Accueil / A C T U A L I T É / Bienvenue au Qu?bec: Ma journ?e en prison pour avoir lu 1984 dans le m?tro

Bienvenue au Qu?bec: Ma journ?e en prison pour avoir lu 1984 dans le m?tro

Ma journ?e en prison pour avoir lu 1984 dans le m?tro

En ce dimanche 10 juin 2012, j?ai tent? de participer ? une manif-action consistant ? me d?placer pendant quelques heures du m?tro Berri au m?tro Jean-Drapeau en vue de manifester pacifiquement mon d?saccord face au Grand Prix de Formule 1, ?v?nement qui pr?ne ce que je consid?re comme ?tant des id?ologies sexistes.

V?tue d?une robe fleurie et d?un sac rempli d?objets dangereux tels qu?une pomme, une bouteille d?eau et trois livres, j?ai voulu pointer du doigt la haute pr?sence polici?re et l?attitude fr?lant le terrorisme du SPVM depuis le d?but du conflit gouvernemental en lisant calmement 1984 de George Orwell, un roman d?anticipation pr?sentant une soci?t? prise avec un r?gime policier totalitaire.

Apr?s m??tre faite fouiller par un policier ? mon arriv?e au m?tro Berri-UQAM, j?ai pris place dans un wagon en direction de la station Jean-Drapeau, mon livre ? la main. Lors de mon retour vers le centre-ville, j?ai lu face ? un policier et une femme a lu avec moi, par-dessus mon ?paule. Nous avons ?t? prises en photographie et le policier, voyant que nous ?tions deux dangereux personnages, a appel? son ?quipe en renfort pour nous accueillir en bonne et due forme ? Berri. Avec les autres passagers du wagon, nous avons ?t? plac?s face contre mur et nous avons ensuite ?t? amen?s ? l?ext?rieur, par les sorties de secours, o? on nous a dit de ne pas revenir sous peine d??tre arr?t?s. Aucune r?ponse lorsque j?ai demand? ce qu?il y avait de mal ? lire dans le m?tro.

J?ai commis un acte irr?parable de d?sob?issance civile en redescendant dans la station et en retournant lire dans un wagon. Lorsque les policiers m?ont vu manger ma pomme, ils m?ont cri? qu?ils reconnaissaient mes tatouages et m?ont intercept?e. J?ai demand? ce que j?avais fait de mal, autre que de lire pacifiquement, et j?ai eu pour r?ponse que j?avais d?sob?i ? leurs ordres. J?ai repos? ma question, ? savoir ce qu?il y a de mal ? ?tre dans le m?tro ? lire, et je n?ai pas eu de r?ponse. On m?a mise en ?tat d?arrestation et les deux policiers se sont fait un chaleureux high five pour se f?liciter de leur bon travail. On m?a amen?e, telle une criminelle, au centre de d?tention du SPVM au centre-ville de Montr?al, o? on m?a prise en photographie sous toutes mes coutures. Apr?s avoir enregistr? tous mes effets personnels, les policiers m?ont conduite ? la cellule 52 o? ?taient pr?sentes trois autres femmes. J?ai pass? la journ?e derri?re les barreaux, autour d?une toilette sale, couch?e sur un banc, sans savoir quand j?allais ?tre rel?ch?e, pour avoir lu dans un wagon de m?tro et pour avoir r?cidiv? ? cet acte r?volutionnaire. Vers 15h30, j?ai ?t? lib?r?e avec un constat d?infraction me disant que tout ce cirque avait eu lieu pour un refus de circuler.

?tat policier ? J?ai honte de mon Qu?bec.

Marilyne Veilleux, ?tudiante ? la ma?trise en sciences de l?information ? l?Universit? de Montr?al.
Source

Marc Lafontan, Au bout de la route

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Covid-19 et pathologie immune : problèmes importants pour l’élaboration d’un vaccin efficace

Covid-19 et pathologie immune : problèmes importants pour l’élaboration d’un vaccin efficace   1) La ...

3 Commentaire

  1. avatar
    SylvainGuillemette

    Quelle honte, effectivement! Et les médias qui taisent ces faits, pour laisser la parole à Lisa «Lafru» et ses camarades, à RDI, qui disent honte à tous ceux qui disent qu’il y a un État policier… Ils n’ont rien à craindre, dans leur tour d’ivoire.

    Belle action Marilyne! Bon travail camarades!

  2. avatar

    Au Québec on ne plie pas devant la violence, mademoiselle!!! Dixit Charest.

    De sorte que si en lisant, on tourne les page avec trop de dynamisme, on est alors coupable de violence envers…le livre…j’imagine.

    -Allez! Hop! Les mains au mur qu’on te fouille!!!
    -Pourquoi?
    -Parce que…
    -Parce que quoi?
    -Parce que …que! Allez au poste!!!

    Cinq jours plus tard…

    -Mais monsieur de juge j’ai rien fait!!!
    -Vous êtes soupçonnée de faits graves donc cinq jours de prison et $2,000. de caution à la sortie
    -Mais monsieur le juge, un membre d’une gang de rue, ayant donné une fausse identité et étant sous une accusation de vol et possession d’une arme a fait 2 jours de prison et n’a eu que $200. de caution à payer.
    -Mais lui n’est pas l’enfant d’un député qui porte le carré rouge. Allez! Hop!

    Vive la justice démocratique!!!