Accueil / T Y P E S / Articles / Beznau, la centrale gruyère
Centrale nucléaire Beznau

Beznau, la centrale gruyère

C’est la plus vieille centrale nucléaire du monde, et elle se trouve en Suisse…lors d’une inspection, les experts ont constaté la présence d’un millier de trous dans la cuve du réacteur suisse. Pas rassurant.

Centrale nucléaire Beznau

 

Déjà, l’été dernier, Greenpeace avait alerté l’opinion, constatant que cette centrale nucléaire « ne résisterait pas à un séisme puissant », et avait réclamé la « mise hors service définitive de l’installation »…pour l’instant, sans réponse des autorités.

Cette vieille centrale de 46 ans se trouve entre Bâle et Zurich, dans le canton d’Argovie, non loin de la frontière allemande.

En Juillet 2012, à la demande de plusieurs organisations écologistes, une expertise réclamée avait apporté un résultat plutôt surprenant.

En effet, IFSN (inspection fédérale de la sécurité nucléaire) avait conclu des examens menés que les centrales nucléaires suisses résisteraient à un grave tremblement de terre, et pouvaient donc rester en exploitation.

Or, d’après Greenpeace, les experts s’étaient trompés dans leurs calculs, en utilisant des normes techniques erronées, et l’association environnementaliste avait logiquement demandé que la décision soit corrigée, et que la centrale de Beznau soit définitivement fermée.

Rappelons que même si le risque sismique en Suisse est considéré par les autorités comme « modéré », ce pays a connu, d’après le service sismologique du pays, depuis le 13èmesiècle environ 10 000 séismes, dont 12 ont eu une intensité supérieure à 8, provoquant des dégâts importants.

C’est ainsi que le 18 octobre 1356 la ville de Bâle, ainsi qu’une partie de la région, fut détruite.

Les experts estiment que des dégâts ont été constatés dans un rayon de 200 km autour de la ville suisse, assurant qu’il s’agissait du « séisme du millénaire ». lien

Lorsque l’on voit des gravures de l’époque, (image) montrant bâtiments, y compris forteresses, s’effondrant comme un château de cartes, on peut logiquement s’interroger sur les effets qu’aurait un séisme équivalent sur cette vieille centrale nucléaire.

D’après les experts, qui se veulent rassurants, un tremblement de terre de magnitude de 7, se produit environ tous les 1500 ans. lien

Là ou la situation se complique encore un peu plus, c’est que la télévision alémanique vient de révéler que la cuve du réacteur 1 de cette centrale nucléaire comptait plusieurs centaines de défauts : pas moins de 925 trous d’un diamètre de 7,5 millimètres ont été décomptés grâce à une analyse réalisée par ultrason.

Il faut savoir que la paroi de cette cuve est épaisse de 18 centimètres, et que c’est là où ont été découverts ces défauts que s’effectue le processus nucléaire, avec des températures atteignant 300°.

Pour l’instant, ce réacteur ayant été débranché en mars « pour travaux », ce qui a permis les investigations que l’on sait, ne sera redémarré qu’avec l’autorisation de l’IFSN, laquelle jugera si les conditions de sécurité nécessaires sont bien remplies. lien

Pour ne rien arranger, une autre centrale nucléaire helvétique, celle de Leibstadt, qui se trouve dans le même canton que celle de Beznau, a dû être déconnectée du réseau, en raison d’un défaut de refroidissement, et personne n’a oublié que les accidents nucléaires majeurs commencent généralement par un problème de mauvais refroidissement du réacteur. lien

Oublions ces péripéties qui devraient connaitre des développements, et penchons-nous sur ce nucléaire, qui mettant en danger une bonne part de l’humanité, prétend s’inviter lors de la COP21.

En effet, les promoteurs du nucléaire voient dans cette rencontre mondiale la possibilité de redorer le blason quelque peu fané de cette industrie contestable.

Ces nucléocrates prétendent que le nucléaire, ne produisant pas de CO2, serait la réponse idéale pour lutter contre le changement climatique.

EDF affirme produire 98% d’électricité sans production de CO2 lien

Or cette affirmation est battue en brèche par de nombreux écologistes, dont le réseau « sortir du nucléaire », ainsi que l’association Greenpeace, laquelle sera présente lors des diverses manifestations de la COP21 avec le slogan : « le nucléaire ne sauvera pas le climat ». lien

Les écologistes démontrent, en décryptant toute la chaine de fabrication, allant de l’extraction de l’uranium, à la production d’électricité, en passant par le transport, que le nucléaire est bien producteur de CO², et prouvent qu’un kWh électrique produit environ0,09 kg d’équivalent CO².

L’explication complète est sur ce lien.

Ajoutons pour la bonne bouche qu’il ne serait pas opportun d’oublier les autres conséquences de l’activité des centrales nucléaires :

des déchets dangereux pendant des milliers d’années, sans solutions raisonnables à ce jour, des démantèlement de centrales nucléaires plus que problématiques, voire impossibles, des rejets radioactifs réguliers dans l’eau, la terre, et l’air, avec son lot de cancers à la clef, et bien sûr le risque que l’on sait de l’accident nucléaire majeur, dont nous connaissons aujourd’hui, avec Tchernobyl, puis Fukushima, les conséquences.

Aujourd’hui, finalement, alors que certains irrationnels clamaient sans conviction « zéro morts  », les autorités admettent qu’ils seraient « des dizaines de milliers » à être malades des suites de la catastrophe. lien

Comme dit mon vieil ami africain : « à quoi sert la lumière du soleil si on a les yeux fermés ? ».

L’image illustrant l’article vient de fdesouche.com

Merci aux internautes pour leur aide précieuse

Olivier Cabanel

Une pétition est à signer sur ce lien.

Commentaires

commentaires

A propos de Olivier Cabanel

avatar

Check Also

Le kidnapping du Phocéa (10): la fin lamentable d’une double escroquerie

Et voilà, c’est fini. Définitivement cette fois, le beau bateau ne s’en relèvera pas, victime ...