Accueil / T Y P E S / Chroniques / Blogueurs en col?re : le DGEQ doit vivre avec sa d?cision

Blogueurs en col?re : le DGEQ doit vivre avec sa d?cision

Ce qu’il y a de triste, dans l’intervention de monsieur Blanchet pour tenter de distinguer ce qui est de ce qui n’est pas une d?pense ?lectorale, c’est la confusion des genres. Il faudrait peut-?tre lui expliquer la diff?rence entre un m?dia de masse et un blogue.

Un citoyen qui choisit de s’exprimer lors d’une campagne ?lectorale sur son blogue, sur YouTube ou ailleurs sur le Net, c’est l’?quivalent d’un citoyen qui le ferait sur une place publique. ? cet ?gard, la comparaison avec le c?l?bre Speakers’ corner, ? Londres, aurait ?t? beaucoup plus judicieuse de la part du DGEQ.

Mais il y a plus triste encore que la confusion des genres. Le Net est un lieu d’expression de la d?mocratie qui se cherche encore et il est trop t?t pour intervenir.

Le DGEQ ne l’a certainement pas voulu, mais il aura peut-?tre rendu frileux des individus ou des groupes qui auraient voulu exp?rimenter des fa?ons originales d’exprimer leur opinion politique au cours de la campagne ?lectorale.

La bonne vieille maxime « en cas de doute abstiens-toi » avait pourtant toute sa place. Le DGEQ aurait pu d?cr?ter que le Net est une zone non pr?vue par la Loi ?lectorale et qu’en cons?quence il n’interviendrait pas. ? la limite, il aurait pu demander aux m?dias d’appliquer dans leur site Web les r?gles qu’ils appliquent dans leurs autres supports. ? la limite.

Pour le reste, il est difficile d’assimiler un site Web ? un m?dia de masse, voire m?me aux poteaux sur lesquels les partis politiques affichent leurs candidats et leurs slogans.

La diff?rence devrait pourtant sauter aux yeux de n’importe qui le moindrement averti. Les sites Web sont une forme de communication totalement diff?rente des m?dias traditionnels.

Personne encore n’est arriv? ? mesurer l’influence du Web sur l’opinion publique. En vertu de quelles preuves scientifiques le DGEQ peut-il d?cr?ter que cette influence est telle qu’elle doit ?tre r?glement?e.

La frustration de certains blogueurs qui ont l’impression du deux poids deux mesures (la FTQ versus les blogueurs) est tout ? fait compr?hensible.

Il y a vraiment deux poids deux mesures.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

La lente évolution de l’espèce

Converser avec ses semblables , c’est prendre le risque de tourner en rond, d’aller d’une ...

2 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour Michel

    Article intéressant. Je remarque de plus en plus que le DGE fait l’objet de pressions venant plus des politiciens que des citoyens eux-mêmes. Comment entre nous le DGE pourrait-il contrôler le blog d’un citoyen qui fait part de ses commentaires sur l’un ou l’autre des partis politiques ? La vie est tellement réglementée et réglée, qu’il faut bien un espace de liberté. Pour l’instant, le NET constitue ce seul espace et il faut le préserver.

    Un exemple : l’article de Catherine-Aimée Roy sur Pierre-Philippe Emond devrait-il être comptabilisé par le DGE dans les dépenses électorales du Parti québécois ? Si cela était, il nous faudrait faire approuver nos commentaires par le payeur, j’imagine. Allons donc.

    Pierre R.

  2. avatar

    Merci de votre commentaire. Il ne faut surtout pas se gêner pour faire connaître nos choix politiques ni pour faire du journalisme citoyen. Manquerait plus qu’on s’abstienne par crainte.

    Le droit de parole sur le Net n’est pas un délit au Québec. Par ailleurs, je regrette de ne pas en avoir le talent, car je mettrais en ligne dès demain matin une production de 301$ 😉