Accueil / T H E M E S / ECONOMIE / Argent / Au sujet de l?offre culturelle
Steve Proulx se demande dans son billet ? Noyade culturelle ? si on ne devrait pas r?duire l’offre culturelle, en partant de cette pr?misse : Selon vous, combien de romans canadiens les familles canadiennes devraient-elles acheter chaque ann?e pour que les 17 000 ?crivains canadiens puissent tirer de leurs ?crits un revenu moyen de 30 000 $? Douze? Vingt-quatre? Tenez-vous bien, la r?ponse est cinquante. Et il continue en d?montrant de plusieurs mani?res que l’offre culturelle ne correspond aucunement ? la demande. (Je ne ferai pas une synth?se du billet, qui va dans plusieurs directions, alors je vous invite ? le lire, c’est gratuit en plus!) Et sur La swompe, ?ric Samson a concoct? une r?ponse assez mordante (que je vous incite aussi ? lire, bien s?r) o? il fait ressortir qu’il est absurde de m?me penser ? refr?ner l’offre culturelle. J’ai relay? son billet sur Twitter et il m’a demand? un commentaire, ce que ...

Au sujet de l?offre culturelle

Steve Proulx se demande dans son billet ? Noyade culturelle ? si on ne devrait pas r?duire l’offre culturelle, en partant de cette pr?misse :

Selon vous, combien de romans canadiens les familles canadiennes devraient-elles acheter chaque ann?e pour que les 17 000 ?crivains canadiens puissent tirer de leurs ?crits un revenu moyen de 30 000 $? Douze? Vingt-quatre?

Tenez-vous bien, la r?ponse est cinquante.

Et il continue en d?montrant de plusieurs mani?res que l’offre culturelle ne correspond aucunement ? la demande. (Je ne ferai pas une synth?se du billet, qui va dans plusieurs directions, alors je vous invite ? le lire, c’est gratuit en plus!)

Et sur La swompe, ?ric Samson a concoct? une r?ponse assez mordante (que je vous incite aussi ? lire, bien s?r) o? il fait ressortir qu’il est absurde de m?me penser ? refr?ner l’offre culturelle.

J’ai relay? son billet sur Twitter et il m’a demand? un commentaire, ce que j’ai fait, mais pas encarcan?* par les 140 caract?res, donc ? la suite dudit billet :

M?me si je suis d’accord que la culture se b?tit premi?rement sur la volont? des artistes, il reste que je trouvais quand m?me assez instructif le calcul de Steve Proulx quant ? la r?alit? du grand nombre de l’offre culturelle versus la demande. Le calcul ? qui dit que chaque m?nage canadien devrait acheter 50 romans pour faire vivre tous les ?crivains canadiens ? me semble vraisemblable (et l?-dessus j’ai une confiance aveugle en Steve Proulx ? qui est quand m?me journaliste ?, parce que je ne crois pas qu’il aurait trafiqu? ? ce point une information aussi sensible pour les seules fins d’ajouter du poids ? son argumentation).

Donc, je pense que l’exercice de Steve Proulx a au moins le m?rite de dresser un tableau r?aliste de la situation, sans pour autant donner de piste de solution. Parce que oui on ne peut pas comparer le monde culturel avec l’industrie de la motoneige. Un homme d’affaires qui se lance dans la construction de motoneiges veut faire des profits, tandis qu’un artiste veut s’exprimer, pour ce dernier l’argent est la cerise sur le sundae. (Je sais bien que ma derni?re phrase n’est pas tr?s loin d’un truisme, mais parfois il y a des v?rit?s ?videntes qui demandent ? ?tre soulign?es.) Et tout cela sans pour autant moi-m?me apporter de solution. Qui le pourrait?

Par contre, si je peux donner une explication ? cette expansion de l’offre culturelle, je me servirais de l’exemple des ?tats-Unis comme terreau de cr?ativit?, puisque dans l’esprit de tous, il y semble plus possible d’y avoir du succ?s que partout ailleurs. Ce qui a conduit historiquement beaucoup d’artistes ? s’y installer. On peut penser ? Jack Kerouac, un qu?b?cois (ma copine qui a ?tudi? en litt?rature ne le savait m?me pas, moi je l’ai appris par hasard voil? pas si longtemps…), qui est devenu une figure embl?matique de la litt?rature ?tats-unienne (en occultant bien s?r ses origines). [Oups! Au sujet de Jack Kerouac, j’?tais vraiment dans les patates… J’?coutais voil? pas si longtemps l’?mission ? Tout le monde en parlait ? sur le mouvement hippie et j’ai mal compris ?a l’air… ?a donnait l’impression qu’il ?tait qu?b?cois, mais c’est seulement que ses parents l’?taient et que sa langue maternelle est le fran?ais. D?sol?.] Maintenant, ce m?me ph?nom?ne s’est mondialis? avec la venue d’internet et toutes les opportunit?s qui viennent avec. Il y a des gars et des filles comme Jon Lajoie qui ont du succ?s mondialement, et ?a ne peut que montrer un ?norme sourire ? des artistes qui, voil? pas si longtemps, se seraient content?s de bizouner dans leurs coins, sans m?me voir plus loin que leur seul plaisir. Et la m?me chose pour les diffuseurs, etc.

Et de l’autre c?t?, j’en arrive ? la conclusion que cette d?mocratisation est un plus pour la qualit? artistique. M?me si l’argent n’est pas tellement ? la cl?, il semble logique de penser que plus l’offre explose, plus cette offre a de chances d’?tre g?niale, non? Et c’est le public et la critique et les pairs qui au moins en font ressortir quelques-uns du lot.

Et si dans le fond il n’y en avait carr?ment pas de solutions?

*Pas si pire ce n?ologisme, quand m?me!

(Image : jpos)

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Parmi les visiteurs de Normandie, beaucoup d’anciens avions… de la CIA ! (3)

Dans les deux épisodes précédents, nous avons pu voir que certains appareils venus nous visiter ...