Accueil / T Y P E S / Articles / Ces sacrées pyramides !

Ces sacrées pyramides !

Tout a été dit sur les pyramides, et pourtant il reste peut-être l’essentiel à découvrir.

À commencer par confirmer la théorie de Joseph Davidovits qui consiste à prouver que les pierres qui constituaient les pyramides ne sont finalement qu’une sorte de béton polymère.

Je l’avais évoqué dans un article déjà ancien, mais depuis, il semble que cette théorie soit acceptée par un plus grand nombre d’observateurs. lien

Dans une courte et récente vidéo, le professeur Davidovits, démontre quel est le procédé de fabrication utilisé par les égyptiens, et prouve que l’explication admise jusque là : « énormes blocs de pierre transportés par des dizaines de milliers d’esclaves  » ne tient pas la route.

Ces pierres monumentales qui composent les pyramides ont en fait été fabriquées sur place, coffrées, compactées, et le scientifique en veut pour preuve la découverte d’éléments artificiels, ainsi que les traces d’une réaction chimique, une géo synthèse, c’est-à-dire la fabrication de minéraux par la chimie.

Selon le chercheur, ces énormes blocs sont donc des pierres artificielles, appelées Ari Kat.

il affirme : « le béton de calcaire coquillé qui constitue les principales pyramides présente des caractéristiques chimiques, minéralogiques et sédimentologiques suffisamment particulières pour pouvoir faire la différence entre une pierre numismale naturelle et une pierre calcaire géo polymérisée ».

C’est grâce à la stèle d’Irtysen, qui se trouve au Musée du Louvre, et aussi grâce à des vaisselles égyptiennes, pour le moins énigmatiques, dans la matière desquelles apparaissent des coquillages, qu’il a confirmé l’existence d’une technique oubliée.

En effet, comment était-il possible de fabriquer cette coupe si fine dans une pierre, alors que le matériau lui-même est si résistant qu’il ne peut même pas être rayé avec un outil en cuivre ?

coupe_egyptienne

http://sboisse.free.fr/science/histoire/images/ScreenShot007.jpg

La découverte, plus tard, d’hiéroglyphes sur une stèle, à l’île de Sehel, près d’Assouan, contenant la formule chimique utilisée par le grand prêtre Imhotep pour créer les pierres de la 1ère pyramide, la pyramide à degré de Saqqarah, viendra définitivement confirmer la théorie du professeur.

Irtysen, chef des artisans vers 2000 avant notre ère, avait donc gravé dans la pierre la recette de cette pierre artificielle.

D’ailleurs en se basant sur la formule donnée par la stèle, le professeur Davidovits reconstituera en laboratoire cette fameuse pierre des pyramides, laquelle ressemble étonnamment à tous points à un authentique calcaire naturel.

Dans son court film, le scientifique dévoile toutes les étapes de la fabrication de cette pierre artificielle : les ouvriers commencent par désintégrer la pierre calcaire avec de l’eau venant du Nil, cette boue est détournée grâce à des canaux afin d’être déversée dans des bassins. De l’argile est mélangée à cette boue, puis ils y ajoutent du carbonate de sodium, appeléNatron, mélangé à de la cendre, riche en oxyde de calcium, venant de palmiers brûlés,

Ajoutée à l’eau, cette mixture forme de la soude caustique, mélange auquel les ouvriers ajoutent plus de gravats de calcaire, et un autre sel, le chlorure de magnésium, afin de faire baisser le pH (potentiel hydrogène).

Après évaporation de l’eau, le béton est prêt.

La pate de calcaire était mise dans des paniers, et les 2500 ouvriers (peut-être encore moins, certains évoquant seulement 1400 ouvriers) qui participaient à cette construction, les transportaient vers les pyramides, versant le contenu dans des moules.

Le mélange était compacté, comme l’on fait aujourd’hui avec le Pisé, et mis à durcir.

Les moules étaient enduits de graisse pour permettre un démoulage facile, et blocs après blocs, la pyramide s’élevait sans problème.

Au-delà de cette théorie qui ne fait pas encore l’unanimité, mais qui fait trembler les certitudes anciennes, on pourrait aussi s’intéresser à ces rouleaux que tenaient dans chacune de leurs mains, les pharaons, en se posant la question de leur utilité ?

rouleaux_pharaons

http://ancienegypte.fr/musee_caire1/7.jpg

Si certains pharaons tenaient dans leurs mains d’autres attributs, Mykérinos, et quelques autres, tenait en effet un cylindre dans chacune de ses mains. lien

Les égyptologues affirment que cette sorte de sceptre qui a l’apparence d’un bâton massue serait une sorte d’étui (mekes) censé contenir un décret divin rédigé par Thot, faisant du pharaon le « Dieu de la Terre ». lien

Jean-Paul Nizette, un passionné d’égyptologie, propose une autre explication, faisant un rapprochement avec les méthodes de communication et de fonctionnement des insectes, se référant par exemple aux fourmis.

On sait que les fourmis ont de nombreux moyens de communiquer, tactilement, chimiquement, visuellement, ou en émettant des sons. lien

Une fourmi émet un signal, et les autres le reçoivent, sauf la reine qui a la faculté de surpasser tous les signaux des ouvrières.

Selon lui, ces cylindres égyptiens étaient des « outils » liés aux pyramides (lien) mais ne s’agirait-il pas plutôt de ce que les scientifiques ont nommé baguette d’Horus, appelés aussicylindres du pharaon, un cylindre de cuivre dans la main droite, et de zinc dans la gauche ?

baguette_d_horus

http://bibliotecapleyades.lege.net/ciencia/imagenes/wandshorus_49.jpg

Ces cylindres permettent de soigner nombre de maladies : de la dépression nerveuse aux maladies cardiovasculaires, en passant par l’arthrite, le mal de dos…lien

Évoquant la possible présence de mercure, placé dans la « chambre royale » il serait d’après Nizette, le carburant nécessaire à émettre des signaux électromagnétiques, supposant que le fait de placer du mercure dans une forme pyramidale à une hauteur précise, tout en lui infligeant une source de courant continu, crée un champ électromagnétique identique à celui de notre terre..

Étrangement, on a récemment retrouvé la présence de mercure dans la pyramide deQuetzalcoatl, de la cité précolombienne de Teotihuacan, au Mexique, découverte qui pourrait mener à un tombeau royal. lien

Nizette conclut : « les pyramides devaient servir d’outil de protection pour la période où le champ magnétique terrestre se faisait de valeur nulle ». lien

Mais ce ne sont que des suppositions…d’autres en ont fait de différentes, remarquant les convergences troublantes avec nos systèmes de production d’énergie actuels. lien

Pour terminer provisoirement sur le sujet, Mamdouh al-Damati, ministre égyptien des antiquités, nous a appris le 9 novembre 2015 la présence d’une chambre secrète, cette chambre « inconnue » évoquée par de nombreux égyptologues, (lien) dans la pyramide deKheops, chambre révélée par des analyses préliminaires à la thermographie infrarouge.

anomalie_thermique_pyramide

http://referentiel.nouvelobs.com/file/14547403.gif

L’équipe de Scan Pyramids qui mène ce chantier a l’objectif de dresser une carte thermique des grands monuments funéraires de la 4ème dynastie, puisque les mesures infrarouges permettent de voir comment les monuments restituent la chaleur du soleil. lien

Or si certaines pierres présentent des différences de température, c’est qu’il existe des anomalies, éventuellement des pièces, ou des couloirs encore méconnus.

Le chantier est complexe car il s’agit d’accéder à cette chambre encore secrète sans endommager la tombe, ni les peintures funéraires.

Le ministre estime qu’il faudra au moins attendre 3 mois pour y parvenir, ce qui nous promet donc quelques révélations dans le courant de ce mois de janvier, à moins que le délai promis ne soit pas respecté. lien

Mais il y a mieux.

Chacun connait, ou pas, l’existence d’Edgar Cayce, connu en partie pour ses prophéties, mais aussi pour les guérisons miraculeuses dont il a été l’artisan. lien

Au-delà de ses facultés de guérisseur, attestées par des milliers de témoignages, il a aussi publié un texte dans lequel sont données de nombreuses prophéties.

Certaines sont liées aux pyramides.

« Bientôt viendra le temps des grands changements, et dans 3 différents endroits, on exhumera les archives Atlantes. Le temple de l’Atlantide surgira à nouveau. C’est alors qu’on mettra à jour le temple, ou plutôt la salle des archives en Egypte, ainsi que les archives qui avaient été cachées au cœur du pays atlante ».

Il ajoute : « en ce qui concerne les archives physiques, il sera nécessaire d’attendre que s’accomplisse le temps de la désintégration de ce qui a été fait par les volontés égoïstes du monde. Car rappelez-vous que ces archives ont été réunies dans l’optique de changements mondiaux ». lien

Finissons par une découverte qui est manifestement un hoax : réchauffement climatique oblige, 3 pyramides seraient apparues sous les glaces de l’Antarctique : 2 d’entre elles se trouvant à l’intérieur des terres, et l’autre proche de la côte, apportant ainsi la preuve qu’il y a quelques milliers d’années les températures aux pôles étaient bien plus clémentes. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « celui qui n’a pas traversé ne se moque pas de celui qui s’est noyé  ».

L’image illustrant l’article provient de jack35.wordpress.com

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Commentaires

commentaires

A propos de Olivier Cabanel

avatar

Check Also

Le travail: une valeur périmée

Le travail à plein temps pour un salaire fixe n’existe que depuis une bonne centaine ...

3 Commentaire

  1. avatar

    « Ces cylindres permettent de soigner nombre de maladies : de la dépression nerveuse aux maladies cardiovasculaires, en passant par l’arthrite, le mal de dos… »

    c’est… ridicule. Tout simplement ridicule.

  2. avatar

    Finissons par une découverte qui est manifestement un hoax : réchauffement climatique oblige, 3 pyramides seraient apparues sous les glaces de l’Antarctique : 2 d’entre elles se trouvant à l’intérieur des terres, et l’autre proche de la côte, apportant ainsi la preuve qu’il y a quelques milliers d’années les températures aux pôles étaient bien plus clémentes.

    ça c’est un sommet, cher Olivier : vous n’allez quand même pas évoquer la trace d’êtres humains au pôle sud au temps des pyramides, j’espère… car là on sombre complètement…