Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Argent (page 22)

Argent

Immobilier : savoir décoder le jargon de la profession

Quiconque a acheté ou vendu au moins un bien immobilier s’est trouvé confronté aux employés de plusieurs agences et sait par expérience que ces professionnels de la vente n’ont qu’un objectif en tête : réussir la transaction et toucher leur commission… À de rares exceptions près en France, les agents immobiliers se ...

Lire la suite

La disparition programmée du cash

cash

En Suède, l’Eglise a dû s’adapter car les fidèles portent avec eux de moins en moins d’espèces. Il est donc devenu courant que, pour le service dominical, l’écran géant des églises situées dans des villes comme Stockholm affiche son compte bancaire, permettant ainsi aux paroissiens de sortir leur téléphone et ...

Lire la suite

Qui profite des privatisations en Europe ?

capitalisme

Le petit monde des banquiers, avocats et auditeurs qui profitent des privatisations en Europe À la faveur de la crise de la dette et des politiques d’austérité, l’Europe est en train de connaître une nouvelle vague de privatisations. De la Grèce au Royaume-Uni, des entreprises et des services publics sont ...

Lire la suite

Travailler plus pour remplir les poches des actionnaires !

Aujourd’hui, avec la destruction des protections sociales et la casse du code du travail, le leitmotiv fourni par le MEDEF et repris par des politiques est : « travailler plus nous sauvera de la crise », après l’échec du fameux : « travailler plus pour gagner plus ». L’idée est juste, il faut savoir que le travail ...

Lire la suite

Loi Travail: faciliter les licenciements pour créer des emplois?

Loi travail : « Dire que c’est en facilitant les licenciements qu’on crée des emplois est ahurissant »   La réforme du Code du travail voulue par le gouvernement facilite les licenciements abusifs et fragilise les salariés face aux employeurs, dénoncent les opposants au projet. Celui-ci sera présenté en Conseil ...

Lire la suite

Les grandes manoeuvres de concentration multimédia

Les grandes manœuvres de concentration multimédia : comment et pourquoi ? Benjamin Lagues, Denis Perais, Martin Coutellier, Sophie Muret (ACRIMED) Ces derniers mois, les rachats de médias ont connu une accélération inédite, qui a défrayé les articles de presse comme les émissions radio ou télédiffusées et soulevé l’inquiétude, voire l’indignation, ...

Lire la suite

L’Hibernatus économique

Pourquoi les repères sont-ils perdus ? Et pourquoi la droite et la gauche – de tous les pays occidentaux- semblent-elles appliquer la même politique économique, à quelques nuances cosmétiques près ? Où sont les clivages d’antan dans lesquels nous nous retrouvions – et pour lesquels nous nous affrontions – tous ...

Lire la suite

Le gouvernement chinois se prépare à licencier des millions de travailleurs

Dans le cadre des préparatifs de l’ouverture de l’Assemblée populaire nationale (APN), samedi, le gouvernement chinois a annoncé des licenciements massifs dans les entreprises publiques du charbon et de l’acier. D’autres licenciements dans d’autres industries de base sont préfigurés dans des décisions qui se traduiront par la perte d’emploi de ...

Lire la suite

Ignorer les pauvres… et les culpabiliser

Chaque catastrophe ”naturelle” révèle, s’il en était besoin, l’extrême fragilité des classes populaires, dont la vie comme la survie se trouvent dévaluées. Pis, la compassion pour les pauvres, affichée au coup par coup, masque mal que de tout temps des penseurs ont cherché à justifier la misère – en culpabilisant ...

Lire la suite

Privatiser le vivant

Les pirates des semences veulent privatiser le vivant Les biotechniques dites d’« édition de gènes » doivent-elles être soumises à la réglementation sur les OGM ? La bataille pour le déterminer a déjà commencé auprès des gouvernements et des institutions supranationales. L’enjeu est capital, expliquent les auteurs de cette tribune, ...

Lire la suite

Uber: le gouvernement du Québec remet les pendules à l’heure

Commission des finances publiques du Québec (Assemblée Nationale du Gouvernement du Québec)   Jacques Daoust, Ministre des Transports, de la Mobilité durable et de l’Electrification des Transports du Québec Consultation sur le document d’information sur le transport rémunéré de personnes par automobile:     Les meilleurs moments d’Uber en commission ...

Lire la suite

Le Code du travail étranglé !

Le projet de "réforme" du code du travail, présenté par François Hollande, le premier Ministre Manuel Valls et la ministre du Travail, Myriam El Khomri, suscite de plus en plus de critiques.  


La priorité donnée notamment à l’accord d’entreprise par rapport à la loi ou l’accord de branche professionnelle est en effet considéré à juste titre comme une inversion des valeurs et de la hiérarchie des normes… 


 

Le droit du travail a été acquis par un siècle de luttes sociales. Il a pour objectif de défendre le salarié qui n’est pas égal à son employeur puisqu’il est subordonné à ce dernier.



Mais un retournement historique est en train de s’opérer sous l’impulsion du gouvernement « socialiste ». On assiste à la volonté d’inverser la hiérarchie des valeurs et des normes qui voulait que la loi impose une protection à tous les salariés et que les accords signés dans les entreprises ne pouvaient qu’améliorer la loi.


Avec le projet du gouvernement, les accords d’entreprise seront là pour déroger à la loi en dégradant la situation des salariés et en remettant en cause le principe d'égalité. Dans de nombreux cas, les patrons de PME-PMI notamment pourront imposer sans contrôle l’organisation du travail. Malgré l’intégration des 61 principes de la commission Badinter qui accompagne, sous des dehors humanistes, le nouveau texte, la remise en cause du droit du travail est indéniable.


Les organisations patronales (MEDEF et CGPME) en rêvaient et elles jugent donc très positives les propositions du gouvernement pour « réformer » le Code du travail :


- Les licenciements économiques ne relèveraient que de l’avis du chef d’entreprise, sans que le juge ne puisse y redire.


- L’assouplissement du temps de travail correspondrait dans les faits à une augmentation du temps de travail. Dans certains cas les chefs d'entreprise pourront décider unilatéralement de modifier le temps de travail. Cela permettra aussi de remettre en cause l’indemnisation des heures supplémentaires en calculant le temps de travail sur plusieurs années.


- Un accord d’entreprise suffirait pour que les heures supplémentaires soient majorées 5 fois moins.

- Les temps d’astreinte pourraient être décomptés des temps de repos.


- Les apprentis mineurs pourraient travailler 10 heures par jour et 40 heures par semaine.


- Les indemnités prud’homales pourraient être plafonnées en cas de licenciement abusif.


- Les prérogatives des CHSCT pourraient être remises en cause.


- Une mesure pourra être imposée par référendum contre l’avis de 70% des syndicats.


- Le contrat individuel remplacerait les accords collectifs. Le Compte personnel d’activité (CPA) qui individualise un peu plus les droits se mettrait en place.


- et autres joyeusetés de ce type...

 
L’avant-projet de loi El Khomri est présenté comme le modèle sur lequel un nouveau code du travail doit être réécrit. Or ce projet ne simplifie rien. Le livre sur le temps de travail qu’il refond augmente même en volume. Seuls sont allégés les droits, pourtant déjà bien fragiles, des salariés. Cette pente-là est bien connue, c’est celle sur laquelle le droit du travail glisse depuis une trentaine d’années...

Face à cette attaque, tous les syndicats réagissent mais ne sont pas tout à fait sur la même ligne. Sept syndicats appellent à faire grève le 31 mars prochain pour réclamer le retrait du projet de loi El Khomri, qui constitue, selon eux, « une régression sociale ». L’appel a été lancé par la CGT, FO, la FSU, l’Union syndicale Solidaires, l’Unef, l’UNL (lycéens) et la FIDL (lycéens) à l’issue d’une réunion intersyndicale de près de trois heures. De leur côté, CFDT, CFTC et CFE-CGC, comme à leur habitude, restent en retrait. 

En attendant, à l’initiative de militants syndicaux et de citoyens, la pétition ouverte sur Internet a déjà recueillie 1 000 000 de signatures...


 



> Signer la pétition ICI


Lire la suite

Quand les traders spéculent sur notre pain quotidien

Depuis un an, les prix mondial du blé a évolué en dents de scie dans une fourchette de prix trop bas pour fournir un revenu décent aux céréaliers. Il a suffit que l’offre mondiale soit légèrement supérieure à la demande pour que les traders fassent payer la facture aux producteurs ...

Lire la suite

Future loi Travail: esclavagisme ou modernité ?

MODERNITE ? … En d’autre temps on aurait parlé d’esclavagisme ! La future loi Travail de Myriam El Khomri empile les propositions les plus réactionnaires revendiquées par le patronat. Aucun gouvernement n’avait osé aller aussi loin dans l’abaissement des garanties collectives et des droits acquis par les luttes depuis des ...

Lire la suite