Accueil / Général-(EN-RECLASSEMENT) / COMPLOTS / 9/11 / Belles s?r?nades, aubades et nocturnes
Les s?r?nades et les aubades jouent des fonctions bien d?finies : ? l’origine du moins, il s’agissait de rendre hommage ? une dame au bas de sa fen?tre le soir (s?r?nade) ou ? l’aube (aubade), d’agr?menter de m?lodies ses apparitions dans une d?marche galante. Les nocturnes, en revanche, n’ont pas eu de fonction pr?cise. C’est [...]

Belles s?r?nades, aubades et nocturnes

?

Les s?r?nades et les aubades jouent des fonctions bien d?finies : ? l?origine du moins, il s?agissait de rendre hommage ? une dame au bas de sa fen?tre le soir (s?r?nade) ou ? l?aube (aubade), d?agr?menter de m?lodies ses apparitions dans une d?marche galante. Les nocturnes, en revanche, n?ont pas eu de fonction pr?cise.

C?est Mozart qui a compos? les s?r?nades les plus c?l?bres et notamment celle dite Haffner, par la suite compt?e comme la 35e symphonie de Mozart, ou Symphonie de Haffner, ou encore ?Petite musique de nuit? (?Eine Kleine Nachtmusik?).

Quant aux nocturnes, elles demeurent associ?es au nom de Fr?d?ric Chopin mais leur invention remonte en r?alit? ? des compositeurs tels que l?irlandais John Field (1782-1837).

J?ai s?lectionn? ci-dessous des pi?ces musicales correspondant ? ces trois cat?gories :

I ? Les aubades

Anne Qu?ffelec interpr?te une aubade d?Eric Satie : ?Avant-derni?res pens?es? Et l?on imagine les arri?res-pens?es de l?amant musicien jouant l?aubade ? la dame ? sa fen?tre?

Rom?o et Juliette est ?videmment incontournable pour le genre ici trait?. Prokofiev : aubade de la suite no 3 opus 101

Darius Milhaud, ?La chemin?e du roi Ren? ? II Aubade?

Les Anglais aussi ! Elgar : ?Aubade de la Nursery Suite?

Ah ! J?oubliais, l?aubade se disait aussi ?alborada?. On trouve ainsi, par exemple, une aubade ainsi nomm?e par Maurice Ravel : Alborada del gracioso (aubade du gracieux). L?orchestre est dirig? par Pierre Boulez.

Et, puisque l?alborada est espagnole, place au maestro Torru Kannari qui interpr?te ici une ?uvre du grand compositeur espagnol Tarrega (il y a un accent sur le premier ?a? mais le clavier ne le trouve pas?

II ? Les s?r?nades

J?ai eu envie de commencer par ma pr?f?r?e, cette s?r?nade de Schubert que je livre en deux versions :

Piano et violon (Anne Gastinel, Claire D?sert : je ne sais si c?est le bon ordre?)

A la guitare par Pedro Ibanez

Ah ! Mozart. Forc?ment :

S?r?nade no 15 K525 : Ici
Et l?

S?r?nade du concerto pour violon en si majeur

D?autres s?r?nades grandioses et sublimes avec :

Dvor?k dirig? par yehudi Mehudin.

Tcha?kovsky

Toujours Tcha?kovsky

Un petit d?tour par le jazz avec Glenn Miller et sa ?Moonlight serenade? et Django Reinhardt.

et par le rock avec le groupe Jethro Tull.

Revenons au classique pour signaler les S?r?nades pour orchestre de Brahms. Il y a la S?r?nade no 1 opus 11 et la S?r?nade no 2 opus 16. Chacune comprend plusieurs mouvements. Voici un extrait de la no 1.

III ? Les nocturnes

Chopin a compos? 21 nocturnes. On peut en ?couter 19 ici.

Ces listes ne sont ?videmment pas exhaustives.

On peut aussi composer en amateurs de petites ?uvres des genres musicaux de cet article. Je me suis amus? ? illustrer mon propos d?exemples de travaux pratiques personnels, comme j?ai eu l?occasion de le faire pour des articles pr?c?dents.

aubades

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le gardien de toutes insomnies

  L’enchanteur des ténèbres Il était une fois Yves, un homme perdu parmi ses semblables. ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Etonnant ! A ces époques reculées, il fallait se lever tôt ou se coucher tard pour avoir la bonne fortune de séduire sa belle ! Seriner des sérénades sous le Balcon de Marie-Christine ou Juliette pour avoir une chance de les entrevoir en sous vêtement AUBADE !

    Ce sont les voisins qui devaient être content, quel cacophonie se devait être le soir?! Et à l’aube cela recommençait avec d’autres qui cherchaient la belle aubaine qui leur tomberait le ben !

    Heureusement que les nocturnes n’avait pas de fonction séductrice sinon ils n’auraient jamais pu dormir !

  2. avatar

    Salut, Voris.

    La magnifique sérénade de Schubert qui figure dans les liens est interprétée au piano par Claire Désert et au violoncelle par Anne Gastinel. Il s’agit là d’une transcription de l’un des lieders (titre original : Ständchen) qui compose le recueil posthume intitulé « Le chant du cygne ».

    La symphonie « Haffner » de Mozart n’a rien à voir avec la sérénade si ce n’est le nom du dédicataire, le maire de Salzbourg. A noter, concernant la sérénade, qu’elle est tout à fait inhabituelle dans sa composition car 3 de ses 8 mouvements forment un véritable concerto pour violon intégré au coeur de l’oeuvre.

    Cordiales salutations.

  3. avatar

    De manière générale, on peut dire que la sérénade, de même que le « divertimento » et la « cassation », ont eu, au 18e siècle et à l’aube du 19e, une fonction un peu particulière : servir, le plus souvent, de musique d’ambiance lors d’une réception ou d’une fête, au grand dam des compositeurs, navrés de voir les invités s’asseoir, se lever, discuter ou manger en écoutant de la musique. Haydn et Mozart eux-mêmes ont eu droit à ce traitement ! A noter que de très nombreux compositeurs de la période dite classique (grosso modo de 1770 à 1820) ont écrit pour l’un de ces genres.