Accueil / S O C I E T É / Pauvreté (page 5)

Pauvreté

Vive le capitalisme !

Vive le capitalisme… ! Parole d’actionnaire : 372 milliards d’euros de dividendes au 2ème trimestre 2016   Et non, non, non… détrompez-vous ! Ce n’est pas win-win ! Dans ce bas-monde il y a de gagnants… parce qu’il y a de perdants ! Ces actionnaires et patrons heureux sont l’oligarchie planétaire, la nomenklatura ...

Lire la suite

Nos vies ont de moins en moins de sens

Nos vies ont de moins en moins de sens La compétition, la concurrence font que les capitalistes sont obligés d’innover pour d’une part vendre de la camelote différente et d’autre part rattraper et/ou dépasser les concurrents dans les gains de productivité. Or, ces gains énormes depuis l’avènement de la micro ...

Lire la suite

Le syndrome du larbin… encore et toujours !

LE SYNDROME DU LARBIN … version revisitée !   Le syndrome du larbin est un comportement pathologique visant à prendre systématiquement la défense des classes les plus favorisées au détriment de celles dont il est issu. Ce syndrome diminue les capacités d’analyse du larbin et se traduit par un blocage psychologique ...

Lire la suite

Colombie : On ne peut pas cacher le soleil avec un doigt

Colombie : On ne peut pas cacher le soleil avec un doigt La crise humanitaire dans La Guajira n’est pas due à la fatalité, mais à l’incurie de l’État Un enfant qui meurt de faim aujourd’hui est un enfant assassiné Jean Ziegler Les Wayúu sont le principal peuple aborigène de ...

Lire la suite

Jésus et les cloués électriques

  » Papa, où vont ceux qui meurent?  Ben! Là-haut… Je suis allée voir au deuxième étage, ils ne sont pas là-haut » *** Jean-François Copé ne sait pas trop d’où vient le nombre élevé de chômeurs. Ni le ministre du travail au Québec… J’étais en train de chercher une image de ...

Lire la suite

Gaspillage

  Nos poubelles regorgent de foie gras ! Je reviens, une fois encore, outré et scandalisé, de mon association caritative. Les réserves débordent de produits, surplus de nos chers grands magasins, les fauteurs de misère, ceux qui imposent leurs prix aux paysans, qui manipulent les consommateurs, qui donnent directions et ordres ...

Lire la suite

Travailler plus pour remplir les poches des actionnaires !

Aujourd’hui, avec la destruction des protections sociales et la casse du code du travail, le leitmotiv fourni par le MEDEF et repris par des politiques est : « travailler plus nous sauvera de la crise », après l’échec du fameux : « travailler plus pour gagner plus ». L’idée est juste, il faut savoir que le travail ...

Lire la suite

« Les bruits de chiottes » et le bruit de la rue

  Qu’adviendra-t-il du projet de loi El Khomri sur la réforme du droit du travail, nul ne le sait encore, mais pour le gouvernement déjà plane l’ombre de mauvaise augure du CPE. Vous souvenez-vous de la fameuse phrase de Jacques Chirac, « J’ai décidé de promulguer la loi » pour enterrer ensuite définitivement le ...

Lire la suite

Ignorer les pauvres… et les culpabiliser

Chaque catastrophe ”naturelle” révèle, s’il en était besoin, l’extrême fragilité des classes populaires, dont la vie comme la survie se trouvent dévaluées. Pis, la compassion pour les pauvres, affichée au coup par coup, masque mal que de tout temps des penseurs ont cherché à justifier la misère – en culpabilisant ...

Lire la suite

SOS paysans !

Ils n’en peuvent plus ! Trop dur, trop de pression, trop de dettes. Les suicides se multiplient chez les paysans, qui ne savent plus comment survivre dans un système qui vise à leur disparition pour installer l’agro-industrie. « Il y a deux semaines, on a appris, pour une famille. On n’avait ...

Lire la suite

Hyperconcentration de la richesse et expansion de la pauvreté

Hyperconcentration de la richesse et expansion de la pauvreté: Les acteurs de Davos continuent de bâtir leurs projets d’expansion La résistance et la révolte des peuples face au nouvel ordre mondial Deux mondes. L’un, une minorité triomphante et sans conscience sociale. L’autre, une majorité écrasée. C’est le sort réservé à ...

Lire la suite

Indice des prix à la consommation et appauvrissement réel

On a beau nous dire que l’inflation tourne autour de 1% par an depuis plusieurs années, dans notre ressenti, mais aussi dans les faits, l’appauvrissement est régulier. Pour les fonctionnaires, les salaires et les pensions sont gelés depuis bientôt six ans, au point que le différentiel avec les salaires du ...

Lire la suite

L’allocation universelle contre la protection sociale

L’allocation universelle, un concept à la mode, aussi bien à droite qu’à gauche. Mais certains, comme le sociologue Mateo Alaluf, ne sont pas du tout d’accord avec cette idée. Pour lui, l’établissement d’une telle allocation entrainerait une régression sociale. Périodiquement, la proposition d’instaurer une allocation universelle revient à l’avant plan ...

Lire la suite

Chômeurs visibles et invisibles : la barre des 10 millions franchie !

Les chiffres du nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi pour l’année 2015 font apparaître une nouvelle augmentation quasi générale.


Comme d’habitude, à l’image des raccourcis pris par la Ministre du Travail, Myriam El Khomri,  et les journalistes des grands médias, on ne parle pas ou très peu du nombre de chômeurs toutes catégories confondues, ni des personnes qui sont exclues des statistiques officielles… 
 


Après avoir évoqué imprudemment la baisse du nombre de chômeurs à la fin de l’année 2013, François Hollande et les ministres successifs du Travail se contorsionnent régulièrement en évoquant tantôt un ralentissement de la hausse, tantôt une stabilité de la hausse, tantôt une diminution de la hausse, le tout en parlant presque toujours des seuls chômeurs de catégorie A. 


Selon le dernier rapport complet de la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) de 13 pages et non le simple communiqué de presse gouvernemental envoyé aux médias, on constate en 2015 :


- Une augmentation moyenne de plus de 25 150 chômeurs par mois pour la seule catégorie A, une augmentation du chômage de longue durée (entre 2 et 3 ans) de 4,5 % sur 1 an, celle du chômage de très longue durée (3 ans et plus) de 15,7 % et celle du chômage des + de 50 ans de 9,5 % !

 


- Plus d’un chômeur sur 2 (50,3 %) inscrit à Pôle emploi  ne perçoit aucune indemnité ni allocation de retour à l'emploi, ni allocation de solidarité, ce qui devrait rabaisser le caquet du Ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, qui préconise une baisse des indemnités chômage pour relancer l'emploi…

 


Demandeurs d'emploi par catégories :

 


A : 3 590 600 (+ 2,6 % sur 1 an), demandeurs d'emploi sans emploi 


B : 712 600 (+ 5,2 % sur 1 an), demandeurs d'emploi ayant exercé une activité réduite courte (moins de 78 heures ou moins au cours du mois)

C : 1 172 500 (+ 13 % sur 1 an), demandeurs d'emploi ayant exercé une activité réduite longue (plus de 78 heures au cours du mois)  


D : 274 200 (- 2 % sur 1 an), demandeurs d'emploi en stage, formation, maladie…)

E : 425 400 (+11,3 % sur 1 an), demandeurs d'emploi bénéficiaires de contrats aidés, etc.

 


Total : 6 175 300 chômeurs, soit une augmentation de 5,1 % sur 1 an sans oublier les chômeurs dans les DOM-TOM (335 000 chômeurs) et ce nonobstant la politique de radiation des listes de demandeurs d’emplois appliquée avec acharnement par le gouvernement... 

 


De plus, curieusement à partir de cette année 2016, il sera impossible de comptabiliser les personnes au RSA inscrites à Pôle emploi et celles qui ne le sont pas. Les travailleurs pauvres, vont en effet pour une partie disparaître des données RSA, puisque le RSA activité s’est transformé en "Prime d'activité".

 


Bref, il y aura encore moins de transparence et de plus en plus de chômeurs invisibles qui n'entrent pas ou plus dans les statistiques officielles.

 


Le chômage invisible


Ne sont pas comptés dans ces 6 175 300 demandeurs d'emploi :

 


- 1 500 000 foyers bénéficiaires du RSA. Sur 2 500 000 environ de foyers (dernier chiffre connu), seuls 1 000 000 sont inscrits à Pôle emploi, les autres bénéficient d'autres suivis (associations, collectivités locales, etc.). En sachant qu'un foyer bénéficiaire, comporte parfois plus d'un demandeur d'emploi en son sein, ces chiffres sont des minimas.


- 1 100 000 environ de personnes sur les 2 millions de bénéficiaires de l'AAH (allocation adulte handicapé) ou d'une pension d'invalidité, qui ne sont pas inscrits à Pôle emploi, malgré une aptitude et un désir d'accès à un emploi adapté.

 


- 1 400 000 de sans droits qui sont principalement :

 


* des jeunes de moins de 25 ans, primo demandeurs d'emploi, qui n'ont même pas droit au RSA (situation quasi unique en Europe…)


* des sans droits pour dépassement des plafonds de ressources dans le foyer

 


* des bénéficiaires de pensions de reversion (veufs, veuves) de 55 ans et plus, qui dépassent les plafonds du RSA (524 € au 01/01/2016 pour une personne seule), et qui n'ont pas l'âge pour prendre leur propre retraite ou pour percevoir le minimum vieillesse à 65 ans. 

 


* des bénéficiaires de pensions alimentaires qui dépassent le plafond du RSA (plafond presque 2 fois inférieur aux seuils de pauvreté…) 

 


*  des étudiants, boursiers ou non, qui cherchent des petits jobs alimentaires. 

 


* des auto-entrepreneurs, qui ne gagnent rien ou presque et qui sont demandeurs d'emploi en parallèle. 

 


- les retraités qui cherchent un emploi car leur retraite ne couvre pas les charges fixes pour survivre (loyer, chauffage, assurances, voiture, téléphone, eau, nourriture, santé (lunettes, dentiste...) 

 


En faisant un simple calcul, on arrive donc à un total minimal de 10 175 300 (10 510 300 avec les DOM-TOM) demandeurs d'emploi et de travailleurs pauvres occasionnels en France !

 


Dans ces conditions, on ne peut se satisfaire des réponses gouvernementales qui consistent notamment à mettre en place une nouvelle aide à l’embauche pour les entreprises alors même que les effets d’aubaine de ce dispositif sont connus et quasiment nuls.

Il est indispensable de changer de politique économique pour aller vers un renforcement des services publics, un soutien à l’investissement public, une relance économique par la demande, une hausse des salaires et pensions afin de favoriser la consommation intérieure.


Trouver une solution durable suppose aussi de dresser le bilan de la construction européenne, d’expliquer les causes de son échec et notamment de mettre fin au scandale des 500 000 salariés détachés dont les entreprises payent les charges sociales dans leur pays d’origine.

 


Et ce ne sont pas non plus les attaques perpétuelles contre la durée du travail, les droits des salariés, la qualification des métiers qui permettront aux demandeurs d’emploi de sortir du chômage et de la précarité en retrouvant un emploi de qualité... 


 




Lire toutes les infos du blog :  



 

 

Lire la suite

Quand le travail ne peut plus faire mourir personne

« Les travailleurs eux-mêmes, en coopérant à l’accumulation des capitaux productifs, contribuent à l’événement qui, tôt ou tard, doit les priver d’une partie de leur salaire.» LAFARGUE, Le droit à la paresse. (1) « Regardez les oiseaux, ils ne sèment ni ne moissonnent, mais ils sont …abattus à coups de fusil » ...

Lire la suite