Accueil / C'est Nabum (page 2)

C'est Nabum

avatar

Le grand bouteiller pousse le bouchon trop loin

Le berger de Saint Brisson Nous sommes en 1248, tout réussit à Étienne II de Sancerre. Nous sommes sous le règne de Louis VIII qui apprécie ce seigneur courageux qui a participé à la bataille de Bouvine. Étienne profite de cette amitié pour devenir Grand Chambellan puis Grand Bouteiller du ...

Lire la suite

Un changement de monde

Histoire d’un accès à la modernité. À quelques pas de chez nous, il y avait un lavoir, un abri au bord du Ru d’Oison avec une dizaine de planches pour que les femmes – il n’y avait qu’elles à œuvrer en cet endroit – puissent rester debout. C’était le premier ...

Lire la suite

Chercher… à en devenir fou

    Je passe le plus clair de mon temps à chercher : mes clefs, un livre, un crayon, un objet égaré, qu’importe d’ailleurs ce que je cherche, c’est devenu une inquiétude quotidienne, un égarement de l’esprit qui frise la folie. Je broie du noir, je m’énerve, je m’agace, je m’exaspère ...

Lire la suite

Gratification fictive

L’annonce devra suffire. Les principes de gestion des employés ne sont plus à une pirouette près. Un manager, homme important, bardé de son pouvoir tout autant que de son statut a voulu encourager une subalterne, femme dévouée et courageuse, performante malgré le peu de reconnaissance financière que lui octroie cette ...

Lire la suite

Au bord du gouffre: marche forcée vers le vide

Au bord du gouffre. Réflexions désespérées. Une récente promenade dans les entrailles de la terre m’a conduit à quelques circonlocutions sur l’état de notre société. Nous sommes bien au pied du gouffre, incapables de modifier notre course folle vers l’abîme. Hélas quand l’heure de la chute viendra ; il ne peut ...

Lire la suite

L’éphéméride du père disparu

Récit de la grande guerre.  Il est des endroits qui portent en eux la magie et le mystère. J’ai eu le privilège de passer quelques jours dans une vieille et belle bâtisse construite en 1880, de cette pierre grise qui semble indestructible, couverte de lauzes pour se fondre dans le paysage. ...

Lire la suite

Sans médecin, sans ordonnance

  Retrait sans ordonnance.   Pas de médecin traitant, plus de traitement Voilà, c’est fait ; mon médecin traitant, et néanmoins référent, vient de mettre la clef sous le paillasson pour jouir, à son tour, d’une retraite méritée. Je reste le bec dans l’eau, sans solution de repli. Il n’y a ...

Lire la suite

La politique du silence

Le vide absolu.  Moi qui ai toujours prétendu n’être rien qui vaille, je découvre avec stupeur que la sentence tombe désormais des plus hauts sommets de l’état et concerne la grande majorité des pauvres misères que nous sommes devenus. Il est vrai que dans cette classe, proche le plus souvent ...

Lire la suite

La dissolution du peuple

Le grand coup de balai promis aura lieu. Je reste sans voix d’ailleurs tant je pensais que les positions des vieux barons arrogants demeureraient inébranlables. C’était sans compter sur la désespérance d’un peuple qui ne se sent plus concerné par la chose publique. Il faut bien reconnaître, à sa décharge, ...

Lire la suite

La disparition

Règlement de Conte sur la Loire.   Il était une fois un écrivaillon, un plumitif lapidaire qui eut un jour ce qu’il prit pour un honneur, le plaisir de voir son nom imprimé sur un opuscule. Lui qui avait grandi dans l’amour du livre, il ne pouvait que s’enorgueillir de ...

Lire la suite

Modération et Parcimonie

Assuétude textuelle   Ce sont les deux inséparables de notre époque. Modération et Parcimonie ne cessent de se donner la main pour nous inviter à la tempérance. En toute chose, la pondération s’impose par la loi. La prudence, la sagesse ou bien le principe de précaution sont là pour vous remettre ...

Lire la suite

Jeu de dupes

Les cartes électorales sont biseautées  Les pères la morale défilent, les uns derrière les autres, pour agiter le chiffon brun et nous faire peur. Le danger serait réel, nous dit-on, et chaque voix comptera pour bouter l’odieuse mégère du pouvoir. Je voudrais bien entendre ce propos-à condition qu’il ait un ...

Lire la suite

Les mots de nos maux

L’état d’urgence a bon dos quand il s’agit de nommer un crime crapuleux, une fusillade ou bien un odieux assassinat ; tout cela réalisé par quelques fanatiques désespérés et sanguinaires. C’est alors que la France entière s’arrête de respirer, qu’on boucle tout un secteur et qu’on mobilise toutes les forces de ...

Lire la suite