Accueil / A C T U A L I T É / Abstention record à la présidentielle… Et alors !

Abstention record à la présidentielle… Et alors !

 

 

Depuis le suffrage universel direct le taux d’abstention le plus élevé date du 15 juin 1969 avec 31,1%. Pourtant, Pompidou avait gouverné la France sans que le pays ne sombre dans le chaos. Mais c’était une autre époque et un autre contexte. Cette année là, la gauche était absente du second tour et le communiste Jacques Duclos refusa d’appeler ses électeurs à choisir entre « bonnet blanc et blanc bonnet », c’est-à-dire entre Pompidou (UDR) et Poher (Centre démocrate). En 2002 le taux d’abstentions était également important au premier tour avec 28,4%.

Ces records du nombre d’abstentionnistes pourraient être battus en 2017. C’est ce qu’on appelle parfois la « Praf attitude », qu’il faut traduire par le détachement de la politique. Comment s’en étonner avec la décomposition politique que nous observons tous les jours. Alors, combien d’adeptes supplémentaires dans quelques semaines, nul ne le sait.

Et Alors ! Où est le problème puisque nous aurons quand même un nouveau Président de la République au soir du 7 mai 2017. C’est bien là l’essentiel non ? Pour lui en tout cas. D’ailleurs, qui peut imaginer un seul instant que le Chef d’Etat élu pourrait avoir le moindre sentiment de gêne ou de frustration s’il y avait, disons 32% d’abstention au doigt mouillé. Personne bien sûr ! Car, ce soir-là les partisans de l’heureux élu feront la fête comme à chaque fois un soir de victoire électorale et oublieront rapidement les abstentionnistes.

Honnêtement, ce chiffre de 32% d’abstentionnistes n’est pas du doigt mouillé, pas assez fiable. Mais l’estimation d’une étude du Cévipof réalisée quelques semaines avant l’élection. Rien cependant n’est gravé dans le marbre, ce n’est qu’une indication. Certes, à l’approche du jour J les sondages s’affineront, mais aujourd’hui le nombre d’indécis est bien trop important et c’est le flou et les interrogations qui dominent, tellement la campagne électorale est polluée par les affaires. Toutefois, selon un responsable de cette étude « à 35 jours du premier tour, on aurait pu observer un taux autour de 20 % d’abstention et non pas 32. »

Encore une fois, et alors !

Le cabinet noir de l’Elysée qui serait accroché comme une sangsue au basques de François Fillon est-il encore à la manoeuvre en utilisant le Cévipof comme son bras armé pour faire peur aux citoyens. Peut-être ne faut-il pas chercher si loin, sans pour autant se faire trop d’illusions sur la virginité du gouvernement socialiste. Mais il est évident qu’un taux d’abstention important favorisera le FN qui a un électorat fidèle sur lequel il peut compter et qui ne s’abstiendra pas. Pour Martial Foucault, directeur au Cévipof, « Le point essentiel, c’est ce niveau de défiance vis-à-vis de la politique, une sorte de fatigue ou de malaise ». Pas besoin de sortir de Sciences Po pour pour le comprendre.

Être ou ne pas être abstentionniste, c’est la question

Encore plus difficile dans la situation actuelle de tenter un pronostic sur le résultat des législatives. Même si les électeurs donnent d’habitude la majorité au chef de l’Etat il peut y avoir une exception à la règle. Aux élections législatives de 2012 l’abstention était de 44,59% au second tour, un chiffre parlant sur l’intérêt porté à ce type d’élection. Mais nous pouvons certainement encore faire mieux. De toute façon cela n’a absolument aucune importance puisque « L’élection présidentielle 2017 n’aura pas lieu ». Un roman d’anticipation d’un auteur qui préfère rester dans l’anonymat. Vous avez aussi le livre « Plus rien à faire, plus rien à foutre » d’un spécialiste de l’épineuse question, Brice Teinturier d’Ipsos. Au moins l’abstention fait parler et vendre. Qui sont les abstentionnistes ? Il faudrait un article entier pour détailler les nombreux cas particuliers du phénomène. Mais méfiez-vous, c’est contagieux ça peut arriver à tout le monde.

Commentaires

commentaires

A propos de gruni 57

avatar
J'ai une fâcheuse tendance à l'ambiguïté. Ce n'est pas ma faute je suis tombé dans le deuxième degré quand j'étais petit. Depuis, pour me soigner, j'ai tenté une cure prolongée sur Agoravox. Le résultat a été désastreux, c'est encore pire qu'avant. Alors ne me prenez surtout pas au sérieux, mon cas déjà désespéré pourrait s'aggraver avec une grosse tête.

Check Also

Particules fondamentales

Adoptons une « prémisse » temporaire, pour l’instant : « La Masse des particules dépend de la densité décroissante ...

2 Commentaire

  1. avatar

    C’est bien dommage que la politique se soit transformée (si facilement d’ailleurs) en une mascarade plus ou moins bien ficelée. On n’hésite pas à employer tous les moyens pour se faire élire, et tromper est le plus utilisé.

    Tel que vous le mentionnez, le FN et aussi François Fillon bénéficient d’un électorat pratiquement assuré à cette étape, car ceux qui n’ont pas quitté leur navire, semblent avoir un seuil d’acceptation élevé. A moins d’un événement hors normes qui pourrait affecter leur candidature, autant penser que leurs multiples coming-out ont été bien reçus par leurs partisans et à la limite les servent plutôt bien.

    Le président risque d’être élu majoritairement, par une minorité de gens. C’est d’ailleurs la définition de la démocratie qui prévaut de plus en plus. Acclamé par une poignée d’électeurs, tandis que les autres vomissent, s’abstiennent de voter ou votent ailleurs sans grande conviction. Il y a quelques années seulement, ils serraient les dents jusqu’à la prochaine élection, mais cette attente patiente est de moins en moins souhaitable (on le sait trop bien), étant donné l’urgence et la nécessité de remettre le pays sur les rails (ce qui est le cas de plusieurs pays).

    Il faut voir la tournure que finissent par prendre ces élections, lorsque le choix doit être exercé entre des candidats qu’au fond personne ne souhaite voir au pouvoir. Plus étonnant encore, c’est que ce n’est pas le fait d’un modèle de pouvoir uniquement. On retrouve le même topo chez différentes formes de gouvernements. Et, ce qui n’est pas pour consoler, on voit la même chose lorsque le pouvoir est une dictature (soft ou hard, travestie ou pas).

    En fait plus un seul ne parvient à montrer un quelconque principe réel de démocratie. Pas étonnant, qu’une fois élu un candidat se croit tout permis. La notion voulant qu’il soit au service de la multitude n’existe que sur papier maintenant. L’expression être au service se bute au pouvoir incontestable dont un candidat sait qu’il bénéficiera, peu importe qu’il fasse du 49-3 son dada ou qu’il refuse systématiquement de lever les yeux sur l’électeur moyen, l’entreprise et la finance ayant toute son attention. Le meilleur exemple présentement est Trump, car bien qu’il soit conspué par une majorité d’américains, il peut s’accrocher au pouvoir avec un grand sourire (remarquez j’exagère car il ne sourit pratiquement jamais: né avec un air enragé il faut croire). Il n’empêche qu’au grand désarroi de la majorité des américains, il prend des décisions qui auront des conséquences importantes car elles hypothéqueront le prochain gouvernement à venir (possiblement les prochains). Comme si dans l’état où se trouvent plusieurs pays, on pouvait se permettre de les dégrader davantage…

    Bref ce qui devient choquant et quasi obscène, c’est que des millions de personnes n’exercent pas réellement un choix: elles subissent des candidats et tremblent à l’idée que plusieurs parmi eux puissent parvenir au pouvoir. Cherchons l’erreur car il y en a une de taille.

    Il faudrait un bouton: EJECT ! A coup sûr François Fillon serait sorti du paysage électoral, sans avoir eu à décider s’il restait ou non. Au contraire, la liberté qui leur est accordée fait que le choix de l’ensemble des électeurs (avant même qu’ils se rendent voter) ne compte pas. Comment s’étonner que de plus en plus d’électeurs n’aient aucune envie de voter, pris en otage dans un système qui leur rit au nez parce qu’il les oblige à voter sans conviction, sinon à voter différemment. C’est honteux tout ça et pour couronner le tout, c’est rendu possible grâce à l’argent de ceux qui sont bais.. C’est bien ce dernier mot suggéré qui résume de plus en plus les électeurs.

    Peut-être aura-t-on l’idée (le buzz Pokemon aidant à pulvériser la réalité) de proposer un vote façon colin-maillard? Ça pourrait être chouette… Pour plusieurs, je crois que ce serait le meilleur aveu que le système pourrait leur faire concernant l’état réel de la démocratie.

    Dire qu’il y a encore plusieurs jours de mascarade à venir… La justice est venue en soutien. C’est un point positif. Elle devra mettre les bouchées doubles, car apparemment il y a beaucoup à faire, beaucoup à appeler plutôt qu’à élire.

    La politique montre le même prolongement de l’inertie que le dossier environnemental, alors que leur situation respective est inquiétante, voire catastrophique pour des millions de gens.

    A la petite semaine nous sommes, à nous user pour nous loger et nous nourrir tandis que des dirigeants imbus d’eux-mêmes se maintiennent au pouvoir au moyen de contorsions étatiques, déconstruisent sous nos yeux le monde qui nous échoit et bâtissent un monde auquel nous n’avons que peu le droit d’aspirer. Nous le savons tous individuellement, mais on nous fait croire que collectivement ce n’est pas le cas. Alors on se tait, seul sur son île. Pour sceller notre résignation, on fait appel à la bienséance en la nommant démocratie, alors qu’elle n’est nullement pratiquée, salie aux mains des menteurs de tout acabit.

    Elle est belle la politique… qui s’est construit un empire que se partagent les mêmes. Une caste greffée aux caisses de l’état, à peine consciente parce que pervertie, soudoyée, endoctrinée, arrosée au champagne et dorlotée aux limousines. Exagéré? je ne crois pas, ou si peu. Tous les jours maintenant, les scandales se succèdent. On filoute, on fait main basse, on s’octroie des faveurs (on en concède aux amis aussi), on pige comme des demeurés dans le bien des autres, à même leur vie, et si d’aventure ces autres se montrent trop visibles et s’expriment, on les rabroue, on les insulte, on leur rit au nez et pour se venger, on les taxe… Et ça veut des autres qu’ils votent? ah bon. C’est quasi exiger le masochisme du peuple.

    Sinon ça va:) On pourrait croire que la politique est devenue indigeste non? eheh! Les salauds. Heureusement, les candidats qui ont encore cette petite flamme nécessaire, témoin d’une certaine honnêteté, ne se sentiront pas visés. Grand bien leur soit fait…. Qu’ils se fassent mieux connaître, en parlant plus fort, car la meute hurle autour d’eux, prête à dévorer les espoirs du peuple.

    Bonne soirée et merci !

  2. avatar

    Bonsoir Elyan

    Un commentaire sans concession pour la classe politique qui vaut bien un article, le mien en tout cas. Voilà que Fillon est quelques autres de son parti viennent de demander une enquête au Parquet par rapport aux révélations du livre « Bienvenue place Beauvau ». Les auteurs du bouquin ont pourtant précisé qu’il n’y avait pas de cabinet noir à l’Elysée. Mais il y a bien des informations qui remontent jusqu’au président et ce n’est pas nouveau. Toutefois les faits sont là, Fillon ne peut pas être Président dans ces conditions, il est apparemment le seul à croire en ses chances. Mais si vraiment le châtelain de la Sarthe prend le pouvoir c’est à désespérer des électeurs.

    Merci pour votre commentaire