Récents articles
Accueil / A C T U A L I T É / Avions de chasse F-35 – Harper optera-t-il pour les drones de combat?

Avions de chasse F-35 – Harper optera-t-il pour les drones de combat?

? l?instar des ?tats-Unis, le gouvernement canadien songerait ? entrer dans la course ? la robotisation en optant pour des drones MQ-9 Reaper Hunter/Killer plut?t que pour des avions de chasse F-35.
Le gouvernement canadien envisagerait de remplacer l’achat des avions de chasse F-35 par celui de drones arm?s. Le ministre associ? de la D?fense nationale, Julian Fantino, a pourtant r?agi en affirmant qu’il s’agissait l? de ?sp?culation?, mais l’annonce r?cente du Pentagone concernant une augmentation des co?ts de l’appareil laisse croire que le gouvernement Harper cherche peut-?tre effectivement une porte de sortie pour un programme militaire impopulaire.L’industrie du drone conna?t une croissance exceptionnelle. L’arm?e am?ricaine, qui poss?dait une cinquantaine de drones en 2001, en d?nombre aujourd’hui plus de 7000. On estime qu’en 2020, la flotte comptera plus de 30 000 appareils. Dans le plus grand secret, la CIA dirige elle aussi un important programme de drones. Bref, les Am?ricains sont d?j? bien engag?s dans la voie de la robotisation de leur force a?rienne.

Le gouvernement canadien songerait ainsi ? entrer ? son tour dans la course ? la robotisation en rempla?ant ses F-35 par le MQ-9 Reaper Hunter/Killer. Charg? au maximum, il peut voler pendant 14 heures sans toucher le sol. Il est outill? non seulement pour attaquer, mais aussi pour trouver et espionner ses cibles. On peut l’armer de 14 missiles alors que le Predator n’en portait que 2. Son co?t d’acquisition varie entre 30 et 40 millions de dollars. S’il prenait cette d?cision rapidement, le Canada serait le cinqui?me pays dans le monde (apr?s Isra?l, les ?tats-Unis, la Grande-Bretagne et l’Italie) ? poss?der officiellement une flotte de drones d’attaque.

Pour Harper, une issue all?chante…

La pol?mique entourant l’achat des F-35 fait r?guli?rement la manchette. Les nombreuses annonces de retard dans la livraison des appareils, l’augmentation de leur co?t, les doutes exprim?s concernant l’?ventuelle fiabilit? des avions ainsi qu’un processus d?cisionnel vivement critiqu? mettent continuellement le gouvernement conservateur dans l’embarras.

Les critiques signalent ?galement que l’?mergence des drones de combat laisse croire que le F-35, largement per?u comme appartenant ? la derni?re g?n?ration d’appareils pilot?s ? m?me le cockpit, sera d?suet d?s son entr?e en fonction en 2016. L’avenir des forces arm?es se trouverait d?cid?ment dans les avions pilot?s ? distance et, en ce sens, le gouvernement canadien projette une image d’autant plus irresponsable.

Les arguments pr?sent?s en faveur de l’usage des drones semblent sans ?quivoque. Ces appareils seraient ? la fois moins co?teux que des avions de chasse traditionnels et extraordinairement efficaces. De plus, ils ?pargneraient la vie des soldats canadiens puisque ceux-ci pourraient bombarder l’ennemi depuis, par exemple, la base a?rienne de Bagotville, situ?e ? un jet de pierre de Chicoutimi. On ne saurait se surprendre si Harper d?cidait d’aller de l’avant imm?diatement.

En plus de placer son arm?e ? la fine pointe de la technologie, le chef du gouvernement voit peut-?tre dans l’acquisition de drones arm?s la possibilit? de populariser un programme militaire fusill? de toutes parts. Les drones ont un succ?s incroyable aupr?s de la population am?ricaine. Dans un sondage r?cent men? aux ?tats-Unis, le public a affirm? appuyer l’usage des drones ? environ 83 %.

… ou une bo?te de Pandore?

Des voix s’?l?vent cependant pour souligner les diff?rents probl?mes associ?s aux guerres ? distance, probl?mes que les ?lus omettent souvent de mentionner.

David Petraeus, ? la t?te de la CIA depuis septembre 2011, affirmait en juin dernier qu’il ne privil?gie pas les bombardements ? l’aide de drones: capturer et interroger l’ennemi est pr?f?rable. De plus, l’attentat rat? ? Times Square a ?t? revendiqu? par les talibans comme des repr?sailles pour la mort d’individus qui auraient ?t? abattus par les drones. Ainsi, la frustration ?manant de ce type d’attaque provoquerait peut-?tre davantage d’ins?curit? en Occident.

Plus les drones survoleront le ciel, plus les risques de voir la technologie passer entre les mains de ceux que l’on consid?re comme nos ennemis augmenteront eux aussi. Le Pentagone a admis que plus du tiers des drones s’?crasent ? la suite de diff?rents probl?mes techniques. Non seulement ce fait vient miner partiellement l’argument ?conomique en faveur des drones, mais, qui plus est, ces nombreux ?crasements, qui ont souvent lieu en Irak et au Pakistan, agissent comme autant d’occasions de copier et d?velopper les technologies ? l’?tranger. Le cas du drone RQ-170 qui s’est ?cras? en Iran en d?cembre 2011 est ?vocateur ? cet ?gard.

Puisque les bombardements ont souvent lieu dans des r?gions difficiles d’acc?s et dangereuses, nous ne disposons que de tr?s peu d’informations sur les d?ploiements et bombardements. L’information ? laquelle nous avons acc?s est g?n?ralement filtr?e et format?e par des gouvernements qui souhaitent d?fendre leurs politiques. La culture du secret qui entoure toutes les op?rations men?es par les drones emp?che donc le public d’avoir une opinion ?clair?e sur le programme militaire de leur pays.

Le peu d’information qui nous parvient des territoires bombard?s d?montre toutefois que les attaques de drones ne sont peut-?tre pas aussi efficaces et pr?cises que l’on veut nous laisser le croire. L’Institution Brookings affirmait en 2009 que le taux de victimes civiles atteint presque les 90 %. Si ces chiffres sont exacts, il s’agit ?videmment d’une entorse majeure au droit international. Aussi, les bombardements qui ont lieu dans des territoires o? les ?tats-Unis ne sont pas en guerre posent de s?rieuses questions quant aux privil?ges que s’accorde l’Occident.

Un changement de cap majeur

Si le Canada va de l’avant avec le Reaper, le gouvernement justifiera sans doute sa d?cision en soutenant qu’il s’agit d’une solution de rechange pour contrer tous les probl?mes rencontr?s par l’achat des F-35. Or, il ne faut pas se m?prendre. Opter pour les drones est une d?cision politique et militaire capitale qui, ultimement, en dit long sur les vell?it?s ? long terme des gouvernements qui choisissent cette voix.

La promesse des drones est certes tr?s s?duisante, mais il est encore t?t pour d?cider si les robots-combattants peuvent se montrer ? la hauteur des attentes. D’ici ? ce qu’ils aient fait leurs preuves, les gouvernements qui succomberont au chant des sir?nes de la technologie risqueront in?vitablement d’?tre entra?n?s directement sur les r?cifs.

***

Roseline Lemire-Cadieux – Doctorante en science politique et chercheuse ? l’Observatoire sur les missions de paix et op?rations humanitaires ? la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Liban: la destruction créatrice

Le pays était, il y a encore quelques jours, ravagé par de terribles incendies, sorte ...

One comment

  1. avatar

    Mais qui ne savait pas que les conservateurs étaient des assassins?!? Tiens les fœtus! Tiens le droit à la vie! Cré conservateurs!