Accueil / GOUVERNEMENT / corruption (page 4)

corruption

TURQUIE. Corruption: Recep Tayyip Erdogan, la sens-tu, qui se glisse dans ton c*, la quenelle ?

Allah derrière, l’argent devant ! Ceci devrait être dorénavant, de Tunisie en Turquie, en passant par l’Égypte, le slogan des partis islamistes. Le scandale abyssal de la corruption au coeur même du pouvoir en Turquie ne trouve pas l’écho nécessaire en Occident. Et pour cause. Le parti islamiste étant lié à l’OTAN et aux Occidentaux […]

Lire la suite

Les concours mentor-menteur

Le crime prend souvent la voie de la vertu Jean-Baptiste Gresset 1707-1777 *** Selon M. Mulcair, les all?gations de Mike Duffy prouvent que le premier ministre a cach? la v?rit? sur le myst?rieux ch?que de 90 000$ remis par Nigel Wright, son ancien chef de cabinet, au s?nateur Duffy pour ...

Lire la suite

L?Occident, cette usine ? poisons

? ? J?ai agi pour l?int?r?t du public et j?en paie un prix immense, dit-elle. C?est horrible ? vivre : pendant, et surtout apr?s parce que personne ne veut donner d?emploi ? une d?nonciatrice. ?a a d?truit ma carri?re, et ma vie.?? Le verdict est tomb? mardi. Emploi et d?veloppement ...

Lire la suite

Karen Hudes, lanceuse d’alerte de la Banque mondiale, révèle comment l’élite mondiale dirige le monde

  Karen Hudes est diplômée de la Yale Law School et elle a travaillé dans le département juridique de la Banque mondiale depuis plus de 20 ans. En fait, quand elle a été congédiée pour avoir dénoncé la corruption à l’intérieur de la Banque mondiale , elle occupait le poste ...

Lire la suite

BADABOUM ! Egypte: comment les Frères argent « musulmans » recevaient des pots-de-vin américains et qataris

C’est Walid Shoebat, ancien Frère musulman, qui produit le document que vous trouverez en dessous. Il rage contre la confrérie, en l’accusant de faire le jeu des Américains. Pour les supporters zélés des Frères, ça va être un nouveau coup de massue. En effet, le procureur général égyptien Hisham Barakat à la recherche de preuves […]

Lire la suite

Victime de la folie des grandeurs!

 CAROLLE ANNE DESSUREAULT: Son château dans les airs qui ressemble étrangement à une villa construite sur le bord d’une falaise est en voie d’être démantelé. Zhang Biqing, ancien conseiller politique local, chef d’une entreprise spécialisée dans la médecine traditionnelle, propriétaire … Lire la suite

Lire la suite

L?AM?RIQUE LATINE ? LA CROIS?E DES CHEMINS

  OSCAR FORTIN : Plusieurs des pays de l’Amérique latine, cette dernière, considérée depuis la doctrine Monroe comme l’arrière cour des États-Unis, ont pris la voie de l’émancipation politique et de l’indépendance économique. Un choix qui ne plaît pas à … Lire la suite

Lire la suite

? l?heure o? les grands fauves vont boire

Conversation au coin du zinc un soir d’été ou comment prendre le pouls d’un monde à la con.

Pont levant Chaban-DelmasCela faisait un bail que je n’avais pas croisé Juju. Il faut dire que je ne fréquente pas tant que cela les abreuvoirs du bled, mais pendant que l’été resserre enfin son étreinte de feu sur la cambrousse, j’ai eu envie de me faire une petite mousse en terrasse.

— Comment va ?

— Pff, je viens de me faire lourder de mon taf !

— Arf, raconte, c’était quoi ?

Juju a toujours été comme ça, pas spécialement une grande gueule, mais quand même. Le genre de gars qui vit comme il en a envie et qui dit toujours strictement ce qu’il pense, même et surtout, si ça défrise les poils de cul de son interlocuteur. Il est parti, un moment, faire le tour d’Europe dans une camionnette de bric et de broc. Il voulait apprendre le métier, il l’a fait comme un compagnonnage, mais sans toutes les conneries qui vont avec et qui l’auraient fait chier : ni Dieu ni maitre. Un foutu anar libertaire, voilà ce qu’il est.

— Je suis sur le chantier de la médiathèque de l’autre bled.

— Ha bon, ils font une médiathèque ?

— Ouais, un gros caprice d’élu à 2 barres, le truc qui va servir à trois papys, qui va tomber en ruine dans 10 ans tellement que c’est mal branlé et qui va laisser une jolie petite dette à tous les habitants. Mais l’autre con aura son nom sur la plaque, et c’est tout ce qui compte, non ?

— Mais c’est bien, une médiathèque, non ?

— Oui, j’aime lire, j’ai rien contre, mais pour 10 fois moins cher, on pouvait faire un truc plus modeste, plus fonctionnel, plus en phase avec les besoins des gens et financer d’autres trucs qui sont toujours remis à plus tard et donc à jamais.

— Genre ?

— Tu savais que depuis La Libération, il n’y avait pratiquement pas une thune d’investie dans la réfection des écoles, que le lycée du bled, c’est un casernement nazi ?

— Non

— Ben voilà, on a les priorités qu’on peut, hein ! Des médiathèques vides, des fontaines pour faire joli... du pognon, y en a plein les caisses, plein. Pour les crèches, pour les vieux, pour les écoles, y a jamais de pognon. Mais pour la frime, t’inquiètes, il y en a des matelas comme ça... et je ne te raconte pas tout.
Là, les gars viennent sur le chantier tous les 36 du mois... je ne te parle même pas de la manière dont ils ont signé les plans, vite fait bien fait, juste pour boucler à temps pour chopper un financement européen... du coup, ils viennent et à chaque fois, on a le droit au caprice du jour : « on pourrait pas mettre plutôt ce revêtement par terre ou éclairer toutes les marches, une par une ? ». Le mec, il y connait rien, mais il a vu la même chose dans la mairie d’un copain, alors il veut pareil. « Ben non, ce n’est pas possible, parce que le carreleur a fini depuis un mois, que les peintres viennent de terminer et qu’il faudrait tout péter pour tirer du câble même pas prévu sur les plans. — Ce n’est pas grave, on peut payer des suppléments. — Ce chantier a déjà trois mois de retard, ce revêtement vieillit très mal et pour trois marches, je ne vois pas l’intérêt de tout refaire. » Alors, les gars, je les fais chier. Mais c’est mon boulot. Et ça m’énerve leurs caprices de gosses.

— C’est pour ça que tu t’es fait jeter ?

— Non, c’était pour le caprice de trop, mais c’est tout comme. L’autre jour, les revoilà, la brochette d’élus qui se pavanent, les conseillers de mes deux, tout l’aréopage. Déjà, la fois d’avant, ils m’avaient pété les couilles avec une idée de volets roulants électriques qu’ils ont sortis du nulle part.

— C’est pas grave.

— Toi, on voit que tu n’es pas du métier. Parce que tu vois, les volets roulants, c’est pas du wifi. Tu colles pas un bouton sur le mur et hop, tout descend par magie. Faut du câble, faut intégrer les caissons dans le bâti, bref, c’est typiquement le genre de truc auquel il faut penser bien avant la pose du placo, pas quand les peintres sont en train de bosser. Là aussi, faut tout péter et tout refaire, faut rallonger du pognon alors qu’il y en a déjà trop dans ce merdier et puis c’est n’importe quoi, fallait y penser au départ. Bref, le gus, il est frustré, il veut des volets, alors il appelle un type qui lui fait un système avec des clayettes en bois et tout. Je dis au mec : « on va juste en poser un pour voir ce que ça donne. » À la fin de la journée, c’était remballé, personne dans la boite ne comprenait comment ça marchait. Nous, on y arrivait, mais c’est parce qu’on s’était tapé les 6 pages du mode d’emploi.

— Ah ben cool, il ne restait plus qu’à facturer deux jours de formation volet au personnel !

— Oui, c’est vrai, après tout, ce n’est que le fric du contribuable. Je sais, c’est mon gagne-pain, je donne l’impression de cracher dans la soupe. Mais tu vois, j’oublie jamais que je suis aussi un citoyen et forcément, tout ce gaspillage, ça me fait chier. On pourrait tellement faire de choses plus utiles.

— Mais ce n’est pas l’affaire des volets qui a foutu la merde, c’est ça ?

— Non, pas plus que tout le reste. Moi, ça fait des mois que je me dis qu’on aurait pu vraiment faire un truc plus chouette que ce bâtiment de merde, en réhabilitant de l’existant qui tombe en ruine. Si tu voyais tout ce qui tombe en ruine dans le coin, au lieu de faire des trucs où tout le monde prend sa part et qui ne serviront presque pas. Tu vois, garder le fric pour les livres par exemple, rien que ça, plein de livres, du bon mobilier. J’ai travaillé sur un autre projet dans un autre département. Il y avait des super fauteuils design partout, c’était vraiment joli, de la lumière, des délires architecturaux et des poufs pour se vautrer dedans. Je me dis : « putain, je veux les mêmes », donc, je prends un livre et je me jette dedans, pour voir... putain, faut vraiment avoir l’envie de lire chevillée au corps pour tenir plus de 10 minutes sur ses merdes toutes dures. T’avais l’impression d’être sur une bosse en béton. Le mec qui a installé ça, je te le dis : il n’aime pas lire ! Bref, encore du fric foutu en l’air.

— Et ton histoire, alors ?

— Revoilà les gus pour le caprice du jour. On est là, on a presque fini, l’architecte se paluche sur son œuvre pendant que derrière nous, il y a la petite nana de la bibliothèque avec son charriot en train de bien consciencieusement remplir les rayonnages de bouquins. Ils sont là, très contents d’eux quand il y en a un qui sort comme ça : « Et si on faisait les montants de portes en merisier ? C’est joli le merisier ! »

— Oui, il a raison, c’est joli.

— Attends, on a déjà toutes les portes en chêne massif, là, il veut des montants en merisier. 15000€ par porte. Voilà, il parle de 15000€ la porte et derrière lui, il y a la petite nana en Emploi d’Avenir de mes couilles à 200€/mois plus le putain de complément des Assedics. Ben là, j’ai pété un plomb et je lui ai dit de dégager, qu’il n’avait aucune décence, ce mec, que de parler de mettre autant de pognon dans des conneries pour se faire mousser alors que derrière, il n’y a jamais, jamais une thune pour payer correctement les gens. Tu sais ce qu’il me répond, ce con ? « Ah, mais ce n’est pas de ma responsabilité ! » Et voilà ! Le type, il s’en foutait, ils s’en foutent tous. Ils ne l’avaient même pas vue, la petite nana qui va trimer pour que dalle dans leur joli caprice d’élus.
Alors, je l'ai envoyé chier, lui, son projet de merde et son petit système à la con. Parce que ça me fait chier à force. Parce que ça devrait tous nous faire chier puissamment !

Lire la suite

Solidarit? moderne

  Solidarit? sociale,?version internationale Pendant que les n?gociations se poursuivent entre la BCE?et le gouvernement Chypriote, dont les derni?res infos font ?tat d?une taxe de 20% sur les comptes de plus de 100 000 Euros pour la Banque de Chypre et de 4% pour les autres banques de moindre importance. ...

Lire la suite

Sarko, le justiciable

Qui va croire que Sarkozy est sérieusement menacé par la justice ?

La bulle médiatique apprend avec émoi que Nicolas Sarkozy est mis en examen pour abus de faiblesse. Youpi, la justice est juste et elle touche tout le monde; devant elle, il n’y a ni faibles ni puissants.

Maintenant, tu réfléchis deux secondes de plus : il est mis en examen et non inculpé, il y a bien des chance que l’instruction débouche directement sur un non-lieu. Et pour abus de faiblesse. On admet donc qu’il a palpé du dessous de table, qu’il a été corrompu, mais on retient de tout cela que c’était d’une vieille dame un peu gaga. Elle aurait été plus jeune, il aurait pu lui tirer tout le blé qu’il voulait...

Comme le dit plus bas Camille Bou Dicca, on est strictement dans le cadre du théâtre politique : il s’agit de mettre en scène l’opération de blanchiment de Sarko pour préparer son retour au barnum politique. Cela va donner l’impression que la justice n’est pas une justice de caste, que les politiques ne sont pas intouchables, mais dans les faits, l’essentiel du débat va être escamoté et il sera soit totalement innocenté, soit condamné à une peine symbolique pour n’avoir pas utilisé une taille d’enveloppes réglementaire.

Je vous laisse méditer cette phrase du vieux Sénèque : La vie, c’est une pièce de théâtre : ce qui compte ce n’est pas qu’elle soit longue, mais qu’elle soit bien jouée .
Version Shakespearienne (ma préf.) du Merchant of Venice : Je tiens ce monde pour ce qu’il est : un théâtre où chacun doit jouer son rôle .

Lire la suite

Le silence des agneaux

Le 15 mars la manifestation contre la brutalité policière qui s’est tenue à Montréal pour la dix-septième année s’est soldée par l’arrestation des 240 manifestants. Il y a eu tout au plus 300 participants. Sur place, il y avait un … Lire la suite

Lire la suite

Pauvret?, corruption. Pendant que les moutons Qu?b?cois se font tondre par la commission Charbonneau!

Des dizaines de milliers de Bulgares ont défilé dimanche dans une trentaine de villes du pays pour protester contre la pauvreté et exprimer leur colère contre les élites politiques, une mobilisation d’une ampleur sans précédent organisée par des groupes de la société civile. « Ras-le-bol des factures élevées, des revenus bas, de la corruption partout, ras-le-bol [...]

Lire la suite