Accueil / T H E M E S / PENSÉE POLITIQUE (page 50)

PENSÉE POLITIQUE

Le parrain

Gilbert Collard

  Gilbert Collard se définit comme un « rabatteur ». Une expression utilisée plutôt par les chasseurs mais aussi sur les trottoirs où les marchés parallèles font des affaires florissantes. En fait, les rabatteurs sont à la recherche d’une clientèle et Maître Collard va à la pêche aux voix pour le FN, ce ...

Lire la suite

La fin du chômage, un mirage ?

chômeur

Même si à la tête de l’Etat, on fait profil bas, jouant l’humilité, s’armant de prudence, faisant semblant de ne pas se réjouir de l’annonce récente de la baisse du chômage, il serait bon de tenter de comprendre les raisons de cette baisse providentielle. S’il faut en croire le professeur ...

Lire la suite

Les socialistes optent pour repousser l’âge de la retraite

âge de la retraite

Manuel Valls s’est « réjoui » de « l’accord de principe » sur les retraites complémentaires, assurant que le gouvernement « accompagnera » sa « mise en œuvre ». Après avoir appelé cet accord de ses vœux en laissant entendre qu’à défaut le gouvernement prendrait la main, le Premier ministre y voit « la preuve de la capacité ...

Lire la suite

Retour vers le futur avec George Orwell

big brother

« LA GUERRE C’EST LA PAIX » (1984), et pour avoir la paix l’homme a inventé la BOMBE. Et comme l’animal sur deux pattes est de nature perfectionniste, il a été jusqu’à l’essayer. Mais rassurez-vous ce n’était qu’une démonstration de barbarie sans lendemain ! C’est George Orwell qui en 1945 dans un essai qui n’était pas un roman d’anticipation, ...

Lire la suite

Les clowns au pouvoir

clown au pouvoir

Coluche, candidat à la présidence de la République, avait échoué, se retirant après que l’un de ses amis ait été assassiné… plus tard, Beppe Grillo était devenu le grand vainqueur des législatives italiennes, (lien) et c’est bien un clown, Jon Gnarr, qui avait été plébiscité, devenant maire en 2010 de la ...

Lire la suite

Elections: Cours de polichinelles 101

Bientôt la conclusion d’une trop longue campagne électorale qui aura coûté 500 millions de dollars.  Le 19 octobre prochain, les canadiens passent aux urnes.  Cette longue campagne a permis à Stephen Harper de ne pas se rendre à l’ONU lors de la 70 ième assemblée, comme si le Canada n’avait ...

Lire la suite

De l’illusion démocratique

démocratie-lessive-diktacratie

Souvent chez l’être humain, l’impression suffit au contentement. C’est le semblant, l’immédiateté factice, qui l’emporte sur le concret, le résultat d’un labeur. Comme c’est au cœur du troupeau qu’il fait toujours le plus chaud, plus l’on est nombreux à s’en satisfaire, et plus les apparences perpétuent l’illusion, au point de ...

Lire la suite

« L’ange de la mort » à un visage, et c’est… celui d’une femme !

Le bombardement de l’hôpital de Kunduz, dans la nuit du 3 au 4 octobre dernier est bien un crime de guerre, et MSF a eu raison de le répéter à plusieurs reprises, déjà. On a abusivement parlé de « bombardement  » à son égard, or c’est erroné. L’hôpital n’a pas été ...

Lire la suite

Les infos qui dérangent – No. 30

infos qui dérangent

Des Canadiens enlevés apparaissent dans une vidéo Une vidéo mettant en scène deux hommes soutenant être des citoyens canadiens enlevés le mois dernier aux Philippines a récemment été publiée sur le web. L’un d’entre eux, qui dit s’appeler Robert Hall, déclare se sentir bien, mais courir un grave danger. L’autre, ...

Lire la suite

Donald Trump – « Ce que fait Angela Merkel est insensé »

Imaginez un improbable mariage entre Marine Le Pen et le parti « Les Républicains »… N’aurait-elle pas une chance réelle de gagner la présidentielle ? Avec l’entente cordiale avec Poutine et l’immigration comme détonateur commun, la comparaison avec Trump n’est pas si ridicule… Enfin bref passons, ce n’est pas vraiment le sujet. Parlons de Trump, qui bien que ...

Lire la suite

Air France : les voyous ne sont pas ceux qu’on croit…

Air France - conflit - licenciement

Cinq jours après l'interruption du comité central d’entreprise d’Air France par une manifestation de salariés, les négociations ont repris discrètement entre la Direction et les syndicats, certains évoquant l’hypothèse de la nomination d’un médiateur.

Si la chemise déchirée de Xavier Broseta, directeur des ressources humaines,  a fait le bonheur des médias nationaux et internationaux, les salariés n'ont pas oublié les propos du 1er ministre Manuel Valls qui s'était  dressé en justicier pour dénoncer les voyous de la République…
 
 
L’attitude de la Direction d’Air France pose toujours de graves problèmes à l’ensemble des salariés inquiets à juste titre de la survie de l’entreprise.

Les propos délirants d’Alexandre de Juniac, président-directeur général d’Air France-KLM contre les salariés grévistes, le droit et la durée légale du travail ne sont pas oubliés.  Ces propos auraient mérité qu’il soit démis de ses fonctions car d’autres l’ont été pour moins que ça.

Le personnel est toujours choqué également par la diatribe de Manuel Valls qui a conforté ceux qui jettent à la rue les personnels avec leurs familles et ceux qui jouent de la concurrence sauvage imposée dans l'aéronautique, notamment par les princes des monarchies du Golfe, par ailleurs financiers de l'intégrisme rétrograde…

Comment croire alors dans ces conditions au « dialogue social », d’autant que de graves erreurs ont été commises dans un passé récent ?

La lourde addition de la privatisation

Le 10 février 1999, le gouvernement de Lionel Jospin privatisait partiellement Air France. Le 22 février 2002, la compagnie était introduite en bourse au prix de 14 € l’action. Le 10 juillet 2003, l'assemblée des actionnaires d'Air France entérinait la privatisation totale de la compagnie aérienne qui devenait effective le 6 mai 2004.

Depuis cette privatisation, les salariés d’Air France paient cher la politique de financiarisation de leur direction : externalisations, réductions d’effectifs, gel des salaires et des embauches, casse des acquis sociaux, etc. Depuis 2004, 6430 départs n’ont pas été renouvelés auxquels il convient d’ajouter le plan de 1 800 départs volontaires organisé en 2010.


La première phase du plan Transform 2015 (lancé progressivement depuis janvier 2012) a liquidé près de 5 600 postes. L’acte II du plan accentue encore la diminution des effectifs. Une saignée qui touche particulièrement le personnel au sol mais également le personnel navigant commercial et les pilotes. « En l’espace de quatre ans, on a perdu entre 12 000 et 15 000 personnes et ça commence à faire beaucoup », s’alarme Didier Fauverte, secrétaire général de la CGT Air France.

Pour faire face à l’endettement d’Air France-KLM, aggravé par la crise de 2008, qui atteignait en janvier 2012, 6,5 milliards d’euros, la direction a misé sur un vaste plan de restructurations concernant ses activités court et moyen-courriers et son activité cargo marginalisée de plus en plus au profit du fret en soute. Or, privilégier les long-courriers, très rentables jusqu’en 2008, au détriment des court et moyen-courriers, cumulé au développement des vols low-cost sur petites distances, a contribué à creuser le déficit des vols courts.

Aujourd’hui, le plan « Perform 2020 » prévoit une réduction de voilure sur le long-courrier en deux phases : cinq avions en moins en 2016, des réductions de fréquences et la non-entrée dans la flotte de Boeing 787. Puis en 2017, la sortie de neuf autres appareils et la fermeture de cinq lignes en Asie. En tout, 2900 suppressions de postes (300 pilotes, 900 hôtesses et stewards, 1700 personnels au sol).

L’histoire des Rafale


En mai dernier François Hollande est arrivé à Doha, au Qatar, accompagné des ministres des affaires étrangères et de la défense, Laurent Fabius et Jean-Yves Le Drian, pour assister à la signature officielle de deux contrats de vente de 24 avions de combat Rafale.
 
Le Qatar avait mis une condition à l’achat de ces avions : obtenir des droits de trafic supplémentaires vers la France pour sa compagnie aérienne, Qatar Airways. L’émirat a eu finalement gain de cause et ses avions qui desservent déjà Paris, pourront désormais atterrir à Lyon et à Nice, vraisemblablement trois fois par semaine.

 
En agissant ainsi, François Hollande a aiguisé de fait la concurrence avec Air France poussant cette dernière à de nouveaux licenciements. Mais de cela ni Valls, ni Hollande ni les médias n’en disent mot !

 
Air France, en difficulté, a déjà du mal à résister à la concurrence des compagnies du Golfe. Cette fois, ce sera encore plus difficile car en s’installant dans des aéroports régionaux français, les avions quataris risquent de détourner le trafic vers le hub de Doha, au détriment de Paris.

 
Cette décision pénalise donc la compagnie au moment même où elle tente de se redresser. Elle pourrait même aggraver la situation car Air France sera peut-être contrainte de revoir ses vols. Or, quand un avion long-courrier est retiré de la flotte, ce sont 300 emplois directs en moins !

 
La décision apparaît d’autant plus incompréhensible qu’elle est prise par l’Etat, qui est actionnaire de la compagnie aérienne à 17 %. Les Émirats arabes unis, qui sont, eux aussi, intéressés par des avions de combat, pourraient faire la même demande auprès des autorités françaises pour leur compagnie aérienne Etihad !

 
Dans un communiqué, le syndicat national de pilotes de ligne d’Air France (SNPL) s’inquiète donc de la « mort à terme » de l’ensemble du secteur : « Le seul élément qui protège encore les compagnies aériennes européennes au sein d’une compétition absolument faussée, c’est la non délivrance d’autorisations de desserte supplémentaire des aéroports européens aux compagnies non respectueuses des règles de concurrence ». Le  syndicat dénonce « la concurrence déloyale des compagnies du Golfe, qui touchent de la part de leur gouvernement des subventions colossales, estimées à plus de 40 milliards de dollars ces dernières années. »
 
Entre Lionel Jospin, ex-premier ministre socialiste, qui a privatisé Air France en 1999 (l'ensemble des privatisations sur la période 1997-2002 ayant rapporté 210 milliards de francs en cinq ans, un record absolu !),

 
les actionnaires qui veulent maximiser les profits,

 
le PDG, Alexandre de Juniac, qui aurait augmenté son salaire de 70 %,

 
le DRH, Xavier Broseta, qui aurait provisionné une cagnotte de 150 millions € pour les retraites chapeaux des principaux dirigeants,

 
le président de la République, François Hollande, qui  autorise la desserte supplémentaire des aéroports français aux compagnies non respectueuses des règles de concurrence,

 
le 1er ministre, Manuel Valls, qui a déjà privatisé partiellement l’aéroport de Toulouse-Blagnac (49,9% au consortium sino-canadien SNC Lavalin et Symbiose), malgré près de 10 millions de bénéfices annuels, 
 
le Ministre de l'économie, Emmanuel Macron, qui veut privatiser les aéroports de Lyon-Saint Exupéry et Nice-Côte d’Azur,

 
les voyous ne sont pas ceux qu’on croit...


   

 

  


 
Lire toutes les infos du blog :

Lire la suite

Svetlana Alexievitch – De l’Homo sovieticus à la Russie de Poutine

Sveltlana-Alexievitch-prix-nobel-littérature

  Le Prix Nobel de littérature 2015 qui récompense Svetlana Alexievitch pour son talent, a également une évidente portée politique. L’écrivaine biélorusse est une opposante acharnée de Vladimir Poutine. Née en Ukraine en 1948 d’un père biélorusse professeur d’histoire et d’une mère ukrainienne, l’auteure souvent distinguée pour ses récits polyphoniques sur l’URSS et ...

Lire la suite

Attitude navrante de la Grèce à l’ONU lors des votes sur la dette et la Palestine

Déclarations sur l’attitude inacceptable de la Grèce à l’ONU lors des votes sur la dette et la Palestine Le leader d’Unité populaire, Panaïotis Lafazanis, a fait les déclarations suivantes à l’occasion de la présentation du livre de Nikos Igglézis, « La révolution du Grexit – Le plan » dans la salle des ...

Lire la suite

Une pseudo « économie du partage » planque ses bénéfices dans les paradis fiscaux

La pseudo économie de partage et les abris fiscaux

L’économie dite « du partage » n’aime pas la répartition des revenus. Encore moins contribuer par l’impôt aux infrastructures des pays au sein desquels elle prospère. Quand il s’agit de fiscalité, les nouveaux acteurs du commerce et des services en ligne, tels Uber, Airbnb, Ebay ou Paypal, suivent la route tracée par ...

Lire la suite

Survivalisme: un post-capitalisme des imbéciles

Au départ, il s’agit surtout d’un phénomène états-unien, issu de la guerre froide et alimenté par une série d’écrits marqués à l’extrême droite, voire néonazi. L’un des premiers ouvrages à connaître une certaine audience est  « Famine et survie en Amérique » (1974) de Howard Ruff centré sur la nécessité ...

Lire la suite