Accueil / T Y P E S / Articles / Apr?s la d?mocratie, quoi ?

Apr?s la d?mocratie, quoi ?

PIERRE JC ALLARD

Jacques Attali, avec sa caut?le habituelle, remet en question la d?mocratie que nous avons. ?Blasph?matoire. ?Mais voyant les fruits que notre d?mocratie nous donne, est-il si t?m?raire ?de se demander ce que nous ferions sans elle ? ?N?y a-t-il pas ?autre chose? APRES la d?mocratie??

Apr?s ? ?J?aurais pu dire aussi ??en attendant??, la d?mocratie, car il n?y aura sans doute pas plus de fin au d?sir de ceux qui sont gouvern?s de participer ? leur gouvernance, qu?il n?y aura de fin ? cette l?Histoire, dont on nous a pr?matur?ment annonc? qu?elle ?tait r?volue?? La d?mocratie, ?a part et ?a revient, cyclique comme les bourgeons et les feuilles mortes.

J?aurais pu. ? ?Mais c?e?t ?t? trompeur. ?C?e?t ?t?, disons ??po?tique??, comme parler de l?herbe qui pousse lorsque les enfants meurent.? La r?alit?, c?est l?automne. C?est qu?il n?y a plus de vraie d?mocratie et qu?il ne faut pas compter qu?il y en aura avant quelque temps. La saison ne s?y pr?te pas?

Pourquoi??? D?abord, parce que le monde s?est ??technicis?. Le monde est devenu une grosse machine ? produire et ? obtenir des r?sultats? quand on sait comment op?rer cette machine et tous ses ?l?ments. ?? tous les niveaux, quel que soit son r?le formel dans l?organigramme, celui qui commande est celui qui sait, celui qui ? la comp?tence de faire fonctionner les choses ??? Dire que le pouvoir doit appartenir ? un vaporeuse entit? collective de quidams qui n?y connaissent rien n?est donc pas dans le zeitgeist actuel?

On peut r?unir tous les experts en tout du monde entier ?? et ? plus forte raison ceux qui ne le sont en rien ? et les consulter ad nauseam sur la fa?on de g?rer l??ducation, la sant?, les finances et la d?fense nationale; mais, en bout de piste, on sait bien que rien ne fonctionnera correctement que ce qui aura ?t? mis en place et sera maintenu par ceux qui s?y connaissent? et eux seuls.

On sait bien que ce qui, au contraire, l?aura ?t? en ob?issant ? ceux qui ne savent pas ? aient-t-ils ?t? ?lus d?mocratiquement ? ne fonctionnera pas, ou pire, atteindra des objectifs occultes, fonctionnant au profit de ceux dont la comp?tence consiste ? manipuler ??ceux qui savent??, ?pour?d?tourner toute action de sa finalit? propre et ?en faire un outil de LEURS objectifs personnels. ?Ce talent pour d?tourner est aussi une comp?tence; c?est celle qu?on dit politique, qui est bien r?elle, mais pas toujours altruiste.

En d?mocratie,?cette comp?tence politique?pr?tend s?imposer comme sup?rieure a toute autre comp?tence. ?Il en na?t in?vitablement de?l?inefficacit? et des distorsions, car cette comp?tence ne cr?e pas de richesse r?elle?: elle se borne ? la mouvoir.? Celui qui a cette comp?tence politique ne peut donc mieux la rentabiliser qu?en ?tant au service de ceux qui ont d?j? la richesse.

Depuis deux g?n?rations, les d?tenteurs de capitaux ont pris les politiciens ? leur service.? L?explosion des connaissances et l?augmentation de productivit? qu?a apport?es le progr?s n?ont donc servi ? accro?tre que la ??richesse?? des d?tenteurs de capitaux.?? Richesse factice, d?ailleurs, car la limite appara?t vite des biens et services r?els que l?argent peut acqu?rir. ?Les riches vite repus de consommation, leur but et l?activit? des politiciens, banquiers et autres ??experts en d?tournement??? ? leur solde deviennent par d?faut un pur jeu de pouvoir.

Ce ? Jeu du d?tournement?? de la richesse ? de l?action et de la production vers sa simple possession et la sp?culation ? ?s?est impos? comme le seul jeu de soci?t? qui en vaille la peine; sa ma?trise est consid?r? comme le plus important des savoirs ?et ce jeu des uns est devenu plus important que la vie des autres.

Pendant ce temps, ceux qui savent ??autre chose?? que la politique n?ont plus voix au chapitre au palier de la d?cision, mais seulement de l?ex?cution? et sous ?troite surveillance. La richesse UTILE n?augmente plus, mais les in?galit?s, elles, augmentent toujours.

Les temps ne sont pas bons pour la d?mocratie. ?Non seulement parce que?le monde s?est ??technicis?, mais aussi parce que la technique du d?tournement? des objectifs sociaux a ?t? de celles qui ont fait le plus de progr?s. ?Ceux qui en sont devenus ?les experts contr?lent parfaitement l?outil d?mocratique.?L??ducation d?abord, l?information par les m?dias ensuite, donnent au citoyen lambda sa pens?e correcte.

Une pens?e qui inclut m?me ?une petite dose de saine contestation. Il est fortement encourag? de protester futilement dans les rues, o? l?on pourra corriger vos d?viances vell?itaires ? coup de trique?; il est mal vu, cependant, de s?embusquer avec une arme et d?abattre ??tra?treusement?? l?un ou l?autre de ceux qui veulent penser pour vous?

Dosant savamment l?information que distillent les m?dias et disposant des avanc?es de la psychosociologie ? nous sommes ? des ann?es-lumi?re de Bernays et Goebbels ? les syst?mes d?mocratiques mis en place peuvent d?sormais faire ?lire n?importe qui, n?importe quand, et ce sera toujours le ??peuple??? qui aura choisi celui qui lui fera voir 6 doigts?

Des techniques permettent aussi, maintenant, de sondages en sondages, de savoir EXACTEMENT jusqu?o? l?on peut aller dans la manipulation du comportement humain face ? la richesse et ? son ombre, la monnaie ?Les petits rats blancs vont o? l?on veut.? La d?mocratie peut jouer le r?le s?datif du violon sur le chemin des douches? Pourquoi violer les foules quand on peut si facilement les s?duire?? ?N?avez vous pas VU, de vos yeux VU, Hollande plus beau que ?Sarkozy?? Six doigts, comme Smith dans 1984??Notre d?mocratie est un leurre.

Une vraie participation du peuple ? sa gouvernance est-elle possible?? ?Certes, et elle viendra, car c?est un d?sir humain qui ne dispara?tra pas.? ? long terme, la d?mocratie reviendra.? En fait, on ira au-del? de la d?mocratie. ?Pour presque tout, le CONSENSUS?s?imposera, puisque la compl?mentarit? qu?exige une soci?t? de haute technicit? rendra un large consensus incontournable.? Quand tout le monde est indispensable, il faut bien tenir compte de l?avis de tous ?

? court terme, toutefois, ce n?est pas un piano nobile libertaire sur un socle d?mocratique qui remplacera notre d?mocratie discr?dit?e.? Mieux vaut pr?voir une phase ??n?o-paternalisme?? assum?e, une gouvernance ?clair?e ??? la Platon??, prenant la forme d?une dictature de la comp?tence. ? On n??lit d?j? pas nos g?n?raux, ni nos banquiers, pas plus que nos m?decins ou nos ing?nieurs, nos chercheurs ou les pilotes de ligne.? Comment peut-on croire que des politiciens ?lus pour leur charisme ou leur roublardise sauraient nous gouverner et nous voudraient vraiment du bien ?

Dans une soci?t? complexe o? l?efficacit? est la premi?re vertu, la comp?tence doit ?tre reine, ?et ce?n?est pas une option d?avenir de penser en?soumettre les diktats aux caprices et aux magouilles de politiciens dont la seule comp?tence aura ?t? de convaincre d?autres ignares de la pertinence de leurs ?lucubrations. ? Dans une soci?t? ?technique ?volu?e, on voit mieux qu?? chaque probl?me correspond UNE solution optimale et une seule.? Cette solution doit ?tre identifi?e et elle doit s?appliquer sans ergoter.

??Optimale?? au vu des crit?res que choisit une soci?t?, bien s?r.? Il? faut donc garder de la d?mocratie une intervention du peuple au palier du choix de ces crit?res.? Mais il doit intervenir par des choix binaires simples, consensuels ; des vetos ou des acquiescements r?f?rendaires qui ??pl?biscitent???

Si on est confront? ? un clivage s?rieux au sein de la population, mieux vaut s?abstenir d?agir, car les faits nouveaux qu?apportera l??volution de la situation ?d?termineront bient?t une majorit? plus claire? et des d?cisions plus ???clair?es??. ? Quand?on a un consensus raisonnable, c?est alors le travail des experts -de ??ceux qui savent?? ? de faire en sorte que la solution choisie soit appliqu?e sans plus de palabres.?Pendant qu?ils y travaillent, il faut les tenir indemnes de la critique oiseuve et de la corruption.? C?est l? la clef.

La d?mocratie, aujourd?hui, est devenue un incessant grenouillage pour finasser, changer le sens des mots et la pond?ration des facteurs, cr?er des dilemmes talmudiques, avant et pendant l?ex?cution des projets de soci?t?.?? On vise ainsi ? favoriser les int?r?ts personnels de tous ceux qui y participent et qui y voient alors une rente de situation, plut?t qu?un mandat sacr? qu?on leur a confi? et qu?ils devraient remplir. Il faut se d?faire de cette d?mocratie qui n?est que pr?texte ? enfumage et corruption.

Ce faisant, on aura gard? l?essence de la d?mocratie, qui est de faire ce que le peuple veut.? On aura seulement renonc? ? faire de la politique un sport de combat ou d?astuce rivalisant avec le foot pour contrer la morosit? d?une soci?t? qui a perdu ses valeurs.

Un jour, plus tard, quand chacun aura appris et saura mieux, on pourra consulter la population sur des aspects plus d?taill?s des objectifs ? atteindre. Mais on ?vitera alors, encore et toujours, le pi?ge populiste de pr?tendre donner un droit de regard sur l?ex?cution des projets ? ceux qui, n?y connaissant rien, peuvent ?tre trop facilement persuad?s de vendre pour un plat de lentilles un droit d?a?nesse dont ils ne soup?onnent pas la valeur.

Pierre JC Allard

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Krach test

À quel moment sait-on que l’on vit dans un monde dirigé par d’immondes raclures?   ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Magnifique ce texte, et quelle profondeur. Je copie colle.

    « Un jour, plus tard, quand chacun aura appris et saura mieux,… »
    … mais nous, nous seront mort mon frère.

    Si la dernière tentative de changement majeur(religare) s’avère être un échec nous ne vivrons pas l’anarchie comme certains le proclament.
    Tout le système s’effondrera et sans dictature bienveillante pour la remplaçer, appuyée par une aristocratie platonicienne (gouvernement de compétence et d’excellence), ce sera le chaos.

    DG

  2. avatar

    Personnellement, j’ai confiance qu’en une seule « spécialisation »; le « généralisme ».

  3. avatar

    @ Tous

    Cet article a été republié sur les Voix du Panda. Patrick Juan, le Panda, prétend que l’y ai autorisé. C’est faux.

    Les autres auteurs publiés régulièrement sur CP et moi-même qui l’avons enjoint de ne plus le faire, n’avons pas réagi à un détournement de clientèle, lequel n’est oas significatif, mais aux effets désastreux de sa façon de faire ces « emprunts » qui équivalait à un véritable sabotage du référencement de CentPapiers : une perte énorme, pour un gain dérisoire. Le syndrome du porc qui défèque dans l’auge.

    A chacun qui connait et a connu le Panda en action de réagir comme il jugera bon à ce nouvel incident de son parcours.

    Pierre JC Allard