Accueil / T Y P E S / Articles / Au Mexique, la violence des cartels perturbe la campagne

Au Mexique, la violence des cartels perturbe la campagne

Un impact dans une vitre de la maison de Carlos Triana Garcia, candidat ? la mairie de Tlalixcoyan.

 

Un oeil sur … l’Amerique latine

Fr?d?ric Saliba

Mexico, correspondance.? C’est une campagne endeuill?e qui s’est conclue, mercredi 3 juillet, quatre jours avant l’?lection de 2?181?mandats locaux, dont 900?maires, 441?d?put?s et un gouverneur dans 14 des 32 Etats mexicains. Le corps de?Ricardo Reyes, candidat du Parti mouvement citoyen (MC, gauche) ? la mairie de?San Dimas?dans l’Etat de Durango?(nord-ouest), a ?t? d?couvert, le 1erjuillet, juste apr?s?avoir??t? enlev?.

35 IMPACTS DE BALLES SUR LE V?HICULE D’UNE CANDIDATE

Deux jours plus t?t, dans l’Etat de Oaxaca?(sud-ouest), un attentat a gri?vement bless??Rosalia Palma?Lopez, candidate du Parti r?volutionnaire institutionnel (PRI,centre, au?pouvoir) aux l?gislatives r?gionales. Son v?hicule a re?u 35 impacts de balles. A ses cot?s, son ?poux et sa ni?ce ont ?t? tu?s. Quelques heures plus t?t ? Culiacan, capitale de l’Etat de Sinaloa?(nord-ouest), le fils de 19?ans d’Antonio Loaiza, coordinateur de la campagne de la coalition compos?e par le PRI, le?Parti vert ?cologiste (PVE) du Mexique?et le?Parti nouvelle alliance (PNA), a ?t? retrouv? mort pr?s d’un carrefour. Le m?me jour, le corps de?Francisco Navarroa, fondateur r?gional de l’ancien?Parti Cardeniste?(PC, gauche), a ?t? d?couvert ? Saltillo dans l’Etat de Coahuila?(nord).

Depuis trois mois, plus d’une dizaine d’autres candidats et dirigeants politiques locaux de tous bords ont ?t? assassin?s dans les?Etats de Oaxaca, Sinaloa, Veracruz (sud-est) et Chihuahua (nord). Sans?compter?une s?rie d’attaques et de menaces contre des candidats et des ?quipes de campagne du Parti action nationale (PAN, droite) et de celui de la r?volution d?mocratique (PRD, gauche), qui forment des coalitions contre le PRI dans de nombreux Etats.

 

Carlos Triana Garcia, candidat ? la mairie de Tlalixcoyan, le 1er juillet.

?« L’implication du crime organis? semble claire,?explique?Virgilio Bravo, politologue ? l’Institut technologique de Monterrey.?Les narcotrafiquants cherchent ??placerleurs candidats pour prot?ger leurs trafics vers les Etats-Unis, premier march? mondial de la drogue. »Ces assassinats sont r?currents ? la veille d’?lections. En 2010,?Rodolfo TorreCantu, candidat du PRI au poste de gouverneur de l’Etat de Tamaulipas?(nord-est), avait ?t? tu? ? une semaine d’un scrutin, dont il ?tait donn? gagnant. Comme lui, plus d’une trentaine de maires ont ?t? assassin?s depuis que, fin 2006, l’ancien pr?sident,?Felipe Calderon?du PAN (2006-2012) a d?clar? la guerre au narcotrafic. Sa strat?gie frontale a exacerb? la lutte des cartels, entre eux et contre le gouvernement,?qui a fait plus de 70?000?morts en six ans et demi. Entr? en fonction en d?cembre, son successeur, Enrique Pe?a Nieto (PRI), peine ? r?tablir la s?curit? alors que les cartels ont ?tendu leur influence sur des municipalit?s autrefois ?pargn?es.

« RETOUR DE L’AUTORITARISME DU PRI »

Cons?quences?: plusieurs candidats ont renonc? ??faire?campagne sur le terrain, pr?f?rant?recourir?aux seuls?m?dias. D’autres ont jet? l’?ponge, ? l’image de deux postulants ? la mairie et ? la d?putation de la municipalit? de Sinaloa (dans l’Etat du m?me nom). Ces derniers ont renonc? ? leur candidature apr?s l’assassinat, le 24 juin, d’Eleazar Armenta, leur coordinateur de campagne de la coalition, constitu?e par le PAN, le PRD et le Parti des travailleurs (PT, gauche). Dans cette r?gion, berceau du narcotrafic, certains candidats demandent m?me l’annulation des scrutins.

Ce?climat?d?l?t?re est accentu? par les accusations des dirigeants du PAN et du PRD ? l’?gard de l’intervention des gouverneurs, la plupart affili?s au PRI, dans la campagne. Ils d?noncent notamment le recours ? des programmes sociaux ? des fins ?lectorales. Le 3 juillet, le pr?sident du PAN, Gustavo Madero, a r?it?r? ses accusations face ? la?« n?gligence »?du gouvernement f?d?ral au sujet de 67 plaintes pour malversations ?lectorales d?pos?es par son parti.?« C’est le signe du triste retour de l’autoritarisme du PRI », a-t-il d?clar?, en r?f?rence aux soixante et onze ans de?pouvoir?sans partage de l’ancien parti h?g?monique jusqu’en 2000, qui a repris les r?nes de la pr?sidence depuis sa victoire aux ?lections de juillet 2012.

Des policiers devant la maison de Carlos Triana Garcia, vis?e par une fusillade, le 1er juillet ? Tlalixcoyan.

En face, les dirigeants du PRI ont contrattaqu? en d?posant, ? leur tour, 110?plaintes pour d?lits ?lectoraux, l’une d’elles contre l’Etat de Basse?Californie, dirig? par le PAN, pour d?tournement de fonds publics au profit des candidats de son parti, dont celui pour le poste de gouverneur. Pis, dans l’Etat d’Aguascalientes(nord), le PAN et le PRI s’accusent mutuellement de financements illicites par un cartel.

Pour?tenter?de?calmer?les esprits, le pr?sident Pe?a Nieto mart?le que?« le gouvernement ne tol?rera pas l’ing?rence des fonctionnaires f?d?raux dans les processus ?lectoraux ». L’enjeu est de taille?: les accusations acides des dirigeants politiques menacent le Pacte pour le?Mexique, sign? le 2 d?cembre par les trois principaux partis (PRI, PAN et PRD), pour?voter?une s?rie de r?formes n?cessaires au d?veloppement du pays. Pour M.?Bravo,?« cette tension?politique?et s?curitaire risque surtout de?dissuader?les Mexicains d’aller?voter, dimanche prochain, alors que l’abstention d?passe souvent les 50%. »?Une apathie ?lectorale qui fait le lit du crime organis?.

Fr?d?ric Saliba
Journaliste au Monde

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Election présidentielle 2022 : la gauche en perdition…

En pleine crise sanitaire, alors que le Président de la République multiplie les exercices de communication, ...