Accueil / A C T U A L I T É / Ces enfants rid?s qui pourrissent nos vies

Ces enfants rid?s qui pourrissent nos vies

 

Obama Vieux

C?est la faim des temps??

GP

Depuis des mill?naires, la racaille politique li?e ? l?avoir, sous toutes les formes d?avoir, que ce soit le pouvoir, ou la « mission divine » des anciens, de tous les temps, les peuples ont ?t? bern?s, ?et savamment, en laissant des « dirigeants » « pr?fabriquer » leurs vies, avaler leurs richesses, en des viols plan?taires.

Et on en fait des statues? On les coule dans le bronze. Pour les rendre ?ternels.

Le viol en rose?

Viol?s, charcut?s, bris?s, au nom d?un dieu, au nom d?une id?e, au nom de la revanche des fronti?res trac?es, retrac?es, lignes bris?es par des combattants convaincus, obligatoirement convaincus. L?homme est le Pinocchio de bois des ma?tres du monde. Il finit par aimer ses cordes et les mouvements articul?s par le diktats des pr?tentieux

Le cerveau humain, d?s la naissance, est une ?ponge, un ?ponge n?cessaire qui avalent tout son environnement dans une capacit? d?absorption ?inqui?tante. ?Utile ? la fois. Mais compl?tement inutile quand cette capacit??athl?tique?ne cultive ?pas le « muscle » de?la critique par la distance ? cette foi, cette fois fig?e ? jamais: croire et adopter un syst?me, une id?e, un chef, un « r?gime » ? se faire fondre jusqu?? l?os, ronger par les gloutons de l?avoir.

Le drame inabouti?

Le drame de l?humanit? est toujours et sera toujours un drame inabouti. Une pi?ce de th??tre aux acteurs de chair, plac?s sur des carreaux, comme dans un jeu sur lequel s?amusent les enfants rid?s qui n?ont pas ?volu?. Nous n?avons pas ?volu? par ce que nous sommes d?sormais, et de plus en plus ?lev?s par l??tat. L??tat n?a pas d?amour. L??tat n?a pas de piti?. L??tat est de plus en plus m?canique et d?shumanis?. Il enfante des citoyens m?caniques et d?shumanis?s. ?Il les encense, les leurre, les beurre de m?dailles et d?honneur. Il honore et l?che la joue du travailleur. Les chiens ont tant de biscuits qu?ils le partagent?

C?est le « bien »?

Le cordon paradisiaque?

L??tat du 21 i?me si?cle est une secte gu?re diff?rente des autres. C?est une secte « la?que ». Le cordon paradisiaque donne naissance ? ces nouveaux « arrivants » dans la vie qui baignent maintenant dans cette nourriture nouvelle et goebellienne ; du pain et des jeux est pass? au pain rassi de l?aust?rit?, nouvelle formulation pour une crise d?sormais ad finitum mais d?clar?e n?cessaire. Mais elle n?est que la nouvelle invention du gratin ?lu, ensommeill? dans les toiles des mouvements et des guerres mondiales hypocrites ? multiple face toujours cultiv?es pour le « bien » du peuple.

En vendant son ?me ?? une usine ? que chacun croyait appartenir ? « son » pays,- ?le citoyen m?dus? ne comprend plus rien ? ce monde. On le crypte d?ailleurs dans une multitude d?interventions verbales et sournoises par le pouvoir des combattants de « drapeaux », chair-pion pour les combats muscl?s d?arri?re garde.

La mondialisation des march?s a permis l?intrusion et la profusion des blattes bancaires, des fourmili?res de charpentes que font valser les fronti?res de l?int?rieur. Plus fronti?res, plus de pays. ? Rien que des compagnies invisibles, multi-tentaculaires qui dessinent au nom du profit « l?avenir sans avenir ».

Vendre sa laine?

Comprenons que nous payons ? quasi 50% de nos salaires des politcailleurs qui ne sont des des vitrines d?un magasin ?norme appel? TERRE. C?est le monde ? l?envers car, de fait, nous payons des gens pour g?rer une partie de nos vies et ils passent le temps de moins d?une d?cennie dans un monde qui est aval? en un tourbillon pareil aux trous noirs de l?espace.

Ils bouffent la lumi?re que nous sommes.

Le mouton peut bien vendre sa laine en retour d?une certaine nourriture sans trop souffrir. Le mouton a la laine ?paisse. En transformant la laine en « argent », la laine ne sert plus ? r?chauffer, ? fabriquer des v?tements, mais devient une « cyber-laine » perdue et inutile.

Ces gens-l? pourrissent nos vies depuis le d?but de l?humanit?. Chacun est un grain de sable dans le carr? de sable de ceux qui s?amusent ? « am?liorer » le monde par un seul moyen: l?argent. Et l?argent n?cessaire ? ce bonheur de vitrine nous est pr?sent? comme seule alternative depuis l??re du fordisme: l?humain sans terre et fabriqu? ? la cha?ne. Lui qui croyait ?chapper au labeur? Il se l?ve ? 5h30 le matin pour passer un pont de deux kilom?tres pendant deux heures.

La Terre est le nouveau Vegas plant? dans le d?sert? Nous en sommes les employ?s. Mais nous payons pour qu?ils jouent sans notre r?el assentiment.

Nous somme un jeton dans un monde o? tout se jette.

Une bouteille d?eau ? la mer? Sans message clair. Sinon qu?elle est vide et ?pollue les oc?ans.

Mais dans toutes les r?unions pour r?gler le sort de la plan?te, il est bon d?avoir ? avec son chic discours copier-coller ?une bonne bouteille d?eau.

C?est ce qui reste ? un cerveau vid? de sagesse? ?Ils sont plus int?ress?s ? acheter des armes avec l?avoir des peuples que de les d?sarmer. Chacun a un petit peu d?investissement dans les mines antipersonnel ou les F-35. Peu importe?

Il restera toujours le futur simple du verbe?pourrir?.

Ga?tan Pelletier

An 0-2014.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

MH370 (41) : l’armée privée de l’émir

Les Emirats sont de la partie dans le trafic d’armes, comme on a pu le ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Nous pourrions croire qu’ils gouvernent avec un fusil sur la tempe tant leur gouvernance s’applique à répondre prioritairement aux exigences d’une structure mafieuse, avide, préjudiciable et anti-sociale.

    Bonne journée et au plaisir,

    Elyan

  2. avatar

    Bonjour Elyan,
    Il est aisé de voir que les « dirigeants » ne sont plus ce qu’ils étaient. M. Obama ne semble pas un mauvais type, mais la « politique » extérieure des États-Unis en a fait un bon serviteur. On semble choisir le président de « l’intérieur » et non des votes.

    C’est la même chose en France avec Hollande. Les grandes attentes… J’ai vu récemment un fan club de M. Sarko réclamer son retour… On s’acharnerait sur lui. 🙂

    Alors, où est le « pouvoir »?.
    Dans l’invisible de la toile des hommes d’affaires .
    Alors, on offre au peuple un visage, une sorte de pantin-Pinocchio.
    Les pires en profitent et les meilleurs se font piéger.

    Bonne journée!