Accueil / T Y P E S / Articles / Banque centrale europ?enne : embrouille et secret d?fense

Banque centrale europ?enne : embrouille et secret d?fense

LE YETI

(Revenant sur cette affaire de Chypre?.)

Tous aux abris?! La panique r?gne ? la Banque centrale europ?enne (BCE) dirig?e par Mario Draghi, supp?t comme chacun sait ou devrait savoir, de la tristement c?l?bre Goldman Sachs. Alors les assi?g?s dressent les barricades pour sauver leurs coffres en p?ril. Deux ?l?ments viennent conforter cette impression, r?v?l?s l?un par l?allemand Deutsche Wirtschaftsnachrichten, l?autre par Mediapart.

C?est quoi, cette embrouille

Les Deutsche Wirtschaftsnachrichten (en clair, Nouvelles ?conomiques d?Outre-Rhin) vient donner un ?clairage avis? sur les dessous du plan de ?sauvetage? de Chypre par la BCE.

Contrairement ? ce qui s??tait pass? avec la d?cote des emprunts grecs, celle des obligations chypriotes ?tait tout bonnement impossible car elles servaient d?ultimes garanties ? une BCE d?j? submerg?e de titres pourris par les d?faillances de l?Europe quartier sud.

La banqueroute des banques chypriotes se serait traduite par une perte pour la BCE de quelques 12 milliards d?euros, qui aurait d?clench? un syst?me de transfert imm?diat ?quivalent (Target 2), en vrai argent sonnant et tr?buchant (dont 3 milliards rien que pour l?Allemagne de la bouillante Merkel).

On comprend mieux l?acharnement de la Tro?ka, et plus pr?cis?ment de Mario Draghi, ? ?sauver? co?te que co?te ce qui pouvait rester de l??difice bancaire chypriote. Quitte ? pulv?riser le tabou de l?inviolabilit? sup?rieure des cr?anciers et des actionnaires. Quitte ? violer les r?gles m?mes de l?UE en mati?re de libert? de circulation des capitaux.

On comprend aussi que nos malfrats de Bruxelles aux abois ne peuvent plus laisser tomber l?euro sous peine de voir leurs prot?g?s de cr?anciers perdre s?chement toutes les dettes issues d?un Target 2. Deutsche Wirtschaftsnachrichten?:

??Vu sous cet angle, le hold-up organis? des banques chypriotes est ce qu?il y a de moins grave. Draghi et les sauveteurs de l?euro ne se battent pas pour sauver Chypre, ils se battent pour leur propre survie.??

La BCE sous la protection? du secret d?fense?!

Mediapart, d?cid?ment seul et unique m?dia fran?ais d?investigation qui se respecte, vient de lever un autre faisan symptomatique de l?affolement qui saisit nos oligarques de Bruxelles et de Francfort.

La Cour de justice europ?enne vient de voler au secours de la BCE en lui accordant le b?n?fice? du secret d?fense?! Ce qui exempte la forteresse de M. Draghi, d?j? hors de tout contr?le d?mocratique, de rendre compte de ce qui y est commis si bon lui semble.

Chose qui tombe parfaitement bien quand on sait que cette d?cision fait suite ? une demande de documents par l?agence Bloomberg pour savoir comment Goldman Sachs ? o? officiait alors un certain Mario Draghi ? avait pu plumer la Gr?ce en faisant exploser son taux d?endettement. Martine Orange (Mediapart)?:

??Lorsque la BCE s??tait vu demander communication de ces documents, elle avait refus? au motif qu?ils ?taient d?pass?s. L?embarras des instances europ?ennes ?tait d?autant plus manifeste que le sujet mettait en cause son contr?le, la responsabilit? de Goldman Sachs et faisait peser le soup?on sur Mario Draghi.??

On le voit, les crabes d?fendent becs et pinces leur panier et sont pr?ts ? tout, absolument tout, pour ne pas finir dans le court-bouillon d?une justice populaire qu?il n?aurait pas vol?. Il n?y a gu?re que dans la froidure nordique islandaise que des malandrins, difficilement pr?sumables innocents de par la perversion intrins?que du syst?me qu?ils servaient, sont pour l?heure inqui?t?s.

Mais voici que se profilent pour 2014 des ?lections qui donneront amplement l?occasion de mettre ce linge sale europ?en sur la table. Et, qui sait, d?en profiter pour botter quelques culs.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le petit monde de Donald (11): le petit Goebbels et l’échalas gay du White Power

De pire en pire a-t-on déjà dit précédemment ? La preuve encore aujourd’hui avec l’individu ...