Accueil / A C T U A L I T É / Les Mayas nous invitent ? une ?re nouvelle

Les Mayas nous invitent ? une ?re nouvelle

Oscar FORTIN

Au cours des derniers jours, j?ai eu l?occasion d?entendre des repr?sentants et repr?sentantes du peuple maya ? travers les ?missions de teleSURtv.net. Certains faisaient r?f?rence ? des colloques, organis?s par diverses associations, sur la fin du calendrier maya, sans qu?aucun repr?sentant du peuple maya n?ait ?t? invit? ? y prendre la parole pour en expliquer le sens profond. Ils trouvaient cela plut?t curieux que les principaux int?ress?s ne soient pas au nombre des intervenants.

Par contre, les mayas organis?rent au Guatemala, en Bolivie et au P?rou, des rassemblements pour expliquer ce que signifiait pour eux la fin de ce calendrier. ? quelques nuances pr?s, ils pr?sent?rent cette fin de calendrier, non pas comme la fin du monde, mais comme la fin d?une ?re, caract?ris?e par la discrimination, le sectarisme, l?individualisme et le despotisme. Pour eux, l??re nouvelle s?ouvre sur un paradigme nouveau, caract?ris? par la paix et la solidarit? entre les peuples. Une ?re o? il y aura un plus grand respect de la m?re terre et une meilleure reconnaissance de ceux et celles qui l?habitent et en vivent.

Vu sous cet angle, le 21 d?cembre 2012 donne le point de d?part ? un nouveau cycle de l?humanit? la conduisant vers de nouveaux sommets.

Teilhard de Chardin, ce pal?ontologue du si?cle dernier, ?crivait d?j? ceci, dans les ann?es 1950 dans son livre ??Le ph?nom?ne humain??. Je me permets d?en extraire quelques passages qui rejoignent les pr?occupations d?aujourd?hui.

??L?Issue du Monde, les portes de l?Avenir, l?entr?e dans le superhumain, elles ne s?ouvrent en avant ni ? quelques privil?gi?s, ni ? un seul peuple ?lu entre tous les peuples?! Elles ne c?deront qu?? une pouss?e de tous ensemble, dans une direction o? tous ensemble peuvent se rejoindre et s?achever dans une r?novation spirituelle de la Terre (…) Pas d?avenir ?volutif ? attendre pour l?homme en dehors de son association avec tous les autres hommes… p.245-246

?Il se peut que, dans ses capacit?s et sa p?n?tration individuelles notre cerveau ait atteint ses limites organiques. Mais le mouvement ne s?arr?te pas pour autant. De l?Occident ? l?Orient, l??volution est d?sormais occup?e ailleurs, dans un domaine plus riche et plus complexe, ? construire, avec tous les esprits mis ensemble – l?Esprit. – Au-del? des nations et des races, la prise en bloc, in?vitable et d?j? en cours, de l?Humanit?.? id. p.280

?quelque chose…. s?accumule irr?versiblement de toute ?vidence et se transmet, au moins collectivement, par ?ducation, au fil des ?ges…. … Un courant h?r?ditaire et collectif de r?flexion s??tablit et se propage?: l?av?nement de l?Humanit? ? travers les Hommes.? id. p.175

Celui qui a projet? la trajectoire de l??volution de l?univers, en faisant interagir mat?rialit?, ?nergie et int?riorit? ? travers des millions d?ann?es, en ?tait arriv? ? l??mergence de la biosph?re, cycle de la vie primaire conduisant in?vitablement ? la noosph?re, celle de l?esprit et de l?int?riorit?. Il stigmatisait ainsi l??tape que nous vivons comme un lieu de passage oblig? et nouveau?:

?Ce qu?il peut y avoir de plus r?v?lateur pour notre Science moderne c?est d?apercevoir que tout le pr?cieux, tout l?actif, tout le progressif contenu originellement dans le lambeau cosmique d?o? notre monde est sorti, se trouve maintenant concentr?s dans la ?couronne? d?une Noosph?re. Id. p 180

Cette vision de Teilhard se retrouve dans une autre formulation d?un des hommes les plus brillants du si?cle dernier, Albert Einstein. Dans un article ?crit en 1949, pour Monthly Review, il fait ressortir les deux p?les fondamentaux qui font de l?homme un ?tre ? la fois solitaire et social.

Comme ?tre solitaire il s?efforce de prot?ger sa propre existence et celle des ?tres qui lui sont le plus proches, de satisfaire ses d?sirs personnels et de d?velopper ses facult?s inn?es. Comme ?tre social, il cherche ? gagner l?approbation et l?affection de ses semblables, de partager leurs plaisirs, de les consoler dans leurs tristesses et d?am?liorer leurs conditions de vie. C?est seulement l?existence de ces tendances vari?es, souvent contradictoires, qui explique le caract?re particulier d?un homme, et leur combinaison sp?cifique d?termine dans quelle mesure un individu peut ?tablir son ?quilibre int?rieur et contribuer au bien-?tre de la soci?t?.?

Poursuivant sa r?flexion en la pr?cisant davantage, Albert Einstein, explique ce qui constitue pour lui la crise de notre temps.

Il s?agit du rapport entre l?individu et la soci?t?. L?individu est devenu plus conscient que jamais de sa d?pendance de la soci?t?. Mais il n??prouve pas cette d?pendance comme un bien positif, comme une attache organique, comme une force protectrice, mais plut?t comme une menace pour ses droits naturels, ou m?me pour son existence ?conomique. En outre, sa position sociale est telle que les tendances ?go?stes de son ?tre sont constamment mises en avant, tandis que ses tendances sociales qui, par nature, sont plus faibles, se d?gradent progressivement. Tous les ?tres humains, quelle que soit leur position sociale, souffrent de ce processus de d?gradation. Prisonniers sans le savoir de leur propre ?go?sme, ils se sentent en ?tat d?ins?curit?, isol?s et priv?s de la na?ve, simple et pure joie de vivre. L?homme ne peut trouver de sens ? la vie, qui est br?ve et p?rilleuse, qu?en se d?vouant ? la soci?t?.?

Les propos de Teilhard de Chardin et ceux d?Albert Einstein ne jettent-ils pas un ?clairage particulier sur les temps que nous vivons?et sur cette nouvelle ?re qui s?amorce??

En effet, n?assistons-nous pas, en d?pit de toutes les apparences, au renversement de l?influence des p?les??

L?ordre du monde, ?tabli pour r?pondre en priorit? aux besoins ?go?stes des soci?t?s de consommation et, ? l?int?rieur de celles-ci, de ceux qui en tirent les ficelles, n?est-il pas ? un tournant de son histoire??

En d?pit et ? cause des guerres men?es par les soci?t?s industrialis?es pour assurer la protection de leurs int?r?ts ?conomiques n?y a-t-il pas une nouvelle solidarit? qui se d?veloppe chez ceux qui en sont exclus??

Cette transition, et c?est l? le signe des temps, ce sera moins le passage d?un empire ? un autre, comme l?histoire nous y a habitu?, mais le passage du vieil homme, de l?homme solitaire, individualiste et mat?rialiste ? un homme nouveau, ? l?homme solidaire, port? par la conscience et l?int?riorit?.

Une r?flexion, inspir?e par les Mayas et aliment?e par ces deux grands scientifiques du si?cle dernier, Teilhard de Chardin et Albert Einstein.

Oscar Fortin

Qu?bec, le 21 d?cembre 2012

http://humanisme.blogspot.ca/2012/12/bienvenue-une-ere-nouve…

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Ceci peut ne pas être une crise !

La comparaison de la crise économique estampillée Covid-19 avec la crise des années 2007-2008 est ...

4 Commentaire

  1. avatar
    Carolle Anne Dessureault

    @Oscar Fortin,

    Bonsoir Oscar,

    Magnifique texte! Je crois que l’humanité est à la porte d’un changement de paradigme. La solidarité, la communauté, plus que jamais, sont des semences indispensables au bien de chacun.

    L’article que je viens d’écrire pour demain matin ressemble un peu au vôtre.

    Merci.

    CAD

  2. avatar

    Merci Carolle Anne pour votre commentaire. Je pense que nous avons à apprendre beaucoup de ces civilisations anciennes qui n’ont pas encore perdu ce contact avec leurs racines originales. Il en va de même avec ces penseurs qui parviennent à donner une perspective dans le temps à l’évolution des sociétés.

    Bonne journée et Joyeuse fête

  3. avatar

    @ Oscar

    Un plaisir que vous reveniez nous voir et, comme d’habitude, un article qui fait réfléchir. J’ai des difficultés techniques a vous fair apparaitre sue les 7 ( où il y a maintenant plus de visites que sur CP !) mais je trouverai la solution…

    Revenez souvent !

    Pierre JC

  4. avatar

    Merci Pierre pour votre bon accueil. Pour le moment, je préfère laisser la place pour que les autres puissent opérer normalement. J’ai été surpris de voir mon article sur Centpapiers ce matin. Je ne m’y attendais pas. Pour le moment c’est mieux comme ça. Une saine compétition ne peut que stimuler les esprits.

    Je vous souhaite, Pierre, un Joyeux 2013, dans la paix et la créativité qui vous caractérise. Je garde un très bon souvenir de mon passage aux 7duquébec.

    Oscar