Accueil / T Y P E S / Articles / Anonymous déclare la cyberguerre aux partisans de Daesh sur Twitter

Anonymous déclare la cyberguerre aux partisans de Daesh sur Twitter

Anonymous_Reuters

Image:  © Neil Hall Source: Reuters

Des hacktivistes du groupe Anonymous ont attaqué des sites pro-Etat Islamique et des milliers de comptes de réseaux sociaux utilisés par le groupe terroriste. Daesh a menacé les Etats-Unis d’un deuxième 11 septembre.

Une faction du groupe Anonymous nommé GhostSec mène une cybercampagne dénommée #OpISIS contre l’Etat Islamique qui vise des membres et partisans de l’organisation terroriste diffusant de la propagande sur Internet.

Anonymous surveille des comptes des réseaux sociaux et des sites de Daesh pour perturber des opérations en ligne ayant pour but de «traiter le virus de Daesh».

GhostSec dresse une liste des sites «auxquels l’Etat islamique renvoie régulièrement sur Twitter et d’autres réseaux sociaux pour transmettre de la propagande, des dogmes, recruter, communiquer et collecter des renseignements», indique le communiqué du groupe.

Le groupe Anonymous a déjà signalé des «victimes» parmi des rangs de l’ennemi, 233 sites ont été attaqués, 85 sites ont été «détruits» et 25 000 comptes Twitter ont été «fermés».

Cependant, des services de sécurité ont critiqué le groupe pour avoir pris les choses en main. Les services de renseignement affirment que l’élimination des sites et des comptes de réseaux sociaux djihadistes les empêche de recueillir des informations précieuses des activités des terroristes.

Anonymous a rejeté les accusations et indiqué que les terroristes utilisent les sites publics et les réseaux sociaux pour propager de la propagande et à des fins de recrutement.

Source:  http://  francais.rt.com/lemonde/1666-anonymous-declare-cyberguerre-partisans-daesh

 

Commentaires

commentaires

A propos de CP

avatar
Média citoyen

Check Also

Le Velay au temps des « « béates » et des « assemblées »

Officiellement nommées « demoiselles de l’instruction » dans les sphères religieuses, les « béates » ont, pendant deux siècles ...