Accueil / A C T U A L I T É / A quelle fin tuons-nous ? (RSN)

A quelle fin tuons-nous ? (RSN)

A quelle fin tuons-nous?? (RSN)

?tes-vous en train de me dire que ne rien faire en Syrie est la meilleure solution??

La triste r?alit? c?est que, dans le cas de la Syrie, il n?y a pas de bonnes solutions, pour les Etats-Unis ou pour pratiquement tous les autres.

Mais la terrible r?alit? c?est que les ?tats-Unis et peut-?tre le monde entier s?en sortiront relativement mieux s?ils laissent Assad au pouvoir pour l?instant, plut?t que d?avoir ? g?rer le chaos incontr?lable qui d?coulera probablement de toute autre situation.

Il n?y a aucun motif valable ? aggraver une situation f?cheuse. Elle s?aggravera vraisemblablement d?elle-m?me, et empirera de fa?on inimaginable si le gouvernement tombe.

Mais ce ne serait pas bien si les « rebelles » gagnaient??

Il y a peu de chances. Nul ne peut dire avec certitude qui sont ces « rebelles », ? part que nous savons qu?ils sont tout sauf une force unie et coh?rente. Nous ne savons m?me pas si certains d?entre eux ont des projets dignes d??tre soutenus. Il y a de nombreux groupes rebelles qui ont chacun leurs propres int?r?ts, dont la plupart sont mortels ? pour les autres groupes, pour leurs voisins, pour tout le monde.

Mais se d?barrasser d?Assad est bien en soi, non??

Oh, naturellement, tout comme se d?barrasser de Saddam Hussein ?tait bien dans l?absolu. Vous n?avez aucune m?moire?? Malheureusement, nous avons ?t? affubl?s de dirigeants qui pr?f?rent ignorer le fait que rien n?existe « dans l?absolu ». Tout est interconnect?, ce qui devrait ?tre ?vident pour tout le monde. Mais, apparemment, l??quipe Obama/Kerry ne pige pas mieux que l??quipe Bush/Cheney. Leur th?orie commune, qui est qu?ils sont capables de contr?ler la r?alit? et de d?terminer l?issue, est la principale caract?ristique de l?orgueil d?mesur? (et ?galement de la folie, et de l?incons?quence sanguinaire).

Malgr? la destruction d?mente que la guerre en Irak a fait subir ? toutes les parties engag?es (sauf aux commandants rest?s bien ? l?abri), les cons?quences ind?fendables sont que nous avons aujourd?hui un Irak qui a souffert et qui continue de souffrir beaucoup plus que si Saddam ?tait rest? au pouvoir. Les crimes de guerre ont tendance ? tourner mal.

Et donc, nous devons laisser Assad au pouvoir??

Le premier probl?me avec cette question, c?est qu?on part du principe que c?est ? « nous » (qui que ce « nous » d?signe) de d?cider. Ce qui est ind?niable, c?est que « nous » avons le droit d?intervenir de la fa?on la plus abominable qui soit sans que personne ne puisse nous en emp?cher. Mais c?est l? que s?arr?te notre contr?le des ?v?nements, et l?int?r?t d?une intervention est difficile ? estimer ? tr?s vraisemblablement parce qu?il n?y en a aucun.

?videmment, une offensive pourrait satisfaire momentan?ment le besoin irrationnel de « faire quelque chose », m?me si nous n?avons fait que montrer que nous ?tions des durs ? cuire en expliquant aux Syriens qu?ils n?avaient pas int?r?t ? tuer des Syriens s?ils ne voulaient pas que nous intervenions pour tuer encore plus de Syriens.

Mais les armes chimiques, c?est mal, non??

?a c?est de la morale religieuse. Mais m?me s?ils font v?ritablement le mal, o? est le probl?me?? La politique ?trang?re ne se fait pas sur les notions de bien et de mal.

R?pondre « o? est le probl?me?? » peut paraitre d?sinvolte, mais cela signifie que pratiquement tout le monde utilise des armes chimiques d?une mani?re ou d?une autre, et, la plupart du temps, personne ne r?agit. Crier aux « armes chimiques », c?est du sentimentalisme stupide destin? ? annihiler la pens?e, pas ? l??clairer.

C?est-?-dire??

L?uranium appauvri est un m?tal lourd toxique dont les effets peuvent entra?ner la mort. Les ?tats-Unis et d?autres pays ont utilis? et continuent d?utiliser des armes ? l?uranium appauvri. Notre uranium appauvri contamine encore certains pays depuis les Balkans jusqu?? l?Irak.

Logiquement, nous aurions d? nous bombarder de missiles Tomahawk au cours de ces vingt derni?res ann?es pour nous donner une le?on que nous avons, de toute ?vidence, beaucoup de mal ? apprendre.

Et donc, oubliez la pseudo-moralit? d?un Secr?taire d??tat proche de l?hyst?rie qui trouvait que la guerre ill?gale en Irak ?tait une bonne id?e, ou, du moins, trop consensuelle pour qu?on s?y oppose. Quand Kerry traite les armes chimiques en Syrie d? »obsc?nit? morale » (comme il l?a fait le 26 ao?t), rappelez-vous qu?il n?a jamais contest? l?utilisation de l?uranium appauvri. Jamais.

Il n?y a aucun principe moral en jeu dans la situation actuelle en Syrie, et il n?y a aucun objectif clair qui puisse justifier l?intervention, si ce n?est l?intervention pour l?intervention. Tout ce qui est en jeu, c?est la d?monstration de force sans scrupules comme une fin en soi.

Vous voulez dire que nous devons simplement rester l? ? regarder les gens mourir??

Du calme. C?est ce que nous faisons tout le temps quand ?a nous arrange.
C?est ce que le monde est devenu depuis tr?s longtemps, probablement m?me avant que nous ne nous mettions ? distribuer aux populations indig?nes des couvertures contamin?es par le virus de la variole.

William M.?Boardman a travaill? pendant 40 ans pour le th??tre, la radio, la TV, la presse ?crite, et a pass? en m?me temps 20 ans dans la magistrature dans le Vermont.

Traduction?: R.R., traducteur b?n?vole intermittent

Commentaires

commentaires

A propos de

avatar

Check Also

Élisabeth Borne, ou bornée ?

Élisabeth Borne, ou bornée ?   La nouvelle ministre du transport, cumulant le poste de ...