Accueil / A C T U A L I T É / Apprivoiser l?injustice

Apprivoiser l?injustice


Justice, justice, on n?a que ce mot ? la bouche. Si on l?aimait vraiment, il faudrait voir la justice comme une ic?ne et la mettre sur le gu?ridon avec un lampion devant en signe de r?v?rence. Il faudrait admettre que la justice n?est qu?un espoir. Dans la r?alit?, la seule justice est que les causes produisent leurs effets.

La justice comme on la r?ve, avec l??galit? qui la suit comme son ombre, n?existe pas. La nature, ce sont les gros qui bouffent les petits de haut en bas de la cha?ne alimentaire. Si dans la strate ?humanit?? on ne se d?vorent plus les uns les autres, c?est bien affaire de tendret? plus que de tendresse et on se reprend autrement?

On s?est repris en b?tissant d?abord des soci?t?s qui reproduisent la lutte pour la vie et o? pr?vaut une totale injustice. Heureusement, avec la division du travail nait la complexit?, la compl?mentarit? et une d?pendance envers la autres qui prend sa source dans la richesse accrue que permet cette compl?mentarit?. On d?pend tellement des autres qu?on en vient, sinon ? les aimer, du moins ? en prendre soin. On va parler de solidarit?.

Une soci?t? ne peut exister sans la solidarit?, qui est cette protection n?cessaire de ceux dont on d?pend pour tirer de la soci?t? le mieux qu?on peut en tirer. Cette solidarit? pose des limites concr?tes ? l?injustice. Pas des limites ? l??go?sme, lequel demeure inchang?, mais ? la manifestation de l??go?sme. On apprend ? apprivoiser l?injustice. On devient civilis?.

Dans une petite tribu, chacun qui n?est pas trop b?te voit ce qu?il faut faire et ne pas faire pour que ne soient pas mis en p?ril le bien g?n?ral et sa propre qualit? de vie. Ceux qui ne le voient pas sont vite ?limin?s. Dans une soci?t? complexe, les liens ne sont plus si apparents. On compte sur l??tat pour les voir et les faire comprendre ? tous. En faisant des lois, des r?glements et en les faisant respecter.

Au d?part, on demande ? l??tat d?assurer la s?curit?. Que l??tranger ne vienne pas nous asservir et que les voisins ne nous volent pas nos moutons. Pour le reste, lib?ralisme. Mais, avec la R?volution industrielle, l?interd?pendance augmente et l??tat doit se m?ler de la production, qui est la cr?ation de richesse r?elle. L?injustice restera flagrante, mais on l?apprivoisera en passant du lib?ralisme au n?oliberalisme.

Apr?s quelques incidents inqui?tants, comme la Crise de 1929, le n?olib?ralisme viendra qui acceptera qu?il faille prendre des riches, pour donner aux pauvres. Redistribuer assez de richesse pour que la demande reste ?effective? et que ce qui est produit soit largement consomm?, sans quoi riches comme pauvres seraient ruin?s. On redistribuera un minimum, bien s?r, mais ce sera ce qu?il faudra?

Cette confiscation permanente, syst?mique, d?une part de la richesse ?tant n?cessaire, elle a ?t? accept?e. Mais ne pouvait que frustrer les gagnants du jeu de la production et ?tre un odieux fardeau pour l??tat charg? de cette ?p?r?quation?. Comment rendre le pr?levement moins ha?ssable? En faisant un pari audacieux. Il fallait donner aux pauvres l?argent pour consommer, mais ?tait-il n?cessaire que cet argent soit pr?lev? des riches ? Que non ! Il suffisait de CR?ER plus argent La caste des riches garderait sa part et les pauvres auraient ce qu?il fallait.

Si on cr?ait plus d?argent, sans cr?er une richese r?elle correspondante, n?allait-on pas avoir une terrible inflation ! Pas du tout, car les riches ayant d?ja tout ce qu?ils voulaient, ils ne consommeraient pas davantage et l?argent entre leurs mains n?exercerait donc pas de pression sur les prix. Il ?conomiseraient, investiraient, auraient de plus en plus d?argent? mais ne d?penseraient pas significativement plus. On aurait, sans avoir ? le dire, un argent pour la consommation de Quidam Lambda et un argent pour les riches.

On a v?cu des d?cennies en misant sur cette notion qu?il y avait deux richesses qui ne se m?laient pas. On a v?cu les ?Trente glorieuses?, on est pass? d?une ?conomie industrielle a une ?conomie tertiaire. Il y a eu bien des p?rip?ties, mais les d?crire nous ?carterait de notre sujet. Ceux qui s?y int?ressent peuvent consulter ce lien.

On a v?cu sans dommages, laissant se cr?er une richesse mon?taire sans inflation, mais c??tait une situation bien instable. Quand on a commis l?erreur de monter des ?chaffaudages financiers ayant ? leur base des propri?t?s, on a mis des biens r?els en gage d?obligations financi?res. La valeur du bien r?el pouvait n??tre qu?une parcelle infime de la valeur du montage financier, mais une fluctuation pouvait compromettre la propri?t? de ce bien r?el. On m?lait l?argent pour la consommation ? l?argent pour rire des riches?. Danger ! Une perte de confiance, et l??conomie r?elle serait affect?e.

Quand est venue cette perte de confiance et que l??conomie a vacill?, le probleme pour les financiers, a ?t? facile a regler: on s?est imprim? virtuellement et on a inscrit aux livres quelques centaines de milliards de plus. Sans importance, puisque l?on savait bien que cet argent ne valait rien. La bourse pouvait continuer a monter?

Pour Quidam Lambda, cependant, quand l??conomie vacille et entre en chute libre, c?est lui qui en fait les frais par le chomage et c?est de l?argent pour la consomation qui lui manque. C?est la catastrophe.

Avec la crise de 2008, l?injustice est r?apparue. Brutale. Sauvage. On ne pouvait pas dire ? QL que l??norme dette qu?on augmentait maintenant sans broncher n??tait qu?une variable d?ajustement, qu?il n?avait jamais ?t? question qu?on la rembourse et maintenant moins que jamais. L?avouer aurait ?t? dire au peuple qu?on lui avait menti, ce qui ne va pas sans risques.

L?injustice qu?on avait presque fait oublier est donc r?apparue. Le Systeme doit la cacher ? nouveau sous le boisseau pour que le jeu entre riches se poursuive et que se poursuive aussi l?exploitation optimale des autres sans trop les ?nerver. Pour survivre le Syst?me doit re-apprivoiser l?injustice. Il le peut en posant les gestes largement symboliques qui rassureront la population ? comme rembourser la dette par des virements entre riches qui ne toucheront pas le monde ordinaire ? mais s?il ne le fait pas, cette histoire pourrait bien mal finir.

Et s?il le fait ? ?a, ou autre chose qui fasse dispara?tre cette dette odieuse ? entrerons-nous dans un monde meilleur ? Un peu meilleur? mais ?vitons-nous une d?ception: l?injustice changera, mais ne disparaitra pas.

Elle ne disparaitrait que si vous comme moi ne voulions demain que le plus grand bien de tous et n?avions plus aucune pens?e ?go?ste. On en reparlera?

Pierre JC Allard

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Trump à la Maison Blanche, un tableau… surréaliste

Le déchaînement du harcèlement de Donald Trump à l’encontre d’un lanceur d’alerte ayant constaté qu’il ...

One comment

  1. avatar

    Piere,
    Bonjour,
    pour reprendre le début de ton article:
    Justice, justice, on n’a que ce mot à la bouche. Si on l’aimait vraiment, il faudrait voir la justice comme une icône et la mettre sur le guéridon avec un lampion devant en signe de révérence. Il faudrait admettre que la justice n’est qu’un espoir. Dans la réalité, la seule justice est que les causes produisent leurs effets.
    Tu es dans ton espace et tu dois pouvoir en débattre, avec tous les intervenants, car nous sommes à nouveau dans un monde de virtuel sur ton article ou bien merci d’argumenter juste un poil de plus.
    Tu sais le faire alors « maitre à vous la parole »
    Cordialement,
    Le Panda
    Patrick Juan