Accueil / T Y P E S / Articles / Adela?de Labille-Guiard, g?nie m?connu de la peinture fran?aise

Adela?de Labille-Guiard, g?nie m?connu de la peinture fran?aise

Deux de mes pr?c?dents articles ?taient consacr?s ? des femmes peintres italiennes injustement m?connues?: la rebelle Artemisia Gentileschi et l?aust?re Sofonisba Anguissola. En France ?galement, des femmes se sont illustr?es dans cet art difficile domin? par les hommes. Si l?on excepte, dans un pass? plus r?cent, Rosa Bonheur, Berthe Morisot et Suzanne Valadon, une seule d?entre elles jouit d?une solide notori?t??: ?lisabeth Vig?e-Le Brun. L?une de ses contemporaines s?est pourtant hiss?e au sommet de l?art pictural avant de dispara?tre dans les limbes de l?oubli?: Ad?la?de Labille-Guiard. Une injustice qui demande r?paration?

N?e le 11 avril 1749 ? Paris, Adela?de est le 8e enfant d?un couple de merciers de la rue Neuve-des-Petits-Champs*. Rien ne la pr?dispose ? la peinture, si ce n?est l?exemple du mari de sa s?ur a?n?e F?licit?, le miniaturiste Antoine Gros, futur p?re avec sa seconde ?pouse, la pastelliste Pierrette Durant, du c?l?bre peintre napol?onien Jean-Antoine Gros.

On ne sait pas grand-chose de l??ducation artistique de la jeune Adela?de, si ce n?est que, d?s son adolescence, elle se forme ? la miniature avec un ma?tre du genre, Fran?ois-?lie Vincent. En 1769, la jeune femme ajoute une corde ? son arc, le pastel, sous la houlette d?un professeur renomm?, Maurice Quentin de La Tour, dont elle suivra l?enseignement jusqu?en 1774, pour la plus grande satisfaction d?un ma?tre dont le caract?re difficile et l?exigence sont notoires.

En cette m?me ann?e 1769, Adela?de, ?g?e de vingt ans, ?pouse Nicolas Guiard, commis aupr?s du Recteur g?n?ral du Clerg?. Devenue Mme Labille-Guiard et parrain?e par Fran?ois-?lie Vincent, c?est sous ce nom qu?elle est admise au sein de la Communaut? des Ma?tres peintres et sculpteurs, dite Acad?mie de Saint-Luc. En 1774, elle expose au Salon de l?acad?mie un portrait de magistrat ex?cut? au pastel qui lui vaut d?embl?e d??tre compar?e ? ?lisabeth Vig?e-Le Brun, plus jeune qu?elle mais d?j? bien en cour gr?ce ? la protection de la princesse Louise de Bourbon-Penthi?vre, l??pouse du Duc de Chartres. Il est vrai qu?Adela?de a utilement compl?t? sa formation aupr?s de Fran?ois-Andr? Vincent, Prix de Rome et fils de son premier ma?tre.

En 1776, Turgot, dans le cadre d?une r?forme centralisatrice visant ? r?duire le poids des corporatismes, supprime les jurandes (ma?trises d?artisans). Directement touch?e par les D?crets de Turgot, l?Acad?mie de Saint-Luc est dissoute. Elle comptait alors une vingtaine d?artistes femmes qui, comme l??crit l?historienne des arts Marie-Jo Bonnet, ??se trouvent d?sormais devant un vide professionnel??. Priv?e de cet appui logistique et juridique, Ad?la?de n?en m?ne pas moins avec opini?tret? une brillante carri?re de portraitiste.

Peintre de ??Mesdames???

Le talent reconnu d?Adela?de Labille-Guiard, comme celui de sa ??rivale?? ?lisabeth Vig?e-Le Brun, aurait d? ouvrir aux deux jeunes femmes les portes de l?Acad?mie Royale de Peinture et de Sculpture. Il n?en est rien car cette acad?mie n?admet que 4 femmes sur ses 70 membres, et les conditions d?admission y sont pour le moins opaques. Deux des quatre places f?minines s??tant lib?r?es en 1783, c?est une quarantaine de postulantes, venues de l?ex-Acad?mie de Saint-Luc ou exposantes au Salon de la Correspondance, qui font acte de candidature. Au terme de longs d?bats et de luttes d?influence, ?lisabeth Vig?e-Le Brun, soutenue par la Reine Marie-Antoinette, et Adela?de Labille-Guiard, soutenue par ? Mesdames ? (les tantes du Roi) sont admises le 28 mai au sein de la prestigieuse institution, malgr? la publication d?un pamphlet anonyme accusant les deux artistes de vie dissolue. Une nomination qui relancera de plus belle les attaques contre ?lisabeth, accus?e de gaspillage (tel Gainsbourg, elle aurait br?l? des billets de banque) et de d?bauche sexuelle, accusations probablement en rapport en rapport avec l?amiti? que lui porte une Marie-Antoinette de plus en plus en plus contest?e.

Interdites d?enseignement dans les ?coles royales, interdites de concourir au Prix de Rome, interdites d??tude du nu, les femmes peintres restent plus que jamais r?duites au portrait. Adela?de ne l?entend pas de cette oreille, et pr?sente au Salon du Louvre en 1785 son c?l?bre Autoportrait avec deux ?l?ves dans lequel ?clate son talent. Adela?de Labille-Guiard, en tenue d?apparat, s?y est mise en sc?ne, ? son chevalet et palette en main, en compagnie de Melles Capet et Carreaux de Rosemond, debout derri?re elle. Compar? aux ?uvres masculines qui persistent ? rel?guer les femmes dans un r?le domestique, ce tableau, ressenti selon Marie-Jo Bonnet comme ??un v?ritable manifeste en faveur de l?enseignement artistique des femmes?? marque indiscutablement les esprits.

L?Autoportrait avec deux ?l?ves est en outre remarquable sur deux autres plans?: d?une part, Adela?de y montre l?envers du ch?ssis et met ainsi en lumi?re le mod?le et non l??uvre en cours de r?alisation?; d?autre part, elle se permet une ?tonnante audace en pla?ant d?lib?r?ment, quatre ans avant la R?volution, la main de Melle Capet, fille de servante, sur la taille de Melle Carreaux de Rosemond, fille d?aristocrate, dans un ?vident symbole d??galit?.

? Peintre de Robespierre

1787. Adela?de Labille-Guiard expose au Salon du Louvre les portraits de Mesdames, les trois tantes du Roi. Ce salon la consacre d?finitivement avec ?lisabeth Vig?e-Le Brun comme les meilleures portraitistes de leur g?n?ration. ??Jamais ce genre n?a ?t? port? ? un plus haut degr? de perfection?? ?crit un critique avant d?ajouter?: ??C?est ? ces deux femmes qu?on doit cette r?volution.??

Une r?volution qui, d?bordant le cadre des arts, descend dans la rue deux ans plus tard. Mesdames parties se r?fugier en Italie en 1791, Adela?de recherche de nouvelles commandes. Tout naturellement, elle peint des d?put?s de l?Assembl?e Nationale. Parmi eux, Robespierre et Talleyrand. Apr?s une interruption de son travail durant la Terreur li?e ? une d?pression cons?cutive ? la destruction d??uvres connot?es aristocratiques**, Adela?de reprend son activit?. Divorc?e, gr?ce aux lois de la R?volution, de Nicolas Giuard dont elle ?tait s?par?e depuis 1779, Adela?de ?pouse en 1799 Fran?ois-Andr? Vincent, son ancien ma?tre et ami d?enfance.

Trois ans apr?s avoir expos? une derni?re fois, elle meurt en 1803 ? l??ge de 54 ans, probablement navr?e de la terrible r?gression de la condition des artistes femmes, exclues de l?Institut de France qui, en 1795, a remplac? les anciennes acad?mies royales. Par chance, Adela?de ne verra pas, l?ann?e suivante, la naissance du Code civil de Napol?on qui rend, pour tr?s longtemps, la femme mari?e incapable juridiquement et totalement d?pendante de son ?poux.

Longtemps rel?gu?e par les historiens de l?Art dans l?ombre d??lisabeth Vig?e-Le Brun, Ad?la?de Labille-Guiard est aujourd?hui fort justement consid?r?e par les sp?cialistes comme l??gale de sa contemporaine. Certains experts lui accordent m?me de plus grandes qualit?s artistiques que ??sa rivale??. Modeste peintre amateur, je me garderai bien de les d?partager, et cela d?autant moins que j??prouve une m?me et sinc?re admiration pour le travail de ces deux grandes dames de l?art pictural.

* Dans cette rue (l?actuelle rue des Petits-Champs, 2e arrondissement) tenait ?galement boutique Beno?t Binet, le perruquier de Louis XIV. Baptis?es ? binettes ? par la population, les perruques extravagantes qu?il confectionnait pour le Roi-Soleil et les courtisans sont ? l?origine de l?expression ? avoir une dr?le de binette ?.

** Ad?la?de est notamment contrainte de d?truire un grand tableau dans lequel elle s?est d?j? beaucoup investie?: R?ception d?un Chevalier de l?Ordre de Saint-Lazare par Monsieur. Comme son titre l?indique, cette toile rendait hommage au fr?re du Roi. Inconcevable en 1793?!

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

L’incroyable arsenal des émeutiers de Washington (1)

Les milices armées aux Etats-Unis sont un fléau, on l’avait bien compris lors des événements ...