Accueil / T Y P E S / Articles / Agressions sexuelles et viols chez les jeunes, par des jeunes

Agressions sexuelles et viols chez les jeunes, par des jeunes

Dossier?Sexualit?.88736_9854

Les agressions sexuelles, ce n?est pas qu?une histoire d?adultes d?prav?s. Des? adolescents aussi s?en rendent coupables. Le quart de ces types d?abus est commis par des jeunes. C?est entre autres ce que nous r?v?le Bruno Sioui, dans son livre Jeux interdits.

Auteur de ce premier essai de la collection ?Sexualit?s et soci?t?s? dirig?e par Michel Dorais, chez VLB ?diteur, Bruno Sioui est professeur en psycho?ducation ? l?Universit? du Qu?bec en Abitibi-T?miscamingue. Il a aussi pass? 20 ans dans des Centres jeunesse en tant qu??ducateur. Les ados, il conna?t. Il avoue toutefois que de tous les types de d?linquance auxquels il a ?t? confront?, les agressions sexuelles ?taient loin d??tre au premier plan. ?Le ph?nom?ne a toujours exist?, mais il n??tait pas mis en ?vidence. Par contre, au d?but des ann?es 1990, les tribunaux de la jeunesse ont commenc? ? nous envoyer de plus en plus d?ados qui avaient commis une ou plusieurs agressions sexuelles,? se rappelle M. Sioui.

Augmentation des agressions sexuelles chez les jeunes

Comment expliquer cette recrudescence? L?auteur a son hypoth?se. Il l?associe au virage ? droite qui a s?vit au Canada dans les ann?es 1980 et ? l?entr?e en vigueur en 1984 de la Loi sur les jeunes contrevenants. Cette nouvelle loi, par ses articles insistants sur la proc?dure criminelle, a marqu? le d?but d?une ?poque dans le traitement des adolescents d?linquants.

?On a arr?t? de dire que les parents ?taient les seuls responsables des actes de leurs enfants, les jeunes aussi l??taient. D?s lors, la soci?t? est devenue plus intol?rante par rapport aux d?linquants et on a commenc? ? mettre l?accent sur les victimes?, soutient-il.

Agressions sexuelles chez les jeunes: probl?matique m?connue

Il va sans dire, cette nouvelle vague de cas reli?s aux abus sexuels a d?voil? une carence majeure en termes de ressources dans les Centres jeunesse. ?Nous avions un sentiment d?impuissance quant ? cette probl?matique, affirme M. Sioui. Il n?existait aucun programme reli? ? ce sujet. Ici, comme ailleurs, il n?y avait que tr?s peu d??tudes auxquelles se r?f?rer. C?est ce qui m?a amen? ? m?int?resser au ph?nom?ne.?

Encore aujourd?hui, selon M. Sioui, les intervenants qui travaillent aupr?s des jeunes en difficult? ne sont pas form?s pour ce type de situation. Sorti en ao?t dernier, son livre, qui est en fait sa th?se de doctorat retravaill?e, est un outil pr?cieux qui en r?jouit plus d?un. L?auteur s?en rend bien compte. ?Je donne parfois des conf?rences. ? chaque fois, les intervenants sont nombreux ? venir me voir. Ils me remercient de leur donner des pistes concr?tes. Ils sont d?munis face au manque de ressources.?

La preuve ind?niable de l?importance que l?on doit accorder au ph?nom?ne? Les ?tudes d?montrent que le taux moyen de r?cidive est de 7 % lorsque les adolescents agresseurs sont trait?s. Cette donn?e en surprend plusieurs, ? commencer par M. Sioui. ?? l??poque, on croyait tous que ces jeunes allaient r?cidiver ? coup s?r?, se rappelle-t-il.

Agression sexuelle: une perception fauss?e

Cette surprise sur le taux de r?cidive n?est pas la seule ? avoir pris de court le chercheur. Parmi les 15 jeunes qu?il a interview?s dans le cadre de ses recherches, l?ancien ?ducateur avoue avoir ?t? ?branl? par l?absence de regret de ceux-ci. ?Je m?attendais ? ce que ces jeunes se disent d?sol?s du tort qu?ils ont caus?. Ce n?est pas le cas. Ils ont un manque d?empathie flagrant pour leurs victimes. Ils sont conscients de leur geste, mais ils mettent l?accent sur les cons?quences du geste pour eux-m?mes. Certains sont m?me all?s jusqu?? dire que les victimes le m?ritaient.?

Cela dit, si les remords des jeunes agresseurs sont nuls, ils ne tentent pas de nier la gravit? de leurs gestes pour autant. ?Le manque de ressentiment contre les instances judiciaires m?a r?ellement surpris, raconte M. Sioui. En r?gle g?n?rale, les d?linquants qui passent dans les Centres jeunesse ont une dent contre la justice. Mais ces jeunes-l?, qui sont all?s au poste de police, devant les tribunaux et dans des bureaux d?avocats, ont r?alis?, ? travers le processus judiciaire, qu?ils avaient commis une faute grave et ils ont accept? le fait de devoir payer une dette. Je crois qu?en acceptant la gravit? de leurs actes, ils d?sirent oublier leur geste, tourner la page. Ils sont loin de se vanter de leurs comportements.?

Les jeunes agresseurs sexuels: des jeunes mal socialis?s

Ainsi, cette probl?matique n?est aucunement li?e ? l?accessibilit? sans borne de la pornographie sur le web, ni au ph?nom?ne de l?hypersexualisation. Ce type de d?lit en est un parmi tant d?autres que commettent ces jeunes, selon M. Sioui. Ils commencent avec des petits larcins, des vols ? l??talage et apr?s ils commettent d?autres d?lits, plus graves. ? l?instar de la plupart des jeunes d?linquants, les adolescents agresseurs sexuels ont tous un point commun: ils sont mal socialis?s.

?L?agression sexuelle commise par ces jeunes est,? plus souvent qu?autrement, un acte de pouvoir. Beaucoup de ces jeunes, pour plusieurs raisons, sont rejet?s.? Ils ne savent pas comment se faire des amis, ils ont beaucoup de rage et ils s?en prennent ? des plus jeunes?, affirme l?auteur qui esp?re que son livre contribuera ? humaniser le probl?me. ?Nous ne sommes pas face ? des agresseurs adultes dont la d?viance sexuelle est cristallis?e. Ce qu?il faut ?viter, c?est de les marginaliser encore plus. Si on les isole, ils ne s?en sortiront pas.?

Jeux interdits, Ces adolescents accus?s d?agression sexuelle de Bruno Sioui, VLB ?diteur, 2008. Entrevue de Marie-Claude Marsolais publi? dans Reflet de?Soci?t?.

Autres textes sur?Sexualit?

Les difficult?s d?avorter au Canada.

La sexualit? au p?nitencier.

Sexualit?, ?ducation sexuelle et hypersexualisation

Le sexe banalis??.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Histoires de médocs et course au vaccin

Dans la tourmente actuelle, je vous ai retrouvé une petite perle. Aujourd’hui que l’on se ...