Accueil / Monolecte

Monolecte

avatar

Guerre aux pauvres !

D’aucuns prétendent que Macron et son administration n’aiment pas les pauvres. C’est totalement faux ! J’en tiens pour preuve la constance avec laquelle l’équipe gouvernementale n’a eu de cesse d’en créer toujours plus, n’épargnant aucun effort pour agrandir au pas de charge le bataillon de surnuméraires sommés de passer d’une vie ...

Lire la suite

Le bocal à mouches…

Depuis quelques jours, en superposition d’un monde qui m’écœure profondément, je revois avec une acuité terrible le bocal à mouches de Maman Barrières. Maman Barrières est le vestige d’une époque révolue, celle où le travail avait encore faim de main d’œuvre et concédait plus qu’un peu d’argent pour votre temps de vie, ...

Lire la suite

Toxicité du genre

J’affectionne particulièrement les hasards de la vie, les télescopages improbables ou les rencontres impromptues. J’aime les moments où se tissent des liens inattendus et où la logique jaillit de plusieurs éléments destinés pourtant à n’avoir jamais rien à faire ensemble. Ce blog est en fait une machine à construire de ...

Lire la suite

La Caverne de papier

Je suis profondément fascinée par l’incommensurable vacuité de La Casa de papel, la série présentée par beaucoup comme une performance palpitante et une petite révolution du genre. Mais j’ai cru comprendre aussi que l’objet fictionnel est clivant et qu’une masse non moins aussi importante de spectateurs trouve l’exercice carrément indigent. Au ...

Lire la suite

Les maudits gazons

Maudits gazons   Je ne crois pas qu’il existe quelque chose de plus stupide qu’une tondeuse à gazon. En dehors d’une piscine individuelle. Ou d’une voiture (encore que…). Le genre d’engin qui coûte un bras à l’achat, qui ne sert à rien 99 % du temps, qui ne t’apporte aucun ...

Lire la suite

Passe ta BAC d’abord !

Malgré les dénégations systématiques du gouvernement et l’omerta compacte des médias mainstream, il est devenu extrêmement difficile de planquer sous le tapis la réalité massive du déchainement de violence dont les manifestants — et même les malheureux passants « innocents »1 — sont les victimes récurrentes et incontestables. Le travail patient d’un journaliste méticuleux ...

Lire la suite

Le chat empoté

L’autre jour, je m’agaçais de ce que le foutu chat ne cessait de se lécher abondamment le poitrail, avec ce petit bruit humide et discret qui finit pourtant par effriter la plus belle des concentrations. Zen est un beau chat de gouttière très banal, mais en même temps bien vigoureux, ...

Lire la suite

Dernières de cordée

  Nous devons absolument continuer d’être les pires chieuses de l’univers, parce que chaque fois que nous faisons mine de prendre des vacances, nous nous retrouvons immédiatement en fin de liste des combats sociétaux, quand nous n’en sommes pas tranquillement éjectées. Nous n’avons pas d’autres choix possibles que de remettre ...

Lire la suite

Ministère des démarches interminables

En résumé, Cela fait une semaine que je suis sur la brèche pour l’inscription de ma fille au lycée. On va dire que niveau administratif, on est entré en mode no friendly. Genre, le lycée d’affectation du robot en ligne — où il y avait l’option de la mort qui tue ...

Lire la suite

Tout sur ma mère

La dernière fois que j’ai parlé de ma mère, j’avais été convoquée au bureau de la psychologue de l’université et je pensais qu’il s’agissait là d’une procédure standard. Cela faisait déjà un bon bout de temps que j’avais rangé la question de mon enfance sous le boisseau et que je ...

Lire la suite

Parcoursup: Parcours complexe de supériorité

S’il y a bien une chose à retenir de Parcoursup, c’est que l’algorithme n’est pas bienveillant. En fait, la machine ou le traitement automatisé ne peut pas être bienveillant. Parce qu’il ne permet pas l’interaction, tout simplement, pas d’argumentation, pas de cas particulier, pas de recours ou si peu et ...

Lire la suite

Parlons chiffons

Quand j’étais gosse, à la fin d’un repas convivial, les hommes sortaient de table pour fumer ou discuter de choses sérieuses pendant qu’ils laissaient les femmes sur place pour parler chiffons. De manière plus prosaïque, cela signifiait qu’ils plantaient les gonzesses avec les gosses qui courent partout, la nappe tachée, les assiettes dégueulasses ...

Lire la suite