystérieuses. C’est ainsi que l’on arrive à percevoir que certains changements, tels le divorce, bouleversent le coeur et la mentalité d’un enfant de cet âge.
    Quel chef-D’oeuvre 🙂 !

  4. avatar

    Je suis aussi une étudiante de secondaire 5 et mon commentaire était en réaction au premier message reçu sur cette page. Tant qu’à partager son point de vue, il serait préférable de le faire valoir avec des arguments posés cher(e) anonyme. Sinon, il est complètement déplacé de se permettre de juger cette oeuvre déplaisante, à moins de s’avouer comme étant un(e) auteur(e) plus expérimenté que Bruno Hébert, ce qui m’étonnerait beaucoup !

  5. avatar

    J’aime les champignons moi aussi Doyon

  6. avatar

    Il faut bien être anonyme pour laisser un commentaire aussi dénudé de sens et de classe… Pour ma part, j’ai beaucoup apprécié ce roman. Il ne faut pas seulement voir le premier degré, mais chercher au-delà et retrouver la signification des symboles. La confrontation entre la réalité est l’imaginaire d’un enfant est abordé de façon franche par Bruno Hébert. Bonne lecture !

  7. avatar

    Je suis une étudiante au cégep, j’ai eu la chance de lire ce livre magnifique en secondaire 5. Ma professeure nous a présenté une analyse qui nous a semblé quelque peu extravagante, en fait elle nous présentait le livre comme étant l’histoire d’un jeune homme perturbé par les événements qui entrecoupent l’enfance de façon ravageuse et qui dans ces moments de désespoir, tente de se réconcilier avec la vie en invitant un ami imaginaire (Clarence) à prendre part à son malheur. Derrière tous les actes de vandalisme de Léon, se cache une scène durant laquelle son père semblait tromper sa femme, Léon témoin de tout cela, caché dans le garde-robe veut à tout prix se sauver, d’où la métaphore du trou dans le mur dans le garde-robe des voisins. Léon désir être étranger à cette situation désolante qui brime l’innocence d’une enfance. Entre les lignes se cache également l’histoire d’une dame en cure psychiatrique dont l’enfance a été volée par le fait qu’elle aurait été violée, ainsi, elle se crée une carapace (Léon) qui l’aide a survivre, etc, etc ! Ce sont ici les bases de l’analyse qui a été lancée par notre professeure de secondaire 5, je n’ai d’autre choix que d’afficher une expression de béatitude, si réellement c’est ce que Bruno Hébert a réussi à introduire subtilement à travers son oeuvre, je lui dit chapeau ! Et je commence à y croire de plus en plus en reprenant la lecture de C’est pas moi je le jure, il s’y cache des symboles et des allusions qui ne trompent pas… Vrai ou faux selon vous ?

  8. avatar

    salut ,je trouve le livre pas mal mai je narive pas a le comprendre !! jai un exam dessu pour mercredi YA TIL DES RESUMMER !!!!!

    • avatar

      MG est-ce que par hasard tu aurais encore le résumé qu’ils t’ont donéés, car j’ai un examen sur ce livre demain… puis je ne le comprends malheureusement pas!

  9. avatar
    Prkoituveusavoir

    Merci pour le resumer maintenant jai pas besoin de le lire et jai un examen demain matin 1ere periode (mardi 8 mai 2007) mais jvous dis pas mon nom, a ouais, allez dans youtube.com et cherchez Hermit4Life0 merci beaucoup et a+ =D.

  10. avatar

    SALUT ! ÉCOUTEZ BIEN,MOI J’AI VRAIMET AIMÉE CE LIVRE LÀ À PART LE CAPITRE 17 BIEN-SURE.VOUS QUI NE L’AVEZ PAS LU JE VOUS LE CONSEIL VRAIMENT ! AU DÉBUT IL EST PEUT ÊTRE PLAT MAIS À LA FIN IL EST VRAIMENT INTÉRRESSANT !

  11. avatar

    bonjour ! je suis une élève de secondaire 5 ! et je peux vous dire que ce livre contient plein de bonnes choses ! Il ma vraiment fais comprendre comment un enfant réfléchis ! alors je le conseil à tout le monde qui veule le lire….

  12. avatar

    Il mesure de 60 à 85 centimètres et son poids à l’âge adulte peut varier de 4 à 14 kilos. La taille et les proportions des adultes dépendent de l’âge, du sexe, de la nourriture, et de la région. En général, les koalas vivant sous les climats les plus froids, sont plus gros et disposent d’une fourrure plus foncée et plus dense que ceux des régions plus chaudes. Mais il existe des exceptions. Ainsi,

  13. avatar

    bonjour

    je suis une éléve de secondaire 3 . Et j’ai due lire ce livre ’’ C’est pas moi, je le jure’’ pour un travail a l’école. personnellement et avec l’avis des classes de secondaire 3 P.E.I ( internationale ) pour une personne de mon âge ( 14-15 ans ) ce n’est pas vraiment un livre tres apprécier … la plupart des jeunes l’ont trouver ’’ poche ’’( désolé du mot et désolé pour ceux qui ont apprécier ce livre ) .
    peut être que pour les adultes ou les personnes plus vieux c’est interessant car ca peu faire repenser a l’enfance , mais pour des personne comme moi ( comme j,ai déja dis ) ce livre n’est pas vraiment des plus exitant , il est plustôt , comment dire , ennuyeux …
    c’est sur que dans ce livre il a une certaine vue de l’enfance qui ressort et qui est un peu exectionel dans la litérature , mais qui est, malheureusement, pas le genre de livre apprécier chez les jeunes aujourd’hui.

    et ,chose pas rapport, les livres qu’ont donne a lire a l’école sont habituellement pas mal ennuyeux et pas tres amusant a lire ! vue de tout éléves dans mon entourage .

    ( désolé pour les fautes , je le sais je suis extrèmement poche en francais, mais je lis beaucoup 😛 )

  14. avatar

    je suis un élève de 5ieme année du secondaire et j’ai du lire le ivre C’est pas moi, je le jure ! personnellement je suis un garçon qui li beaucoup et j’ai trouver ce livre passable. je m’explique. je pense que ce livre a une très bonne histoire mais qui laisse les lecteurs « novice » déçu. il faut beaucoup chercher dans ce livre et parfois relire le livre.
    bref j’ai quand même bien aprécier ce livre. aussi j’aimerai bien comprendre car je nai toujours pas bien compris, est ce que les aventure de Léon sont réelle ou imaginer ? quelle est l’élément déclencheure exactement ? j’ai une panoplie de question mais, je ne m’en souvient pas. bref, assez bon livre mais qui ma laisser un peu, l’eau a la bouche.

  15. avatar

    Bonjour,
    Je suis en secondaire 5 et jai due lire ce livre pour un travail d’école…et jai un examen cette semaine mais je n’ai pas tout compris du roman .. EST-CE QU’IL Y A UN RÉSUMER PLUS CLAIR ?!

  16. avatar
    Etudiant Desesperer

    Ok bon jhais la lecture mais jai ete oubliger de lire se livre la je lai quand meme aimer mais la le probleme faut janalyse la jlaime pas mal moin. Si quelquun pourrait maider en me disant une valeur socioculturelle ou une valeur que lauteur donne tout au long de lhistoire. Ce que jai compris un peu cest que la separation de ses parent a completement changer leon et est devenu un ptit diable …. ya aussi rencontrer son ami clarence qui a appris a apprecier pi aussi si yen a sa leur tente faire un resume, si vous ete bon trouver des figures de style en tk obietrice_1_2@hotmail.com vous pouvez madder pour maider sa va etre aprecier:D Bye

  17. avatar
    Etudiant Desesperer

    Loll Marie-Pierre fo tu tu remplisse une feuille de note genre ake le narateur un resume levolution psychologique pi toute…. ? en tk si cest sa ta la mm affaire ke moi a faire

  18. avatar

    Je suis une élève de secondaire 5 et je devais moi aussi lire ce roman comme la plupart. J’avoue qu’au début j’étais persuadée de ne pas aimer le livre car la plupart des romans qu’on nous fait lire au secondaire sont ennuyants. Au fil de ma lecture, je me suis attachée à Léon, surtout à cause de la manière dont Bruno Hébert à écrit l’histoire. Il s’est vraiment mis dans la tête d’un enfant de dix ans et on peut vraiment voir comment réfléchit Léon. J’ai vraiment apprécié ma lecture. Par contre, la fin ma déçu… Maintenant, je ne sais plus trop si les événements vécus par Léon sont vrais ou si c’était seulement son imagination. Mon professeur s’efforce de nous dire que Clarence existe vraiment, mais j’ai des doutes son son existance.
    Ce qui m’a aussi déplu c’est de devoir prendre des notes tout au long de ma lecture en prévsion d’un examen et pour une analyse détaillée des personnages, lieux, époque etc. que l’on doit remettre à notre professeur cette semaine.
    Bonne Lecture.

  19. avatar

    Nathan, tu es vraiment con pour avoir dit a Doyon que tu aimais les champignons !!

  20. avatar

    Stu moi ou ya pas grand monde ki comprenne lhistoire .. ya tu un film sur ste livre la ??

  21. avatar

    Malheureusement, ce n’est pas un livre à lire au premier degré. Si c’est ce que vous avez fait, bien sûr que c’est ennuyeux et linéaire. Mais dès que tu comprends le vrai sens de sa maladie (parce que si vous n’aviez pas compris, Léon est malade !) et que c’est très profond.

    En tout cas…on a le choix dans la vie…soit en profiter pour s’enrichir de notre culture québécoise ou sinon s’évacher pour écouter Musique+…

  22. avatar

    quel est le rapport avec l’image de la page couverture et l’histoire ? je n’ai peut-etre pas tout compri du roman…

  23. avatar

    Il y a très longtemps, nous avions un certain désir l’un de l’autre… Tu avais écrit dans la revue Trafic. C’est ainsi que nous nous sommes rencontré. Je me rappelle tes mains et ton dégoût hautain de l’oxygène respiré par les imbéciles heureux et/ou les cons méchants. J’aimerais avoir de tes nouvelles. Anne

  24. avatar

    Dans notre cours de français, nous avons dut lire les deux premiers chapitres du livre. OH MY GOD ! Ce fut le coup de foudre total, et mes ami(e)s ont eu le même sentiment que moi, d’après ce que j’ai pu voir.

    Ce livre est écrit d’une façon EXTRAORDINAIRE. L’histoire que vit ce jeune homme est tout à fait atroce, mais pourtant, nous ne vivons pas la misère puisqu’il est écrit de façon ironique et humoristique. Nous voyons défiler une série d’événements tragiques et tous plus particulier les uns que les autres, mais le personnage principal étant un jeune enfant de 10 ans, vit ces situations pour la premières fois et ne comprend pas ce qu’elle signifie. FANTASTIQUE

    Je vous le conseille à 600%, je l’ai dévoré en une journée, déçue qu’il soit aussi court. (Même pas 200 pages).

  25. avatar

    Oui, j’ai lu qu’il allait sortir en salles en 2008, sous le même titre que le livre. J’ai vraiment hâte de le voir !!!

  26. avatar

    Je suis d’accord avec «Moi», ce livre n’est pas à lire au premier degré. Je suis une étudiante au cégep et j’ai lu ce livre dans le cadre de mon français 3, avec L’Avalée des avalés de Réjean Ducharme (si vous n’avez pas compris Hébert, n’allez surtout pas lire Ducharme).

    Je pense que c’est trop poussé pour la plupart des jeunes, car bien sûr le livre est intéressant dans son aspect psychologique: la détresse profonde de Léon, son déséquilibre, comment, étant enfant, il tente de s’en sauver. J’ai trouvé passionnant d’analyser la façon dont Léon perçoit (et modifie sa perception) du monde.

    Ainsi, je pense qu’on ne devrait pas faire lire ça à des gens trop jeunes, à moins de faire une bonne préparation avant.

    Il faut voir au-delà du simple récit des actions!

  27. avatar

    est ce quil il a quelqun qui pourrait bien me dire sur clarence:
    sa vie famillaile
    sa relation avec les autre spersonnage
    le role de clarance apres de leon
    les action qui nous permettent de comprendre qui elle est réellement

    jai trouver quelque point mais je voudrais savoir si je suis sur le bon chemin !!

    SVP !!

  28. avatar

    salut tout le monde j`ai très apprécié se livre mais pouvez-vous m`aider a répondr à cette question:Quelles sont les valeurs importantes pour léon Doré.. Je doir répondre a cet question ‘Écrire une page avec 2 extraits,je dois remettre sa pour le 14 novembre allors aider moi SVP!!

  29. avatar

    BoBBY en passant l`histoire ce n`est qu`un rêve…

  30. avatar

    hey vous maider ou quoi??

  31. avatar

    Calme toi. Tout d’abord, je peux affirmer suite à la rencontre avec l’auteur, Bruno Hébert, que ce livre est vraiment mauvais. Lorsqu’on m’oblige une lecture en partant, le livre descant dans mon estime. De plus, l’intrigue et la quête du personnage principal est ennuyeuse et sans intérêt. Bruno Hébert a affirmé qu’il avait écrit son roman dans l’intérêt de faire plaisir à son ex. Il faut être vraiment stupide pour avouer que notre roman n’est qu’un amas d’idées. Il faut être doublement stupide pour finir un roman avec ce n’était qu’un rêve ou l’imaginaire d’un fou. En passant les thèmes son l’isolement (la preuve, il s’invente un personnage), l’amour (bof je te ferai pas un dessin),la transgression, l’aventure, le mensonge, l’imaginaire (bof prend pas ce thème là), etc, etc.

  32. avatar

    J’ai lu le livre et je l’ai apprecie, mais j’ai pa tout a fai compris la fin…..Est ce que toute l’histoire etait finalement un reve et ses personnages n’existaient pas, qu’il les vait juste invente lui meme.

  33. avatar

    CE LIVRE RESSEMBLE A UNE ENVIE DE CHIER!
    C’EST UNE AVARIE.

  34. avatar

    Bonsoir,
    Est-ce que se serais possible d’avoir un résumé plus ou moins détaillé de ce livre,car j’ai un examen demain et je n’arrive pas a rentrer dans l’histoire, je ne comprend rien…

    Merci à l’avance lysa 🙂