Accueil / C'est Nabum

C'est Nabum

avatar

Le torchon brûle…

À l’image de notre société. Jamais expression n’aura été aussi adaptée pour décrire l’état de décrépitude d’une société dont le tissu social ressemble bien plus à un torchon qu’à des serviettes. La fracture sociale chère à celui qui est allé manger des pommes en compagnie de tous les autres responsables ...

Lire la suite

Notre dernière heure

Le glas qui sonne annonce, me dit-on, notre dernière heure. Le temps est venu de ne plus plaisanter avec l’immuable chronologie, l’incontournable décompte de celui qui est courbe. Que certains aient pu imaginer une journée de vingt cinq heures dépasse l’entendement. Les Mésopotamiens auraient-ils cessé de compter sur leurs phalanges ...

Lire la suite

Censure !

Même en direct Les images en direct ne garantissent plus de la sincérité de la retransmission. L’épisode du salut militaire des joueurs turcs après leur égalisation en est la preuve. Une chaîne privée, marquant ainsi sa vassalité au pouvoir politique se permet de montrer en boucle le but pour éviter ...

Lire la suite

Jamais un pied devant l’autre: les marcheurs aux gros godillots

Jamais un pied devant l’autre. Qu’ils sont formidables nos marcheurs si pleins de bonnes intentions. À les écouter, la main sur le cœur, nous jurant leur grand Dieu qu’ils sont là pour défendre la Planète, l’écologie, la nature, nous en viendrions à les croire sur parole. Il est vrai que ...

Lire la suite

Qu’ils s’abstiennent !

  Douze candidats en galère … Décidément le débat n’a pas le vent en poupe. Non, je n’évoque pas notre bon Freluquet et son art consommé du monologue devant les différentes strates d’une société entièrement vouée à admirer la grandeur et l’éloquence du bonhomme, mais plutôt cette caricature immonde de ...

Lire la suite

Le canal lacrymal

  Consternation. En ce petit matin de début septembre, revenu au pays, il m’est venu l’envie d’aller porter mes pas sur le mur digue, pour une promenade matinale. En 1908, les orléanais ont eu l’envie de rallier leur ville au canal qui portait étrangement son nom. Situé à 5 kilomètres ...

Lire la suite

Vous êtes où ?

La touche nécessaire… Le message le plus répandu dans ce vaste espace de communication futile est bien cette demande incertaine, nouvelle bouteille à la mer qui vogue sur la crête d’une vague improbable. La réponse ne se fait d’ailleurs jamais attendre bien longtemps, usant de moyens considérables pour parvenir jusqu’au ...

Lire la suite