Accueil / L O C A L I S A T I O N / AFRIQUE / Abdou Diouf: le combat de trop ?

Abdou Diouf: le combat de trop ?

Il a tout connu, la gloire, le succ?s, les ?checs, du moins, un seul ?chec, lorsqu?il avait perdu l??lection pr?sidentielle s?n?galaise en 2000, face ? Abdoulaye Wade, son ennemi h?r?ditaire. A 75 ans, l?ancien pr?sident s?n?galais brigue un 3e mandat ? la t?te du secr?tariat g?n?ral de l?Organisation Internationale de la Francophonie (OIF).

N? vers 1935 ? Louga au S?n?gal, il est dipl?m? de l?Universit? de Dakar et de l?Universit? de Paris (Droit). De retour dans son pays, il int?gre la pr?sidence de la R?publique d?s 1963. Un an apr?s, le pr?sident Senghoer fait de lui son secr?taire g?n?ral de la Pr?sidence, pendant 4 ans, avant qu?il ne devienne Ministre du Plan et de l?Industrie de 1968 ? 1970.?Nomm? Premier ministre en 1970, il devint Pr?sident de la r?publique du S?n?gal le 1er janvier 1981 en remplacement de Senghor, d?missionnaire. Il fut reconduit dans ses fonctions lors des ?lections de 1983, 1988 et 1993. En 2000, il est battu par Abdoulaye Wade et est ?lu Secr?taire G?n?ral de la Francophonie le 20 octobre 2002, poste qu?il occupe actuellement?

La candidature de l?ancien pr?sident s?n?galais ne passe pas vraiment et n?est pas du go?t de tout le monde. Notamment, aupr?s de ses pairs d?antan. On lui reproche sa gestion calamiteuse et opaque. C?est ainsi qu?il est accus? de gaspiller l?argent de l?Organisation ? des fins personnelles. Ce n?est d?ailleurs pas la premi?re fois qu?il est dans le collimateur. En effet, en 2008 d?j?, ses interlocuteurs exigeaient de lui plus de transparence et de rigueur.

Il ?tait accus? d?avoir dans son cabinet qui fonctionnait avec une vingtaine de conseillers, des cr?dits illimit?s de plus de 6 millions d?euros/an, au service des siens. Ainsi, la Cour des Comptes sous l??gide de feu Philippe Seguin se demandait comment ?tait-il possible de payer en liquide, 3 ?missaires qui se rendaient ? la conf?rence des intellectuels d?Afrique et de la diaspora ? Bahia, au Br?sil, avec la coquette somme de 48 000 euros pour 3 jours.??pingl??dans ce dossier, la conseill?re sp?ciale de Diouf, Christine Desouches,?ainsi que l?ancien premier ministre guin?en et fonctionnaire ? l??poque ? l?OIF, Lassana Kouyat?.

Abdou Diouf aurait renonc? ? ses indemnit?s quotidiennes, ??vaste mascarade??, selon une source proche du dossier, ?pour inonder les journaux francophones de milliers d?euros, en publicit?. Ce dont ??la Francophonie n?a pas besoin?? indique encore la source. Mais, le cabinet du secr?taire g?n?ral argue que, c?est simplement pour faire mieux conna?tre l?Organisation qui a 40 ans cette ann?e.

L??lection du prochain Secr?taire g?n?ral de la Francophonie a lieu ? Montreux, en Suisse, lors d?un sommet des chefs d?Etats, du 20 au 24 octobre prochain. On s?achemine vers un face ? face cinglant entre l??crivaine franco-camerounaise ou camerouno-fran?aise, c?est selon, Calixthe Beyala, et le sortant, Abdou Diouf. En ce qui concerne ce dernier, la question est de savoir aujourd?hui s?il s?agit du combat de trop, du dernier baroud d?honneur ou de d?shonneur.

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Le gardien de toutes insomnies

  L’enchanteur des ténèbres Il était une fois Yves, un homme perdu parmi ses semblables. ...

One comment

  1. avatar

    Vous écrivez que l’élection pour le poste de Secrétaire général de la Francophonie en octobre à Montreux se fera en octobre entre Calixthe Beyala et Abou DIouf.

    Après lecture de votre texte , de toute évidence vous semblez souhaiter l’élection de Calixthe Beyala.

    Je me permets de vous signaler que des médias au Québec (le Devoir de samedi le 25 sept. ) ont mentionné que la candidature du premier ministre du QUébec, Jean Charest, se préparait en coulisses. Elle est même probable, voire très probable étant donné ses appuis en haut lieu en France.

    Il faut reconnaître que M. Charest a d’énormes problèmes de crédibilité à l’heure actuelle.
    58% des QUébécois (Léger Mktg) croient qu’il devrait démissionner de son poste étant donné les allégations de collusion et corruption qui entourent son administration et le financement de son parti politique. (78 % de la population réclament une « enquête publique).

    Dans ce contexte je préfère Abou DIouf, à Jean Charest. Je ne connais pas bien Calixthe Beyala… vous pourriez nous la présenter, puisqu’indirectement vous semblez l’appuyer.