Accueil / T Y P E S / Articles / Autochtones: le rapport d’enquête Vérité et réconciliation (VRC) accablant pour le Canada

Autochtones: le rapport d’enquête Vérité et réconciliation (VRC) accablant pour le Canada

« Un État qui détruit ou s’approprie ce qui permet à un groupe d’exister, ses institutions, son territoire, sa langue et sa culture, sa vie spirituelle ou sa religion et ses familles, commet un génocide culturel. Le Canada a fait tout ça dans sa relation avec les peuples autochtones. »— Rapport de la Commission de vérité et réconciliation

Après six ans de travaux pendant lesquels environ 7000 victimes et responsables de pensionnats autochtones ont livré leurs témoignages, la Commission a déposé mardi ses conclusions sur ce chapitre sombre de l’histoire du Canada. Entre la fin du 19e siècle et 1996, plus de 150 000 enfants autochtones ont été arrachés à leur famille et placés dans des pensionnats, pour la plupart sous l’égide de différentes communautés religieuses.  Lire la suite

Premières-nations

On leur a volé leurs terres.  On les a écartés du développement en les faisant vivre dans des réserves, isolés.  Aujourd’hui il y a toujours 132 réserves indiennes qui ne bénéficient pas de l’eau courante… au Canada.  On a enlevé les enfants autochtones à leur famille pour les placer dans des pensionnats afin de leur imposer notre culture.

reserve_autochtone

Dès le premier paragraphe du rapport de la juge en chef de la Cour suprême du Canada, la Commission, la politique du gouvernement fédéral, adoptée à l’époque à l’égard des peuples autochtones, a été dénoncée:

«Cette politique était destinée à éliminer les peuples autochtones en tant qu’entités politiques et culturelles distinctes, peut-on lire dans le document. L’établissement et les activités de ces pensionnats autochtones étaient une partie centrale de cette politique, qui ne peut être décrite que comme un génocide culturel.»

Le premier ministre Stephen Harper, déclare que selon lui le Canada n’a pas commis le génocide culture quel la Commission a dénoncé, mais qu’il a plutôt procédé à une assimilation forcée.

Autochtones-disparues-Canada

Lors de la conférence de presse sur le rapport Vérité et Réconciliation, le président de la Commission, le juge Murray Sinclair (le premier juge autochtone au Canada) a déclaré qu’il recommandait la tenue d’une enquête sur les femmes autochtones disparues ou assassinées (enquête que réclament les peuples autochtones depuis de nombreuses années).  Il fut ovationné par toutes les personnes présentes, sauf par le ministre des Affaires autochtones du Canada, Bernard Valcourt, qui est demeuré assis sur sa chaise située dans la première rangée.


Vidéo Radio-Canada

indienne_disparition

Depuis le dévoilement de ce rapport, il s’agit de la deuxième gifle que le gouvernement du Canada sert aux peuples autochtones.  Il n’entend pas reconnaître les termes employés dans le rapport (génocide culturel), ni autoriser une commission d’enquête pour faire la lumière sur le nombre élevé de femmes indiennes disparues ou assassinées au Canada.  Déjà, on entend les experts de tout et de rien se questionner à propos de la reconnaissance du génocide culturel qui selon eux ne serait pas reconnu par le droit international.

Tant qu’à faire… que le gouvernement se montre odieux comme il sait être avec les autochtones…

S’il y a suffisamment de canadiens sensibles aux réactions désolantes du gouvernement Harper, il est temps pour eux d’unir enfin leurs voix à celle des peuples autochtones…

 

CentPapiers

Commentaires

commentaires

A propos de CentPapiers

avatar

Check Also

Il y a cinquante ans, le premier pas sur la Lune (5)

Et puis il y a les hommes aussi, dans cette aventure.  J’en retiendrai deux, un ...