Accueil / A C T U A L I T É / Ce qu’ils en disent…

Ce qu’ils en disent…

A droite

Le Premier ministre, Fran?ois Fillon : ? Au service de l?int?r?t g?n?ral, Nicolas Sarkozy s?est montr? d?cid? ? ne pas se laisser d?tourner de ses devoirs. R?formes des retraites, r?duction des d?ficits, conqu?te de la croissance pour l?emploi, ces trois priorit?s constituent la feuille de route du gouvernement ?. ? Avec pr?cision et hauteur de vue, le pr?sident de la R?publique a r?pondu ? toutes les rumeurs et les calomnies. Tous ceux qui esp?raient bousculer son autorit? et affaiblir sa volont? d?agir en sont pour leurs frais. Le chef de l?Etat a montr? avec calme et fermet? o? se situait l?int?r?t de la France ?. (Communiqu?)

Xavier Bertrand, secr?taire g?n?ral de l?UMP : Nicolas Sarkozy ? a r?pondu ? toutes les questions ? et ? il a montr? que sa seule priorit? ce sont les Fran?ais ?. ? Il y avait une envie de p?dagogie de la part des Fran?ais ?. ? Le chef de l?Etat a montr? clairement le sens de son action et le cap pour notre pays ?. ? Il se situe au-dessus des pol?miques et son sens de l??coute et sa d?termination sont essentiels pour notre pays ?. (D?claration ? l?AFP)

Fran?ois Sauvadet, pr?sident du groupe Nouveau Centre ? l?Assembl?e : ? La prestation de Nicolas Sarkozy est une prestation convaincante. Je suis heureux de le voir en chef de l?Etat, solide ? la barre. Cette ?mission ?tait l?occasion de tourner la page de l?affaire Woerth et de proposer des r?gles pour l?avenir notamment par la cr?ation d?une commission ind?pendante charg?e d??valuer les risques de conflits d?int?r?ts (?). Elle a ?galement ?t? l?occasion de refixer les priorit?s pour la fin du quinquennat : r?forme des retraites, lutte contre les d?ficits, prise en charge de la d?pendance, pr?sidence fran?aise du G20; c?est ce que nous souhaitions ? (Communiqu?).

Marie-Anne Montchamp, porte-parole de R?publique solidaire, s?est r?jouie ? sur la question des affaires, de la volont? du pr?sident de la R?publique, de clarifier les choses et de rassurer les Fran?ais, en coupant le cordon avec l?UMP ?. Sur le volet ? r?formes ?, ? le pr?sident reste droit sur son programme de 2007. Rien sur le bouclier fiscal, comme si la France n?avait pas ?t? percut?e par la crise qui met ? mal la justice sociale ?. ? Un pr?sident qui reste dans sa bulle doctrinale. Rendez-vous est pris pour octobre avec une nouvelle ?quipe et, on l?esp?re, une nouvelle lecture de nos institutions ?. (D?claration ? la presse)

Eric Raoult, d?put? UMP : ? Le Chef de l??tat aura ?t? clair, vrai et ferme. Il veut fermer la parenth?se des pol?miques et de la calomnie qui n?honore pas la R?publique, s?atteler au concret et ? la raison pour aborder les vraies questions. ? (Communiqu?)

Jean-Fran?ois Cop?, pr?sident du groupe UMP ? l?Assembl?e : ? Nicolas Sarkozy a r?affirm? le retour aux fondamentaux que la majorit? parlementaire appelle de ses v?ux : ? les r?formes vitales pour le pays (r?formes des retraites, gestion rigoureuse des d?penses publiques, prise en charge de la d?pendance); ? le combat pour l?emploi et la comp?titivit?; ? la fermet? sur les valeurs de la R?publique (?). Jean-Fran?ois Cop? se f?licite de l?accent mis sur ces trois piliers qui dessinent les priorit?s de l?action de la majorit?. Les d?put?s UMP entendent ?tre totalement associ?s ? l?application de ces mesures pour travailler avec le gouvernement ? leur mise en ?uvre ?. (Communiqu?)

Benoist Apparu, secr?taire d?Etat au Logement : ? L?ambition de 2007 est intacte ! ? ? L?intervention du chef de l?Etat a permis de rappeler avec force que tous les engagements sont tenus comme la mise en ?uvre d?une ?R?publique irr?prochable?, le pacte de confiance scell? avec les Fran?ais sera respect? ?. ? Nous avons perdu trop de temps ces derni?res semaines dans de vaines pol?miques ! Le Pr?sident de la R?publique a su clore cette page et rassembler l?ensemble des Fran?ais autour de r?formes essentielles (?) telles que les retraites, la r?duction des d?ficits, ou encore la lutte contre l?ins?curit?. (Communiqu?)

Jacques Myard (UMP) : ? Le Pr?sident a trouv? le juste ton dans la pr?tendue affaire Woerth-Bettencourt (?) D?une mani?re g?n?rale, par sa connaissance des dossiers, son aisance, il a d?montr? qu?il reste le ma?tre et le pivot de la vie politique fran?aise, en un mot il reste incontournable, n?en d?plaise aux f?cheux et autres grincheux ? (Communiqu?).

Fr?d?ric Lefebvre, porte-parole de l?UMP : ? Le Pr?sident de la R?publique a montr? son amour de la France et une d?termination sans faille ? faire son travail sans perdre de temps avec les pol?miques entretenues par ceux qui n?ont pas fait le leur dans le pass? ?. ? Le conseil donn? ? Eric Woerth, ? qui il a renouvel? sa confiance, rel?ve de cette logique ?. ? Sur la retraite, il a tenu un langage d??coute et de v?rit? en d?montrant la justice de la r?forme ?. (Communiqu?).

Nora Berra, secr?taire d?Etat aux Ain?s : ? En s?adressant aux Fran?ais avec sinc?rit? et conviction, le pr?sident a su r?pondre ? leurs principales pr?occupations ?. Le chef de l?Etat ? a trouv? les mots justes pour rassurer et mettre fin aux pol?miques infond?es de ces derni?res semaines ?. (Communiqu?)

Philippe Vigier, porte-parole adjoint du Nouveau Centre, ? prend acte de la volont? du Chef de l?Etat de rendre notre d?mocratie exemplaire, et appelle l?opposition ? cesser le harc?lement politique inflig? ? Eric Woerth ?. ? Il prendra toute sa part aux travaux de la commission pluri-partisane dont le Chef de l?Etat a annonc? la cr?ation. Cette commission devra jeter les bases d?un v?ritable statut de l??lu et mener une r?flexion ambitieuse sur la limitation du cumul des mandats ?. ? Le cap incontournable des r?formes structurelles est maintenu afin de permettre ? notre pays de sortir de la crise au plus vite. Plus que jamais, le Nouveau Centre veillera ? ce que les r?formes men?es, en premier lieu celle des retraites, soient toujours guid?es par les principes de justice, de solidarit? et d??quit? indispensables ? la coh?sion nationale ?. (Communiqu?)

Laurent Wauquiez, secr?taire d?Etat ? l?Emploi : ? Le pr?sident a affich? dans cette intervention un calme et une s?r?nit? qui tranche avec l?hyst?rie r?cente du climat m?diatico-politique. Par rapport ? l?hyper actualit?, il a redonn? sa place au temps long et au sens de l?action politique ?. (D?claration ? l?AFP).

Jean-Claude Gaudin, s?nateur-maire UMP de Marseille et vice-pr?sident du S?nat : ? Serein, d?termin?, convaincant, le Pr?sident de la R?publique, Nicolas Sarkozy, a fait table rase de la soi-disant affaire Woerth-Bettencourt. Il a stigmatis? avec force les amalgames, les mensonges, l?ignominie dont Eric Woerth a ?t? la cible ?. ? J?ai toujours ?t? convaincu que le Pr?sident de la R?publique ?tait ? la hauteur de sa t?che, et qu?il reste, ? l?int?rieur de la majorit? parlementaire, le seul capable de nous faire gagner en 2012?. (Communiqu?)

Nadine Morano, secr?taire d?Etat ? la Famille : ? Le pr?sident de la R?publique est au plus pr?s des pr?occupations des Fran?ais et il a d?montr? qu?il savait prendre de la hauteur et qu?il n??tait pas dans la pol?mique ?. ? C?est un pr?sident qui assume ses fonctions avec la distance qui est n?cessaire face ? un tourbillon de pol?miques ?. ? Dans ce pays, nous avons la pr?somption d?innocence et nous sommes pass?s ? un nouveau stade qui est la pr?somption de culpabilit?, et ?a n?est pas acceptable ?, a-t-elle estim? au sujet de l?affaire Woerth-Bettencourt.
Elle a dit assumer le terme de ? fasciste ? qu?elle avait utilis? pour d?noncer le site Mediapart. ? Aujourd?hui, les abonn?s de Mediapart qui payent pour aller sur ce site, doivent comprendre qu?ils payent des gens qui utilisent d?abord la calomnie et non pas l?information ?. ? Pr?sident de la R?publique, c?est une fonction qui m?rite d??tre sacralis?e, qui m?rite le respect, encore une fois, mais qui ne peut pas supporter la calomnie, ?a n?est pas acceptable. Et donc nous l?avons d?nonc? avec force ?. (D?claration sur LCI)

Bruno Gollnisch, vice-pr?sident du Front National : ? Qu?il s?agisse des ?affaires?, de l?affaiblissement du gouvernement, de la crise ?conomique, de l?ins?curit? persistante, de la situation internationale, le verbe pr?sidentiel n?op?re plus ?. ? La v?rit?, c?est qu?on racle les fonds de tiroir pour payer les ?ch?ances mensuelles ?, citant la r?forme des retraites. ? Ce dont la France a besoin, ce n?est pas de lois nouvelles. C?est de la volont? politique de s?attaquer enfin aux r?alit?s de la d?natalit?, de l?immigration, du d?mant?lement de notre souverainet?, et de la d?sagr?gation de notre industrie par le mondialisme ?. (Communiqu?)

A gauche

Martine Aubry, premi?re secr?taire du PS : ? J?ai trouv? un pr?sident de la R?publique qui parlait d?abord de lui-m?me, avant de parler des Fran?ais. Je l?ai trouv? vivant dans un autre monde, tr?s loin des Fran?ais et aussi tr?s loin de la v?rit?, sur le ch?mage, les retraites, la s?curit? ?. ? Comme d?habitude, des grands mots et une r?alit? qui est toujours diff?rente. Pas de changement de cap qui ram?nerait un peu d?esp?rance face ? cette crise morale que nous traversons et face ? cette terrible crise ?conomique et sociale, on continue comme avant, l?auto-persuasion et l?autosatisfaction ?.
Sur l?affaire Bettencourt/Woerth, ? nous attendions ce soir des clarifications et des d?cisions et nous n?avons eu ni les unes ni les autres ?. ? On avait l?impression qu?il ?tait au c?ur d?un complot tout ?a pour masquer des questions totalement embarrassantes et totalement floues ?. Interrog?e sur le ? conseil ? de Nicolas Sarkozy ? Eric Woerth de quitter ses fonctions de tr?sorier de l?UMP, Mme Aubry a r?pondu : ? C?est d?j? une chose que nous demandons depuis trois ans. ?a veut bien dire qu?on reconna?t l? qu?il y a un conflit d?int?r?ts ?.
? La France de Nicolas Sarkozy, c?est Mme Bettencourt qui re?oit 30 millions d?euros au titre du bouclier fiscal (?) et c?est 30 millions de Fran?ais qui sont ? quelques euros pr?s, pour terminer leur mois ?. ? Voil? la justice vue par Nicolas Sarkozy ! ?.
Fustigeant les ? contre-v?rit?s permanentes ? du pr?sident, elle a ajout? : ? On aurait aim? qu?il y ait un peu de r?pondant en face ?, critiquant implicitement David Pujadas. ? Nous faire croire qu?il n?y aurait en France que 10.000 personnes qui auraient travaill? (expos?es) aux intemp?ries, sur des charges lourdes (?) c?est totalement aberrant ?, a-t-elle ass?n?. Vous avez le sentiment d??couter votre adversaire de 2012 ? ? L?adversaire de la gauche, l?adversaire des socialistes, oui ?. (D?claration sur France 3)

Pierre Laurent, secr?taire national du PCF : ? Sur tous les sujets abord?s ce soir, la parole pr?sidentielle n?est plus cr?dible, c?est un v?ritable coup de force anti-d?mocratique. Refusant de prendre en compte les exigences populaires, le pr?sident de la R?publique n?agit que par autoritarisme ?.
Selon lui, ? dans son long monologue ? le pr?sident ? n?a aucune proposition pour r?pondre ? la crise et fait preuve d?un grand m?pris ? l??gard des Fran?ais et des partenaires sociaux en d?clarant que, quoi qu?il arrive, il ne changera rien ? ses r?formes ?. ? Alors que le besoin de services publics locaux est grandissant, son appel ? ne pas remplacer un fonctionnaire sur deux dans les collectivit?s locales est irresponsable et irr?aliste ?.
? Le grand sp?cialiste du football Nicolas Sarkozy n?en n?est pas moins atteint d?un syndrome footballistique bien connu : ?j?envoie la France dans le mur et je ne change rien ! ?. (Communiqu?)

Olivier Besancenot, porte-parole du NPA : ? Sarkozy persiste et signe ?. ? Tour ? tour bonimenteur aux m?choires serr?es ? l??vocation de l?affaire Woerth-Bettencourt ou adoptant un ton quasi larmoyant pour t?moigner de la puret? de ses intentions dans ses r?formes anti-sociales, Nicolas Sarkozy a inflig? aux t?l?spectateurs, qui ont bien voulu le regarder, un pensum d?une heure pour affirmer que rien ne changerait dans sa politique ?.
? Ces d?clarations confirment que la politique du gouvernement est de d?truire une ? une les conqu?tes sociales, les services publics, de faire payer aux salari?s la crise du capitalisme et de continuer ? pr?server le patronat et les grandes fortunes ?. (Communiqu?).

Claude Bartolone, d?put? PS : ? Les Fran?ais attendaient un pr?sident de la R?publique offensif. Ils ont eu droit ? un pr?sident sur la d?fensive ?. ? Sur l?affaire Woerth-Bettencourt, M. Sarkozy se dit victime d?un complot des m?dias et du PS. Sur les retraites, il se dit victime de Mitterrand, de la courbe d?mographique et des 35h. Sur les d?ficits publics, il se dit victime des collectivit?s locales. Sur le ch?mage, il se dit victime de la crise ?. ? Pour le reste, c?est un exercice d?autosatisfaction auquel s?est livr? le pr?sident de la R?publique ?. (Communiqu?)

Mouvement des Jeunes Socialistes : ? Une reconversion toute trouv?e pour Nicolas Sarkozy d?s 2012, celle d?acteur. Les contradictions et les mensonges se sont succ?d? lors de l??mission, le Pr?sident reconnaissant lui-m?me qu?il ? essaye d??tre honn?te ? et qu?il ? essaye de dire la v?rit? ?. (Communiqu?)

Jean-Michel Baylet, pr?sident du parti Radical de gauche : Nicolas Sarkozy ? s?est efforc? de d?tourner l?attention des Fran?ais des vraies questions. On esp?rait que le chef de l??tat annoncerait une remise ? plat de la r?forme des retraites et de la r?forme territoriale et des mesures en faveur celles et ceux qui sont le plus durement frapp?s par la crise ?. (Communiqu?)

Martin Malvy, pr?sident de la R?gion Midi-Pyr?n?es (PS) et porte-parole de l?association des r?gions de France (ARF) : ? Tous les rapports y compris ceux de la Cour des Comptes ont d?montr? que si les effectifs des personnels des R?gions ont augment? c?est parce que l?Etat leur a transf?r? plus de 80.000 agents au cours de ces derni?res ann?es ?.
? La mise en cause du pr?sident de la R?publique est d?autant plus inadmissible que le Gouvernement ne cesse de les solliciter pour faire ses propres fins de mois. Notre meilleure r?ponse sera d?sormais de le lui refuser en expliquant pourquoi ?.
? Il n?y a aucune raison que l?Etat s?impose une gestion rigoureuse et que les collectivit?s territoriales, notamment les r?gions, continuent une politique d?augmentation du nombre de fonctionnaires : 34.000 chaque ann?e depuis 10 ans ? comp?tence constante ?. (Communiqu?)

Fran?ois Hollande, d?put? PS : ? Je consid?re qu?il y eu deux aveux de la part du pr?sident de la R?publique ?. ? S?il demande ? Eric Woerth de ne plus ?tre tr?sorier de l?UMP, c?est qu?avoir ?t? tr?sorier de l?UMP et ministre du Budget posait visiblement un probl?me et notamment une suspicion de conflit d?int?r?ts ?.
? Malgr? ses d?n?gations, malgr? sa volont? de clore une page, un ?pisode, le pr?sident de la R?publique a ?t? forc? d?admettre qu?il y avait eu une double confusion, un double risque de conflit d?int?r?ts ?. (D?claration sur RTL)

Jean-Luc M?lenchon, pr?sident du Parti de Gauche, a estim? que l?intervention t?l?vis?e de Nicolas Sarkozy ne changeait rien et a qualifi? de ? grotesque ? la position du pr?sident selon laquelle l?affaire Bettencourt est le r?sultat d?une ? campagne de calomnie ? visant ? faire d?railler la r?forme des retraites.
? Doux pour les riches, durs pour les autres, M. Sarkozy n?a pas compris l??tat d?esprit des Fran?ais. Il r?p?te en boucle des formules et des tirades qui exasp?rent ?. ? Cet entretien ne change rien ? l?ambiance qui plombe sa fin de r?gne et face au grand nombre qui sera dans la rue en septembre, il reculera ou il partira ?. (Communiqu?)

Eddie A?t, secr?taire national du Parti radical de gauche (PRG) : Nicolas Sarkozy ? feint d?ignorer la crise profonde et morale que traverse notre R?publique. La R?publique est en danger. La r?ponse du pr?sident: tout va tr?s bien, Madame la marquise ! ?.
On a ? perdu beaucoup de temps ? ?couter un pr?sident h?b?t?. Nous avons ?t? na?fs de croire que le pr?sident apporterait des r?ponses claires et sinc?res aux pr?occupations des Fran?ais. Je le regrette, mais cette R?publique du n?potisme et des amiti?s partisanes (?) n?est pas celle de toutes celles et de tous ceux qui, au quotidien, connaissent la crise et les difficult?s sociales ?. (Communiqu?)

SYNDICATS

Bernard Thibault, secr?taire g?n?ral de la CGT : ? On en avait d?j? un signe puisqu?on a ?t? re?us jeudi au minist?re du Travail, non pas par le ministre mais par son cabinet, et ?a n?avait pas boug? d?un millim?tre, c?est-?-dire que ces annonces successives de dialogue ou de concertation qui demeure, pour l?instant, ne produisent rien ?.
? Le sentiment que donne le pr?sident sur sa mani?re d?appr?hender la situation ?conomique actuelle et ce qu?il convient de faire, c?est : haro sur les acquis sociaux, c?est le seul moyen de retrouver la croissance ?. ? Ce n?est que par la remise en cause des acquis sociaux qu?on peut pr?tendre retrouver la croissance ?, a ?galement d?plor? Bernard Thibault pour qui ? le pr?sident n?a que des mauvaises nouvelles ? annoncer aux Fran?ais ?. ? Les entreprises sont ?pargn?es de toute responsabilit? (?) les marges des actionnaires ce n?est pas un sujet, la premi?re pr?occupation c?est ce que co?te les salari?s aux entreprises ?. (D?claration ? l?AFP)

Alain Olive, secr?taire g?n?ral de l?Unsa : ? Il n?y a rien de nouveau, je ne sens aucune ouverture, ni sur le dossier des retraites, ni sur l?ensemble de la politique ?conomique et sociale ?. ? Sur les retraites, il a d?abord confirm? qu?Eric Woerth conduirait le dossier, sinc?rement, cela ne nous g?ne pas, ce n?est pas quelque chose que nous avions mis en avant. Par contre sur aucune des questions que nous contestons, il n?y a d?avanc?es, y compris sur la p?nibilit? (?) Il nous met au d?fit en ce qui concerne la journ?e d?action du 7 septembre ?. (D?claration ? l?AFP)

Jean-Louis Malys, secr?taire national de la CFDT : ? Sur le dossier des retraites, le pr?sident n?a absolument rien fait avancer, il est rest? sourd aux injustices. Il a repris mot pour mot ce qu?on nous avait dit quand la loi a ?t? d?pos?e. Il a ferm? la porte sur la p?nibilit?, sur les carri?res longues. Concernant les polypensionn?s, la loi n??voque m?me pas cette question. Nous serons attentif aux d?cisions qui seront prises mais ce qui nous a constern?, c?est le fait de nier que c?est la crise qui est la principale cause des d?ficit des retraites ?. (D?claration ? l?AFP)

Jacques Voisin, pr?sident de la CFTC : ? Le pr?sident de la R?publique inscrit son action et celle du gouvernement dans le cadre d?une politique d?aust?rit?. La CFTC d?plore que cette m?me rigueur ne soit pas utilis?e pour r?duire les aides aux entreprises accord?es sans contreparties sur l?emploi ou le pouvoir d?achat ?. Sur les retraites, ? la CFTC se demande ? quoi ont servi les concertations men?es depuis ? la pr?sentation de l?avant-projet le 16 juin. ? Il est inadmissible qu?une fois de plus l?effort demand? repose quasi exclusivement sur les salari?s ?

.
Revue de Presse source A F P et le nouvel Oservateur, modul? et relay?e par Les voix du Panda conformm?ment au droit ? l?information. Dont acte.
Le Panda
:twisted: :wink:

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

MH-370 : (38) armes et cocaïne

Nota :  à ceux qui pourraient penser récupérateur l’association de la catastrophe du vol MH-370 ...

2 Commentaire

  1. avatar

    @Pierre Allard,
    Merci pour cet article qui en fait de compte reste une revue de Presse objective se contentant de rapporter avec le « maximum » de justesse possible les positions des hommes, femmes, politiques de tous bords et des syndicats.
    Pierre, je te demande expressement et je t’en remercie de me donner ton semntiment, et accord, sur l’article commun que nous prévu tous deux, afin de faciliter les contacts.
    Je serais absent pour des problèmes graves familiaux concernant mon épouse, dont tu pourras continuer à venir comme convenu.
    Je m’excuse auprés de tous les intervenants de CentPapiers ainsi que Les Voix du Panda, mais ma famille reste mon bien le plus précieux.
    Comme tu l’indiques les Voix du Panda sont en même temps un lieu avec une grande famille.
    Je vous remercie de la pudeur dont vous pourrez faire preuve dans cette épreuve encore très douloureuse qui nous frappe.
    Mais la vie continue, alors sûrement que je ferai un « billet » comme seul Les Voix du Panda savent faire, c’est notre marque de fabrique.
    Pierre, merci de me répondre en privé ou ici, je passe vers 13h GMT France.
    Soyez tous prudents sur les routes et rien n’est plus important que l’amour que l’on porte avec tendresse aux siens.
    Merci de vottre compréhension à tous, je pense que je pourrais revenir dans les meilleurs délais, mais pas avant plus d’un mois.
    J’ose croire Pierre que tu auras la gentillesse de me répondre dans les meilleurs délais, voila je n’ai rien d’autre à vous dire, sinon que merci.
    Merci encore à tous.
    Avec mes sincères amitiés
    Patrick Juan
    Le Panda
    http://www.panda-france.net

  2. avatar

    Bonjour Patrick

    D’abord tout mon soutien moral dans cette épreuve dont j’ignore les détails mais dont il me suffit de savoir qu’elle t’éprouve.

    Je t’en reparlerai « en privé », ce qui me viendra d’autant plus facilement que ma propension naturelle est à la discrétion et que ce n’est qu’avec toi que je me sens tenu parfois de répondre publiquement à des messages qu’il ne me serait jamais venu à l’esprit de publier.

    Toute ma sympathie, donc, et retournons jaser des Troyens dans la tente d’Achille.

    Un dernier mot ici urbi et orbe, toutefois pour que les lecteurs qui en sont ici informés pour la première fois comprennent de quoi il s’agit. Nous discutons ici, je ne sais trop pourquoi, de la mécanique des liens entre Panda et CentPapiers.

    Tu préconises un messages conjoint, de toi et moi a nos lectorats respectifs pour les informer qu’ils peuvent désormais publier et commenter sans contraintes sur l’un comme l’autre site.

    Une bonne chose – et d’autant plus acceptable que nous partageons une commune aversion des censures- mais qui n’exige pas à mon avis que nous cherchions a fusionner nos proses.

    Je t’ai envoyé un texte, avec lequel tu m’a dit être d’accord et je n’ai pas non plus de querelle avec celui par lequel tu te proposes d’y répondre. Publions-les. Je ne vois pas de bien à vouloir signer à toute force un document commun.

    J’ai mon propre style qui en fait sourciller certains et tu as, comme tu le mentionnes ci-haut, le talent de faire  » un « billet » comme seul Les Voix du Panda savent faire (et qui est) une marque de fabrique. Ne mêlons pas les Sauternes et les Margaux…

    Cela dit, continuons d’ajuster la mécanique en privé. Les spectateurs/lecteurs s’intéressent peu à ce que nous préparons en coulisses.

    Concernant cet article-ci, je le trouve du plus faut intérêt. Un tour d’horizon de ce qui se dit dans la médiasphère est essentiel pour comprendre les enjeux. Si tu en faisais un tous les jours – ce que je ne voudrais pas te demander de faire, car je comprends le travail que ça implique – je verrais très bien qu’il soit publié aussi tous les jours sur CentPapiers et en vienne à constituer l’accès privilégié des Québécois à l’image de la France qu’en donnent ses médias.

    Pierre JC Allard