Accueil / A C T U A L I T É / Cancun: un accord de fa?ade

Cancun: un accord de fa?ade

Le 11 novembre 2010, ? Cancun, devant les cameras de journalistes internationaux, les repr?sentants de 194 pays sign?rent un accord international sur les moyens ? prendre pour ralentir le r?chauffement climatique, voulant ainsi effacer des m?moires le souvenir du fiasco de Copenhague.

Enfin, les nations du monde sont parvenues ? un accord, peut-on lire de part et d?autres dans les m?dias du globe.

Rien de moins certain.

Avant de pavoiser, sachons que cette entente, encore en gestation, n?impose aucune cible contraignante, contrairement ? celle de Kyoto. En fait, l?accord de Kyoto a ?t? officieusement d?bout? lors de ces s?ances pl?ni?res car jug? trop encadrant. Pourtant, cette entente constituait un strict minimum n?cessaire ? la lutte contre les modifications du climat.

On a ?voqu? le v?u pieu de r?duire la hausse de la temp?rature moyenne de la plan?te ? 2?C au-dessus des niveaux pr?industriels. Or, le texte de Cancun n’am?ne rien de nouveau sur le palier de r?duction des ?missions, consid?r? comme trop faible pour atteindre l’objectif de ces deux degr?s maximums.

De plus, Cancun engage les pays d?velopp?s ? rapetisser leurs rejets carbones dans l?atmosph?re? m?me si l?un des plus grands pollueurs de la plan?te, apr?s la Chine, les ?tats-Unis, vient de rejeter au Congr?s une l?gislation sur les gaz ? effet de serre et utilise encore le charbon comme producteur d??nergie ?lectrique dans nombre de ses ?tats. En effet, les ?lus d?mocrates du centre du pays ont vot? contre ce projet de loi malgr? la pr?sence d?un pr?sident plus ?cologiste issu de leur formation politique.

? Cancun, on constate que la pens?e magique a pr?domin? sur la r?alit?.

Il y a la future mise en place du REDD (Reducing Emissions from deforestation and degradation), un m?canisme bas? sur les principes du march? concoct? pour ?quilibrer la pollution de GES du nord en sauvegardant ou plantant des arbres au sud. Ainsi, un grand pollueur am?ricain pourra s?acheter bonne conscience en investissant dans un projet forestier au Br?sil. Les ? hics? sont que les vautours de la sp?culation risquent de s?emparer de ce nouvel eldorado du carbone, qu?il sera difficile d??valuer combien d?hectares de for?t il faut ensemencer pour contrecarrer les effets de milliards de tonnes de gaz ? effet de serre et que les retards des derni?res d?cennies dans ce dossier demandent des politiques beaucoup plus muscl?es. Alors, pas surprenant que la socialiste Bolivie ait refus? de signer l?accord.

Par ailleurs, l?id?e du Fonds vert, malgr? son avant-gardisme, semble ?tre une invention creuse car aucune source de financement n?a ?t? stipul?e. On parle de taxes sur le transport ou les transactions boursi?res. Mais, chacun sait qu?en p?riode de grave r?cession ?conomique et de crise des dettes souveraines, plus pr?cis?ment en Europe, de telles taxes sont inenvisageables car elles entraveraient le commerce d?j? affaibli par la chute g?n?rale de la demande en Occident. Sans compter que la Chine et l?Inde verraient d?un mauvais ?il une telle initiative pouvant nuire ? leur d?veloppement ?conomique.

Et, comble de ridicule, la Banque Mondiale se voit donner la g?rance de cet ?ventuel Fonds pour une p?riode de 3 ans! Ce Fonds, devant aider les pays en d?veloppement ? pallier ? leurs probl?mes de d?veloppement socio-?conomique dans la d?f?rence envers l?environnement, sera sous l’?gide d’une organisation qui, depuis 30 ans, applique un diktat ?conomique n?olib?ral sur les pays en difficult? en les obligeant ? des privatisations des services publics, diminutions des salaires, d?r?glementations de l??conomie avec comme cons?quence le bilan socio-?conomique d?sastreux que l?on observe aujourd?hui avec la crise ?conomique! La Banque Mondiale repr?sente la derni?re instance capable de g?rer un tel Fonds vert car sa raison d’exister n’est pas la protection des habitats vivants, mais le bon d?roulement du capitalisme sous la f?rule du march?.

Bref, l’entente de Cancun est aussi timide qu?incoh?rente.

On cherche ? ?pater la galerie et ? rassurer des citoyens d?sormais plus soucieux de l??cologie.

Cependant, la crise ?conomique et les dissensions entre pays d?velopp?s et en voie de d?veloppement enl?vent les moyens d?un v?ritable plan global sur l?att?nuation du ph?nom?ne n?gatif des gaz ? effet de serre.

Et d?j?, ? Kyoto, nous avions entendu ce refrain de quasi-consensus sur ce sujet. Avec les r?sultats que l?on conna?t.

En fait, consid?rant qu?il faudrait 4 plan?tes terre pour suffire ? la demande de toute la population si chaque ?tre humain vivait comme un nord-am?ricain, l?unique alternative demeure de r?duire notre consommation, de revenir ? l?essentiel, de privil?gier la production locale et de modifier notre syst?me ?conomique selon une approche de d?veloppement durable plus respectueuse de l?environnement.

Peut-?tre que la crise ?conomique am?nera ces changements?.

? Lire: En attendant le d?luge?

Niveau de difficult? de texte selon Scolarius d?Influence Communication : 174 (universitaire)

Publi? sur Pour que Demain soit

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Non aux OGM déguisés !

Grâce à une campagne de longue haleine menée par Greenpeace et d’autres organisations il y ...