Accueil / A U T E U R S / HEXAGONE / Monolecte (page 4)

Monolecte

Transbahutement interne

Bien plus qu’un coup de peinture, Le Monolecte vient de changer de crèmerie pour sa dixième année d’existence ! En novembre prochain, Le Monolecte aura 10 ans. C’est fou ce qu’il se passe en 10 ans. La gosse est devenue une géante, élevée…

Lire la suite →

Lire la suite

My bloody Valentine

Le culte des morts n'en rappelle que plus cruellement le mépris des vivants.

My bloody ValentineC'est un petit matin frisquet qui nous cueille dans l'étrange jardin de pierre, petites silhouettes noires perdues dans la lueur grandissante et la rumeur de la ville qui tinte au rythme du tramway. J'ai décidé de passer la journée en mode reportage, bien retranchée derrière mon appareil photo, tout en distanciation.
Le pas pressé du maitre de cérémonie nous conduit au pied du lit du lit satin où elle nous attend pour un derrière regard, une dernière image. La mort a parachevé l'œuvre cruelle de la maladie, creusé les joues dévorées par le temps, tendu le parchemin de sa peau jusqu'au point de rupture, figé son cou dans la posture grotesque où l'avaient brisée les contractures de ses ligaments hurlants, retroussé ses lèvres trop fines en un rictus qui n'évoque pas l'apaisement.
La lumière est mauvaise, comme souvent dans ces lieux d'air fade et immobile et je peine à trouver le bon angle et la bonne ouverture, tout comme je peine à reconnaitre dans cette caricature d'humanité recroquevillée la femme joyeuse que j'avais apprécié.

Nous avons finalement hérité d'un autre maitre de cérémonie, un plus jeune qui module parfaitement sa voix avec des pauses de silence recueilli. Rien que son titre est évocateur. Nous sommes au-delà du rituel, nous sommes dans une représentation théâtrale dont nous sommes à la fois les spectateurs effarés et les acteurs impuissants. Car ce n'est pas des morts dont il s'agit, mais bien de compter les vivants.

J'aime bien quand il y a de la famille, me souffle-t-il. Parfois, il n'y a plus que moi pour suivre toute la cérémonie, avec juste le tuteur qui passe à la fin pour le chèque.

Le parvis de la basilique est balayé par un vent froid malgré la journée qui avance et le soleil pâle qui ne parvient pas à percer la grisaille.
On compte les troupes. On se jauge, on s'évalue. La petite boite longue est enfouie sous une énorme gerbe de roses rouge sang destinée à partir en fumée avant la fin de la journée des amoureux. L'air vif chasse les remugles d'encens qui imprègnent nos manteaux et nous disperse vers nos voitures.

Nous pourchassons le fourgon gris à travers la circulation bordelaise. C'est comme un jeu de piste, avec les feux de signalisation qui complotent à disloquer le cortège pendant que le maitre de cérémonie use de ses warnings pour préserver l'unité de son troupeau tout au long des avenues et des ruelles. Il n'a pas 30 ans et pourtant, à l'âge de ma fille qui lorgne tout ce cérémonial d'un air vaguement épouvanté, il savait déjà que ce serait là son métier. Je me demande quelle enfance il a eue et comment sa famille et ses copains ont accueilli cette étrange vocation. J'imagine un garçonnet pâle et solitaire, sensible et attentif, un héros tout droit sorti de l'univers de Tim Burton. Mais aussi bien, il préférait jouer au foot et allumer des pétards à la queue des chatons.

Loin de la ville, l'agglomération de Bordeaux s'est dotée d'une immense nécropole dont le treillis des allées nécessite immanquablement un plan détaillé. Des hectares de pinède et de pelouse, de petits jardins de pierres traversés par les colonnes processionnaires des vivants, qui se croisent, se suivent et quadrillent la cité des morts.

Je vous prie de m'excuser de la qualité de la chanson, mais comme c'est une demande de dernière minute, je n'ai pu que la télécharger sur mon téléphone.

Décidément, c'est un garçon de son temps planqué sous l'uniforme gris de sa profession. C'est un peu le XXIe siècle qui vient de s'inviter à la crémation, avec le fantôme d'Yves Montand qui susurre Les Roses de Picardie sur Youtube, amplifié par le micro pendant que la ritournelle explose les digues lacrymales et que le charriot électronique conduit le chêne et les fleurs vers leur dernier embrasement.
Il faut plus de deux heures pour réduire en cendres le petit corps déjà racorni, le cercueil en chêne massif et la centaine de roses rouge sombre kidnappées aux rituels amoureux. Je me demande si c'est bien écolo tout ça. Ce que l'on recueille vraiment dans l'urne : du végétal bien plus que l'animal. Cela importe peu pour les morts, ça ne compte que pour les vivants.

Le caveau est à l'image du reste : un trou abrupt creusé à même cette terre alluvionnaire dont on tire les meilleurs Bordeaux. Par l'ouverture sombre, on entraperçoit, sous l'imposante dalle de pierre, une cave bien moins reluisante où barbote le bois gonflé des précédents locataires. Le domaine des morts est exigu, froid et humide, détrempé même par l'affleurement de la nappe phréatique. Le fossoyeur descend la petite urne orange dans sa cave inondée en manquant se rompre le cou dans l'opération. Une planche de chantier évite à ce vestige minuscule de sombrer dans la fange à l'odeur froide et piquante.

Tout autour, il y a d'autres caveaux imposants, d'autres monuments de pierre qui racontent aux vivants la chronique des temps passés. Le voisin d'allée, c'est un enfant, mort à deux ans seulement, dans un bombardement de la Seconde Guerre mondiale. Beaucoup de résistants, beaucoup de héros, des hommes jeunes qui donnaient leur vie pour la patrie à l'âge où nous fabriquons maintenant des stagiaires.

Je n'aime pas trop ce que je vois ni ce que j'entends. Rien de cette mise en scène guindée n'est vraiment satisfaisant. Ni le bois, ni le feu, ni l'humus gorgé d'ombre, pas plus que le crissement solitaire de nos semelles sur le gravier.
Je me demande s'il est vraiment nécessaire et obligatoire d'être allongé. Pour ma part, j'aimerais bien être repliée, encore tiède, en position fœtale, repartir comme je suis arrivée : nue et sans prendre trop de place. Que l'on couse un tissu naturel comme un sac et que l'on balance le sac dans un trou vertical au sommet duquel on plantera un arbre. Un bel arbre qui se nourrira de ma charogne, qui étendra sa ramure pour abriter les amoureux de l'ardeur du soleil, qui dispensera ses fruits aux enfants rieurs et qui abritera dans ses branches une colonie d'oiseaux et d'écureuils.

Et me planter avec mon arbre sera une fête, avec plein de gens qui n'auront pas envie de pleurer, pas d'envie qui les ronge, juste de la musique au coin des lèvres, et de quoi boire et de quoi manger.

Et les chiens pisseront sur ma tombe pour la faire pousser.

Les crocus sont sortis dans le jardin.

Lire la suite

Un intouchable ? P?le Emploi

Comme dirait Coluche, c'est l'histoire d'un mec. Une histoire parmi beaucoup d'autres, mais qui finit tout de même par retenir l'attention. C'est l'histoire d'un mec, donc, qui se retrouve englué dans la violente banalité de la machine à écraser les gens.

Il a passé toute sa jeunesse dans différentes familles d’adoption et foyers de l’Action sanitaire et sociale. À 17 ans, il a trouvé son bonheur en enseignant et en pratiquant la gymnastique. Le 22 juin 1987 au cours d’un entrainement au trampolino survint l’accident qui le laissera tétraplégique à vie. Il est resté pendant quatre ans à l’hôpital avant d’en sortir et de se retrouver à Paris dans un foyer pour personnes handicapées.
Après une année de lutte acharnée, il a réussi à passer le permis de conduire. En 1991, il a  déjà repris son travail en tant qu’éducateur sportif spécialisé en gymnastique artistique féminine.
Didier a été le premier candidat à passer tous ses diplômes d’éducateurs en étant en fauteuil  électrique. Avec succès, il a réussi son brevet d’État du premier degré.

Didier ROY : un Entraîneur de gymnastique, Auteur - Romancier, Comité régional de Gymnastique Île de France 11 décembre 2013

Quand même ! Rien que cela, ça te brosse un personnage, et pas que dans le sens du poil.

Alors que François Cluzet et Omar Sy défoncent le boxoffice avec une belle histoire de paraplégique assisté, cela fait déjà 20 ans que Didier Roy est entraineur de gymnastique. Impressionnant, non ? Et pourtant, le moins qu'on puisse dire, c'est que comme pour le Téléthon, les gens préfèrent les handicapés à la télé, plutôt que dans leur vie quotidienne :

Il a été encouragé à reprendre son métier d'entraîneur lorsqu'il a retrouvé "ses enfants" après son accident et sa rééducation : "Ils n'ont pas vu le fauteuil roulant, ils ont simplement retrouvé Didier". Mais son employeur de l'époque, à Pierrefitte (Seine-Saint-Denis), était réticent. Un ami lui a proposé de travailler à Clichy (Hauts-de-Seine), ce que Didier Roy a fait bénévolement durant deux ans. Mais, ayant besoin de retrouver des revenus, un salaire, il a contacté des clubs de sport : la plupart ont refusé ne serait-ce que de l'entendre lorsqu'ils ont vu le fauteuil roulant. Jusqu'à ce qu'il rencontre à Antony des dirigeants qui lui ont donné sa chance.

"On était en juin 1991, j'ai fait un essai, ils m'ont proposé de rester. Mais tous les parents n'étaient pas d'accord, la moitié ont refusé, j'ai laissé les enfants choisir. Quand en 1993 le club a obtenu un titre de champion de France par équipes en Nationale 2, les parents réticents m'ont demandé de reprendre leurs enfants. Les parents voient les résultats, ils se parlent, ils évoquent la méthode de travail"

Profil Yanous

Et ce n'est pas tout. Parce que le moins que l'on puisse dire, c'est que Didier n'est pas un grand favori de la Baraka. 10 ans plus tôt, sa voiture est incendiée devant chez lui, mais ses collègues se mobilisent pour lui permettre de continuer à se rendre à son travail et un élan de solidarité tente de recueillir les fonds pour lui permettre de remplacer la voiture adaptée qu'il lui est nécessaire pour continuer à travailler.

Donc, Didier est plutôt quelqu'un de combatif, relativement peu enclin à se lamenter sur son sort. Il est aussi écrivain à ses heures perdues. Cela dit, il n'est pas nécessaire de lui coller une auréole sur la tête, il semble que c'est un gars plutôt normal et donc pas forcément héroïque ou monstrueusement plus sympa que les autres. Oui, j'insiste sur sa normalité, parce que je me suis bien rendu compte à l'usage qu'on attend toujours des moches, des gros, des handicapés, etc. d'être fondamentalement meilleurs que les normaux.

Quand nous évoquons notre rencontre avec Didier, nous ressentons la réticence. La réputation de Didier est plutôt négative, ne nous voilons pas la face. « Caractère épouvantable, colérique, intransigeant, situation compliquée…. ». Pour comprendre, remettons nous dans le contexte. J’ai moi-même lu ses livres et cela m’a laissé une sensation très étrange : la perplexité. J’y ai retrouvé effectivement tous ces adjectifs et plus particulièrement la colère et la violence verbale. « Oui, je l’ai fait un peu exprès. Pour choquer, provoquer une réaction », admet-il. Et à aucun moment je ne retrouve cette hauteur philosophique que l’on pense trouver chez ceux qui subissent les handicaps difficiles. Et d’ailleurs, pourquoi pensons-nous que les gens qui souffrent sont plus philosophiques que les autres ? Nous ne pouvons imaginer ce que l’on ressent lorsque du jour au lendemain, on se retrouve cloué dans un lit puis sur un fauteuil pour être dépendant de son auxiliaire de vie, des infrastructures, de la bonne volonté des gens, de l’incompréhension, de l’appréhension, de la peur… Passer de l’état de grand sportif volontaire à plus rien… Mettre une croix sur ses ambitions, ses projets, ses rêves… Ce n’est pas un programme mais une terrible fatalité. 

Portrait dans L'US égalitaire Neudorf, mars 2012

Le couperet

Tout cela pour en arriver au cœur de l'histoire : Didier s'est fait virer.

Pourquoi, comment, ce n'est pas trop la question. Didier a perdu son job comme cela arrive très banalement à beaucoup trop d'entre nous. Donc, Didier, après 23 ans de travail, va s'inscrire à Pôle Emploi. C'est normal. C'est notre assurance chômage, il a cotisé toutes ces années, il y a le droit.

Et c'est là que ça se complique. Parce qu'en fait non, Didier n'a le droit à rien du tout (cela dit, tout le monde était bien content de ramasser ses cotisations sociales pendant 23 ans!)

Je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer. Cela fait 36 ans que je travaille, que je suis un bon citoyen. J’ai été licencié de mon club la semaine dernière après 23 années de bons et loyaux services et après une rupture de contrat conventionnel, je vais m’inscrire avec un peu de honte pour la première fois de ma vie à Pôle emploi. Je suis reçu hier après que l’on m’ait donné rendez-vous. Je lui dis que je ne suis pas vraiment à l’aise de me retrouver dans ces locaux, car je n’y avais jamais mis les pieds. Elle me répond qu’elle me tire son chapeau, car, vu mon handicap, elle aimerait bien que beaucoup de personnes qui sont présentes, suivent le même chemin. Puis commence à ouvrir mon dossier pour faire mon inscription. Et là, stupeur !!! «Monsieur, j’ai honte de vous annoncer ça, mais je vais aller voir mon directeur pour être sûr de ne pas vous annoncer n’importe quoi» je suis stupéfait !!! Que se passe-t-il ? Quelques minutes plus tard, elle revient tête baissée !! «Je suis sincèrement désolé, je ne peux pas vous inscrire au chômage.» Pour quelle raison ? «M., vous êtes bien invalide troisième catégorie ?» Oui madame, lui réponds-je ! «Nous ne pouvons pas inscrire une personne invalide troisième catégorie, car vous n’avez pas le droit de travailler, il aurait fallu que vous soyez de première ou de seconde catégorie !» Mais comment tout cela a pu arriver, alors que cela fait 36 ans que je travaille et que j’ai ma reconnaissance travailleurs handicapés, lui réponds-je ! D’autant plus, que je suis soumis chaque année à une visite médicale, pour attester que je peux travailler. En plus de tout ça, tous les 10 ans, je dois obligatoirement renouveler cette reconnaissance, ce que j’ai toujours fait ! «Je ne sais vraiment pas comment faire, j’ai honte de cette situation, vous avez toujours cotisé et je ne peux même pas vous donner le RSA, alors qu’ici même, beaucoup de personnes en usent et abusent !» Je me trouve dans une situation, des plus rocambolesques, d’autant que je ne peux bénéficier d’autres choses que de ma pension d’invalidité qui a été calculée sur les 10 dernières années de travail avant mon accident (celui-ci est intervenu alors que j’avais 22 ans et que je n’avais pas deux années d’apprentissage en cuisine, plus une année de travail à mon actif) soit un total aujourd’hui de 364 euros pour vivre. Quelles solutions de recours puis-je avoir ? «À notre niveau, aucune, mais essayez de vous retourner vers les services sociaux». Superbe journée lui dis-je !!! Après avoir pris quelques renseignements, rien ne pourra se décanter sans l’aide d’un avocat et énormément de patience (plus d’une année). Je vais pouvoir faire plaisir à notre cher Président de la République, un chômeur de moins. Si vous avez des solutions, je suis preneur !!! Merci de m’avoir lu et bonne journée à tous.

Témoignage de Didier Roy, partagé le 28 janvier 2014 sur sa page Facebook

Cela fait une belle histoire pour l'édification du bon petit peuple, non?

Lire la suite

We need to talk about Fran?ois

Dans la vie, le plus difficile à gérer, c'est la déception. Et la plupart des déceptions naissent de grands malentendus.

Lors de l'appel Skype de bonne année, nous parlions cinéma avec mes Américains préférés. On cherchait quels étaient les films de 2013 qui nous avaient vraiment emballés et on en avait rapidement conclu que, finalement, on avait été majoritairement plutôt déçus par ce qu'on avait vu et même, d'autant plus déçus que pour certains, nous avions nourris de grandes espérances. Après avec pris une grosse baffe avec District 9, on pensait en prendre plein la gueule avec le suivant et l'on se retrouve juste déçus par Elysium, son scénario anémique et convenu, son propos politique niveau classe de CM1, alors que ça reste un honnête actionner de SF, tout à fait satisfaisant en tant que tel. Outre Atlantique, c'était World War Z qui s'en tirait le mieux, non pas que le film soit particulièrement bon, mais c'est surtout que nos Américians avaient vu exactement le genre de spectacle qu'on leur avait vendu, ni plus, ni moins.
Encore que Gravity nous avait tous plus ou moins choppés par surprise, avec une exploitation rarement égalée des possibilités concrètes offertes par la 3D en terme de récit immersif.
Malgré George Clooney...

En fait, nous avons tout faux : le cinéma de 2014 nous décevra au moins autant que celui de 2013, tout simplement parce que nous n'avons pas très bien intégré ce que l'on nous vendait (et très cher, d'ailleurs !) réellement. On attend des œuvres radicales, des points de vue d'auteurs assumés, des récits construits au cordeau. En face, c'est l'industrie du cinéma, une machine à produire du fric sans risque et non plus à produire du rêve. Il n'y a plus que des hordes de tacherons qui sont payés pour produire du popcorn movie au kilomètre avec comme seul et unique objectif, non pas de nous distraire et encore moins de nous faire réfléchir, mais de ne froisser absolument personne sur cette planète afin de pouvoir faire un max de blé en fourguant la cam' la plus standardisée possible, markétable et bankable à l'infini. Le cinéma grand public, c'est devenu le MacDo culturel : tu sais très exactement que tu vas y bouffer de la merde, mais tu sais aussi que tu ne seras jamais surpris. Et donc, jamais déçu.

C'est un peu comme François Hollande.

Si, si, vous allez comprendre !

Même chez ses plus ardents supporteurs, chez les archéosocialos qui ont le respect du parti et du chef chevillés au corps, on sent bien que l'heure est à la grosse, à la très grosse déception.

Vous avez entendu les vœux du président ? Avouez, rien de tel pour vous persuader aussitôt que de ce côté-là 2014 sera de nouveau une année de merde ! Étonnez-vous que le Medef soit le premier et quasiment le seul à s’empresser d’y répondre.

Décidément, ce type n’a rien compris. Il enfonce son pays en 2012 et 2013 avec un plan de reprise de chaussettes. Et il récidive en 2014 comme si de rien n’était.

Meilleurs vœux coups de pied au cul, Chronique du Yéti, 1er janvier 2014.

Oui, parce qu'il y a encore des gens qui ont du temps à perdre devant les vœux du président, des gens pour penser que la logorrhée politique, la propagande des petits matins, a encore une quelconque valeur, une quelconque utilité.

On retrouve un peu la même ambiance de franche amertume chez les camarades de la première heure, les indéfectibles piliers du PS, les irréductibles socialos de cœur et d'esprit :

Le 1er janvier 2014 va, hélas, se présenter comme un mauvais jour pour la gauche, pour notre parti, le parti socialiste et pour le gouvernement de la gauche. La TVA va augmenter de 19,6 % à 20 %. Ce, en dépit de tout ce qui a été défendu lors de la campagne présidentielle, et dans les tracts et affiche de notre parti socialiste en fin 2012. Nous proclamions alors que la hausse de la TVA serait « injuste » et une « faute économique ». Mais voilà que le gouvernement fait, hélas, maintenant, le contraire.

Le bilan social de l’année 2013 n’était déjà pas fameux.

Gérard Filoche, 28 décembre 2013

C'est acide comme une régurgitation de Coca-Cola un soir de réveillon.

Personnellement, François Hollande ne m'a pas du tout déçue. Pas un poil, rien, nada. Ce type est parfait de bout en bout. Il fait très exactement ce qu'attendaient de lui ceux qui l'on réellement mis au pouvoir... c'est-à-dire aucun de ces cons de cochons d'électeurs que nous sommes !

Franchement, comment être surpris par le blairisme revendiqué de l'ex de la nana qui a déclaré à l'issue d'une campagne présidentielle perdue qu'elle avait défendu des tas de trucs auxquels elle ne croyait pas un instant, comme l'augmentation du SMIC ? Parce que Ségolène Royale, ce n'était pas pendant la campagne qu'il fallait l'écouter, c'était juste après qu'elle ait été battue, au moment où, amère et déçue, elle s'était laissé aller à dire ce qu'il convient de ne jamais dévoiler en politique.

Ceux qui sont actuellement déçus par François Hollande sont surtout ceux qui pensaient que ce mec était de gauche ou même simplement socialiste. Il leur aurait pourtant fallu connaitre un peu le gus pour savoir que si Hollande est au PS, c'est uniquement parce que tous les arrivistes de sa génération ne pouvaient pas tous rallier l'UMP et qu'il en fallait bien quelques-uns qui se dévouent pour nous jouer encore un peu la comédie de l'alternance politique.

« Finis les rêves, enterrées les illusions, évanouies les chimères. Le réel envahit tout. Les comptes doivent forcément être équilibrés, les prélèvements obligatoires abaissés, les effectifs de la police renforcés, la Défense nationale préservée, les entreprises modernisées, l’initiative libérée. »

C'est beau comme du Sarko, mais non, c'est du Hollande!
Et pas du Hollande de la dernière crise, non, du Hollande de 1985, dans un petit pensum cooécrit avec quatre copains de promo, un concentré de pensée 100 % libérale et cynique.

Les auteurs de La Gauche bouge assument le tournant néolibéral masqué sous le thème de la « rigueur » : « En réhabilitant, non sans opportunité, l’entreprise et la réussite, la gauche, avec l’ardeur du néophyte, retrouve des accents que la droite n’osait plus prononcer, depuis des lustres, de peur d’être ridicule. Mais prenons garde d’en faire trop : pour faire oublier nos frasques égalitaristes, ne gommons pas notre vocation sociale. » Et le cynisme continue : « Ce n’est pas par calcul ou par malignité que la gauche a accepté de laisser fermer les entreprises ou d’entamer le pouvoir d’achat des Français. C’est par lucidité. Refuser ces évolutions et c’en aurait été fait de la perspective d’une gestion régulière du pays par la gauche. » Finis les idéaux politiques, bienvenue à l’expertise et à la gestion avec les postes et les positions de pouvoir liés à une alternance entre la droite et la gauche en harmonie avec le néolibéralisme anglo-saxon, ses « démocrates » et ses « républicains » aux États-Unis, ses « travaillistes » et ses « conservateurs » au Royaume-Uni. « Depuis 1981, une redistribution des cartes s’opère sous nos yeux. Elle traduit l’aspiration croissante des Français à refuser les alternances brutales, et à voir se dégager entre deux grands projets de société, l’un conservateur, l’autre réformiste, les compromis nécessaires sur la gestion de l’économie comme du système de protection sociale, sur la construction européenne comme sur les grands axes de la politique internationale […]. Face à un Parti communiste qui se durcit et se marginalise dans une opposition radicale à la social-démocratie, le Parti socialiste retrouve les marges de manœuvre nécessaires pour s’affirmer comme le pôle essentiel de rassemblement des réformistes et des modernistes. » L’alternance doit désormais apparaître naturelle, normale et durable. « Il n’y a donc plus pour les socialistes de perspective concevable d’union avec le Parti communiste français note. » C’est tout naturellement que le club des cinq se revendique « libéral de gauche ».

Hollande 2014 joue l'étonné que la rigueur joue les prolongations ? Hollande 1985 devait chercher le prétexte pour appliquer de force la seule politique économique possible à ses yeux : la rigueur.

L’histoire bégaie. Les spéculateurs ont mis en péril la finance mondiale. Les travailleurs devront payer les pots cassés. La part des profits passe de 28 à 37 % dans le partage de la valeur ajoutée entre 1982 et 1989. Après Thatcher, ils ont eu Blair. Après Sarkozy, nous avons Hollande. Il va falloir que l’histoire parle clair.

François Hollande est, semble-t-il, conscient du préjudice que lui causerait la révélation de sa coopération à cette profession de foi néolibérale puisqu’il ne mentionne pas l’ouvrage La Gauche bouge parmi ses œuvres dans sa notice du Who’s Who de 2013.

Le tournant néolibéral du Parti socialiste en 1983 est ainsi confirmé par cet ouvrage particulièrement important à lire puisque François Hollande s’est fait élire président de la République en annonçant de faux combats contre les riches et contre la finance soi-disant sans visage. Il fallait en finir avec le « président des riches », et nous avons voté au second tour pour François Hollande, il est vrai sans beaucoup d’illusions. Mais nous avons été déçus objectivement tant le bilan est alourdi, avec la montée des licenciements boursiers, et aussi subjectivement, avec la perte de tout espoir et de tout crédit en la parole politique des socialistes.

La violence des riches, Michel Pinçon & Monique Pinçon-Charlot, éditions Zones, septembre 2013.

François Hollande n'est pas sorti des urnes en 2012 par hasard, mais parce que ces copains les riches, les affairistes, les accapareurs de tous poils savaient que la pseudo-crise et Sarko avaient bien balisé le terrain pour pouvoir mettre la gomme sur la grande purge économique. Cette politique propagandaire qui consiste à appeler rigueur ce qui n'est jamais que la continuité et le durcissement du plus grand holdup de tous les temps, celui qui consiste à faire croire au populo que non seulement, c'est le merdier, mais qu'en plus, c'est entièrement de sa faute et que la seule solution, c'est de l'enfoncer chaque jour un peu plus dans la merde.

C'est tout.
Ce n'est que ça.
La justification idéologique de l'appauvrissement à marche forcée du plus grand nombre. Servi par le gars dont la posture politique lui permet d'aller plus loin et plus fort que n'aurait jamais pu le rêver la droite dure et le patronat réunis.

Forcément, de ce point de vue, je ne risquais pas d'être déçue, non ?

Lire la suite

Le monde du travail est-il soluble dans la gauchitude?

Peut-on être dans la communication et de gauche?

Toro LocoC'est la question que m'a posée un de mes lecteurs par mail.
Il attend toujours la réponse.

Je ne compte plus le nombre considérable de fois où j'ai dû justifier de la neutralité politique de mon travail. D'expliquer que dans mon boulot, je fais la part des choses et ceci, cela. Que oui, il est possible de travailler avec moi dans la sérénité, que non, je ne me rends pas au boulot chaque matin avec un couteau entre les dents.

Sauf que cette fois-ci, j'ai décidé de ne pas me retrouver immédiatement sur la défensive, mais plutôt de prendre le temps de réfléchir tranquillement à la question. Longuement. Très longuement. À cette question et à ce qu'elle signifie. Au fait que je l'ai toujours trouvée tellement normale et évidente comme question que je ne me suis même jamais étonnée de la régularité avec laquelle elle m'est infligée. Au fait même que je la considère comme inéluctable, et qu'il m'arrive tout aussi régulièrement de m'interroger sur ma légitimité politique —et non pas professionnelle— à m'engager dans tel ou tel projet avec tels ou tels partenaire, client ou collaborateur.

Prenons le problème sous un autre angle. C'est toujours une bonne idée de que changer de point de vue sur une question. D'inverser les perspectives. De plonger dans la dystopie concrète.
Imaginons donc que je sois de droite.
Là, comme ça.
Froidement.

C'est tout de même une chose suffisamment commune, d'être de droite dans ce pays, pour qu'on se tape plus souvent un gouvernement de ce bord que de l'autre. On ne va même pas discuter de ce que signifie réellement, aujourd'hui, être de droite. Mis à part quelques mal câblés du ciboulot, je pense qu'il y a une belle unanimité à me qualifier spontanément de femme de gauche.

Donc, inversons la proposition.

Mon lecteur m'aurait-il posé la même question si j'étais identifiée de manière aussi évidente et récurrente comme personnalité intrinsèquement de droite ? La question n'est alors pas de se demander si la communication est une activité de droite, mais plutôt, est-ce que les gens de droite ont à rendre des comptes sur leur activité professionnelle ?
Ou, encore plus simplement, est-ce que les gens de droite se posent des questions quant à leur compatibilité professionnelle ?

Ce qui reviendrait à dire qu'être de gauche implique une éthique, une déontologie de chaque instant, un engagement, non seulement politique, mais aussi dans chaque acte de notre vie quotidienne, probablement jusqu'au fond des chiottes ou dans l'intimité feutrée de la chambre à coucher.

L'opinion politique est-elle une cosmologie ?

Dans l'absolu, oui, puisqu'il s'agit concrètement d'une vision du monde, d'un modèle de société. En réalité, non, puisque l'acte politique pour beaucoup de mes concitoyens, se limite à choisir de temps à autre entre la peste et le choléra, à glisser un nom dans l'urne et à râler quotidiennement devant son poste de télé, son journal, ses collègues, contre les impôts, la voirie, l'école, la Sécu, les fonctionnaires, les parasites, les rentiers, les vendus et les pourris tout en soulignant abondamment tous ces propos par de sempiternels :

Non, mais moi, je ne fais pas de politique. D'ailleurs ça ne m'intéresse pas.

Pourtant, plus un gars ne fait pas de politique et plus il a tendance à avoir un discours de droite. À croire qu'être de droite consiste essentiellement à ne pas se sentir concerné par la chose politique. Sauf que si c'était vraiment le cas, les gens de droite n'iraient pas jusqu'aux urnes et que nous passerions des temps forts intéressants à être exclusivement gouvernés par des gens vraiment intrinsèquement de gauche.
Ce qui n'est —vous en conviendrez aisément— absolument pas le cas.

À moins d'admettre que le simple acte de voter soit la quintessence de la démission démocratique, celui qui consiste à dire à la face du monde :

Vous m'avez déjà fait perdre assez de temps comme cela : maintenant gérez le merdier et ne venez surtout plus me casser les couilles avant la prochaine grande messe électorale, celle-là même qui me permet de jouer à la démocratie tout en n’en ayant absolument rien à secouer.

Ce qui nous éloigne terriblement de la question initiale qui est de savoir si je suis gaucho-compatible avec mon gagne-pain.

Ce que je trouve assez remarquable, en creusant quelque peu dans mes souvenirs professionnels, c'est que, oui, généralement, les gens de droite ont plutôt tendance à se trouver légitimes, quelle que soit leur fonction dans le système. Ils se trouvent d'autant plus légitimes qu'ils sont hauts dans la hiérarchie et dans la fourchette des salaires. En fait, l'aisance des gens de droite dans le monde professionnel contemporain aurait tendance à conforter l'idée que le système socioéconomique actuel leur convient parfaitement et qu'ils y sont comme des poissons dans l'eau.
Le gars de droite trouve ses convictions renforcées par ses réussites concomitantes matérielles et professionnelles quand le gauchiste éprouve toujours une certaine culpabilité à l'amélioration sensible de ses conditions de vie, un peu comme s'il lui avait fallu pactiser avec l'ennemi ou transiger avec ses convictions pour se couler dans un moule bien inconfortable pour ses idées.

Un peu comme si le système lui-même était profondément de droite.

Mais si nous transplantons le gars de droite dans un secteur socioéconomique profondément de gauche —des trucs improbables comme l'économie sociale et solidaire ou le milieu associatif— il est toujours étonnant de voir à quel point le gars de droite ne se pose jamais la question de sa légitimité professionnelle. Il arrive un peu comme un New-Yorkais de Manahattan tombant en panne au cœur des vertes collines bouseuses de Gascogne. Il observe ce qui est un évident décalage entre les pratiques concrètes de son nouveau milieu et les modèles implantés de longue date par la certitude de faire partie de ceux qui ont toujours raison. Et il arrive très rapidement à la conclusion que s'il y a bien dissonance entre lui et son boulot, cela vient forcément des autres. Et il met en œuvre ce qu'il appelle son esprit réformateur, son sens de la modernité et des réalités en bousillant absolument tout ce qui ne répond pas à des impératifs de rentabilité immédiate et de profitabilité maximum, à sa propre vision du monde du travail.

Autrement dit, le gars de droite n'est jamais dans une posture de remise en cause professionnelle, c'est le reste du monde qui doit s'adapter à sa cosmologie personnelle.
Et c'est probablement ce qui fait tout sa force, pendant les gauchistes continuent de s'autoflageller de n'être pas vraiment à la hauteur de leurs utopies.

Le gars de droite, c'est le Midas des temps modernes qui transforme en merde capitaliste absolument tout ce qu'il touche pendant que le gars de gauche se perd en circonvolutions métaphysiques ineptes, du genre :

Mais est-ce que je peux être dans la communication et de gauche ?

Un gars de droite dans une association à caractère social ou culturel ne va jamais se dire qu'il n'est pas du tout à sa place (ce qui est pourtant le cas). Non, il va juste peser de toute la force de sa conviction intime qu'il est le meilleur et qu'il a toujours raison pour faire d'une structure démocratique, fondée sur la coopération, l'échange et la solidarité, une bonne grosse machine de guerre économique, qui élimine les activités non rentables, compresse les couts (à commencer par les personnes) et augmente les profits en se focalisant sur les prestations à haute valeur ajoutée. Si, en plus, les politiques et gouvernants marchent dans la combine en étranglant financièrement tout ce qui est de l'ordre du non marchand, on voit alors avec quelle efficacité une pensée politique n'a absolument pas besoin de passer par le cirque médiatique et électoral pour s'imposer brutalement à tous.

Tout est politique, y compris et surtout, le champ professionnel!

Si l'on s'intéresse quelque peu au monde de la communication contemporaine, on y trouve effectivement une belle brochette d'affabulateurs dont le talent se résume souvent à prendre le reste du monde pour un ramassis de crétins auquel il convient de s'adresser en beuglant des insanités grotesques avec toute la puissance de conviction que seule la médiocrité d'esprit la plus profonde peut conférer aux fumistes flamboyants. La communication, coco, c'est l'univers de l'esbroufe, du clinquant, du mépris social et du mensonge institutionnalisé. C'est bien évidemment un repaire de tout ce qui pense à droite, vit à droite, respire à droite et n'a toujours pas compris la profonde différence entre l'information et la propagande.
À priori, c'est tout, sauf une profession compatible avec des idées de gauche.

Sauf que si on retourne la proposition, la communication, c'est avant tout ce que l'on en fait. On peut bien sûr laisser les coudées franches à toute cette mentalité réductrice et vaine que l'on combat chaque jour dans ses effets les plus pernicieux tout en se plaignant de perdre bataille sur bataille dans le domaine des représentations sociales que les médias aux ordres pondent chaque jour un peu plus dans la tête de nos concitoyens. En gros, on peut faire nos dégoutés, n'y toucher qu'avec des gants et une pince à linge plantée sur le nez, mais on peut aussi décider, à l'instar des petits Midas de l'entreprise, que la communication gagnerait beaucoup à évoluer vers une configuration déontologique plus conforme à notre confort intellectuel.

On peut juste estimer que communiquer, c'est rendre des informations visibles et intelligibles au plus grand nombre, c'est porter le message, l'amplifier, l'adapter sans jamais le faire mentir, sans jamais tenter de tromper le chaland, c'est participer à la petite musique des mots et à la symphonie des images, c'est créer du lien, bâtir des passerelles, construire des émulations, des coopérations là où il n'y avait que du vide, de l'incompréhension et des rodomontades.

Finalement chacun de nous porte la possibilité de ses choix, même les plus contraints, en ce qu'il peut toujours décider de tendre à vivre conformément à ce qu'il croit juste et nécessaire. Pourquoi seules les outres à vents réactionnaires et imbéciles pourraient-elles choisir de transformer le monde dans lequel elles évoluent ? Pourquoi devrait-on toujours jouer selon leurs règles, réécrites au fil de l'eau afin de toujours rester en leur faveur ? Pourquoi ne seraient-ce que leurs idées moisies qui ont le droit de citer dans cet implacable monde du travail qu'elles ont façonné à leur sinistre image étriquée du bulbe depuis tant d'années et avec le triste résultat que nous ne pouvons plus feindre d'ignorer ?

Nous avons depuis toujours la force du nombre avec nous. Il nous reste à remporter la bataille des convictions et la guerre des idées et cela commence ici et maintenant, au cœur même de la bête, dans chacune des activités dans lesquelles nous passons tant de notre temps de vie.

Lire la suite

L’?nerv?e de service


Alors ? Toujours de gauche ?

C'était ainsi que j'avais été accueillie lors d'un diner entre amis. Ce n'est pas vraiment à ce moment-là que j'ai pris conscience de mon statut particulier d'énervée de service, mais c'est à partir de là que j'ai commencé à douter de la sincérité de quelques-unes de mes relations. C'était un peu comme si j'étais l'invitée d'honneur d'un diner de cons, mais dans sa version politique.

En fait, tout le monde sait très bien où je me situe, comment je pense, comment je vois ce monde de merde dans lequel nous sommes condamnés à godiller tant bien que mal. La question n'était même pas purement rhétorique, c'était juste un peu comme craquer une allumette devant la mèche au moment de lancer le feu d'artifice, le clou du spectacle. Je n'étais pas là pour échanger, discuter, argumenter, réfléchir ou même simplement passer un bon moment. J'étais là parce que ma simple présence était l'assurance d'un show qui envoie le bois pour la petite compagnie.
Et c'est extrêmement vexant.

Indignez-vous, mais arrêtez de faire chier vos proches avec ça

En fait, je ne sais pas si je suis de plus en plus aigrie en vieillissant ou si la situation plonge inexorablement vers des lendemains toujours plus merdiques que la veille. Déjà, du temps de Sarko, c'était assez facile d'avoir un coup de sang dès potron-minet. Je buvais mon thé chaque matin devant l'écran des nouvelles et en moins de 10 secondes, paf !, j'étais tombée sur le titre qui allait me faire grimper au plafond, toutes griffes dehors. On pourrait dire que j'ai toujours été profondément soupe au lait, mais en vérité, je n'ai jamais pu rester calme devant l'abjecte connerie de notre temps, sa déshumanisation forcenée et encore plus ses défenseurs mercantiles et décérébrés. Un peu comme s'il fallait rester courtois et de bonne composition au moment même où votre voisin de serviette entreprend de chier dans votre assiette.

Je suis une femme de convictions, j'ai la passion des idées, des débats et jusqu'au fond de mes tripes, je sais que nous vivons des temps intéressants, des moments où l'Histoire bascule d'un côté ou de l'autre.
Sauf que, manifestement, c'est plutôt de l'autre.
Alors, je les trouve bien dérisoires mes petites colères entre amis, bien peu constructives aussi, stériles et égocentriques. Sans compter qu'elles usent la patience de mes proches.

Il faut s'imaginer vivre avec moi au quotidien. Entendre mes beuglements le matin au moment de partir au boulot. Se taper l'intégrale des petites lâchetés corruptives du jour à l'heure du déjeuner. S'en reprendre une couche, le soir, autour du cassoulet.
Alors, un jour, j'ai créé Le Monolecte.

Au début, c'était juste une manière de fixer mon indignation du jour, ma réflexion à l'envers, sortir du cadre de la pensée unique.
Puis les lecteurs sont arrivés. Et les commentateurs.
Et le débat a commencé.
Toujours de la colère, bien sûr, mais bien plus que cela, aussi.
Le lent travail de maturation des idées, les échanges enrichissants, les détracteurs qui poussent la logique dans ses retranchements, jusqu'à forcer à repenser toute la thématique autrement. Dépasser le réflexe pavlovien devant la connerie ambiante. Dénoncer les manipulations du langage, des chiffres, des images. Lire entre les lignes, porter la critique dans la plaie béante. Construire une pensée d'opposition qui ne se sent plus obligée d'éructer, qui ne se contente pas des objets de cristallisation de la haine normalement proposés.

Le confort de l'entresoi

Il y a eu toute une période vraiment détendanteLe Monolecte a parfaitement bien rempli son rôle de passerelle, de passe-plats, aussi, un peu. Alors que la pensée unique tenait toutes les manettes du pouvoir et des médias, il était possible d'exister en tant qu'espace contestataire où nous étions surpris et ravis de nous retrouver si nombreux et tellement d'accord et tellement moins isolés, désespérés, marginalisés.
C'était terriblement réconfortant.
Nécessaire, aussi, pour recharger les batteries, reprendre du poil de la bête. Et briser les cercles vicieux de la solitude et de l'intense sensation d'impuissance dans laquelle nous plonge implacablement la société de l'individualisme forcené.

Reconstruire du collectif, du vivre-ensemble, sortir de nos coquilles plutôt que de nos gonds. Nous engueuler, quand même, souvent, abondamment, et tout effacer autour d'une bonne bouffe, pendant une bonne marche, dans le cortège d'une bonne manif.

Rien que pour cela, ça valait le coup de passer toutes ces longues heures à coucher sur l'écran toutes ces colères, à trouver des mots pour dépasser l'indicible, à partager les petites joies et les grandes désespérances. C'est fou, quand j'y pense, le nombre de gens absolument formidables que ce foutu blog m'a permis de rencontrer.

Et puis, quand vient le temps de la petite notoriété, vient aussi celui de la tentation de plaire, de flatter son public, d'obtenir son satisfécit, de se faire flatter longuement dans le sens du poil. Ce que j'écris et ce que je vis, ce que je suis, et tous ceux qui partagent ma vie ou juste quelques instants avec moi, tout cela devient un objet public, un récit, une fiction, aussi, qui me dépasse et, quelque part, me contraint, me limite et me renvoie inexorablement à mon foutu rôle de poil à gratter.

Voilà qu'on m'attend au tournant, qu'on se délecte du coup de gueule, qu'on jubile quand je passe l'ennemi au lance-flamme. Me voilà exactement à faire ce que je reproche aux autres : l'exaltation de la petite phrase assassine, le bon mot pour lequel on tuerait père et mère, jusqu'au moment où, de nouveau, on se retrouve à se caricaturer soi-même.

Sans compter la responsabilité, écrasante, que l'on endosse, quand on est lu. Je trouve ça marrant, la nécessité absolue qui s'impose alors de devoir mesurer ses propos et leur portée réelle, comme cela, au doigt mouillé, comme si on roulait à fond dans un tunnel en marche arrière, sans lumière et en se basant seulement sur le petit reflet tremblotant du rétroviseur.
Cela implique d'apprendre à se taire, plutôt que de risquer de dire des conneries, ou de blesser, ou de se planter; cela paralyse aussi lentement et surement que le venin de l'araignée, avant de dissoudre les pensées dans le néant de l'hésitation et de l'autocensure.

L'asphyxie de la pensée de gauche

La pire chose qui pouvait nous arriver, quelque part, c'est Hollande.

Bien sûr, il n'est pas arrivé par hasard. La radicalisation des esprits, la droitisation de la société, son embourgeoisement symbolique à l'heure même où les perdants du système se font plus nombreux que jamais, tout cela s'est mis en place patiemment, tranquillement, au fil du temps, selon des théories de manipulation des masses qui sont nées bien avant moi. Mais paradoxalement, ce totalitarisme politicoéconomique prend toute son ampleur à l'avènement du régent Hollande, après les frasques épiques du roitelet Sarkozy.

Parce que beaucoup avaient fait l'erreur de croire que l'ennemi, c'était Sarko, qu'ils ont concentré leurs pensées, leurs arguments, leur énergie contre Sarko, qu'ils ont réalisé l'union sacrée contre Sarko, qu'ils ont nourri la pensée magique que, libérés de Sarko, nous allions, en quelque sorte, repartir vers une autre forme de société, plus juste, plus égalitaire, plus humaine... en fait non, il y avait déjà une part de renoncement dans l'antisarkozysme primaire, juste la foi hallucinée que sans lui, ce serait juste un peu plus supportable.

Du coup, quand la gauche s'imagine revenue au pouvoir, la gauche se retrouve totalement désarmée, désemparée, incapable de penser la critique, la contestation, l'opposition, en fait, dans laquelle est embourbée plus que jamais, malgré —et surtout— à cause de l'arrivée des socialistes au pouvoir.

Les socialistes de la réalpolitik au pouvoir, ce sont les fossoyeurs de la pensée de gauche qui sévissent à plein régime, avec un discours hypocrite, destiné à désarmer intellectuellement tous ceux qui ont compris la nécessité impérative de concevoir le fonctionnement social autrement, et des actes cyniques et d'autant plus brutaux dans leur cadence et leurs effets, qu'ils savent qu'ils ont neutralisé toute espèce de dénonciation. Le pire poison possible, c'est celui qui nous est instillé depuis bientôt un an et demi, celui de l'inéluctabilité d'un monde profondément malade et insupportable, celui de notre impuissance à changer les choses démocratiquement, celui de notre résignation à un ordre totalement injuste et mortifère.
En cela, seuls les socialistes pouvaient le faire.

Comment penser l'impensable? Comment s'extraire de l'abattement, de la sidération née de la prise de conscience concrète que notre pouvoir, notre droit élémentaire à choisir notre destinée nous ont été confisqués?

Des armes pour les poètes et les chansonniers !

Je n'écris plus beaucoup ici parce que je réfléchis ailleurs. Je discute. Je me tais. Je lis. Je partage. D'autres bruits de fond. D'autres murmures.

Dernièrement sur Seenthis, nous avons créé un nouveau tag, vous savez, ces mots-clés qui permettent d'extraire en un clic toutes discussions ayant trait à un sujet spécifique. Ce tag s'appelle #gorafi_encore_plagié et je vous invite à y jeter un œil, comme ça, pour comprendre la suite.

Pour comprendre la suite, il faut revenir au début, à savoir le succès grandissant et amplement mérité du Gorafi. Alors que les journées passent, mornes, comme des empilements branlants de nouvelles toutes aussi maussades les unes que les autres, voilà que des dépêches déboulent dans le lot, avec ce petit quelque chose en plus qui fait basculer notre univers dans le surréalisme. Je crois qu'on s'est tous fait piégé à un moment ou un autre par un article du Gorafi que nous avons lu sans vérifier la provenance et on s'est tous, à un moment ou un autre, retrouvé à gueuler comme des putois qu'on vivait vraiment dans un monde de cons qui marche complètement sur la tête.
Jusqu'au moment où l'on s'est rendu compte que c'est une parodie.
Mais tellement bien tournée, qu'on la croirait aussi réelle que le reste.
Et on s'amuse de la blague, tout en se trouvant un peu ridicule d'avoir foncé tête baissée dans le piège, comme un vulgaire taureau de combat sur la muléta.
Parce qu'on vaut tout de même bien mieux que ça.
Parce que l'on est tout de même plus malins que ça.

Jusqu'au moment où l'on se marre d'une bonne pantalonnade du Gorafi et qu'on se rend compte que l'on n'est pas sur le Gorafi...

Que notre monde est encore plus surréaliste que cette parodie déjantée.
Que le Gorafi est bien plus qu'une bonne blague de potache pour se détendre au bureau pendant la pause Internet, celle où se partagent des articles sur Facebook avec les collègues du bureau d'à côté, ceux avec lesquels on ne cause jamais.

Le moment où l'on comprend qu'il est vain de chercher à dénoncer un système totalement absurde avec des arguments rationnels.

Le moment où l'on comprend que l'Empereur est nu et qu'il va falloir retrouver une âme d'enfant pour le balancer sur la place publique.

Lire la suite