Accueil / A C T U A L I T É / Bahrein, la r?volte dont Obama ne parle pas

Bahrein, la r?volte dont Obama ne parle pas

par Michele Giorgio
Le 8 mars 2011

Image Flickr par wardat_elbahrain

Juffair (Bahrein)

Jennifer Stride affiche sa tranquillit?. ? Les d?sordres politiques qui ont lieu dans le centre de Manama n?ont pas troubl? nos activit?s et la vie quotidienne du personnel, et n?ont pas concern? la base ni les deux m?les o? la Marine a ses plus grands bateaux ?, nous dit J. Stride porte-parole de la base ?tasunienne de Juffair, au Bahrein, port de la 5?me Flotte des Etats-Unis. ? La pr?occupation principale en ce moment est comment ?viter les embouteillages (caus?s par les manifestations chiites de ces derni?res semaines contre la monarchie, NDR) et que nos enfants ne rentrent? pas trop tard de l??cole ? la maison?, ajoute la porte-parole.

Nous sommes assis dans un petit caf? de la zone relax de la base. A 5-6? Kms, sur la Place de la Perle, des dizaines de milliers de manifestants contestent chaque jour, depuis le 14 f?vrier, la monarchie des Khalifa et le gouvernement. Et il y a deux semaines la police et l?arm?e, pleines de mercenaires pakistanais et saoudiens, ont tu? sept manifestants et bless? des dizaines de personnes. Mais ici sur la base de Juffair on ne ressent aucun ferment populaire, et la zone relax rappelle beaucoup le centre commercial d?une petite ville ?tasunienne tranquille. Salle de bal avec? podium pour l?orchestre, terrains de basket, bureau de poste et supermarch?.? Peu de militaires en uniforme, ils sont le plus souvent en jeans et t-shirt de coton ou en tenue de sport. On n?attend plus que les sosies de Richie Cunningham et Fonzie, sortant d?un fast-food genre Arnold?s. Tout en r?gle pour les 4.800 hommes (et sans doute quelques femmes soldats, cher camarade du manifesto, NdT du 8 mars?) de la base (et plus de 1.300 contractors) (ceux que la communaut? internationale et ses media appellent en Libye des ? mercenaires ?trangers ?, NdT). Parmi eux, se trouvent des militaires d?autres nationalit?s, de l?Australie jusqu?? l?Italie (pr?sente avec deux officiers et deux sous-officiers) (brava gente, Ndt), repr?sentant les 25 pays inclus dans les Combined Maritime Forces aux ordres du vice-amiral ?tasunien Mark Fox.

Mais les pr?occupations sont quand m?me l?, ? un niveau bien plus ?lev?, malgr? les tentatives de les masquer de Stride et des autres porte-parole qui acceptent de r?pondre ? nos questions. C?est le silence de l?administration Obama qui les repr?sente, qui n?a pas soutenu les aspirations ? la d?mocratie de 70% de la population du Bahrein qui demande l??galit? pour tous les citoyens. De fait ceux qui manifestent sont les chiites, gravement discrimin?s par les sunnites, et ceci a suffi ? convaincre la Maison Blanche de garder le silence. Dans les rencontres r?serv?es, le roi Hamad du Bahrein r?p?te que la r?volte est un complot chiite iranien. Ses interlocuteurs ?tasuniens savent que c?est faux mais lui donnent raison parce qu?ils pr?f?rent garder leur roi alli? sunnite, patron de Manama, plut?t que risquer de perdre une position de grande importance militaire dans le Golfe. On ne s??tonnera pas que le chef des ?tats-majors ?tasuniens r?unis, l?amiral Mike Mullen, soit venu il y a dix jours ? Manama pour v?rifier en personne la stabilit? de la monarchie Khalifa.

? D?un point de vue strat?gique la r?volte de Bahrein est plus dangereuse pour les int?r?ts ?tasuniens que celle de millions de personnes en Egypte dit Aaron Miller, un ex-analyste du d?partement d?Etat, ? un changement net de r?gime au Bahrein aurait des effets directs et imm?diats sur le dispositif militaire ?tasunien dans la r?gion ?. Le Bahrein est en face de l?Iran ? ennemi ?, en excellente position pour partir ? l?attaque. D?ailleurs, ces derni?res ann?es, c?est de Juffair que sont parties de nombreuses missions dans la r?gion, en particulier depuis les porte-avions, qui ont jou? un r?le central dans l?invasion anglo-?tasunienne de 2003 en Irak.? Et il n?est pas ? exclure que d?autres ne soient lanc?es dans un avenir pas tr?s lointain si les USA essayent d?arr?ter par la force arm?e le programme nucl?aire (attest? civil par l?AIEA, NdT) iranien. Par le Golfe passent 20-25% de tout le p?trole qui va en Occident et pendant que nous parlons avec les porte-parole militaires, une quarantaine de navires de guerre qui d?pendent de Juffair, parmi lesquels deux porte-avions (Enterprise et Carl Vinson), naviguent entre Umm Qasr (Irak) et le D?troit d?Ormuz (entre Iran et Oman), dans l?oc?an Indien et en Mer Rouge pour affirmer la pr?sence ?tasunienne et occidentale dans une zone d?int?r?t strat?gique et militaire exceptionnel qui va des c?tes de la Somalie jusqu?en Afghanistan. Ces jours derniers sont partis du Golfe certains des navires ?tasuniens qui mouillent ? pr?sent en face des c?tes libyennes. Et rien n?est fait pour cacher l?importance de la base ?tasunienne au Bahrein, par? Fred Martin, d?l?gu? ? la presse de la 5?me Flotte, et par le lieutenant Susie Thomson porte-parole des Combined Maritime Forces. ? Des milliers de nos homes sont en ce moment embraqu?s pour garantir la r?gularit? du flux de la navigation commerciale ? dit Martin dans une r?f?rence ?vidente au transit des p?troliers par le D?troit d?Ormuz qui, s?il devait se trouver bloqu? finirait par mettre ? genoux pas mal de pays occidentaux. Le lieutenant Thomson par contre nous parle de Ctf-150, Ctf-151 et Ctf-152. ? Le premier sigle fait r?f?rence ? la mission de s?curit? et anti-terrorisme actuellement conduite par l?Australie, la seconde ? l?anti-piraterie confi?e au Pakistan, et la troisi?me ? la s?curit? et coop?ration dans le Golfe, sous le contr?le du Bahrein depuis quelques semaines. Les trois commandements se trouvent ? Manama ?, explique Thomson. « C?est un engagement vaste qui requiert un fort emploi d?hommes et de moyens dans la lutte contre le terrorisme et au nom de la s?curit?, de la stabilit? et de la prosp?rit? dans une zone de 2,5 millions de miles carr?s o? transitent d?importantes lignes commerciales ?.

Personne ne parle de l?Iran, le nouveau-vieil ennemi de Washington (et d?Isra?l), les porte-parole nous disent maintenant qu?ils n?ont pas le temps de r?pondre ? d?autres questions. Mais une attaque militaire contre les centrales nucl?aires (civiles, NdT) iraniennes ?tait et reste une option sur la table de Barack Obama. La base navale de Juffair est toujours le tasseau central dans le syst?me militaire complexe que Washington d?veloppe dans le Golfe, ? l?int?rieur aussi de son projet de ? bouclier anti-missile ?. En installant rapidement les missiles d?fensifs Patriot Pac-3 sur les territoires de Qatar, Duba?, Kowe?t et Bahrein, l?administration Obama? a donn? un signal puissant de sa volont? de renforcer sa propre position dans la r?gion. Le projet pr?voit un programme conjoint avec l?Arabie Saoudite pour le d?veloppement de syst?mes de d?fense des implantations p?troli?res, dans une optique d?opposition ? l?Iran. Le US CentCom, le commandement central des Forces Usa, a d?ailleurs aussi dans la r?gion d?autres bases : au Kowe?t, Camp Doha et Camp Arifjan, qui, avec la base a?rienne de Ali al-Salem sont les sites principaux ? travers lesquels est en train de passer le processus de retrait ?tasunien de l?Irak. Au Qatar, se trouvent la base a?rienne de al-Udeid et le commandement central CentCom, qui joue depuis des ann?es un r?le central pour les op?rations en Irak et Afghanistan. Washington se pr?pare ? d?penser 213 millions de dollars pour ?tendre ult?rieurement ses bases au Bahrein et dans les Emirats Arabes Unis. Investissements qui sont largement rendus par les monarchies et les ?mirats du Golfe qui sont en train de d?penser en armes ?tasuniennes de nombreuses dizaines de milliards de dollars (dont 60 pour la seule Arabie Saoudite), en refusant des investissements pour aider les jeunes qui, dans leurs pays et dans le monde arabe, luttent depuis des semaines pour avoir du travail et la libert?. Et des milliers de ces jeunes r?clament ces droits ? quelques kilom?tres seulement de Juffair.

 

Edition de mardi 8 mars 2011 de il manifesto
http://www.ilmanifesto.it/Quotidiano-archivio/08-Marzo-2011/art35.php3

Traduit de l?italien par Marie-Ange Patrizio

 

http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=23586

Par Eva R-sistons – Publi? dans : Regard sur …

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Les économistes contre le peuple

  Franklin Delano Roosevelt avait en son temps renvoyé John Maynard Keynes, un des économistes ...