Accueil / A C T U A L I T É / Cachez ces pauvres que je ne saurais voir

Cachez ces pauvres que je ne saurais voir

Après s’en être moqué sans vergogne, comme d’autres candidats, lors de la présidentielle, Macron opterait finalement pour un RdB, (Revenu de Base) sauf qu’a y voir de plus près, le compte n’est pas bon, et qu’il y a loin de la coupe aux lèvres.

Devant sa chute vertigineuse dans les sondages, le président de la république a finalement compris qu’il fallait « faire quelque chose »…le plan pauvreté, prévu pour juillet, puis repoussé à plus tard pour raison de Coupe du Monde, est enfin sur la table, mais le compte n’est pas bon.

Alors que 300 milliards s’évadent du pays sous forme discrète d’exil fiscal, il annonce qu’il va mettre 8,5 milliards sur la table pour « aider les pauvres »…pour 2020

Sauf qu’il y a quasi autant de pauvres dans notre pays…entre et 9 millions que la somme prévue pour y remédier. lien

Il faut ensuite comparer les 300 milliards de fraude fiscale, aux moins de 300 millions dus à la fraude sociale…lien

Selon le rapport du WID paru en 2018, portant sur les inégalités mondiales en 2014, les 1 %des français les plus riches captaient 10,8 % des revenus avant impôt. lien

Et depuis, ces inégalités n’ont cessé de croitre.

Et puis, n’est-il pas légitime de se demander pourquoi cette mesure est repoussée à 2020, alors que les cadeaux faits aux plus riches du pays ont été à effet quasi immédiat.

En effet, s’il faut en croire le NBER (bureau national des recherches économiques), d’après une étude récente, (lien) les ménages des français les plus riches planquent  300 milliardsdans les paradis fiscaux, et pour une fois, la France décroche la 1ère place, brûlant largement la politesse à l’Arabie Saoudite et à l’Allemagnelien

Un revenu de base ?

Pas sûr… car a y voir de plus près, il s’agirait plutôt d’un « Revenu Universel d’Activité », un RUA donc, mais pas dans les brancards, car ce RUA fusionnerait les prestations sociales, et ne s’adresserait qu’aux plus pauvres des français… et non pas à leur totalité, ce qui était le cas du RdB, qui rappelons-le avait vocation d’être versé à tous, travailleurs, ou chômeurs, riches ou pauvres, sans conditions.

Ensuite, pour toucher ce RUA, il y aurait des conditions…il faudrait signer « un contrat d’engagement et de responsabilité réciproque  ».

En y regardant de plus près, on s’aperçoit que cette mesure ne touchera pas les moins de 25 ans, âge ou les difficultés se multiplient.

Dans ce contrat, on trouve aussi « l’obligation d’un parcours d’insertion »… et chaque bénéficiaire ne pourra refuser « plus de 2 offres raisonnables d’emploi ou d’activité figurant dans son contrat  ».

Il n’est pas fait mention du salaire qui accompagnerait ces « 2 offres raisonnables d’emploi »… sera-t-il dans le cadre du SMIC… ou plus bas ?

La question est posée.

Ajoutons que ce revenu sera soumis à « des droits et des devoirs supplémentaires », Macron 1er ne supportant pas « que certains qui peuvent reprendre un emploi ne le fasse pas », et il s’en prend « aux profiteurs, aux assistés qui rongent le pays, instillent le venin  ».

On aimerait autant de détermination pour les 3250 ménages français qui planquent leurs fortunes dans les paradis fiscaux…d’autant qu’il faut rappeler que le cadeau fait par Macronaux plus riches contribuables était destiné à freiner l’exil fiscal…lien

Manifestement, ça n’a pas été suffisant…

Finalement, ce RUA n’est qu’un parent très éloigné du RdB… même si Éric Ciotti est tombé dans le piège tendu par la macronnie, lequel a déclaré : « quelle démagogie irresponsable ! Le revenu universel revient à payer tout le monde à ne rien faire. Hamon en rêvait, Macron l’a fait ! ». lien

Même Anne Christine Lang de LREM s’est fait piéger, puisqu’elle a twitté : « coucou le PS…Coucou Benoit  ». lien

Mais revenons aux conditions d’attribution du RUA, floues encore pour l’instant, mais quand l’on sait que l’idée de remettre en question le SMIC démange depuis longtemps le chef de l’état, il pourrait s’appuyer sur divers rapports et think-tank pour le supprimer tout simplement.

Philippe Béchade, président du think-tank « les éconoclastes » et rédacteur en chef de la Bourse au quotidien s’étonne que ce SMIC « n’ait jamais été remis en cause… ».

Ce qui fait écrire à David Cayla, chercheur en économie politique à l’université d’Angers : « l’initiative de ce groupe d’experts (les éconoclastes.ndlr), est à prendre au sérieux, car ce sont des économistes bien connus pour leur hostilité au SMIC ».

Benjamin Masse Stramberger, journaliste économique, va plus loin, et pense « que le gouvernement va jouer le coup en 2 temps », sachant l’hostilité des français contre tous ceux qui voudraient s’en prendre au SMIC.

Dans un 1er tempsMacron « lancerait un ballon d’essai, mettant le débat sur la table, pour susciter un tollé, puis dans un second temps, (…) quand l’opinion sera sensibilisée et que politiquement, il deviendrait possible de le faire ». lien

Or quelle meilleure occasion d’annoncer ce RUA en le conditionnant à la suppression du SMIC ?

D’aucuns s’étonnent à juste titre que le comité d’experts sur le SMIC, nommé par Macron,avait fait la part belle à ses adversaires, écartant volontairement de ce comité les sociologues, les historiens, les politistes, les juristes… de même que syndicalistes, chefs d’entreprise, élus, voire témoins d’expériences étrangères qui auraient pu témoigner des effets positifs de l’introduction du SMIC en Allemagne, ou au Royaume-Uni, réduisant le débat à une simple question technique. lien

Quant aux autres mesures annoncées, il est prudent d’attendre pour découvrir de quelle manière elles vont être mise en place.

L’extension de la CMU (couverture maladie universelle) permettrait à 200 000 personnessupplémentaires d’y avoir accès…

La revalorisation de la prime d’activité serait poursuivie jusqu’en 2022…

Augmentation du nombre d’enfants pauvres en crèche, ou chez une assistante maternelle, avec la création de 90 000 places en crèches…

La formation de 600 000 professionnels de la petite enfance…

Une aide financière aux écoles sous la forme de « petits déjeuners », avec la mise en place de tarifs sociaux…

Garantie d’une formation ou d’un apprentissage aux jeunes de 16 à 25 anslien

Reste maintenant le moment de passer de la parole aux actes, d’autant que l’électeur ne devrait pas avoir oublié les anciennes promesses de celui qui n’était alors que candidat.

Un certain 13 avril, Macron fanfaronnait sur l’antenne de TF1 : « je fais ce que je dis. Peut-être qu’on n’était plus habitué ? », avait-il déclaré.

Alors ces promesses ?

Les salariés qui démissionnaient devaient se voir ouvrir des droits au chômage… or sur 1 million de démissions par an, 925 000 n’ont jamais été indemnisées.

Où en sommes-nous avec la baisse des cotisations salariales « pour tous les travailleurs  » qui devait apporter 500 € supplémentaires par an ?

Elle a bien eu une tentative, mais pour un petit pourcentage de travailleurs, et seulement à la hauteur de 250 € par an.

On sait ce qu’il en est de sa volonté de « placer la France en tête de la lutte contre les pesticides »…finalement non inscrite dans la loi, et repoussée à plus tard. lien

Et ne parlons pas de sa réforme sur la taxation du capital… ou des prothèses auditives et dentaires qui devaient être gratuites ?

Il pourrait donc s’agir d’une pure action de communication, destinée à faire croire que le chef de l’état n’est plus « le président des riches », et qu’il s’inquièterait des millions de pauvres qui peuplent son pays, ces pauvres dont il disait, il n’y a pas longtemps, qu’ils n’étaient rien.

Sauf qu’ils votent quand même.

Comme l’écrit Thomas Morel dans les colonnes de « valeurs actuelles », notant « l’absence totale d’idées originales du chef de l’état », « ce sont des idées vieilles de 30 ans  » Lien

Comme disait Henri Queuille, un ex-président du conseil en 1950 : « les promesses n’engagent que ceux qui les croient  »…

Et comme dit mon vieil ami africain : « si un crocodile à un pantalon, c’est qu’il a enfin trouvé un endroit où ranger sa queue  ».

L’image illustrant l’article vient de « rtl.fr »

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Articles anciens

Ils nous font bien marcher

Copier les Danois ? chiche !

Le bal des psychopathes

Le loup déguisé en mouton

Macron le président carabistouille

Macron, un Monarc

En marche ou grève

Est-ce la fin du service public ?

Soldes, tout doit disparaitre

Le meilleur ou bien le pire ?

T’as pas mille balles ?

Le salaire du bonheur

Après le réveillon, le Réveil ?

Merci macron

La langue de macron

Macron, faire le plein avec du vide

Du Macron au micron

Macron vous fait bien marcher !

Méritons-nous un tel mépris ?

Un Macron très sucré

Un hold-up électoral

Le mélange des genres

Macron tend un piège

Le peuple ou les élites

Ils font leur nid dans le ni-ni

Lever le mystère Macron

Les bouffons politologues

La politique de l’illusion

Commentaires

commentaires

A propos de olivier cabanel

avatar

Check Also

Coke en stock (CCXXV) : la découverte et la chute des fournisseurs d’avions (54)

Le Brésil est comme le Paraguay pourri jusqu’à la moelle. Les gangs y sévissent impunément ...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.