Accueil / A C T U A L I T É / Bienvenue dans l’ère de la survie

Bienvenue dans l’ère de la survie

pollution pauvreté

Nous reste-t-il assez de temps pour réaliser la révolution démocratique?

Roméo Bouchard, Saint-Germain-de-Kamouraska

Seule la démocratie peut nous permettre de mettre un frein à la destruction des ressources naturelles, à la pollution de notre environnement, à l’exploitation des pauvres, à la destruction de la vie sur la Terre et à la folie guerrière.

Malgré le déferlement sans précédent de richesses, de machines, de commodités, de spectacles, d’élections et de conventions internationales, dont nous gratifie chaque jour le capitalisme ostentatoire, et malgré « le vent de fraîcheur » que souffle Justin Trudeau, je pense que nous commençons à comprendre que la fête de la croissance tire à sa fin et que nous allons bientôt payer cher ce déchaînement programmé et insensé de production et de consommation.

L’année 2015 s’est conclue avec la conférence de Paris, qui a permis une première prise de conscience planétaire de l’urgence de nous libérer des énergies fossiles si nous voulons éviter les effets catastrophiques du réchauffement du climat en cours. Le débat qui fait rage au Canada et au Québec sur le pétrole et les oléoducs est au coeur de cet enjeu. Et la crise du climat n’est qu’un volet du dépassement des capacités de support de notre planète induit par la croissance industrielle actuelle. L’éloignement et la destruction de la nature nous ont conduits au seuil de l’apocalypse. Nous entrons dans l’ère de la survie.

L’austérité

L’oligarchie économique et financière a été quotidiennement pointée du doigt en 2015 comme responsable du gâchis social et environnemental dans lequel nous nous trouvons. Les millionnaires, leurs banques, leurs multinationales et leurs politiciens de service, qui contrôlent le jeu, sont engagés dans la phase finale de leur entreprise de domination du monde : la prise de contrôle des missions de l’État lui-même pour les inféoder à leur système d’enrichissement. Le drame de la Grèce nous en a fourni une illustration tragique. Ici, la commission Charbonneau nous a permis de mesurer l’ampleur et le caractère systémique de cette infiltration du pouvoir politique par le monde des affaires.

Même quand ils tournent au vert, comme on le voit présentement, ne nous y trompons pas, les riches pensent bien davantage à sauver leur mise qu’à sauver la planète. La spéculation, la production industrielle, l’extraction, le libre-échange, la manipulation des États et des esprits sont leurs armes, et ils ne s’arrêteront pas tant qu’ils y verront de l’argent à faire. Leur objectif demeure la croissance de leurs richesses et de leur pouvoir. Ils ne nous sauveront pas : ils vont nous emporter en enfer avec eux.

La question nationale

La crise du mouvement souverainiste et nationaliste, qui a fait la manchette toute l’année au Québec, est une autre facette de cette offensive de mondialisation et de concentration du pouvoir financier.

Les riches n’aiment pas les frontières, les identités : l’argent n’a pas de nationalité, il est multiculturel, il est privé, il est libéral, il est fédéraliste et il parle anglais. Les mouvements de gauche subissent le même sort ; les classes sociales n’existent plus : chacun doit fournir sa part d’efforts. Le mépris et la marginalisation des régions périphériques et des Premières Nations, qui ont aussi fait les manchettes en 2015, relèvent de la même philosophie de nivellement des communautés au nom des impératifs de rentabilité économique.

L’islamisme et la démocratie

Les dictatures provoquent des rébellions, c’est bien connu. Et la résistance à cette immoralité du grand capital, qui marchande pétrole et minerai contre des armes et manipule les gouvernements, sans se soucier des gens qu’on force ainsi à s’entre-tuer ou à fuir, c’est dans l’idéologie de l’islam politique radical (salafiste-wahhabite) qu’elle a trouvé son nid. De même, la peur et l’insécurité génèrent des mouvements d’extrême droite qui poussent un peu partout en Europe et aux États-Unis (Le Pen, Trump, etc.). Et cette flambée de terrorisme crypto-religieux et de nationalisme xénophobe ébranle les valeurs démocratiques et remet en cause la tolérance et la solidarité, plus nécessaires que jamais en période de crise et de survie.

Le salut ne viendra pas de nos gouvernements. La désillusion des citoyens face à la démocratie de représentation ne cesse de grandir d’une élection à l’autre. Seul le peuple, souverain, s’il sait se libérer de l’envoûtement dont il est victime par ces vendeurs de bonheur à crédit, peut nous sauver.

Seule la démocratie, la vraie, peut nous permettre de reprendre les commandes et de mettre un frein à la destruction des ressources naturelles, à la pollution de notre environnement, à l’exploitation des pauvres, à la destruction de la vie sur la Terre et à la folie guerrière. Et l’adoption d’une constitution qui nous ressemble est un passage obligé de ce virage démocratique, économique et culturel.

Mais nous reste-t-il assez de temps pour réaliser cette révolution démocratique et prévenir l’effondrement, ou vaut-il mieux organiser dès maintenant notre survie ? Une chose est sûre, en 2015, nous sommes entrés dans l’ère de la survie, et c’est bien autre chose que l’ère selfie de Justin Trudeau…

 

Commentaires

commentaires

A propos de Lettres

avatar

Check Also

Disparition d’Emiliano Sala : un rapport nébuleux, mais des découvertes explosives (3)

Au fil des recherches, certains incidents survenus dans les environs de la zone footballistique et ...

One comment

  1. avatar

    Mais nous reste-t-il assez de temps pour réaliser cette révolution démocratique et prévenir l’effondrement, ou vaut-il mieux organiser dès maintenant notre survie ? Une chose est sûre, en 2015, nous sommes entrés dans l’ère de la survie, et c’est bien autre chose que l’ère selfie de Justin Trudeau…

    oui, mais. D’avoir été révolutionnaire n’a pas mené à grand-chose, hélas, vous en savez quelque chose comme on peut le constater face à ce que vous appelez encore dans un propos fort politisé « L’oligarchie économique et financière ». Aujourd’hui il est donc vain de vouloir faire basculer le monde d’un seul coup, et on ne peut plus le voir que s’amender progressivement et non d’un seul coup. Et en ce sens, votre Justin apportera peut-être quelque chose de neuf, même s’il a déjà ouvertement choisi un camp qui n’est manifestement pas le vôtre. Je pense que tout part de la connaissance, et que la privation de connaissance par l’abrutissement télévisuel des masses est en grande partie responsable du manque de vitalité démocratique actuel chez les gens. De même, de croire à la démocratie directe est un leurre évident. Il faudra donc qu’on évolue dans le BON sens; mais plus vite que prévu, à la vitesse à laquelle s’amenuisent les réserves terrestres. Il faut TENDRE vers un gouvernement mondial au plus vite, et tout frein dur type nationaliste est à REJETER sévèrement. Ce sont eux les freins actuels à une autre forme de MONDIALISATION: celle de la politique, seule moyen de sauver cette planète désormais. Il faudra que ça se fasse en 2 générations maxi, sinon, après… plus rien.

    En France, le précurseur de vos idées s’appelait René Dumont. Son livre l’Afrique Noire est mal partie n’a jamais autant été au goût du jour : on y voit tout ce qu’il ne fallait pas faire et qu’on a fait. On en paye toujours les dividendes et les conséquences, surtout les Africains, délaissés (avec d’autres) du monde contemporain.