Blowback

On voit beaucoup d’encre couler au sujet de cette mosqu?e et centre communautaire islamique qu’on projette de construire pr?s de l’ancien site des tours jumelles du World Trade Center. Certainement c’est un sujet d?licat pour les familles de ceux qui ont perdu la vie dans les attentats du 11 septembre 2001. Au-del? du fait que ce projet est parfaitement l?gitime du point de vue l?gal, les opposants ? ce projet projettent la responsabilit? de cet ?v?nement sur les mauvaises personnes. Ce n’est ni l’Islam, ni les musulmans qui sont en cause, quoique je l’ai cr? pendant longtemps, mais la politique ext?rieure des ?tats-Unis.

Les ?v?nements historiques ne se produisent jamais ? partir d’un vide et ne doivent jamais ?tre consid?r?s isol?ment des facteurs qui pourraient en ?tre la cause. Ainsi, il y avait un bon moment que le gouvernement am?ricain s’attendait ? un attentat quelconque en r?ponse ? son traitement de l’Irak. L’attentat, certes tragique, du 11 septembre et ses quelques 3000 victimes s’est av?r? ?tre cette r?action. Sans vouloir rien minimiser, le nombre de victimes de cet attentat n’est rien comparativement ? plus d’un million de victimes, la plupart des enfants, des sanctions ?conomiques des Nations Unies, commandit?es par les ?tats-Unis et le Royaume-Unis, contre l’Irak pendant toute une d?cennie.

Il f?t peu question pendant cette p?riode de l’effet de ces sanctions sur la population irakienne ou de la fa?on qu’elles ?taient per?ues par le monde arabe, mais elles n’ont certainement pas men? aux r?sultats escompt?s par l’administration Bush sr et celle de Bill Clinton. Alors que l’objectif ?tait d’ameuter les irakiens contre Saddam Hussein, elles n’auront servi qu’? d?moniser encore plus les am?ricains aux yeux des arabes.

Pendant la premi?re guerre du Golfe en 1991, les forces alli?es ont syst?matiquement attaqu? le r?seau ?lectrique irakien, ce qui e?t pour effet de compl?tement annihiler la capacit? des irakiens de faire fonctionner leurs usines d’?puration d’eau. ?tant incapable de se fournir en eau potable et se voyant syst?matiquement refuser le droit d’acheter les pi?ces n?cessaires ? la r?paration de son r?seau ?lectrique. On estime qu’entre 1991 et 1996, plus de 100?000 500 000 enfants ont p?ri de maladies reli?es au manque de sanitation et ? la malnutrition.

En mai 1996, lorsqu’interrog?e ? l’?mission 60 Minutes du r?seau CBS si apr?s la mort d’un demi-million d’enfants le prix en valait la peine, Madeline Albright, l’ambassadrice des ?-U ? l’ONU a r?pondu candidement : ?Je crois que c’est un choix difficile, mais oui nous croyons que le prix en valait la peine.? Ce manque total de remords de la part du gouvernement am?ricain n’a pas ?t? sans laisser une impression durable sur la psych? collective des arabes. Ajoutez ? ?a leur soutien inconditionnel d’Isra?l et il fallait bien qu’un jour ?a ?clate.

Durant la campagne pr?sidentielle de 2008, lors du d?bat des primaires du parti R?publicain, Ron Paul s’?tait attir? les foudres de plusieurs membres du GOP lorsqu’il a soutenu que les ?v?nements du 11 septembre n’?taient pas le fruit d’une haine de la libert? et du niveau de vie des am?ricains, mais le fruit de leurs actes au Moyen-Orient. Il a mentionn? alors le terme qu’utilise la CIA pour ce genre de r?tribution : ?blowback?.

C’est triste ? dire, mais ce n’est pas l’Islam qui est ? bl?mer pour les attentats du 11 septembre, mais bien l’?tatisme et l’imp?rialisme am?ricain.

Lectures compl?mentaires :

American Policy Gave Hussein Reason to Deceive
by Stanley Meisler
Los Angeles Times

Sanctions: The Cruel and Brutal War Against the Iraqi People, Part 1
by Jacob G. Hornberger
Future of Freedom Foundation

Iraqi Sanctions: Were They Worth It?
by Sheldon Richman
Future of Freedom Foundation

Iraqi Sanctions and American Intentions: Blameless Carnage? Part 1
by James Bovard
Future of Freedom Foundation

Cool War: Economic Sanctions as a Weapon of Mass Destruction
by Joy Gordon
Harper’s Magazine

The Secret Behind the Sanctions: How the U.S. Intentionally Destroyed Iraq’s Water Supply
By Thomas J. Nagy
The Progressive

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Coke en Stock (CCLIV) : le chaînon manquant du trafic ou un autre Viktor Bout (N)

L’homme décrit dans l’épisode précédent, Iyad ag Ghali, nous a conduit directement en Algérie, où ...

2 Commentaire

  1. avatar
    SylvainGuillemette

    «Ainsi, il y avait un bon moment que le gouvernement américain s’attendait à un attentat quelconque en réponse à son traitement de l’Irak.»

    Il n’existe aucun lien, selon le FBI, entre Ben Laden, l’Irak et les attentats du 11 septembre 2001. Par ailleurs, bien avant les attentats du WTC, les forces secrètes de l’OTAN, dont le JTF2 canadien, ont participé à la préparation de la mission afghane. C’est donc dire que, les attentats du 11 septembre 2001 n’ont strictement rien à voir avec l’invasion illégale et illégitime de l’Afghanistan.

    De plus, cela fait 9 ans que la CIA n’a plus de nouvelle de Ben Laden, son ancien employé à vrai dire.

    «L’attentat, certes tragique, du 11 septembre et ses quelques 3000 victimes s’est avéré être cette réaction.»

    Aucunement, ce n’est que prétentions de du Pentagone, et ces prétentions sont rejetées par bien des membres du FEMA. Aussi, les vols ne sont peut-être pas ceux qu’on pense. http://www.centpapiers.com/blowback/26159

    Il faut surtout comprendre l’enjeu de la mission afghane pour comprendre les artifices l’entourant. L’oléoduc, qu’un de mes amis basé à Kandahar a protégé à titre d’artilleur, est la réponse au monopole gazier russe, GAZPROM. Ce chemin se veut une alternative de l’OTAN pour contrer l’hégémonie russe de l’Europe en ce qui concerne l’énergie. Tout simplement. Le conflit de la Géorgie y est relié, car le passage de l’oléoduc était concerné, lors des «contre-attaques» russes. L’Ossétie y était concernée aussi.

    «Il fût peu question pendant cette période de l’effet de ces sanctions sur la population irakienne ou de la façon qu’elles étaient perçues par le monde arabe, mais elles n’ont certainement pas mené aux résultats escomptés par l’administration Bush sr et celle de Bill Clinton. Alors que l’objectif était d’ameuter les irakiens contre Saddam Hussein, elles n’auront servi qu’à démoniser encore plus les américains aux yeux des arabes»

    Là encore, il ne faut pas comprendre le complex-militaro-industriel pour arriver à cette conclusion. Washington n’a jamais eu l’intention de minimiser l’impact de la dictature du défunt Raïs, au contraire. Secrètement, c’est Washington qui donnait aux Irakiens le pouvoir de frapper. Et en cela, ils se donnaient à eux, le devoir de frapper aussi, un peu plus tard… Le C-M-I fonctionne ainsi! Quand il n’y a plus d’ennemi, il faut en trouver, ou en inventer, pour faire marcher la machine de guerre. Retournez vite voir le discours d’adieu d’Eisenhower pour comprendre la portée de cette industrie.

    «Pendant la première guerre du Golfe en 1991, les forces alliées ont systématiquement attaqué le réseau électrique irakien, ………. On estime qu’entre 1991 et 1996, plus de 100 000 enfants ont péri de maladies reliées au manque de sanitation et à la malnutrition.»

    Certes, et en ajoutant les composés radioactifs des frappes à uranium appauvri aux seuls points d’eau, on obtient les déformations dénoncées par l’Irak, sur les enfants des populations près des points d’impact. Affreux… Et c’est pire encore, aujourd’hui. Malgré cela, certaines personnes continuent de défendre cette mission illégale, qui ne visait qu’à voler le pétrole, à dominer la région et à agrandir l’Empire bourgeois défendu par Washington.

    «C’est triste à dire, mais ce n’est pas l’Islam qui est à blâmer pour les attentats du 11 septembre, mais bien l’étatisme et l’impérialisme américain.»

    En avez-vous des preuves? Moi non. Certes, ils l’ont cherché, mais tout étatisme n’en arriverait pas là. Ce n’est là, encore que des prétentions, et j’ai un bel exemple du contraire de ces prétentions. Cuba! Elle a un État et ne fait chier personne à l’étranger. Son État se contente de soigner son peuple, de l’éduquer et de le mener vers le socialisme, et enfin, le communisme, peut-être…

    Quant à l’attentat lui-même, celui du 11 septembre 2001, rien ne prouve les dires de George Walker Bush Jr., ni même ne va dans le même sens. C’est une pièce de théâtre. Et même, quand on la regarde comme il le faut, on s’aperçoit qu’elle est très mal ficelée.

    Les avions n’étaient pas ceux prétendus. Les tours n’ont pas tombé à cause des avions. Ben Laden n’est aucunement relié selon le FBI. La tour # 7 n’a jamais été frappée et a été vidée de ses informations cruciales (bureaux de la CIA + coffre-fort, selon la FEMA). Des traces de «thermite» ont été retrouvées sur les poutres scindées en 45 degré. Et les mensonges contradictoires n’ont jamais cessé, sans parler de l’envol des Laden, et du groupe Carlyle, au moment même des frappes, ou quelques minutes après, alors que tous les avions du monde étaient cloués au sol. N’importe quoi.

    Certes, l’État voyou des États-Unis d’Amérique a tout fait pour que cela arrive, ils l’ont cherché, mais cette fois, ce n’est pas un ennemi réel qui a perpétré ces attentats, mais possiblement, ce même État voyou, pour concrétiser ses plans machiavéliques d’envahir le Proche et Moyen Orient. Ils ont réussi! La guerre en Irak semble plus perdue que jamais, mais en fait, la vraie bataille, les bourgeois, ces marchands d’armes d’occasion, ont gagné la guerre! Ils ont fait des milliards sur le dos des prolétaires états-uniens, en fabricant des armes pour contrer un ennemi qu’ils avaient créé eux-mêmes.

    C’est très payant d’être à la fois le gouvernement, le marchand d’armes et le reconstructeur!

  2. avatar
    SylvainGuillemette

    Avions du 11 septembre 2001? Le bon lien! http://www.voltairenet.org/article166616.html