Accueil / A C T U A L I T É / Benalla est passé par ici, il repassera par là !

Benalla est passé par ici, il repassera par là !

 

Il court, il court, le furet Benalla. Mais qui est ce mystérieux personnage devenu subitement un jour de mai, presque aussi célèbre que OSS 117 ? Un agent secret certainement pas, un pied nickelé, c’est possible, mais surtout un sacré boulet pour le président. Pour l’opposition, l’affaire Benalla est une véritable pépite d’or presque aussi précieuse que la mine à ciel ouvert des Gilets jaunes. Vous allez voir ça va mal finir pour le locataire du Palais. Surtout depuis l’intervention de Médiapart qui depuis sa création veut faire la peau à un président de la République. N’importe lequel, Edwy Plenel et Fabrice Arfi n’ont pas de préférence, pourvu qu’une tête couronnée roule dans la sciure. Le journalisme d’investigation c’est un métier et l’indépendance ça n’a pas de prix. Mais pour gagner sa croûte et vendre il faut parfois savoir jouer au billard.

Des passeports qui sont passés par ici et par là

Une vraie histoire de dingue, les passeports diplomatiques de Benalla. Alors nous n’allons pas nous prendre la tête avec ça. Mais s’il est vrai que ces fameux passeport ont été restitués dans la rue par on ne sait qui, c’est quand même incroyable. Donc, voilà ce que raconte Benalla au sujet de cette restitution. Quelqu’un l’appelle et lui dit « … »Alex, on a encore un carton à toi avec des affaires, il faudrait que tu les récupères ». Quand je me rends à l’angle de l’avenue Gabriel et de la rue de l’Elysée pour récupérer ces effets début octobre, il y a dans un sac plastique un chéquier, des clés et… les passeports diplomatiques. » 

Oui, dans la rue s’il vous plaît, puisque l’homme est devenu infréquentable, « un pestiféré » dit-il. Il y a pourtant des passages peu fréquentés pour rentrer discrètement au Château. Faut dire que ça grouille de journalistes près de l’Elysée. Même porter un casque et circuler en scooter n’est pas suffisant pour passer inaperçu.

Et que va faire Benalla ? il va beaucoup, beaucoup, voyager avec ces passeports, mais pas seul. Non, pas avec Alexandre Djouhri, un as la de la France-à-fric, mais avec un autre voyageur amoureux de l’Afrique. Un certain Philippe Hababou Solomon. Attention car le CV de cet homme de 63 ans est impressionnant. C’est un ancien conseiller spécial de l’ex-président sud-africain Jacob Zuma, mais aussi « joaillier place Vendôme, condamné en France pour faux et usage de faux, il a côtoyé Bernard Tapie ainsi que l’ancien patron d’Elf, Loïk Le Floch-Prigent, et fut proche de l’ancien président centrafricain François Bozizé, qui le nomma un temps consul de la RCA en Israël. »  » il accompagne désormais le gouvernement du Qatar dans sa stratégie africaine ». Donc ce Monsieur n’est pas n’importe qui, c’est un homme qui a de l’influence. Comme vous le voyez Benalla à des connaissances intéressantes.

Une rencontre par hasard… non, pas vraiment

D’après Philippe Hababou Solomon « Par un ami commun, qui m’a parlé de lui après le scandale du 1er mai 2018. Il m’a dit : « C’est un bon garçon, aide-le, sort-le de France… » Au départ, je n’étais pas très chaud. J’ai tout de même accepté de le rencontrer à Paris, début octobre. Il m’a dit qu’il voulait se lancer dans le consulting. J’ai découvert un garçon brillant, attachant, avec un bel avenir devant lui. Je comprends pourquoi Emmanuel Macron s’est attaché à lui. Alexandre est parfois impulsif, mais il est aussi réservé et timide. »

Mais qui est donc cet ami commun, Emmanuel Macron lui-même ? Pure hypothèse, mais vraisemblable quand même.

En fait, Alexandre Benalla aurait été l’apprenti de Hababou Solomon. Ensemble ils ont été « au Congo-Brazzaville mi-octobre ; en Turquie et en Israël mi-novembre, avec des Indonésiens ; puis au Cameroun, et enfin au Tchad le 5 décembre ».

Notez encore que Idriss Déby Itno avait discuté avec Benalla. « Il lui a parlé de la percée russe en Afrique, notamment en Centrafrique, estimant que c’était le résultat de la non-politique de la France. En gros, tous ont exprimé leur regret de voir la France s’éloigner de l’Afrique. Ils ont le sentiment que Franck Paris [le monsieur Afrique de l’Élysée, ndlr] ne les aime pas, et qu’il n’aime pas le continent en général. »

Selon Hababou Solomon « Alexandre est toujours en contact avec certains jeunes conseillers d’Emmanuel Macron. Je pense d’ailleurs que c’est ce qui n’a pas plu à Franck Paris. C’est lui qui, en retour, a déclenché les hostilités et qui est le premier responsable de cette nouvelle affaire Benalla. »

Pour en savoir plus, je vous recommande vivement la lecture sur « jeuneafrique » de cet entretien avec Philippe Hababou Solomon. Evidemment, la parole de cet homme d’affaires franco-israélien n’est pas garantie en or massif. Mais qui croire de nos jours sans prendre le risque d’être trompé ?

 

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Une théorie monétaire (MMT) qui n’a rien de moderne

  Je l’écris depuis 2010. J’ai fait plusieurs livres et des centaines d’articles qui défendent ...

4 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour Gruni,

    Toute l’affaire Benalla est beaucoup plus grave que ce que plusieurs croient. Il suffit d’imaginer qu’il ait pu poser des actions allant à l’encontre des visions de la France en matière d’interventions en Afrique, ce que l’Elysée ne saurait démentir maintenant que les responsables ont affirmé ignorer que Benalla utilisait ses passeports diplomatiques. En résumé, il a très bien pu être perçu comme représentant l’état français dans les dix pays où il dit s’être rendu. Plutôt inquiétant il me semble. Et il est libre, non convoqué d’urgence par les services secrets pour répondre de ses faits et gestes. Le Quai d’Orsay a ouvert une instruction, afin de déterminer, dit-on, s’il avait utilisé des passeports diplomatiques sans autorisation. On est loin des véritables préoccupations que cette nouvelle affaire dans l’affaire aurait dû naturellement et urgemment soulever.

    Il s’agit du deuxième épisode où Benalla fait la preuve qu’il échappe au contrôle minimal de l’état et réussit à déjouer (ou utiliser) les services en place. Et pourtant l’Elysée continue de clamer son ignorance, de même que, jusqu’à très récemment, l’innocence de Benalla, ce qui malheureusement suggère deux choses, pas mieux l’une que l’autre, à savoir que soit la sécurité de l’état est totalement déficiente, voire compromise, soit Benalla est protégé par l’état.

    https://www.sudouest.fr/2018/12/29/passeports-diplomatiques-benalla-le-parquet-de-paris-ouvre-une-enquete-pour-abus-de-confiance-5694299-10458.php

    Bonne journée!

  2. avatar

    Bonjour elyan

    Que Benalla se fasse passer pour ce qu’il n’est pas en Afrique c’est très possible. Et puis, il a encore des amis à l’Elysée, c’est certain.

    Autre chose, « Emmanuel Macron a indiqué à ses conseillers avoir échangé à deux reprises, « de manière laconique », depuis l’été avec Alexandre Benalla, a confirmé mercredi 2 janvier l’Elysée après des informations du « Canard enchaîné ».

    « Le chef de l’Etat a fait cette mise au point à des proches lundi, quelques heures après que l’ancien chargé de mission a affirmé à Mediapart avoir continué à échanger régulièrement avec lui, via la messagerie Telegram, depuis son licenciement de l’Elysée. »

    Emmanuel Macron a reconnu avoir reçu une multitude de messages, souvent « lunaires » d’Alexandre Benalla, auxquels il n’a pas répondu, « sauf deux fois, de manière laconique », selon ses propos rapportés au « Canard enchaîné » et confirmés par l’Elysée.
    « Deux messages un point c’est tout », a-t-il ajouté.
    « En juillet, au moment de l’affaire, j’étais inquiet de son état : je lui ai donc demandé comment il allait », a rapporté le président. Puis, il a répondu à un message d’Alexandre Benalla lui disant que « quelqu’un » disait du mal de lui dans des dîners en ville. « Qui ? », lui a-t-il demandé, sans obtenir de réponse, selon l’hebdomadaire. »

    Pour Emmanuel Macron, « Benalla essaie de monnayer une prétendue proximité avec moi et il trouve preneur auprès de réseaux que j’ai toujours combattus et qui m’attaquent sans limite. Benalla n’est que leur idiot utile », relate le « Canard enchaîné ».

    • avatar

      J’ai oublié le principal, vous souhaiter une très bonne année 2019

    • avatar

      Bonsoir gruni,

      Merci pour votre commentaire et les informations qu’il contient:

      … « Pour Emmanuel Macron, « Benalla essaie de monnayer une prétendue proximité avec moi et il trouve preneur auprès de réseaux que j’ai toujours combattus et qui m’attaquent sans limite. Benalla n’est que leur idiot utile », relate le « Canard enchaîné ». »

      Une telle déclaration confirme à quel point E. Macron minimise une fois de plus les gestes posés par Benalla, alors qu’en sa qualité de chef d’état, son devoir est de s’assurer qu’ils n’ont pas pu contrevenir à la politique extérieure de la France en matière diplomatique, commerciale ou autres, ceci parce que précisément Benalla a utilisé des passeports diplomatiques. Logiquement, il ne peut s’en assurer qu’en mettant tout en oeuvre pour qu’il soit promptement interrogé. Ce n’est certainement pas avec les 2 messages qu’il dit avoir échangé avec Benalla qu’il a pu le faire.

      Au lieu de montrer aux français qu’il ne néglige pas ses devoirs d’état et ses obligations envers eux, dont celle d’assurer l’intégrité de l’état, E. Macron choisit une fois de plus d’insulter ceux qui parmi eux s’inquiètent à raison de ce qu’il échoue à se comporter en homme d’état responsable aux yeux des gens qu’il représente. Puisqu’il fait mine de ne pas comprendre leurs interrogations légitimes dans le cas présent, il n’a pas fini de combattre les réseaux…

      Une bonne année à vous aussi gruni!

Répondre à gruni 57 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.