Accueil / S O C I E T É / Pauvreté (page 20)

Pauvreté

L?Allemagne entre deux eaux?

La crise qui jette sur le pav? des millions de familles europ?ennes ne semble ? premi?re vue pas toucher l?Allemagne, qui a connu en 2012 son taux de ch?mage le plus bas depuis 1991. Mais le march? de l?automobile a marqu? le pas et les Allemands ?pargnent jusqu?au chauffage en ...

Lire la suite

Le vampire ?dent

     » Gardons-nous cependant d?imaginer que cette ardeur excessive au travail constat?e par Russell ne serait rien d?autre qu?une habitude devenue obsol?te et qu?il nous suffirait de laisser tomber ? une habitude h?rit?e du temps o? il n?y avait pas de machines. Au Moyen Age, o? le travail comme ...

Lire la suite

De la nourriture ? manger ou ? jeter ?

  Esther Vivas Translated by Ataulfo Riera Nous vivons dans un monde d?abondance. On produit aujourd?hui plus de nourriture qu?? aucune autre p?riode de l?histoire. La production alimentaire a ?t? multipli?e par trois depuis les ann?es 1960, tandis que la population mondiale, depuis lors, n?a fait que doubler. Il y ...

Lire la suite

Nous, les bisons de l’avenir

? ??Ce petit pays de 320 millions d?habitants, une bricole sur les 7 milliards que conna?t la plan?te, assume 45 % des d?penses militaires dans le monde pour imposer sa puissance ?conomique, au service de ses seuls int?r?ts. C?est la plus grande dictature du monde.?? J?aime les ?tasuniens ? je ...

Lire la suite

Merveilleuse Am?rique

  La faim et la pauvret??aux ?tats-Unis atteignent des sommets jamais vus depuis des d?cennies. Les chiffres sont renversants. Le nombre d?Am?ricains qui re?oivent des coupons alimentaires, soit 47,1 millions, a atteint un nouveau record en ao?t de cette ann?e, selon les plus r?centes statistiques du d?partement de l?agriculture. Ce ...

Lire la suite

La Grande Courbe de Gatsby : in?galit?s vs mobilit

Cet article fait suite ? une s?rie d?articles que j?ai r?cemment publi?s, lesquels sont?: Les Grands Mythes ?conomiques : Mythe?#5. Les in?galit?s de richesse : une source de?progr?s! Les in?galit?s mondiales sont en?baisse! Lorsqu?on mentionne ? un gauchiste que ce qui compte n?est pas le niveau d?in?galit? des revenus, mais ...

Lire la suite

Gr?ce : chronique d?un syst?me de sant? en chute libre

Helena Dimitriadis est dans une position int?ressante. Sept mois. Des jumeaux. Elle avoue, tristement?: ??les neuf cents euros ? payer pour les examens et l?accouchement, je ne les ai pas??. Elle s?est lev?e ce matin ? six heures et demie, a pris le tramway et est d?sormais en pole-position dans ...

Lire la suite

Le gratin empaill

  Publi? le?28-novembre-2012?|?Poster 1 commentaire?|?Modifier   Je n?ai pas ?t? un fan d?A?rosmith, mais Steven Tyler a une voix unique, class? le troisi?me des chanteurs rock. Mais qui donc fait les classements? Les ?tats-Unis d?Am?rique?. Le pays o? les cowboys volaient les chevaux et les banques au 19e si?cle, mais ...

Lire la suite

? qui profite le d?classement de l??conomie fran?aise par Standard & Poor’s ?

L?usure internationale ne d?sarme pas, et c?est d?sormais au tour de la France, deuxi?me ?conomie europ?enne, d?en faire les frais. L’agence priv?e ?tasunienne Standard?&?Poor’s a ainsi confirm? la d?gradation des notes ? long terme AA+ et ? court terme A-1+ de la France. Cette d?cision intervient quatre jours ? peine ...

Lire la suite

L?IMPOSSIBLE DEUXI?ME ?R?VOLUTION? INDUSTRIELLE !

  ROBERT BIBEAU D?localisation industrielle vers les ?tats-Unis Depuis quelque temps, m?dias, journalistes et ?conomistes fran?ais, belges, suisses, constatent tristement que nombre d?entreprises am?ricaines ferment leurs usines en Europe et les d?localisent vers l?Asie mais aussi, et cela est nouveau, … Lire la suite

Lire la suite

Espagne : la rage des expuls?s contre le terrorisme financier des banques

Pendant des mois, des centaines, des milliers de personnes se sont mobilis?s contre les expulsions tout en d?non?ant le r?le des banques. Mais une violente col?re a explos? durant la nuit ? Barakaldo. Samedi matin (10 novembre, NDLR), des dizaines de succursales bancaires dans la zone industrielle de la ville ...

Lire la suite

Le grand soir

Cela fait tellement de temps qu'on en a marre de tout ça, que je ne me souviens plus d'avant.
Et pourtant, j'ai toujours cette impression persistante de chute interminable et de fuite en avant.
Et pourtant, malgré toutes ces frustrations, ces colères et ces belles envolées lyriques, plus ça va mal et plus on ne fait rien.


Lutte

  • Manière, c'est pas compliqué : dès que ça pète, je sors le manche de pioche !

Puis, il retourne tranquillement négocier sa vie somme toute assez plaisante entre le travail que l'on est bien content d'avoir gardé dans la tourmente et les petites compensations que l'on s'octroie régulièrement pour oublier combien les temps sont durs et l'horizon des jours nouveaux lointain et incertain.


C'est marrant, c'est exactement cette ambiance foutraque que le duo Délépine/kervern, les deux clowns les plus déprimés de l'histoire de la contestation sociale, a si bien décrite dans son film Le Grand Soir. La désespérance des déchus, des jamais soumis, des marginaux qui se heurte de plein fouet avec la résignation consumériste de ceux qui sont encore dans la matrice et s'offrent des indignations à bon compte avant d'aller s'acheter au prix du sang et de la sueur le dernier gadget à la pomme totalement hors de prix et de propos.


En fait, c'est en train de péter


Là, juste maintenant, sous nos yeux et partout. Les gouvernements aux ordres de la finance, des organisations commerciales, des multinationales tapent dur et fort sur les peuples du monde, sous des prétextes plus ou moins vaseux, dont le manque d'imagination et de crédibilité traduit manifestement un grand laissé-aller dans le carnaval pseudodémocratique. C'est gravement en train de péter de partout, les coups d'États financiers ouvrent la voie aux coups d'État parlementaires qui eux-mêmes s'assoient pesamment sur les Constitutions de plus en plus de pays et tout cela provoque partout et en ce moment la misère des peuples et la révolte des opprimés les plus désespérés dans l'indifférence polie du plus grand nombre. 


Sur tous les continents, les conditions de vie de plus en plus de personnes se dégradent significativement selon, toujours, les mêmes modalités : l’explosion de la bulle immobilière américaine a ravagé la classe moyenne laborieuse, avant de s'étendre à l'ensemble de la planète par de très astucieux jeux de contamination financière interbancaire, jusqu'à ce que tout le casino planétaire tremble sur ses fondations. À ce moment-là, les rois du bonneteau financier international ont fait un énorme tapis en réclamant l'aide inconditionnelle des finances publiques sous la menace d'un effondrement total de civilisation. Abondamment nourris et financés par ces géants de pognons aux pieds d'argile, les dirigeants des démocraties mondiales, censés représenter les intérêts des peuples qui les ont portés au pouvoir, ce sont empressé de vider les coffres des nations pour que les grandes lessiveuses à essorer la richesse collective ne ralentissent surtout pas le rythme. Et ensuite, ces mêmes instances financières sont venues chouiner que le braquage des peuples avait quelque peu compromis leur capacité à rembourser leurs dettes iniques nées pour la plupart du changement constant des règles budgétaires et monétaires et dont la ligne directrice depuis 40 ans pourrait se résumer ainsi : privatiser les gains et les ressources, socialiser les pertes ! Et les gouvernements corrompus se sont empressés de détourner leurs mandats prétendument démocratiques pour organiser la grande purge des populations au bénéfice d'une toute petite élite financière pourtant déjà gavé jusqu'à la glotte.


De serrages de ceinture permanents en reculs sociaux concertés, tout ce qui avait été plus ou moins mis en place dans le cadre du grand contrat social entre ceux qui créent les richesses par leur travail et ceux qui font du gras en prélevant leur dîme indécente dessus, est en train d'être définitivement détruit. Là où la société exige le respect des règles et des contraintes de la vie collective, l'aliénation d'une part de nos libertés, en échange du bien-être et de la sécurité, il ne reste plus qu'une sorte d'immonde simulacre de la loi de la jungle. Et quand il n'y a plus rien à sacrifier, plus rien à quoi renoncer, quand on a déjà tout perdu, tout ce à quoi l'on croyait, tout ce à quoi on voulait nous faire croire, il ne reste plus alors que le désespoir, la mort ou la révolte. 


Partout, en ce moment, dans le monde, des gens se soulèvent. Ils dénoncent le grand hold-up du siècle. Ils ont pris conscience de l'ampleur du désastre et se retrouvent confrontés aux matraques de ceux qui étaient censés les protéger. Mais ce ne sont que quelques poignées d'enragés, quelques vagues de désespérés, rien qui n'agite encore les courants forts de la révolte sous la ligne de flottaison des foules placides.


On râle, on serre les boulons, on bricole, on traficote à droite et à gauche, on tente de tenir. Juste encore un peu.

En attendant quoi ? En attendant qui ? 

La cavalerie ? Le sauveur ? Le putain de grand soir ?


Le grand soir, c'est nous. 

Et pendant que je vois ces millions de petites fenêtres qui clignotent de publicités et de fausses nouvelles dans le jour déclinant, ces millions de petites histoires transies et honteuses qui s'imaginent vivre dans une autre époque révolue, ces millions de petites lueurs dispersées qui ne parviennent plus à faire reculer les ténèbres, je me dis que le grand soir s'est égaré quelque part au fond de la cinquième étagère de la travée 4 de l'Auchan ou de l'Ikéa du coin et que nous tous, on l'a bien profond dans le cul !

=-=-=-=-=
Powered by Blogilo

Lire la suite