Accueil / S O C I E T É / Travail (page 20)

Travail

L’impossible partage

Parfois,?? l?occasion?de grandes?envol?es m?diatiques, certains hommes politiques de gauche, mais aussi de droite,?d?clarent : ?il faut un partage ?quitable des richesses? !? Mais?ces effets d?annonce restent toujours sans lendemain. Pourquoi ? Parce que cette mesure touche de plein fouet les fondements m?me du syst?me capitaliste, et?les hommes que nous ?lisons ...

Lire la suite

Le mod?le allemand : un conte ? dormir debout?

Selon les journalistes des grands médias, les économistes et européistes bien-pensants, l’Allemagne est championne d’Europe toutes catégories : l’économie se porte bien, le chômage y est très bas, sa politique énergétique est parfaite, etc.

Pourtant, si l’on en croit d’autres observateurs qui ne paradent pas sur les grandes chaînes de télévision, il s’agit d’une belle manipulation médiatique car tout n’est pas si rose outre-Rhin…



C’est sur l’antenne de France Culture, en septembre dernier, dans l’émission « les enjeux internationaux » que l’on pouvait écouter les réflexions pertinentes de Hans Stark, professeur à la Sorbonne et secrétaire général du CERFA (Comité d’Etude des Relations Franco-Allemandes). Expliquant que la chancelière, Angéla Merkel, estimait que son bilan suffisait à la faire réélire les doigts dans le nez, Hans Stark s’est appliqué à brosser un tableau plus objectif que celui que l’on dresse habituellement.

A part la CDU-CSU,  tous les autres partis d’Allemagne partagent les mêmes préoccupations : bas niveau à venir des retraites, montée des prix de l’énergie ainsi que des loyers, absence d’un salaire minimum. Rappelant que s’il est convenu de dire « l’Allemagne va bien », tous les allemands ne vont pas bien pour autant.

Près de 12 millions de citoyens, soit 15% de la population, sont pauvres car ils travaillent dans un cadre très fragile, à coup de petits métiers et voient leur niveau de vie baisser dangereusement, d’autant plus que leurs salaires s’amenuisent au fil des années. 4 millions de personnes gagnent moins de 7 euros bruts de l’heure. Les 10% d'Allemands les plus fortunés se partagent 53% de la richesse nationale, tandis que les 50% les plus pauvres ne possèdent que 1% de la richesse du pays…

Les lois « Hartz » * ont changé en effet fondamentalement l’organisation du travail et les conditions d’indemnisation du chômage, encourageant des formes d’emplois atypiques. Elles ont  été mises en place progressivement, sous la forme de quatre lois, mais la plus importante et la plus impopulaire est la loi Hartz IV.

Cette dernière loi oblige les chômeurs à accepter n’importe quel travail, même le plus précaire et le plus mal payé. Il n’est pas inutile de rappeler que c’est à l’ex chancelier social-démocrate, Gerhard Schröder, que les allemands doivent ces lois antisociales, ce qui explique peut-être le désamour des électeurs envers ce parti.

La mesure la plus importante est la réduction des indemnités versées aux chômeurs de longue durée qui refusent d'accepter des emplois en dessous de leur qualification. Les indemnités de chômage ne sont plus versées pendant 32 mois mais pendant seulement 12 mois (18 mois pour les plus de 55 ans) 

De plus, ces chômeurs peuvent être embauchés à des salaires inférieurs (1 €/heure) à la convention collective du secteur. D'autres mesures sont critiquées, telle que la possibilité de réduire les allocations d'un chômeur dont les ascendants ou descendants ont quelques économies.

Ce qui était surtout visé, c’était de réduire drastiquement le nombre de chômeurs, opération manifestement réussie, mais à quel prix ? Un emploi sur trois n’est désormais ni à plein temps, ni à durée indéterminée, et à Berlin par exemple, un jeune sur trois tente de survivre en-dessous du seuil de pauvreté.

Si le taux de chômage a effectivement baissé (6,8 %, soit 2,897 millions de personnes), il y a néanmoins une véritable précarisation à cause de la thérapie de choc privilégiant l’entreprise aux dépens de travailleur, avec la flexibilité comme arme.

Selon le livre noir du travail intérimaire, publié en mars 2012, plus de 1 million de salariés sont des intérimaires. Tous ces emplois précaires plafonnés à 450 euros mensuels sont en augmentation exponentielle, ayant quasiment doublé depuis 20 ans si l’on en croit les chiffres de l’office allemand des statistiques. L’Allemagne est ainsi aujourd’hui le pays de l’Union Européenne où la proportion des bas salaires est la plus élevée.

Comme le dit l’un de ces précaires : « comme des milliers d’Allemands je fais partie des travailleurs à 1,50 € l’heure (…) je suis malade du diabète, je m’accroche, mais il y a des jours, c’est trop dur et je me dis que parfois, il vaudrait mieux crever que de vivre ça ». Un autre citoyen, du prénom de Klaus à déclaré : « si une nouvelle crise arrivait, tous les intérimaires se retrouveront à la rue » ajoutant : « ce nouveau marché aux esclaves devrait être interdit car le travail intérimaire va enterrer tout ce pourquoi des générations de travailleurs se sont battus ».

Au-delà des difficultés que rencontrent ces millions de salariés, il faut regarder aussi de plus près celles qui concernent les retraités. Ils étaient au moins 400 000 en 2012 à devoir se contenter de 688 € mensuels, après avoir travaillé 35 ans pour 2500 € bruts par mois. Ceux qui ont cotisé pendant 40 ans se retrouvent quasiment dans la même situation.

Du coup, pour boucler leurs fins de mois, ils sont obligés de prendre des « mini jobs », privant les actifs du peu de travail qu’il reste dans le pays. Ils étaient déjà, en 2000, près de 800 000 retraités de plus de 65 ans à avoir dû accepter un « mini job » et ils sont encore plus nombreux aujourd’hui.

Pour bénéficier du minimum vieillesse, les conditions sont assez draconiennes puisqu’elles ne peuvent concerner ceux qui sont propriétaires ou qui disposent d’une épargne. Sans aller jusqu’à comparer cette situation avec celle qu’ont connus les allemands lors de la République de Weimar, laquelle avait permis l’accession au pouvoir d’Hitler, on ne peut pourtant pas éviter d’y trouver quelques ressemblances…

Quand François Hollande vante le modèle allemand…

Pendant que Jean-Marc Ayrault excluait à Paris tout « tournant » vers l’austérité, François Hollande faisait en Allemagne, en avril dernier, l'éloge des réformes du marché du travail allemand lors des célébrations à Leipzig des 150 ans du parti social-démocrate (SPD), en présence de la chancelière Angela Merkel :

«Le progrès, c'est aussi de faire dans les moments difficiles des choix courageux pour préserver l'emploi, pour anticiper les mutations industrielles et c'est ce qu’à fait Gerhard Schröder ici en Allemagne et qui permet à votre pays d'être en avance sur d'autres», a fait valoir le président français. «Ces décisions ne sont pas faciles à prendre, elles peuvent faire surgir des controverses, mais rien ne se construit, rien de solide ne se bâtit en ignorant le réel», a-t-il ajouté, louant le rôle de l'amitié franco-allemande dans la construction européenne.

Partisan, mais sans le dire, de la politique libérale de son ami Gerhard Schröder, François Hollande a commencé à la mettre largement en place en France, notamment sur deux points :

En matière d’emploi, l’accord national interprofessionnel (ANI) du 11 janvier dernier, signé par le patronat et les organisations syndicales CFDT, CFE-CGC et CFTC, représente un recul social majeur. Cet accord notamment facilite les licenciements, permet aux entreprises de baisser les salaires et d’augmenter le temps de travail, réduit le délai de recours aux Prud’hommes pour les salariés licenciés, etc.

En matière de retraite, la durée de cotisation sera portée à 43 ans en 2035 contre 41,5 en 2020. L’allongement sera progressif : de 42 ans en 2023, il passera pour une retraite à taux plein à 42 ans et un trimestre en 2026, puis 42 ans et demi en 2029, 42 ans et trois trimestres en 2032 et enfin 43 ans en 2035. Les cotisations salariales augmenteront de 0,15 point en 2014 puis 0,05 point en 2015, 2016 et 2017, soit 0,3 point au total. 

Entre les millions de travailleurs réduits en quasi esclavage et les retraités dans la misère, on voit donc que le soi-disant « modèle allemand » est largement discrédité. Ce modèle s’inscrit dans le droit fil des préconisations, appliquées partout en Europe, de la Troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne, Fonds monétaire international) : démantèlement du droit du travail,  chantage à l’emploi pour baisser les salaires et les droits sociaux au nom de la compétitivité…



* L'inspirateur de ces réformes, Peter Hartz, était le directeur du personnel de Volkswagen où il négocia des accords sur la flexibilité des horaires. Il a démissionné le 10 juillet 2005 à la suite d'une affaire de corruption et un scandale de pot-de-vin avec des membres du comité d'entreprise. En 2007, il a été condamné par la justice à deux ans de prison avec sursis et à une lourde amende... 



Photo Creative Commons par Yahoo Images (http://fr.images.search.yahoo.com/search/images;_ylt=A0PDodhOLY1SgFcA2bVlAQx.?p=allemagne&fr=yfp-t-703&ei=utf-8&n=30&x=wrt&imgsz=icon&y=Rechercher

Cet article publié sur AgoraVox a été repris par Yahoo France Actualités et vous pourrez prochainement le lire sur : http://fr.news.yahoo.com/archive/


Lire la suite du blog : 
> Les 25 derniers articles : http://feeds.feedburner.com/blogspot/GKAl

Toutes les propositions de réforme sur : http://reformeraujourdhui.blogspot.fr/2008/01/quelques-vraies-reformes-que-lon-peut.html

Lire la suite

Le monde du travail est-il soluble dans la gauchitude?

Peut-on être dans la communication et de gauche?

Toro LocoC'est la question que m'a posée un de mes lecteurs par mail.
Il attend toujours la réponse.

Je ne compte plus le nombre considérable de fois où j'ai dû justifier de la neutralité politique de mon travail. D'expliquer que dans mon boulot, je fais la part des choses et ceci, cela. Que oui, il est possible de travailler avec moi dans la sérénité, que non, je ne me rends pas au boulot chaque matin avec un couteau entre les dents.

Sauf que cette fois-ci, j'ai décidé de ne pas me retrouver immédiatement sur la défensive, mais plutôt de prendre le temps de réfléchir tranquillement à la question. Longuement. Très longuement. À cette question et à ce qu'elle signifie. Au fait que je l'ai toujours trouvée tellement normale et évidente comme question que je ne me suis même jamais étonnée de la régularité avec laquelle elle m'est infligée. Au fait même que je la considère comme inéluctable, et qu'il m'arrive tout aussi régulièrement de m'interroger sur ma légitimité politique —et non pas professionnelle— à m'engager dans tel ou tel projet avec tels ou tels partenaire, client ou collaborateur.

Prenons le problème sous un autre angle. C'est toujours une bonne idée de que changer de point de vue sur une question. D'inverser les perspectives. De plonger dans la dystopie concrète.
Imaginons donc que je sois de droite.
Là, comme ça.
Froidement.

C'est tout de même une chose suffisamment commune, d'être de droite dans ce pays, pour qu'on se tape plus souvent un gouvernement de ce bord que de l'autre. On ne va même pas discuter de ce que signifie réellement, aujourd'hui, être de droite. Mis à part quelques mal câblés du ciboulot, je pense qu'il y a une belle unanimité à me qualifier spontanément de femme de gauche.

Donc, inversons la proposition.

Mon lecteur m'aurait-il posé la même question si j'étais identifiée de manière aussi évidente et récurrente comme personnalité intrinsèquement de droite ? La question n'est alors pas de se demander si la communication est une activité de droite, mais plutôt, est-ce que les gens de droite ont à rendre des comptes sur leur activité professionnelle ?
Ou, encore plus simplement, est-ce que les gens de droite se posent des questions quant à leur compatibilité professionnelle ?

Ce qui reviendrait à dire qu'être de gauche implique une éthique, une déontologie de chaque instant, un engagement, non seulement politique, mais aussi dans chaque acte de notre vie quotidienne, probablement jusqu'au fond des chiottes ou dans l'intimité feutrée de la chambre à coucher.

L'opinion politique est-elle une cosmologie ?

Dans l'absolu, oui, puisqu'il s'agit concrètement d'une vision du monde, d'un modèle de société. En réalité, non, puisque l'acte politique pour beaucoup de mes concitoyens, se limite à choisir de temps à autre entre la peste et le choléra, à glisser un nom dans l'urne et à râler quotidiennement devant son poste de télé, son journal, ses collègues, contre les impôts, la voirie, l'école, la Sécu, les fonctionnaires, les parasites, les rentiers, les vendus et les pourris tout en soulignant abondamment tous ces propos par de sempiternels :

Non, mais moi, je ne fais pas de politique. D'ailleurs ça ne m'intéresse pas.

Pourtant, plus un gars ne fait pas de politique et plus il a tendance à avoir un discours de droite. À croire qu'être de droite consiste essentiellement à ne pas se sentir concerné par la chose politique. Sauf que si c'était vraiment le cas, les gens de droite n'iraient pas jusqu'aux urnes et que nous passerions des temps forts intéressants à être exclusivement gouvernés par des gens vraiment intrinsèquement de gauche.
Ce qui n'est —vous en conviendrez aisément— absolument pas le cas.

À moins d'admettre que le simple acte de voter soit la quintessence de la démission démocratique, celui qui consiste à dire à la face du monde :

Vous m'avez déjà fait perdre assez de temps comme cela : maintenant gérez le merdier et ne venez surtout plus me casser les couilles avant la prochaine grande messe électorale, celle-là même qui me permet de jouer à la démocratie tout en n’en ayant absolument rien à secouer.

Ce qui nous éloigne terriblement de la question initiale qui est de savoir si je suis gaucho-compatible avec mon gagne-pain.

Ce que je trouve assez remarquable, en creusant quelque peu dans mes souvenirs professionnels, c'est que, oui, généralement, les gens de droite ont plutôt tendance à se trouver légitimes, quelle que soit leur fonction dans le système. Ils se trouvent d'autant plus légitimes qu'ils sont hauts dans la hiérarchie et dans la fourchette des salaires. En fait, l'aisance des gens de droite dans le monde professionnel contemporain aurait tendance à conforter l'idée que le système socioéconomique actuel leur convient parfaitement et qu'ils y sont comme des poissons dans l'eau.
Le gars de droite trouve ses convictions renforcées par ses réussites concomitantes matérielles et professionnelles quand le gauchiste éprouve toujours une certaine culpabilité à l'amélioration sensible de ses conditions de vie, un peu comme s'il lui avait fallu pactiser avec l'ennemi ou transiger avec ses convictions pour se couler dans un moule bien inconfortable pour ses idées.

Un peu comme si le système lui-même était profondément de droite.

Mais si nous transplantons le gars de droite dans un secteur socioéconomique profondément de gauche —des trucs improbables comme l'économie sociale et solidaire ou le milieu associatif— il est toujours étonnant de voir à quel point le gars de droite ne se pose jamais la question de sa légitimité professionnelle. Il arrive un peu comme un New-Yorkais de Manahattan tombant en panne au cœur des vertes collines bouseuses de Gascogne. Il observe ce qui est un évident décalage entre les pratiques concrètes de son nouveau milieu et les modèles implantés de longue date par la certitude de faire partie de ceux qui ont toujours raison. Et il arrive très rapidement à la conclusion que s'il y a bien dissonance entre lui et son boulot, cela vient forcément des autres. Et il met en œuvre ce qu'il appelle son esprit réformateur, son sens de la modernité et des réalités en bousillant absolument tout ce qui ne répond pas à des impératifs de rentabilité immédiate et de profitabilité maximum, à sa propre vision du monde du travail.

Autrement dit, le gars de droite n'est jamais dans une posture de remise en cause professionnelle, c'est le reste du monde qui doit s'adapter à sa cosmologie personnelle.
Et c'est probablement ce qui fait tout sa force, pendant les gauchistes continuent de s'autoflageller de n'être pas vraiment à la hauteur de leurs utopies.

Le gars de droite, c'est le Midas des temps modernes qui transforme en merde capitaliste absolument tout ce qu'il touche pendant que le gars de gauche se perd en circonvolutions métaphysiques ineptes, du genre :

Mais est-ce que je peux être dans la communication et de gauche ?

Un gars de droite dans une association à caractère social ou culturel ne va jamais se dire qu'il n'est pas du tout à sa place (ce qui est pourtant le cas). Non, il va juste peser de toute la force de sa conviction intime qu'il est le meilleur et qu'il a toujours raison pour faire d'une structure démocratique, fondée sur la coopération, l'échange et la solidarité, une bonne grosse machine de guerre économique, qui élimine les activités non rentables, compresse les couts (à commencer par les personnes) et augmente les profits en se focalisant sur les prestations à haute valeur ajoutée. Si, en plus, les politiques et gouvernants marchent dans la combine en étranglant financièrement tout ce qui est de l'ordre du non marchand, on voit alors avec quelle efficacité une pensée politique n'a absolument pas besoin de passer par le cirque médiatique et électoral pour s'imposer brutalement à tous.

Tout est politique, y compris et surtout, le champ professionnel!

Si l'on s'intéresse quelque peu au monde de la communication contemporaine, on y trouve effectivement une belle brochette d'affabulateurs dont le talent se résume souvent à prendre le reste du monde pour un ramassis de crétins auquel il convient de s'adresser en beuglant des insanités grotesques avec toute la puissance de conviction que seule la médiocrité d'esprit la plus profonde peut conférer aux fumistes flamboyants. La communication, coco, c'est l'univers de l'esbroufe, du clinquant, du mépris social et du mensonge institutionnalisé. C'est bien évidemment un repaire de tout ce qui pense à droite, vit à droite, respire à droite et n'a toujours pas compris la profonde différence entre l'information et la propagande.
À priori, c'est tout, sauf une profession compatible avec des idées de gauche.

Sauf que si on retourne la proposition, la communication, c'est avant tout ce que l'on en fait. On peut bien sûr laisser les coudées franches à toute cette mentalité réductrice et vaine que l'on combat chaque jour dans ses effets les plus pernicieux tout en se plaignant de perdre bataille sur bataille dans le domaine des représentations sociales que les médias aux ordres pondent chaque jour un peu plus dans la tête de nos concitoyens. En gros, on peut faire nos dégoutés, n'y toucher qu'avec des gants et une pince à linge plantée sur le nez, mais on peut aussi décider, à l'instar des petits Midas de l'entreprise, que la communication gagnerait beaucoup à évoluer vers une configuration déontologique plus conforme à notre confort intellectuel.

On peut juste estimer que communiquer, c'est rendre des informations visibles et intelligibles au plus grand nombre, c'est porter le message, l'amplifier, l'adapter sans jamais le faire mentir, sans jamais tenter de tromper le chaland, c'est participer à la petite musique des mots et à la symphonie des images, c'est créer du lien, bâtir des passerelles, construire des émulations, des coopérations là où il n'y avait que du vide, de l'incompréhension et des rodomontades.

Finalement chacun de nous porte la possibilité de ses choix, même les plus contraints, en ce qu'il peut toujours décider de tendre à vivre conformément à ce qu'il croit juste et nécessaire. Pourquoi seules les outres à vents réactionnaires et imbéciles pourraient-elles choisir de transformer le monde dans lequel elles évoluent ? Pourquoi devrait-on toujours jouer selon leurs règles, réécrites au fil de l'eau afin de toujours rester en leur faveur ? Pourquoi ne seraient-ce que leurs idées moisies qui ont le droit de citer dans cet implacable monde du travail qu'elles ont façonné à leur sinistre image étriquée du bulbe depuis tant d'années et avec le triste résultat que nous ne pouvons plus feindre d'ignorer ?

Nous avons depuis toujours la force du nombre avec nous. Il nous reste à remporter la bataille des convictions et la guerre des idées et cela commence ici et maintenant, au cœur même de la bête, dans chacune des activités dans lesquelles nous passons tant de notre temps de vie.

Lire la suite

ILS D?VALISENT LES R?GIMES DE RETRAITE DES EMPLOY?S MUNICIPAUX

Les pastoureaux municipaux au service des grands capitaux   La petite bourgeoisie municipale, la fraction de classe à laquelle le grand capital national confie en exclusivité la gestion des appareils administratifs municipaux, est en train de se concerter pour attaquer … Lire la suite

Lire la suite

La faim dans le monde : Chronique de la d?tresse ordinaire

Chems Eddine Chitour ?L?inhumanit? inflig?e ? un autre d?truit l?humanit? en moi.? Emmanuel Kant cit? par Jean Ziegler Photo: Jean Ziegler Le 22 octobre de chaque ann?e le monde se souvient de la faim. Des manifestations en trompe-l?oeil permettent aux bien-pensants de s?apitoyer et certaines fois d?avoir bonne conscience en ...

Lire la suite

Monique Pin?on-Charlot : ? La violence des riches atteint les gens au plus profond de leur esprit et de leur corps ?

PAR?AGN?S ROUSSEAUX?5 NOVEMBRE 2013 Qui sont les riches aujourd?hui?? Quel impact ont-ils sur la soci?t? fran?aise?? Pour la sociologue Monique Pin?on-Charlot, les riches font subir au reste de la soci?t? une violence inou?e. Une violence banalis?e gr?ce ? un renversement du langage?: les riches seraient des victimes, menac?es par l?avidit? ...

Lire la suite

Les concours mentor-menteur

Le crime prend souvent la voie de la vertu Jean-Baptiste Gresset 1707-1777 *** Selon M. Mulcair, les all?gations de Mike Duffy prouvent que le premier ministre a cach? la v?rit? sur le myst?rieux ch?que de 90 000$ remis par Nigel Wright, son ancien chef de cabinet, au s?nateur Duffy pour ...

Lire la suite

Eug?nisme: Faut-il se d?barrasser des ? non productifs ??

  1844 L?Ing?nieur en Chef ? propos du travail des enfants dans les mines de?Li?ge ****? Renseignements additionnels communiqu?s par M. l?Ing?nieur en chef de la troisi?me division des mines, au Ministre des travaux publics. ??Li?ge, le 3 juillet 1844, MONSIEUR LE MINISTRE, Par d?p?che du 3 f?vrier 1844, vous ...

Lire la suite

Le Pow Wow hypothermique occidental

  Un?pow-wow?est un rassemblement de?Nord-Am?rindiens. Il s?agissait traditionnellement d?un ?v?nement religieux (chamanisme) ou de la c?l?bration d?exploits guerriers. Aujourd?hui, il existe un v?ritable ??circuit?? des?pow-wow?qui sont devenus des manifestations festives et une occasion pour les Am?rindiens de faire vivre leur h?ritage culturel. Le?pow-wow?repr?sente une f?te de la rencontre et est ...

Lire la suite