Accueil / A C T U A L I T É / Affaire Benalla : Le loup déguisé en mouton

Affaire Benalla : Le loup déguisé en mouton

La politique est le terrain de prédilection des prédateurs, même si certains se donnent des allures de mouton, ils restent malgré tout des loups redoutables, d’autant plus lorsqu’ils chassent en meute.

L’un de ces loups s’appelle Alexandre Benalla.

Mais qui est Alexandre Benalla  ?

Cet agent de sécurité proche de la présidence s’est invité lors des manifs du 1er mai, se coiffant illégalement d’un casque de CRS et faisant le coup de poing sur deux jeunes étudiants bien inoffensifs.

Le lendemain l’intéressé se voyait imposer une légère sanction…bien en dessous de ce que la loi prévoit.

Ci-dessous la lettre qui lui apprend sa sanction.

 

15 jours de mise à pied, et réintégration dans un autre service, c’est mieux que de la mansuétude, et c’est très éloigné de ce que la loi prévoit.

Les articles 433-14 et 433-15 punissent de 3 ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende lorsque les infractions ont pour objet de préparer ou de faciliter la commission d’un crime ou d’un délit.

Or, lorsqu’un civil se pare des attributs de gendarme (casque de crs, brassard de gendarme) pour aller tabasser 2 étudiants, il s’agit bien de ça.

 

D’ailleurs l’enquête confiée à la BRDP (brigade de répression de la délinquance contre la personne) porte sur les chefs de « violence par personne chargée d’une mission de service public, usurpation de fonctions et usurpation de signes réservés à l’autorité publique  ». lien

Et ce n’est pas tout.

Il y a un autre personnage peu évoqué dans les médias traditionnels, il s’appelle Vincent Crase, et il a été présent lors de ces tristes agissements.

Il ne chômait pas non plus : alors que son collègue Benalla faisait le coup de feu, Crasedistribuait les baffes.

 

Médiapart a publié une nouvelle vidéo où l’on voit dans le détail les violences exercées par la garde rapprochée de Macronlien

Selon des sources bien informées, ce Crase était aussi au cœur de la protection rapprochée de Macron, et il vient finalement d’être remercié après beaucoup de tergiversations. lien

Ces deux hommes faisaient partie du petit monde qui protège le président de la république,… ils s’appellent entre eux « les mormons » et avaient toute la confiance de Macron… voiture avec chauffeur, appartement de fonction, aux ordres de la présidence à tout instant…

Un article paru dans « l’Express » donne quelques détails supplémentaires sur les largesses dont profitait Benalla.

Ajoutons pour la bonne bouche que Benalla n’en est pas à sa première bavure.

Lors d’un meeting de Macron, le 4 mars 2017, il s’est emporté sur un journaliste qui travaillait pour public Sénat, le ceinturant, lui arrachant son accréditation presse qui permettait au journaliste d’être au plus près du candidat présidentiel.

La lettre que la direction de Public Sénat dénonçant cet acte injustifié avait envoyée à Macron était restée sans réponse.

Ce n’est hélas pas tout.

Le 16 novembre 2016, lors de sa déclaration de candidature à la présidentielle, un militant communiste qui avait l’intention d’interpeller le candidat, avait été refoulé brutalement.

Alexandre Benalla lui a donné un coup de tête et une béquille, alors que le militant affirmait n’avoir pas été violent. lien

Cerise sur le gâteau, c’est ce même Benalla qui, assurant la sécurité présidentielle, avait provoqué un accident, et tenté de prendre la fuite pour éviter les problèmes. Lien

Et si on remonte un peu dans le temps, on apprend qu’en juillet 2016, alors que Hollandeassurait la présidence de la république, Benalla était porteur d’une lettre de mission, destinée à Jean-Marc Mormeck, chef de la délégation interministérielle aux Outre-mer, devenant du fait chef de cabinet de celui-ci. lien

Nous devons à Jean-Luc Mélenchon d’avoir rappelé ce tweet présidentiel lors des violences de mai 2018 : « je condamne avec une absolue fermeté les violences qui ont eu lieu aujourd’hui et qui ont dévoyé les cortèges du 1er mai. Tout sera fait pour que leurs auteurs soient identifiés et tenus responsables de leurs actes ». lien

On finira par douter de cette volonté présidentielle, car sans le quotidien « Le Monde », l’affaire n’aurait peut-être jamais été connue. lien

L’épisode Benalla ne fera rien pour sortir la présidence du désamour actuel, et tout le temps perdu actuellement en hésitations diverses ne va rien arranger.

Après avoir rappelé qu’une sanction avait été prise tout de suite… (lien) L’Elysée a finalement, sous la pression, entamé une procédure de licenciement…évoquant « des faits nouveaux »… pour justifier son silence jusque-là. lien

Ces faits nouveaux posent problème, car il s’agit des vidéosurveillances que Benalla avait obtenues de la préfecture de police…entraînant le licenciement des 3 policiers qui lui avaient donné ces images…

Ne sont-ils pas de bien pratiques boucs émissaires se demandent de nombreux observateurs ?

A ce stade de l’affaire, on peut aussi s’interroger sur ces vidéos : en effet, la procédure prévoit leur effacement au bout d’un mois, or ça n’a pas été le cas…quelle est donc la raison de cet oubli ?

Le ministre de l’intérieur se trouve maintenant pris à son tour dans la tourmente, car il avait affirmé découvrir cette affaire lors de la parution du journal « le Monde », or on apprend maintenant que c’est lui, qui, dès le 2 mai avait donné l’information à la présidence de l’Elysée. Lien

Ce n’est pas tout, il fallait compter sur la presse irlandaise pour en apprendre en peu plus.

Elle évoque des photos embarrassantes pour la présidence : Benalla avec Macron et son épouse pendant les vacances au Touquet et sur les pistes de ski Pyrénéennes…

faisant apparaitre que Benalla et quelques autres faisaient partie du cercle des intimes de la présidence, Benalla étant le seul responsable de la sécurité à avoir accès à la maison des Macrons, et au bureau du 6ème étage du candidat au siège de la campagne.

Et puis comment expliquer la présence de Benalla aux côtés de Macron lors du transfert de la dépouille de Simone Veil au Panthéon, alors que celui-ci avait été sanctionné ? lien

Comment expliquer aussi sa présence lors du défilé du 14 juillet auprès du couple présidentiel ?

Ou sa présence dans le bus qui avait fait traverser les Champs-Elysées l’équipe victorieuse du mondial de foot ? lien

Chaque jour qui passe apporte son lot de surprises, et on a appris le 21 juillet que Benallaétait en possession d’un badge qui lui permettait d’accéder à l’Assemblée Nationale…or, rien ne le justifie puisque sa mission était dédiée au seul président de la république…et que ce dernier ne participe pas aux débats des députés. lien

Un président silencieux, un ministre qui tient un double discours, des barbouses présidentielles, des sanctions pas appliquées, pas étonnant que cette affaire prenne une telle ampleur.

Depuis le début du scandale, tous les fusibles sautent, les uns après les autres : d’abord les 3 fonctionnaires qui ont fourni les vidéos à l’intéressé, avec l’accord élyséen, puis l’intéressé lui-même, son comparse, Vincent Crase.

Le 23 juilletGérard Collomb a tenté de se dédouaner lors de son audition à l’Assemblée Nationale, affirmant n’être au courant de pas grand-chose, et d’avoir simplement transmis en haut lieu le 2 mai, le dérapage benallien lors du 1er mai, Place de la Contrescarpe, tentant de faire porter le chapeau à la préfecture de police, (lequel préfet affirme que Benalla n’était pas sous son autorité (lien) et rejette toute responsabilité dans cette affaire) et au cabinet de la présidence de la république. lien vidéo

Or, ça ne correspond pas à ces déclarations antérieures, comme on l’a découvert plus haut.

Le dernier entendu était le directeur de l’ordre public et il a affirmé que Benalla n’avait aucune autorisation qui lui permette d’agir comme il l’avait fait, ajoutant que l’intéressé avait participé à des réunions officielles entre le 2 et le 18 mai, alors qu’il était suspendu. lien

Mais la justice en restera-t-elle là se contentant de punir « les lampistes », ou va-t-elle regarder plus haut ?

Décidément le vernis présidentiel n’en finit pas de craquer : celui qui prend aux pauvres pour donner aux riches s’est particulièrement illustré lors du mondial, tentant de s’accaparer le succès des bleus, privant 300 000 fans du mondial d’honorer comme ils le voulaient, leurs champions…le bus était, parait-il, en retard, il ne pouvait pas perdre son temps sur les Champs-Elysées… il fallait se rendre à l’invitation présidentielle…

Devant l’effondrement progressif de sa cote de popularité, Macron fait tout ce qu’il peut pour la faire remonter… en vain.

Le philosophe Michel Onfray s’est exprimé sur ce qu’il faut bien aujourd’hui appeler « l’affaire Benalla », et son analyse mérite le détour. lien

Pas surprenant non plus que des citoyens commencent à réclamer sa destitution (ici) ou lancent une pétition, c’est ici

Le premier intéressé a déclaré qu’il prendra bientôt la parole pour s’expliquer…

Comment finira ce feuilleton de l’été ? L’avenir nous le dira car comme affirme mon vieil ami africain : « ce que le vieux voit assis, le jeune ne le voit pas debout ».

L’image illustrant l’article vient de www.hiram.be

Merci aux internautes pour leur aide précieuse.

Olivier Cabanel

Articles anciens

Macron le président carabistouille

Macron, un Monarc

En marche ou grève

Est-ce la fin du service public ?

Soldes, tout doit disparaitre

Le meilleur ou bien le pire ?

T’as pas mille balles ?

Le salaire du bonheur

Après le réveillon, le Réveil ?

Merci macron

La langue de macron

Macron, faire le plein avec du vide

Du Macron au micron

Macron vous fait bien marcher !

Méritons-nous un tel mépris ?

Un Macron très sucré

Un hold-up électoral

Le mélange des genres

Macron tend un piège

Le peuple ou les élites

Ils font leur nid dans le ni-ni

Lever le mystère Macron

Les bouffons politologues

La politique de l’illusion

Commentaires

commentaires

A propos de olivier cabanel

avatar

Check Also

Inondations dans l’Aude

Inondations dans l’Aude : les vrais responsables du drame…   Les fortes pluies qui se ...

3 Commentaire

  1. avatar

    Bonjour Olivier,

    On a entendu le témoignage de M. Yves Lefèvre du syndicat des policiers, déclarant que Benalla faisait régner la terreur auprès du GSPR. Il est facile de comprendre, sauf apparemment pour ceux qui cherchent par tous les moyens à minimiser tant les gestes de Benalla que la responsabilité de Macron, qu’on se trouve dans la pire situation lorsque des unités dont l’obligation est d’obéir à des ordres sont court-circuitées. C’est la porte ouverte à des incidents majeurs et on doit bien comprendre maintenant que si de tels incidents majeurs étaient survenus, toute la responsabilité allait reposer sur les policiers, car les véritables coupables n’auraient peut-être pas été assez vivants… pour assumer quoi que ce soit.

    https://www.youtube.com/watch?v=ezXXKbXsblo

    L’affaire Benalla montre une chose absolument primordiale (tout comme l’est ce court-circuitage des chargés d’opération): Alors que ce gouvernement, et Macron, ont répété en boucle, à maintes reprises, que manifester était un droit qu’ils respectaient (sic), il faut voir qu’en vérité leur respect du droit de manifester se traduit par l’infiltration des manifestations au moyen d’une cellule obscure de l’Elysée capable d’exercer une répression. Et c’est ici que le cerveau de plusieurs part en vacances: Benalla aurait agi de son propre chef… et donc c’est moins grave! Peu importe où se situe la vérité sur ce point, ne pas prendre la mesure des torts réels causés par cet individu (voire cette cellule) à l’image des forces de l’ordre, à la confiance des citoyens, comme l’ont fait les membres de ce gouvernement et Macron lui-même, c’est cautionner un contrôle d’état abusif qui se satisfait de dominer. L’ironie de Macron aura été de déclarer devant ses ouailles: qu’ils viennent me chercher. Il n’est jamais sorti de son rôle d’épouvantail on dirait.

    https://www.youtube.com/watch?v=7ktVVtK9UFQ

    Bonne journée et merci !

  2. avatar

    Une chose n’a pas été soulevée jusqu’à présent, sauf erreur de ma part: il s’agit du récent déploiement d’un dispositif permettant de calculer le nombre de personnes participant à une manifestation (les médias affirmant qu’il aiderait à établir plus justement le nombre de participants, évitant ainsi qu’il y ait sans cesse une disparité entre les chiffres donnés par les groupes manifestants et ceux donnés par la police ou les médias).

    Ce dispositif semble bien être parallèle à la surveillance vidéo pilotée par les forces de l’ordre (on image lors de circonstances bien précises). Il expliquerait peut-être la confusion autour de la bande vidéo obtenue par Benalla qui dit l’avoir remise à Ismaël Emelien (proche de Macron à l’Elysée), car lors des auditions, tous ont paru étonnés que ce qui a été filmé le 1er mai par les caméras de sécurité soit toujours disponible, alléguant que normalement les bandes sont effacées après quelques jours (on disait maximum un mois). Peut-être pas celles parallèles du programme confié à Occurrence? Ce dispositif utiliserait les caméras en place pour traiter les données recueillies, indépendamment du service auquel appartiennent ces caméras on dirait. Qui a demandé et autorisé ce dispositif ?

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/03/22/20002-20180322ARTFIG00002-un-decompte-precis-du-nombre-de-manifestants-deploye-pour-la-premiere-fois-ce-jeudi.php

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.