Accueil / A C T U A L I T É / Au bord du gouffre: marche forcée vers le vide

Au bord du gouffre: marche forcée vers le vide

Au bord du gouffre.

Réflexions désespérées.

Une récente promenade dans les entrailles de la terre m’a conduit à quelques circonlocutions sur l’état de notre société. Nous sommes bien au pied du gouffre, incapables de modifier notre course folle vers l’abîme. Hélas quand l’heure de la chute viendra ; il ne peut en être autrement, lourdes et irréversibles seront les conséquences de cet aveuglement qui nous conduits, inexorablement à toujours faire les pas de trop.

Tout semble contribuer pour que notre humanité achève joyeusement de creuser sa tombe. Rien ne peut arrêter cette marche à pas forcés vers le vide, poussée par ce mal profond et sournois justement nommé avidité. On ne devrait pas s’étonner du but ultime de ce fléau du capitalisme, ce cette névrose délirante d’une société en perte de solidarité.

Le toujours plus ne conduira pas vers les hauteurs du progrès éternel comme le pensent encore naïvement les tenants de cette hérésie politique. Nous sommes au tout début du grand chaos, les soubresauts actuels ne sont qu’une première manifestation de la grande rupture qui ne manquera pas d’ advenir. Les inégalités, les injustices, les déséquilibres de toutes natures, les fractures entre le Nord et le Sud, entre l’Islam et le reste du monde, entre les possédants et leurs futurs esclaves, entre les privilégiés et les gueux sont telles que les séismes humains vont se multiplier à plaisir.

L’avènement de fous furieux ou bien de marionnettes illusoires aux commandes de quelques nations clefs atteste de la mise en branle du grand processus de décomposition du libéralisme. Les portes de l’enfer vont s’ouvrir et engloutir l’Atlantide et son système délirant qui place le dieu argent bien au-dessus de ces pauvres vermisseaux que sont les humains.

Nous avons un pied dans le vide et personne ne semble vouloir crier au loup à moins que ce ne soit au fou. Les cinglés dirigent la planète, qu’ils soient adorateurs d’un dieu de haine, d’une économie mortifère, d’un progrès suicidaire, d’un pouvoir liberticide, ils nous poussent toujours plus fort vers ce vide qui est celui de leur pensée d’abord avant d’être le gouffre de notre destinée collective.

Le marché, la bourse, la religion, le progrès sont les grands agents du néant à venir. La chute n’est que certaine et dans les profondeurs des entrailles de la terre, l’humanité ne saura cette fois renaître. Seule une prise de conscience collective, loin des décideurs tous à la solde des marchands de mort, sera susceptible d’éviter le déluge.

Il n’est plus temps d’infléchir le système ni même de penser que les voies démocratiques sont de nature à sauver du désastre. Nous avons vu combien les forces de la manipulation peuvent placer au sommet des responsabilités les exécutants des basses-œuvres de la dissolution finale. Le gentil banquier lisse est la parfaite illustration de ces employés de commerce d’une bête immonde qui entend dévorer les humains. Il n’agit que dans le seul intérêt d’une clique de salopards incapables de la plus petite compassion.

Si dans tout au fond du gouffre, il y a une rivière souterraine et que des êtres vivants sont parvenus à s’y développer, il n’en sera pas de même pour notre humanité. Le temps est venu de faire machine arrière, de briser nos chaînes et de détruire ce libéralisme absurde, inhumain, dévastateur qui vit ses derniers instants. Il faudra en passer par des actions radicales et violentes car, à n’en point douter, les loups sont en place sans intention aucune de se retirer. Comme ils disposent désormais de tous les instruments de contrôle, de manipulation, de répression, de coercition, la bataille risque d’être parfaitement inégale.

Nous n’avons plus le choix si nous voulons offrir un avenir aux générations futures. Le temps est désormais venu de choisir son camp sans plus faiblir dans sa détermination. Notre Monde s’écroule et nous entraîne dans le précipice.

Cataclistiquement vôtre.

Commentaires

commentaires

A propos de C'est Nabum

avatar

Check Also

Merci Macron

  Tout le monde connait cette vielle chanson des « Charlots », les ex-partenaires d’Antoine, l’homme aux chemises à ...