Accueil / A C T U A L I T É / B?ATIFICATION DE JEAN-PAUL II

B?ATIFICATION DE JEAN-PAUL II

UNE NOUVELLE QUI NE REJOINT PAS TOUT LE MONDE DE LA M?ME MANI?RE, M?ME PAS LES CROYANTS QUI SONT SOUVENT TR?S LOIN ID?OLOGIQUEMENT LES UNS DES AUTRES. UNE NOUVELLE QUI EN R?JOUIDRA CERTAINS ET EN LAISSERA D?AUTRES DANS LA PLUS TOTALE INDIFF?RENCE. MAIS AUSSI UNE NOUVELLE QUI N?EST PAS SANS SOULEVER DE S?RIEUSES QUESTIONS SUR LES ENGAGEMENTS POLITIQUES DE JEAN-PAUL II ET DE SES LIENS PR?VIL?GI?S AVEC LES ADMINISTRATIONS AM?RICAINES.


.

  1. 1. La joie de gens humbles et sinc?res

Il ne fait pas de doute que la nouvelle de la B?atification de Jean-Paul II, au printemps prochain, fasse la joie de milliers d?admirateurs et d?admiratrices qui l?auront vu ou suivi dans ses bains de foule lors de ses nombreux voyages ? travers le monde. ? n?en pas douter, il ?tait investi d?un charisme qui lui gagnait facilement l?admiration et la sympathie des gens humbles, des gens de bonne foi, tous heureux et toutes heureuses de voir et d?entendre de si pr?s l?homme et le pasteur. Sous bien des aspects, il ?tait devenu une ??star?? comme le deviennent les chanteurs, les groupes musicaux, les grands sportifs. Sa personnalit? et son charisme en faisaient naturellement un personnage qui atteignait le sommet de sa forme lorsqu?en pr?sence de foules enthousiastes.

  1. 2. La joie de croyants int?gristes et traditionnalistes

Cette b?atification r?jouira ?galement ceux et celles dont la foi s?exprime et se reconna?t davantage dans les formes ?traditionnelles de l??glise que dans celles, plus modernes, g?n?r?es par Vatican II. ?Jean-Paul II aura su mettre ? l?ombre certaines r?formes pour redonner de la vigueur ? des formes plus traditionnelles de la pratique religieuse.? Sur le plan doctrinal, il a mis ? l?avant sc?ne de ses grands combats, entre autres, ?les contraceptifs, le mariage des personnes de m?me sexe, l?avortement, le mariage des pr?tres, l?ordination des femmes, le communisme et la th?ologie de lib?ration. Sur le plan administratif, il n?aura pas donn? beaucoup de substance ? la coll?gialit? voulue par Vatican II. ?Pendant ses 27 ann?es de son Pontificat il aura renouvel? presqu?en totalit? l?ensemble des ?v?ques et des cardinaux. Inutile de dire que les orientations doctrinales et pastorales de ces nouveaux ?lus? devaient correspondre, autant faire se peut, ? celles du Pape. D?ailleurs, ? partir de 1989, tous les ?lus ? ces fonctions devaient faire un serment dans lequel ils reconnaissent, m?me sur des questions non d?finitivement clarifi?es, ??qu?ils adh?raient aux doctrines ?nonc?es par le Pontife Romain ou par le Coll?ge des ?v?ques, lorsqu?ils exer?aient le magist?re authentique, m?me s?ils n?entendaient pas les proclamer par un acte d?finitif.?? Tout, en somme, pour rassurer et plaire aux tendances les plus conservatrices de l??glise et faire taire toute dissension au sein de l??piscopat. Plusieurs y verront une influence directe de l?Opus Dei ?dont la pr?sence est grande au Vatican et que certains consid?rent? comme la main cach?e qui d?cident des nominations, y incluse celle des papes. En somme, le pouvoir avec tout ce qu’il y a de plus humain, mais aussi de plus malsain.

  1. 3. L?indiff?rence d?un grand nombre

Pour plusieurs autres, il faut le dire, cette b?atification, comme toutes les autres, ne signifie vraiment plus rien. C?est l? une pratique h?rit?e de si?cles pass?s qui ne cadre plus avec les temps que nous vivons. D?ailleurs, quelle cr?dibilit? peut-elle avoir alors qu?elle laisse de c?t? de v?ritables martyrs comme ce fut le cas de Mgr Romero au Salvador et de nombreux autres pr?tres et la?cs, assassin?s pour la cause de leurs engagements aupr?s des pauvres, et qu?elle d?ploie un z?le rarement vu pour placer sur les autels le fondateur de l?Opus Dei, Josemaria Escriva, proche de Franco et de dictateurs latino-am?ricains? Les gens ne sont pas sans se rendre compte qu?il y a l?, comme dans tous les pouvoirs, des jeux de coulisse, d?influence qui conduisent certains plus vite que d?autres aux honneurs d?une m?daille, d?une promotion honorifique et, dans le cas de l??glise, d?une b?atification et d?une canonisation. Cette proc?dure de l??glise n?a pas pour effet de modifier le sort r?serv? au d?funt dans l?autre monde o? le conduit son destin. S?il est avec Dieu, il y demeure, et s?il ne l?est pas, il ne le deviendra pas plus avec?la b?atification. L?objectif est de donner des mod?les de vie au monde, mais cela ne peut se faire sans qu?interviennent des consid?rations id?ologiques et, du fait m?me, partisanes. Le pr?tre ou l??v?que assassin? en Pologne par des communistes sera vite consid?r? comme un martyr ? imiter. Par contre, ce m?me pr?tre ou ?v?que assassin? par des dictatures militaires latino-am?ricaines sera plut?t consid?r? comme suspect. En faire un exemple de foi serait malsain pour la communaut?.

  1. 4. Des engagements politiques discutables

Un des points fort discutable du r?gne de Jean-Paul? II est celui du r?le politique qu?il a jou? en Am?rique latine. Il aura ?t? un ardent collaborateur des politiques du pr?sident Reagan, entre autres, dans sa lutte contre le gouvernement Sandiniste et les forces r?volutionnaires dans les autres pays de la r?gion. On se souviendra de sa visite au Nicaragua, en 1983, o? il s?est pr?sent? comme un v?ritable chevalier qui allait remettre ce pays sur la voie de la d?mocratie et de la libert?. Les trois pr?tres, participant ? ce gouvernement ? des postes minist?riels importants (?ducation, culture, relations ext?rieures) et cautionnant par leur pr?sence, toujours selon Jean-Paul II,? le caract?re « soi disant » communiste et ath?e de ce dernier, seraient mis au pas.? Comment ne pas se souvenir de ce ministre de la Culture, ce pr?tre po?te, Ernesto Cardenal, qui l?attendait ? sa descente d?avion? Agenouill? pour recevoir sa b?n?diction, il a? plut?t eu droit ? une remontrance et ? une d?monstration d?autorit? qui ne t?moignait pas beaucoup du bon pasteur que nous pr?sente le J?sus des ?vangiles. Quant ? la c?l?bration eucharistique, devant des dizaines de milliers de? personnes, elle ne fut gu?re mieux. Son discours, inspir? par les opposants au r?gime, devenait tout autant une insulte ?pour les partisans et partisanes du gouvernement et qu?une ing?rence inacceptable pour le gouvernement. Il n?a eu aucun mot pour condamner les ??contras??, cette force de mercenaires, financ?e par le gouvernement Reagan et l?Irangate, cherchant ? renverser le gouvernement sandiniste. La veille, seize personnes avaient ?t? tu?es par ces mercenaires et les m?res de ces victimes souhaitaient que le Pape leur dise quelques mots d?encouragement et prie pour leurs fils et leurs filles tomb?es sous les balles de ces mercenaires. Il n?en fut rien. La c?r?monie s?est termin?e dans la confusion et il est vite reparti bredouille prendre son avion. Ces croyants et croyantes n?avaient pas reconnu le messager de l??vangile, mais celui de Reagan. Le p?re Ernesto Cardenal a racont? par la suite cette visite pas tout ? fait comme les autres. Un r?cit fort int?ressant ? lire sous le lien plac? plus haut.

Un autre moment fort aura ?t? sa visite ? Santiago du Chili, en 1987, toujours sous la direction du dictateur Augusto Pinochet. Le monde ?tait en attente d?un Jean-Paul II capable, comme il l?avait ?t? en Pologne, de parler haut et fort. Il s?attendait qu?il d?nonce ces milliers d?assassinats, ces dizaines de milliers de tortur?s, de prisonniers et d?expatri?s. Il a plut?t parl? du respect des libert?s fondamentales, une mani?re bien diplomatique de ne pas entrer dans les d?tails. Le peuple Chilien ?s?attendait ? ce qu?il parle de la d?mocratie, bafou?e depuis 1973. Il n?en fut rien. Il a r?serv? une? b?n?diction sp?ciale ? Pinochet et ? ses proches. Dans ses interventions publiques il s?est fait tr?s discret. Si ce n?eut ?t? de cette intervenante qui, laissant soudainement de c?t? le texte qu?on lui avait pr?par?, se mit ? raconter au Saint-P?re la douleur d?un peuple qui avait ?t? victime d?un coup d??tat militaire suivi d?une r?pression sanglante comme jamais auparavant,?personne n?aurait entendu parler des arrestations arbitraires, des assassinats, des disparitions, des tortures, des emprisonnements et des dizaines de milliers d?expatri?s. La foule a applaudi comme si une ros?e du matin leur tombait dessus. Cette femme avait dit ce que Jean-Paul II n?avait os? dire, lui qui s??tait pourtant montr? si brave devant le peuple du Nicaragua. Inutile de dire que tous ces beaux personnages sur la tribune d?honneur ne savaient plus o? se mettre. Il fallait que ce soit cette femme toute fr?le?qui dise ces choses?au risque m?me de sa propre s?curit?.

  1. 5. La M?daille de la libert?

C?est sans doute cette collaboration apport?e aux politiques des ?tats-Unis dans le monde et particuli?rement en Am?rique Latine et en Union Sovi?tique qui lui aura m?rit? cette m?daille de la libert? que G.W. Bush lui a remise lors d?une visite planifi?e ? cette fin au Vatican, en 2001. Les partisans de ce type de libert? s?en sont r?jouit, mais ceux qui en sont les victimes et les exclus, n?ont pu ?qu?en ?tre profond?ment tristes. Le Seigneur n?a-t-il pas dit que ??seule la V?rit? vous rendra libre??, mais voil? que cette m?daille est remise par celui-l? m?me qui allait mentir ouvertement au monde pour justifier l?invasion de l?Irak. Un mensonge qui s?ajoutait ? bien d?autres.

CONCLUSION

Jean-Paul II est certes un monument que l?histoire ne saurait ignorer. Bien des questions demeurent toutefois sans r?ponse et bien des interventions demandent des ?claircissements. Le temps permettra d?y voir plus clair. Il est toutefois dommage qu?il ait demand?, avant de mourir, que l?on d?truise ses archives personnelles. Sans doute une source d?information importante pour comprendre ces moments de l?histoire ? laquelle il a ?t? ?troitement associ?. Pour sa part, Beno?t XVI semble particuli?rement press??de proc?der ??cette b?atification, d?rogeant ainsi ? la r?gle qui pr?voit un d?lai de 5 ans avant d?entreprendre toute proc?dure de b?atification et de canonisation. ? ce que nous sachions, il n’y a pas feu dans la demeure ni de quoi justifier pareille?d?rogation ??la proc?dure. Alors, d?o? vient donc cette urgence?

Oscar Fortin

Qu?bec, le 16 janvier 2011

Articles?sur J.P. II du m?me auteur sur internet

http://humanisme.over-blog.com/arti…
http://humanisme.over-blog.com/arti…
http://humanisme.blogspot.com/2005/…

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Election 2020 (II) : « sittin in limbo » ?

Les machines utilisées pour cette élection ne sont certes toujours pas sûres, mais des règle ...

One comment

  1. avatar

    Très bon texte qui m’a appris énormément sur certaines facettes de l’Histoire.
    Bonne journée!