Accueil / A C T U A L I T É / BP: La perfide Albion

BP: La perfide Albion

En 1763, par le Trait? de Paris qui mettait fin ? la guerre de Sept Ans, l?empire?britannique se constituait autour de la Compagnie anglaise des Indes orientales et de?compagnies-soeurs comme la Compagnie de la Baie d?Hudson. Ces compagnies?contr?laient le commerce maritime. Elles administraient d?immenses territoires et?souvent d?immenses populations sans avoir de comptes ? rendre ? personne.

C?est aussi ??partir de 1763 qu?elles tent?rent de mettre au pas leurs colonies am?ricaines, ce qui mena?? la R?volution am?ricaine en 1776. On leur doit le trafic d?esclaves, le trafic d?opium et?de multiples guerres. La version moderne de telles compagnies de ? marchands?aventuriers ? ou ? marchands flibustiers ? se nomme British Petroleum.

Un imp?rialiste Canadien

David Smith, mieux connu sous le nom de Lord Strathcona, l?homme le plus?puissant du Canada au d?but du XXe si?cle, fut gouverneur de la Compagnie de la Baie?d?Hudson, directeur de la Banque de Montr?al et pr?sident de l?Anglo-Persian Oil?Company. Peu de temps apr?s la d?couverte du p?trole au Moyen-Orient par William?Knox D?Arcy en 1908, Lord Strathcona, avec l?aide de ? l?as des espions ? Sidney Reilly,?s?empara de ces premiers puits de p?trole situ?s en Iran.

En 1914, Winston Churchill, Premier lord de l?Amiraut?, r?ussit ? convaincre le?gouvernement de sa majest? d?acqu?rir 51% d?Anglo-Persian Oil Company afin de?garantir l?approvisionnement en p?trole de la marine anglaise durant la premi?re guerre?mondiale. En 1928, Anglo-Persian et ses comp?titeurs concluaient un accord secret ? As?Is ? qui allait fixer le d?bit et le prix de la production mondiale de p?trole jusqu?? la?p?riode d?apr?s-guerre. Anglo-Persian est, bien s?r, ensuite devenu British Petroleum.

Al-Yamamah, BP, et le terrorisme international

L?action de British Petroleum ne se limite pas bien s?r aux conflits du Moyen-Orient. Le cartel p?trolier est au centre de la g?opolitique mondiale, comme on l?a vu?avec la crise du p?trole dans les ann?es 70, et aussi avec la cr?ation des p?trodollars.

Un?aspect moins connu de BP est son implication dans des op?rations terroristes par sa ?participation active dans le contrat Al-Yamamah (1) (armes en ?change de p?trole)?conclu en 1985, sous le gouvernement de Margaret Thatcher, entre British Aerospace,?Electronics Systems (BAE) et l?Arabie Saoudite.

Cet arrangement aurait g?n?r? un fonds occulte estim? ? environ 140$ milliards?qui finance, depuis 1985, une politique de guerre de sape, de renversement de?gouvernement et de ? terrorisme islamique ? au niveau mondial, y compris les attentats?du 11 septembre 2001. (2)

Ce sont des consid?rations semblables qui ont amen? Lyndon LaRouche ??d?clarer le 8 juin : ? Il est clair que la continuation de ce probl?me dans le golfe du?Mexique est express?ment l?intention de guerre de l?empire britannique contre les ?tats-Unis … et le Pr?sident est un tra?tre, un complice dans cette guerre ?.

Il est ?vident que si le Pr?sident des ?tats-Unis avait ? coeur les int?r?ts de son?pays, il aurait d?clar? l??tat d?urgence, expropri? BP et pris en charge les op?rations dans?le golfe du Mexique.?En effet lorsque sa nation est menac?e, le Pr?sident se doit d?exercer les pleins?pouvoirs que lui conf?re la Constitution am?ricaine.

Malheureusement, sur cette question comme sur celle du trafic?d?opium en Afghanistan, du renflouement des banques, et des coupures radicales dans la?sant?, il est ?vident que la politique d?Obama est celle des Britaniques, ? l?oppos? des?principes de la R?volution am?ricaine.?Pour un Pr?sident de la trempe d?un?Franklin Delano Roosevelt, une mise en tutelle temporaire, une expropriation ou m?me?une nationalisation aurait ?t? une option possible, mais Barack Obama n?a m?me pas?d?clar? l??tat d?urgence nationale.

Le pouvoir ex?cutif est inf?od? aux int?r?ts financiers?de la ? City ? et de Wall Street.?Sans le renvoi d?Obama, il est impossible pour les ?tats-Unis d?initier, de concert?avec ses principaux alli?s, l?urgent programme d?action suivant:

1) ?liminer imm?diatement la bulle monumentale des produits d?riv?s en r?tablissant la?loi Glass-Steagall.

2) obtenir la coop?ration des nations europ?ennes et des autres nations sur ces politiques?et ?tablir un syst?me international ? taux de change fixe.

? We the People ?

L?ensemble des 465 ?lus de la Chambre des R?pr?sentants au Congr?s am?ricain?sont entr?s en campagne ?lectorale depuis la fin mai en vue des ?lections g?n?rales de?novembre 2010. Un tiers des 100 S?nateurs au Congr?s se retrouvent ?galement en?campagne ?lectorale.

Cet ?t? la population am?ricaine va confronter leurs repr?sentants au Congr?s lors?des town hall meetings. La gr?ve de masse (3) initi?e l??t? dernier va s??tendre et?rejoindre un nombre grandissant de citoyens am?ricains qui ont non seulement perdu?confiance en leur gouvernement mais qui r?alisent que leur existence m?me est menac?e.?C?est bien l? que se trouve d?sormais l?espoir du changement!

Gilles GERVAIS

Notes:

1) voir (www.comiterepubliquecanada.ca) section De Venise ? l?imp?rialisme

britannique, l?article de Jeffrey Steinberg du 18 juin 2007 : BAE : le scandale qui fera

chuter la City et la couronne britannique.

2) voir (www.comiterepubliquecanada.ca) section De Venise ? l?imp?rialisme

britannique, l?article de Jeffrey Steinberg du 20 juillet 2009 : Attentats du 11 septembre

2001 : le voile se l?ve.

3) voir (www.comiterepubliquecanada.ca) section Nouvelles Internationales, l?article

d?Helga Zepp-LaRouche du 31 mai 2010 : Euro : Il y a une limite ? la tyrannie !

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Nous ne sommes pas dupes : la violence est d’abord économique et sociale…

Dans une tribune publiée par le journal Libération, 1400 représentants du monde de la culture, ...