Accueil / Gabriel

Gabriel

avatar

La condition inhumaine

  A chaque instant, dans tous les pays, sous tous les climats, l’homme métronome vacille de la servitude volontaire à l’esclavage subi, obligatoire. Broyé par un travail souvent non désiré, il trime pour s’insérer dans une société déshumanisée qu’il s’est lui-même façonnée. Quel que soit le niveau où il se ...

Lire la suite

Tableau noir d’un monde fou

Cartographie sur tableau noir   Des dizaines d’années passées déjà et on vous dit encore jeune, foutaise  ! On n’a pas l’âge de ses artères. Dehors le vent souffle et la pluie tombe en biais, chahutant les feuilles de mon figuier et courbant les haies des troènes vieillissants. Une courte mais ...

Lire la suite

Un sens à la vie

Est-ce que quelqu’un sait pourquoi nous vivons  ? Trouver un sens à la vie, quelle prétention et d’abord, pourquoi faire  ? Celle-ci est faite de fausses promesses d’être là jusqu’à la fin, car toutes promesses ont toujours une fin. Nous naissons, nous mourrons, mais qu’avons-nous fait entre, ou plutôt qu’aurions nous du ...

Lire la suite

Euthanasie de la planète

Je regarde les jours se lever irrémédiablement, se succéder. Les soleils chaque soir dans leur sang carmin agoniser, s’éclipser et enfin les lendemains, ressusciter. Les horloges biologiques s’emballer, les enveloppes terrestres se flétrir, se faner, s’assécher. Les acteurs de cette farce planétaire glissent sur la pente du temps vers un ...

Lire la suite

Au pays des trolls

Des flancs des fjords s’écoule le chagrin des dernières neiges. Ils viennent alimenter en tonnes d’eau les crevasses sombres, entailles béantes entre les montagnes faites, selon la légende par la hache furieuse d’un Viking monstrueux. Dans ces eaux profondes et noires, la voute céleste retenue par des frontières rocheuses est ...

Lire la suite

L’esclave

 Des pyramides d’Égypte, les pieds dans le sable brulant et les mains en sang, à tirer les blocs de pierre sous le fouet mordant des contremaitres, aux champs de coton de Louisiane où, sous l’œil méprisant des petits chefs blancs rêvant de jouer du fusil, la condition d’esclave, toujours d’actualité ...

Lire la suite

L’enfant des rues

   Depuis 13h00 un grésil froid et pénétrant effectue un tango tournoyant. Un ciel gris se reflète dans les flaques et sur le bitume sale des trottoirs. Angelo, Simon, Rachid et Mirela, la bande des quatre gamins cherche refuge pour la nuit. Une station de métro, un parking, un abribus ...

Lire la suite

L’effondrement des étoiles

  Les mains dans les poches, je longe un muret en pierre par endroit effondré. Un portail, qui se voulait majestueux en son temps, rouillé par l’humidité écossaise, penche dangereusement vers le sol. Des centaines de moutons insensibles aux vents des montagnes et du loch voisin, éparpillés comme les coquillages ...

Lire la suite

Le premier cercle de l’enfer

4H15 du matin, dans cette cuisine formica couleur neige sale à la tristesse matinale, j’écoute d’une oreille distraite la radio de l’état fric déverser sa litanie d’informations contrôlées, prédigérées. D’après les journaux, notre rocker national vient de tirer sa révérence avec courage et élégance, dans le deuil, le baladin a ...

Lire la suite

La cour des miracles

   Rue montorgeuil au petit matin, une bise glaciale et lumineuse ondule son brouillard mélangé aux fumeroles vaporeuses des bouches dégouts éructant leurs relents. Une odeur capiteuse d’eau croupie et de pourriture flotte dans l’air. Dans cette partie du village surplombée par une église désertique, une petite vieille à la gueule ...

Lire la suite

Dernière station avant le terminus

  Spectateurs impuissants nous regardons ce monde à la dérive se fractionner, l’homme sacrifiant sa propre civilisation sur l’autel de la consommation. La famille, dernier rempart protecteur de l’équilibre humain, se fissure sur les coups de butoir de la marchandisation des corps et l’abrutissement des esprits. On ne choisit plus son ...

Lire la suite

Une arme de destruction massive

     Fléau des libertés, léthargie de la pensée, la grande servitude télévisuelle acceptée, digérée et désirée par le spectateur passif, génocide et asservit les populations. C’est la grande force et l’efficace outil du pouvoir que d’être parvenu à vous faire aimer les chaines qui anesthésient vos raisonnements, masquent ou travestissent la ...

Lire la suite